Dictho PE

PEA
  • un péage (= un droit dont devaient s'acquitter les usagers de certaines voies ou ouvrages (routes, ponts, rivières) pour eux-mêmes, leurs bêtes, leurs véhicules ou leurs marchandises ; une taxe perçue au passage de certaines voies ou ouvrages publics importants ; un endroit où sont installés les postes et les agents habilités à percevoir la taxe ; un droit perçu sur les personnes, sur les bateaux au passage d'un bac, d'une écluse ou de certains ouvrages maritimes ou fluviaux importants ; une taxe locale perçue pour l'entretien et le développement de certains ports ; un droit perçu sur le produit de la pêche en mer pour l'amortissement des installations portuaires)
  • un (chemin) péageau (= qui était soumis à un droit de péage) 
  • un péager (= un employé habilité à percevoir les droits de péage ; un employé au péage des autoroutes)
  • il est péager  (= est relatif au péage)
  • un péagiste  (= un employé(e) au péage des autoroutes)
  • voir : pied
  • un péan ou pæan (= un hymne en l'honneur d'Apollon ; un chant collectif entonné pour honorer certaines divinités ou certains héros ; un hymne de louange, un chant d'espoir ou de victoire)
  • En savoir plus : Forum Babel  
  • une peanut ou pinotte (= une arachide, une cacahuète), des peanuts (= peu de chose ; des poussières), pour des peanuts (= pour deux fois rien), du beurre de peanut [Canada]
  • 1. un pot (= un récipient ; une consommation ; une réunion amicale ou festive où l'on offre des rafraichissements, des boissons ; une marmite servant à faire bouillir les aliments, la viande et ses légumes ; aux billes, à la balle, un trou creusé dans le sol par les joueurs et servant de cible ou de repère ; un talon où les joueurs peuvent puiser des cartes ; à certains jeux d'argent comme le poker, la totalité des enjeux ; autres sens : CNRTL), avoir du pot (= avoir de la chance), manque de pot (= pas de chance), un pot d'échappement (= un tuyau à arcanes, à l'arrière d'une voiture, d'une moto, servant à détendre les gaz d'échappement du moteur et à en amortir le bruit)
  • 2. une peau (= la membrane résistante, imperméable et élastique qui recouvre le corps des animaux vertébrés et de certains invertébrés ; l'épiderme de l'être humain ; ce qui forme une enveloppe ou une pellicule épaisse autour de quelque chose ou à la surface de quelque chose ; en savoir plus : CNRTL)
  • _ il est peaucier (= est inséré dans la peau)
  • un (muscle) peaucier
  • _ un peaufinage (= une finition méticuleuse)
  • peaufiner (= apporter un soin minutieux à l'exécution ou à la finition de quelque chose ; apporter un soin méticuleux à sa toilette ; nettoyer avec une peau de chamois)
  • _ il est peau-rouge (= est relatif ou propre aux Indiens vivant sur les territoires actuellement partagés entre le Canada et les États-Unis)
  • un peau-rouge (= un indien vivant sur ces territoires ; un apache, un malfaiteur qui pratiquait l'agression et le vol à Paris ou dans les grandes villes)
  • _ se peausser (= changer de vêtement, mettre les vêtements d'un autre)
  • _ une peausserie (= le travail des peaux, des cuirs), 
  • un peaussier (= celui qui transforme les peaux en cuirs)
  • _ il est peaussu (= présente de nombreux replis de peau)
  • _ il est antipelliculaire
  • _ il est cutané, une cutiréaction, une cuti, une cuticule
  • _ dépiauter (= retirer la peau d'un animal, ce qui recouvre, éplucher, analyser un texte minutieusement)
  • _ un écorçage (d'un arbre), une écorce, écorcer, un écorceur (= un ouvrier ou une machine)
  • _ un ectoblaste ou ectoderme (= un feuillet externe de l'embryon),
  • il est ectoblastique ou ectodermique
  • _ un érysipèle ou érésipèle (= une infection cutanée aigüe),
  • il est érysipélateux
  • _ excorier la peau (= l'écorcher superficiellement) [Il ne fallait pas que nous l'excoriassions.],
  • une excoriation (= une écorchure)
