Une ROUE DE FORTUNE à Bugarach 

 Arcane dix du Tarot de Marceille  Arcane X du Tarot de Wirth  
 Arcane du Tarot de Marceille  Arcane du Tarot de Wirth  Vitrail de l'église du village de Bugarach

Dans un précédent article (Rô et la roue) nous avons compris la signification de l'arcane "LA ROUE DE FORTUNE" au sein du Tarot de Marceille.

Oswald Wirth, contemporain de l'abbé Saunière, dessina un Tarot inspiré de celui dit (à mon avis abusivement) de Marseille à cela près que les éléments du codage médiéval mis à jour dans "L'Arc de Roseline" y sont désormais absents.
(Je dois beaucoup au travail de recherche de Wirth exposé dans son livre "Le Tarot des imagiers du Moyen Age". Je lui suis redevable de l'idée d'une structuration possible du Tarot. Certes celle qu'il propose n'est pas celle que j'ai découverte, mais prenant son étude en exemple, je me suis lancé dans l'aventure d'une recherche puis de l'édition en 1997 de mon premier livre "Le Monde du Tarot", épuisé depuis bien longtemps mais que j'espère pouvoir faire rééditer dans quelques temps.)

En ce qui nous concerne aujourd'hui, le seul intérêt que nous puissions trouver au jeu de Wirth se trouve dans l'étrange ressemblance que l'on doit observer entre son arcane X et le vitrail de l'église du village de Bugarach. Ce vitrail pourrait remonter au temps de l'abbé Boudet (fin du dix-neuvième siècle, début du vingtième siècle) à moins qu'il ne soit de facture plus récente encore, comme certains le prétendent ; peu m'importe en vérité.
Le fait est que nous avons la quasi-certitude que le Tarot de Wirth ait été créé AVANT le vitrail de Bugarach. le second a donc pu être inspiré par le premier !

Les ressemblances entre l'arcane X de Wirth et le vitrail de Bugarach sont flagrantes et ne peuvent être niées :
Tout d'abord la forme en croissant de lune du navire du vitrail n'est pas naturelle, elle est donc significative. Elle ne peut que nous faire penser à la forme du croissant de l'arcane de Wirth.
La présence d'une roue placée en équilibre que l'on pourrait juger instable, placée au-dessus du croissant se trouve dans les deux illustrations.
Notez que ces roues présentent huit rayons et une manivelle dans les deux cas.
Un point commun unit toutefois l'illustration du vitrail avec celle du Tarot dit de Marseille (ou plus exactement du Tarot de Marceille) ; il s'agit du décalage des plans entre les supports des deux roues et les deux roues elle-même.

Une dernière question demeure :
Pourquoi avoir pris comme modèle un arcane dessiné par Wirth au lieu de se référer directement à un Tarot contenant des éléments du codage ?
- La réponse se trouve, à mon avis, dans le titre du livre de Wirth : "Le Tarot des imagiers du Moyen Age". Nous datons nous aussi la création de ce jeu en ce temps là puisque nous pensons qu'il a été créé par les Templiers en collaboration avec les Hospitaliers. 

Nous avons donné dans "L'Arc de Roseline" la signification du vitrail du Bugarach de façon claire et ne souffrant d'aucune ambiguïté. Cette signification est : 
"Le chercheur doit suivre le cours d'eau traversant Bugarach en provenance d'un pont construit au Moyen-Age (le Pont romain) pour aboutir à la fortune (le trésor de l'abbé Saunière, étant donné la proximité entre Rennes-le-Château et Bugarach)". Et de fait, l'information se révèle conforme au résultat de notre recherche..
Notez enfin la voile du bateau, absente dans les arcanes X de tous les jeux de Tarot. Cette voile ne peut que nous inciter à nous déplacer.
Lorsque l'on connait l'importance du Tarot de Marceille dans la résolution de l'énigme posée par les constructions de l'Abbé Saunière, alors il n'est plus de doute possible :
Oui, le vitrail de l'église de Bugarach est bien inspiré du Tarot et à ce titre il peut être pris en compte pour ce qui concerne la résolution de "L'affaire Rennes-le-Château".


Jacques Lefranc