Erratum à la page 206 

A la troisième ligne de la page 206 de notre livre, on peut lire  :
"Ainsi la phrase latine In Arcadia ego peut-elle se traduire aussi bien par Je suis en Arcadie que par Je vais en Arcadie."

---------

Si vous êtes féru de langues anciennes, vous aurez sans aucun doute réagi à ce qui apparaît être une faute de grammaire latine.
En réalité j'ai omis d'expliquer ce que je considère comme un "jeu d'esprit".
En effet, le verbe "être" latin (même sous-entendu comme ici) ne signifie jamais "aller". 
Par contre, il en va tout autrement du verbe "être" en langue grecque !

Or, sur la reproduction de la dalle ci-dessous, une part importante des lettres sont grecques.
Ainsi la phrase latine "Et in Arcadia ego" est-elle écrite à l'aide des deux alphabets !
La cause de cette bizarrerie tient dans la traduction logique: "Et je vais en Arcadie ", qui serait fausse si elle était écrite en latin.
Pourtant ici elle est la seule lecture permettant de justifier cette présentation, mêlant le latin, langue officielle de l'église, avec une signification grecque du verbe "être".
Celui qui a écrit cette phrase ne pouvait finalement pas être plus clair !

Je prie donc nos lecteurs de bien vouloir faire preuve de clémence à mon égard, puisque je suis le seul responsable de cette omission explicative au sein de notre ouvrage, impardonnable à mes yeux !

Par ailleurs, le "Et" signifie un lien logique avec quelque chose. Pour cette raison nous devons comprendre :  
Je commence par trouver ce que les autres inscriptions gravées sur la dalle me désignent*  Et (ensuite) je vais (j'irai) en Arcadie.
*(Cf. le livre)
---------


La dalle "Et in Arcadia ego", telle que présentée pour la première fois au public dans le livre de Gérard de Sède,  "L'or de Rennes" en 1967

La signification de cette inscription "Et je vais en Arcadie" est évidemment expliquée avec plus de précisions dans notre livre.
(ainsi que les autres inscriptions figurant sur cette dalle bien entendu).