  • _ il est leucoderme (= a la peau de couleur blanche),
  • un leucoderme
  • une leucodermie (= une diminution ou absence de pigmentation de la peau)
  • _ peler, une pelade, un pelage, une pelure, un (bois) pelard, il est pelé, une pelisse (= un vêtement), une pellagre (= une maladie), il est pellagreux
  • _ un mélanoderme (= celui qui a la peau noire)
  • une mélanodermie (= une pigmentation anormalement foncée de la peau)
  • _ une moleskine ou molesquine (= une étoffe ou toile de coton)  voir : taupe, peau
  • _ un oripeau (= une lame très mince de laiton ou de cuivre, ayant de loin l'éclat et l'apparence de l'or ; une étoffe, une broderie constituée de fils ou d'ornements de faux or ou de faux argent ; un ornement trompeur, un faux éclat)
  • des oripeaux (= un vêtement défraichi, démodé, ayant un reste de splendeur et donnant un aspect théâtral ou ridicule ; un ornement trompeur, faux éclat masquant la réalité)
  • _ il est pachyderme (= a la peau épaisse)
  • un pachyderme (= un mammifère herbivore à peau épaisse et peu poilue ; un éléphant ; une personne lourde, pesante aussi bien dans sa démarche que dans ses comportements), les pachydermes (= un ordre de mammifères)
  • une pachydermie (= une augmentation de l'épaisseur de la peau)
  • il est pachydermique (= tient du pachyderme)
  • _ un pelletier (= qui achète des peaux et les prépare), une pelleterie
  • _ une pellicule, un pelliculage, il est pelliculaire, il est pelliculé, une pelloche ou péloche,
  • _ il est sous-cutané
  • voir aussi : derme, pellicule

PEB
  • une pébrine (= une maladie épidémique des vers à soie caractérisée par l'apparition de taches semblables à des grains de poivre
  • un pébroc ou pébroque (= un pépin, un parapluie)

PEC
  • un hareng pec (= un hareng fraichement mis en saumure)
  • pécaïre ou pécaïré, peuchère, pechère, péchère  (= en Provence, une exclamation traduisant la surprise, l'attendrissement, l'admiration ou la pitié)
  • un pécari (= un porc sauvage ; son cuir)

1. pécher (= ne pas respecter une loi religieuse ou un principe)
  • une peccabilité (= le caractère peccable d'un être humain ou spirituel)
  • il est peccable (= est susceptible de pécher, est enclin à pécher)
  • il est impeccable ou impec (= est incapable de pécher ; est dépourvu de péché ; n'a pas de défauts ; n'a pas commis de fautes ; est incapable de faillir, de commettre des erreurs ; est sans tache, net, régulier ; correspond exactement aux critères)
  • impeccablement
  • une peccadille  (= un péché véniel, sans gravité ; une faute légère et excusable)
  • il est peccamineux  (= est de l'ordre du péché ; est relatif au péché ; est enclin à pécher, est capable de faire le mal)
  • il est peccant, une humeur, une exhalaison peccante (= qui est viciée ou trop abondante dans l'organisme et censée provoquer les maladies)
  • un peccata  (= un âne dans les combats publics d'animaux ; un homme stupide)
  • un bon peccavi (= une bonne contrition, un vrai repentir de ses péchés), dire, faire son peccavi (= se reconnaître pécheur, confesser et regretter ses péchés)
  • un péché (= une transgression d'une loi religieuse ou d'un principe)
  • pécher (= ne pas respecter une loi religieuse ou un principe ; commettre une faute, une erreur) 
  • [je pèche, ils pèchent, tu pèches ; il pécha, tu péchas, qu'il péchât ; je péchai, ils péchaient, je péchais, il péchait, péché, vous péchez ; vous péchiez ; nous péchons ; nous péchions ; je pécherai, ils pécheraient, je pécherais, il pécherait ; vous pécheriez ; nous pécherions ; en péchant ; ils péchèrent ; nous péchâmes ; vous péchâtes ; que je péchasse, qu'ils péchassent, que tu péchasses ; que vous péchassiez ; que nous péchassions]
  • un pécheur (= celui qui commet ou a commis un ou plusieurs péchés, qui est en état de péché ; l'homme en tant que créature déchue par le péché originel), une pécheresse 
  • une noix de pécan (= une pacane, le fruit du pacanier, du noyer de pécan)
  • un cheval péchard ou pêchard (= aubère, dont la robe est constituée de poils blancs et alezans mélangés)
  • une pechblende ou un pechurane (= un minerai d'uranium et de radium composé surtout d'uranite et d'autres oxydes, formé de veines ou de masses compactes imprégnant des roches sableuses, gréseuses ou des restes végétaux fossilisés)
2. une pêche (de poissons)
  • une pêche(= l'action ou la manière de pêcher, d'attraper du poisson ; le produit de la pêche ; l'action de chercher et éventuellement de recueillir quelque chose ou quelqu'un)
  • pêcher(= capturer ou essayer de capturer, de sortir de l'eau des poissons, des crustacés, des mollusques ou d'autres animaux ; aller chercher au fond de l'eau, retirer de l'eau, ramasser ; prendre, saisir ; chercher, découvrir)
  • [je pêche, ils pêchent, tu pêches ; il pêcha, tu pêchas, qu'il pêchât ; je pêchai, ils pêchaient, je pêchais, il pêchait, pêché(e)(es)(s), vous pêchez ; vous pêchiez ; nous pêchons ; nous pêchions ; je pêcherai, ils pêcheraient, je pêcherais, il pêcherait ; vous pêcheriez ; nous pêcherions ; en pêchant ; ils pêchèrent ; nous pêchâmes ; vous pêchâtes ; que je pêchasse, qu'ils pêchassent, que tu pêchasses ; que vous pêchassiez ; que nous pêchassions]
  • une pêcherie (= un lieu de pêche ; un ensemble d'installations spécialement aménagées pour la pêche)
  • une pêchette (= un petit filet pour la pêche aux écrevisses et aux crevettes)
  • un pêcheur (= celui qui pêche), une pêcheuse
  • un garde-pêche (= un agent chargé de la surveillance de la pêche : un bateau chargé de la surveillance de la pêche côtière), des garde-pêches
  • il est halieutique (= concerne la pêche, notamment la pêche en mer)
  • une halieutique (= l'art de la pêche, notamment de la pêche en mer ; un traité sur la pêche)
  • un marin pêcheur
  • un martin-pêcheur (= un passereau, un oiseau)
3. une pêche (= un fruit)
  • une pêche (= le fruit du pêcher ; une tête, un visage ; un coup de poing, une gifle), se fendre la pêche (= bien s'amuser, rire aux éclats), avoir la pêche (= être plein de dynamisme, être en pleine forme)
  • un pêcher (= un arbre fruitier)
  • il est pêchu (= a la pêche, est en grande forme, plein d'ardeur ; a un rythme soutenu)
  • un lycopène (= un pigment)

  • pechère ou peuchère, péchère, pécaïre, pécaïré (= en Provence, une exclamation traduisant la surprise, l'attendrissement, l'admiration ou la pitié) 
  • pécloter  (= fonctionner mal, irrégulièrement ; battre de l'aile, clocher.) [Suisse]
  • un pécoptéris  (= une plante fossile, souvent une fougère ; sa feuille)
  • une pécore (= un animal, une bête ; un homme ou une femme stupide ; une jeune fille ou femme sotte, prétentieuse et impertinente)
  • un pécore (= un paysan, un péquenot), une pécore
  • un pécorino (= un fromage)
  • une pecque  (= une pécore, une jeune fille ou une femme sotte ou prétentieuse)
  • _ un pecten  (= un peigne, un mollusque ; une coquille Saint-Jacques)
  • _ il est pectiné  (= pour un organe animal ou végétal ; est penné, est pourvu d'une structure en forme de dents de peigne), un toit pectiné (= un toit pentu à bords dentelés par les extrémités des chevrons)
  • un (muscle) pectiné
  • _ un organe pectiniforme  (= qui est pourvu d'une structure en forme de dents de peigne)
  • voir : peigne
  • une pectase  (= un(e) enzyme du groupe des diastases)
  • une pectine  (= une substance organique qui, grâce à ses propriétés gélifiantes, est utilisée dans l'industrie alimentaire et dans l'industrie pharmaceutique)
  • un acide pectique (= un acide organique issu de la transformation de la pectine par la pectase), des composés, des matières, des substances, des jus pectiques
  • voir : coagulation
  • il est pectoral (= appartient à la poitrine, qui concerne la poitrine en tant qu'organe physiologique ; est propre à soigner les affections des voies respiratoires, notamment la toux ; a ou semble avoir son siège dans la poitrine ; couvre ou orne la poitrine en tant que partie du corps), ils sont pectoraux
  • un pectoral (= la partie de l'armure romaine protégeant le haut de la poitrine ; un orfroi quadrangulaire richement serti, porté sur la poitrine par les pharaons, les Égyptiens nobles et le grand prêtre des Juifs comme insigne de leur dignité ; la partie de costume d'apparat, richement orné, recouvrant la poitrine), un (muscle grand) pectoral, un (remède) pectoral, des pectoraux
  • une pectoriloquie (= un phénomène apparaissant à l'auscultation au stéthoscope et suivant lequel la voix et la toux résonnent de façon à sembler partir directement de la poitrine)
  • voir : poitrine
  • un pécu  (= un PQ, un papier-cul, un papier hygiénique ; un laïus, un exposé, un écrit, un rapport longuement développé et parfois creux sur un sujet déterminé)
  • pécufier  (= ecrire un rapport, faire un exposé oral, le plus souvent long et ennuyeux)
  • un péculat  (= une soustraction ou un détournement des fonds publics ou des biens de l'État par un dépositaire ou comptable public)
  • un pécule  (= des économies en argent faites par une personne dépendant du paterfamilias, notamment par un esclave, qui pouvait s'en servir pour le rachat de sa liberté ; une somme d'argent généralement peu importante, et économisée petit à petit ; une somme d'argent, un capital acquis par le travail d'une personne en dépendance d'autrui, mais dont elle ne peut disposer que dans certaines conditions ; une somme versée, au moment de leur libération, aux hommes de troupe engagés, rengagés ou commissionnés, qui, quittant l'armée sans avoir droit à une retraite, remplissent certaines conditions fixées par la loi)
  • de la pécune (= de l'argent comptant)
  • il est pécuniaire, (= concerne les ressources en argent, la fortune en argent monnayé ; dont on s'acquitte par un paiement en argent)
  • pécuniairement (= d'un point de vue pécuniaire ; sous forme pécuniaire)
  • pécuniaire : Forum Babel 
  • il est pécunieux (= a beaucoup d'argent.)
  • il est impécunieux (= manque d'argent) 
  • une impécuniosité (= un manque d'argent)

PED

1. péd(o)- signifie enfant :
  • un pédago (= un enseignant)
  • il est pédago-distrayant  (= forme, enseigne en distrayant par le jeu)
  • une pédagogie (= l'instruction, l'éducation des enfants, de la jeunesse ; une science de l'éducation des jeunes, qui étudie les problèmes concernant le développement complet de l'enfant et de l'adolescent ; un ensemble de méthodes dont l'objet est d'assurer l'adaptation réciproque d'un contenu de formation et des individus à former ; la qualité du bon pédagogue ; un sens pédagogique)
  • il est pédagogique (= concerne la pédagogie, les sciences de l'éducation ; a pour objet de préparer à l'enseignement ; est conforme aux règles de la pédagogie, est d'un(e) bon(ne) pédagogue)
  • pédagogiquement (= au point de vue pédagogique)
  • un pédagogisme (= un système des pédagogues)
  • un pédagogue (= un esclave qui était chargé de conduire les enfants de son maitre à l'école ; un précepteur romain chargé de l'instruction d'un enfant de famille riche ; un maitre d'école ou un précepteur chargé de l'éducation d'un ou de plusieurs enfants ; un maitre autoritaire et étroit d'espritPersonne qui fait étalage de son érudition ; celui qui s'arroge le droit de censurer les autres ; un spécialiste de pédagogie, de sciences de l'éducation ; celui qui a l'art d'enseigner, d'éduquer ; celui qui sait expliquer)
  • il est pédagogue (= possède le sens de l'enseignement)
  • pédagoguer (= faire de la pédagogie) [je pédagogue, tu pédagogues, ils  pédagoguent]
  • une pédagolinguistique  (= un domaine pluridisciplinaire où pédagogie et linguistique se rencontrent pour étudier et analyser les préalables à la réalisation des méthodes d'enseignement des langues, et pour définir et mettre en œuvre une méthodologie appropriée)
  • _ il est médicopédagogique (= relève de la médecine et de la pédagogie), ils sont médicopédagogiques
  • un centre médico-psycho-pédagogique, des centres médico-psycho-pédagogiques
  • _ une orthopédagogie (= un ensemble de méthodes visant à prévenir et à corriger les troubles pédagogiques des écoliers en difficulté)
  • _ une psychopédagogie
  • il est psychopédagogique ou psycho-pédagogique
  • voir : enfant, conduire
  • 1. un pédéraste ou pédé, pédoque (= celui qui éprouve une attirance amoureuse et sexuelle pour les jeunes garçons, enfants ou adolescents)
  • une pédérastie (= une attirance amoureuse et sexuelle d'un homme pour les jeunes garçons, enfants ou adolescents)
  • il est pédérastique (= a trait aux pédérastes, à la pédérastie)
  • 2. (par confusion étymologique)
  • un pédé ou pédéraste (= un homosexuel)
  • une pédérastie (= une homosexualité masculine)
  • un(e) pédiatre (= un(e) spécialiste)
  • une pédiatrie (= la branche de la médecine qui a pour objet l'étude, le diagnostic, le traitement, la prévention des maladies infantiles et la protection de l'enfance)
  • un service pédiatrique (= de la pédiatrie)
  • un pédobaptisme  (= une doctrine favorable à la pratique du baptême des enfants)
  • une pédodontie (= la branche de l'odontologie s'occupant particulièrement des maladies, de la thérapeutique et de la restauration des dents des enfants, ainsi que des méthodes prophylactiques et du traitement des malformations dento-maxillaires)
  • une pédogenèse (1) (= un phénomène caractérisé par le développement et la maturation très précoce des organes génitaux chez les larves ou les nymphes de certains insectes qui peuvent ainsi se reproduire avant d'avoir atteint l'état adulte)
  • une pédolâtrie (= une adoration des enfants)
  • une pédologie (1) (= une étude de l'enfance sous tous ses aspects)
  • un pédophile (= celui qui éprouve une attirance sexuelle pour les enfants)
  • une pédophilie (= une attirance sexuelle pour les enfants)
  • un pédopsychiatre (= un psychiatre pour enfants et adolescents)
  • une pédopsychiatrie (= la branche de la psychiatrie consacrée à l'étude et aux soins des troubles mentaux de l'enfance)
-pédie signifie éducation :
  • une callipédie (= les conditions nécessaires pour avoir de beaux enfants)
  • il est callipédique (= concerne la callipédie ; est relatif à la callipédie)
  • une encyclopédie (= un ouvrage présentant alphabétiquement ou méthodiquement un ensemble de connaissances), il est encyclopédique (= concerne l'ensemble des connaissances, a un savoir très étendu),
  • un encyclopédisme (= une accumulation de connaissances)
  • un encyclopédiste (= celui qui collabore à une encyclopédie ; un des collaborateurs de l'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert)
  • des gymnopédies (= des fêtes annuelles en l'honneur d'Apollon en usage à Sparte)
  • une hypnopédie (= une méthode d'enseignement pendant le sommeil, faisant appel au subconscient)
  • une logopédie (= une éducation, une rééducation du langage chez les enfants ou chez les adultes)
  • une orthopédie (= la branche qui a pour objet de prévenir ou de corriger les déformations et les malformations  des os, des articulations, des muscles et des tendons chez les enfants, et par extension chez les adultes), une orthopédie dento-faciale (= la branche de la médecine dentaire qui traite les malformations dentaires, faciales, maxillaires)
2. péd(i)- ou podo- signifient pied :
  • il est pédal (= en anatomie : est pédieux), un triangle pédal d'un autre triangle (= un triangle dont les sommets sont les pieds des médianes, des hauteurs ou des bissectrices d'un autre triangle), ils sont pédaux
  • un pédalage  (= l'action de pédaler, d'actionner une pédale ou de faire le mouvement correspondant avec les pieds)
  • 1.A. une pédale (= chacune des touches longues formant le clavier grave de l'orgue et actionnée par l'organiste avec le talon ou la pointe du pied ; une pièce à levier placée au bas d'un instrument à clavier ou d'une harpe et servant à modifier la qualité, l'intensité ou la hauteur des sons émis), ronfler comme une pédale d'orgue (= ronfler très fort, bruyamment), mettre la pédale douce à (= atténuer l'effet abrupt de)
  • un son pédale ou une pédale (= chacun des sons fondamentaux émis par les différentes positions d'un trombone ou les tuyaux d'un orgue), une (note de) pédale (= une note tenue et prolongée, dans un accord de partie de basse, sur plusieurs mesures ; un long développement qui reste dans une même tonalité)
  • 1.B. une pédale (= un organe de commande ou de transmission d'un appareil qui s'actionne avec le pied ; une pièce d'un mécanisme transformant un mouvement alternatif en mouvement rotatoire ou effectuant un mouvement alternatif de translation ; une pièce fixée à chaque extrémité des manivelles du pédalier d'un cycle et sur laquelle agit le pied ; une pièce de mécanisme déclenchant le fonctionnement d'un autre organe mécanique), s'emmêler les pédales, perdre les pédales (= s'empêtrer, perdre l'équilibre en se prenant les pieds l'un dans l'autre ; s'empêtrer dans un raisonnement, perdre le fil ; perdre la tête), la pédale (= le cyclisme)
  • un pédalement (= l'action de pédaler, de rouler à bicyclette ; le résultat de cette action)
  • pédaler (= actionner une pédale ; appuyer sur les pédales d'une bicyclette, d'un cycle ; se déplacer à bicyclette ; marcher très vite ; se dépêcher ; gigoter des jambes, faire le geste de pédaler, les pieds en l'air), pédaler dans la cancoillotte, dans la choucroute, dans le couscous, dans la semoule, dans le yaourt (= patauger, perdre ses moyens ; perdre le fil) [je pédale, ils pédalent, tu pédales ; vous pédaliez]
  • un pédaleur (= un coureur cycliste, considéré dans la valeur, dans le style de son coup de pédale), une pédaleuse
  • un pédalier (= le clavier inférieur de l'orgue formé de l'ensemble des pédales actionnées par l'organiste avec le talon ou la pointe des pieds ; l'ensemble des pédales d'un instrument à clavier ; un mécanisme de mouvement d'un appareil à rotation ou à translation ; l'ensemble des pièces d'une bicyclette constitué par les deux pédales, les manivelles, l'axe ou grand pignon denté, le plateau avec sa chaine)
  • un pédalo (1) [nom déposé] (= une embarcation légère à flotteurs mue par une roue à pales ou à hélice et actionnée par un pédalier), le pédalo (= ce sport de loisirs, ce jeu de plage)
  • 2. (jeux de mots)
  • une pédale (= un pédéraste ; un homosexuel), être de la pédale (= être pédéraste ; être homosexuel)
  • un pédalo (2) ( = un homosexuel)
  • il est pédestre  (= se déplace à pied ; aime voyager à pied ; pratique la marche, la course à pied ; représente un personnage en pied ; se pratique à pied ; est relatif aux pieds), un style pédestre (= simple, sans affectation)
  • pédestrement (= d'une manière pédestre)
  • _ un pédestrian (= celui qui se déplace à pied sur de longues distances ou qui aime voyager à pied)
  • un pédestrianisme (= une habitude, un gout de la marche ; l'art, le sport du pédestrian)
  • En savoir plus : Forum Babel
  • pedibus (= à pied)
  • un pédicellaire (= un petit appendice préhensile du test des échinodermes ; un support capillaire de l'urne des mousses ; le deuxième article de l'antenne des insectes)
  • un pédicelle (= un petit pédicule, une subdivision d'un pédicule ramifié)
  • il est pédicellé (= est muni d'un pédicelle ; est porté par un pédicelle)
  • il est pédiculaire (1) (= est relatif à un pédicule)
  • un pédicule (= un pédoncule, un support allongé et mince d'un organe, d'une plante ; un cordon qui contient les nerfs et les vaisseaux sanguins et qui relie un organe, une partie d'organe ou une tumeur au reste d'un organisme ; un petit pilier supportant un bénitier, des fonts baptismaux)
  • il est pédiculé (= est muni d'un pédicule ; est supporté par un pédicule)
  • un pédicurage  (= l'action de soigner les pieds)
  • un(e) pédicure (= une personne qui soigne les pieds, qui traite les affections épidermiques et unguéales des pieds)
  • une pédicurie  (= l'art, les soins du pédicure)
  • il est pédieux  (= est pédal, appartient au pied, est relatif au pied)
  • un pédieux (= un muscle)
  • une pédieuse (= une artère)
  • un animal pédifère (= qui est muni d'un pied)
  • les pédifères (= un groupe d'holothuries, renfermant les formes pourvues de poumons et de tubes ambulacraires)
  • un pédiluve  (= un bain de pieds ; un bassin peu profond servant à rincer les pieds)
  • un maniluve (= une immersion plus ou moins prolongée des mains dans un liquide chaud dans l'intention d'exercer une action dérivative)
  • les pédimanes (= une famille de mammifères carnassiers qui ont le pouce du pied écarté des autres doigts et opposable), un (animal) pédimane
  • les pédipalpes  (= un ordre d'arachnides), un pédipalpe
  • une pédiplaine (= une surface d'aplanissement réalisée par le développement de pédiments et l'élimination progressive des inselbergs dont les versants sont en recul)
  • un pédomètre ou podomètre, hodomètre, odomètre (= un appareil servant à enregistrer le nombre de pas d'un piéton et à évaluer la distance parcourue)
  • il est pédonculaire (= appartient, est relatif à un pédoncule)
  • un pédoncule (= un pédicule, la structure allongée de l'encéphale ; un pédicule, une queue, un axe portant une fleur, un fruit ; une partie mince et allongée, un cordon qui relie une chose à une autre plus importante)
  • il est pédonculé (= est muni d'un pédoncule, est porté par un pédoncule), un chêne pédonculé (= dont les glands sont portés par un long pédoncule)
  • une pédégère (= une PDG, une présidente directrice générale)
L'origine du mot "pédant" est incertaine :
  • pédamment (= de façon pédante)
  • un pédant (= celui qui est chargé de l'instruction des enfants, dans un collège ou comme précepteur ; celui qui fait avec insistance étalage d'un savoir, d'une culture, d'une érudition, d'une spécialisation souvent superficiels, fraichement acquis ou exclusifs ; celui qui se mêle de faire la leçon à tout le monde, qui prend un ton doctoral), une pédante
  • il est pédant  (= fait lourdement étalage de son savoir, de sa culture, de son érudition ; manifeste un tel comportement, une affectation de culture, d'érudition), elle est pédante
  • une pédantaille (= une petite coterie de pédants)
  • pédanter (= enseigner dans les collèges ; rendre pédant) [je pédante, tu pédantes, ils pédantent]
  • une pédanterie (= la profession de pédant de collège ; le caractère, le comportement d'un pédant ; une parole, un acte de pédant, une marque de pédantisme), la pédanterie (= l'ensemble des pédants)
  • il est pédantesque  (= est propre au pédant, est digne d'un pédant ; est empreint de pédantisme)
  • le pédantesque (= le genre, le style pédant)
  • pédantesquement (= de façon pédantesque )
  • il est pédantique (= est pédant)
  • un pédantisant (= celui qui pédantise)
  • pédantiser (= faire le pédant) [en pédantisant]
  • un pédantisme (= le comportement d'un pédant ; le caractère de ce qui est pédant ; une affectation d'érudition)
  • une pédantocratie (= une domination, un gouvernement de pédants)
  • il est pédantroque (= est pédant)
L'origine du mot "pedigree" est incertaine :
  • un pedigree (= la généalogie d'un animal domestique, un cheval, un chien, un chat, de race pure ; un document où est consignée cette généalogie ; la généalogie, l'origine d'une personne ou d'une ville ; un document où est consignée cette généalogie, cette origine ; l'ensemble, la liste des activités, des références d'une personne dans un domaine donné ; l'ensemble des délits ou crimes commis par un individu ; son casier judiciaire ; la suite des évènements marquants de la vie d'un objet ou d'une chose de valeur ou faisant partie d'un ensemble important ; un document où ils sont consignés)
  • une culture pédigrée (= une culture expérimentale faite à partir d'une seule graine ou d'un seul individu dont on étudie la descendance), il est pédigrée (= est relatif à une telle culture ; provient d'une telle culture)
  • pedigree : Forum Babel
  • un pédiment  (= un glacis parfois recouvert d'alluvions au pied d'une montagne des régions arides et semi-arides)
  • un pédum (= un bâton en forme de crosse, attribut de différentes divinités champêtres ; une houlette, une coquille bivalve)
    3. pédi- signifie pou :
    • il est pédiculaire (2) (= est de la nature du pou ; contient des poux), une maladie, une affection pédiculaire (= qui est provoquée par de nombreuses piqures de poux)
    • une pédiculaire  (= une plante), une pédiculaire des marais (= une herbe aux poux)
    • il est pédiculicide (= a la propriété de tuer, de détruire les poux)
    • une pédiculose (= une affection cutanée provoquée par de nombreuses piqures de poux)
    4. péd(o)- signifie sol :
    • un pédalfer  (= un sol à lessivage complet des carbonates, correspondant aux climats humides et connaissant une accumulation de l'aluminium et du fer)
    • un pédocal (= un sol caractérisé par une accumulation des carbonates)
    • un pédoclimat (= l'ensemble des conditions de température et d'humidité du profil d'un sol, qui donne naissance au micro-climat de ce sol)
    • un pédoclimax (= un équilibre vers lequel tend une formation naturelle en l'absence de toute transformation écologique)
    • une pédogenèse (2) (= un mode de formation et d'évolution des sols)
    • une pédologie (2) (= une science qui étudie les sols)
    • il est pédologique (= appartient à la pédologie, lui est relatif)
    • un pédologue (= un spécialiste de l'étude des sols)
    • _ une morphopédologie (= la branche de la pédologie qui étudie les liens existant à un moment donné entre les sols et les formes du terrain)


    PEE
    • un peeling (= une exfoliation de l'épiderme du visage pour en atténuer les défauts)
    1. un peep-show (= un établissement offrant un spectacle pornographique visible dans des cabines)
    2. une pipe : CNRTL
     
    PEG
    • Pégase (= un cheval ailé qui fit jaillir d'un coup de sabot la fontaine Hippocrène où l'on puisait l'inspiration poétique)
    • un pégase  (= un symbole de la créativité littéraire et de l'inspiration poétique ; une constellation ; un poisson)
    • une pegmatite  (= une roche)
    • la pègre (= un groupe social formé par les voleurs, les escrocs, les souteneurs, les voyous), une pègre (= un groupe de truands)
    • un pégriot (= un apprenti voleur, un voleur de petite envergure, un petit voyou ; un soldat des bataillons disciplinaires d'Afrique)
    • voir : poix
    • une pégosité (= le maintien de deux supports par un adhésif)
    • péguer (= coller, enduire d'une substance gluante, visqueuse ; être collant, poisseux)
    • il est pégueux (= est collant, poisseux)
    • voir : poix

    PEH
    • le pehlvi ou la langue pehlvie (= la langue parlée en Perse sous les Sassanides)
    • il est pehlvi (= appartient, est relatif à cette langue), elle est pehlvie

    PEI
    • 1. [ils peignent, que je peigne, que tu peignes ; nous peignons, nous peignions ; ils peignaient, je peignais, il peignait, vous peignez, vous peigniez ; en peignant] peindre (= couvrir d'une couche de couleur ; appliquer de la peinture ; figurer quelque chose en utilisant de la peinture ; orner avec des motifs peints ; représenter, évoquer quelque chose ou quelqu'un par un moyen d'expression autre que la peinture, d'une façon manifeste et frappante), se peindre (= se dépeindre ; révéler son propre caractère en s'exprimant ; se représenter quelque chose par l'imagination ; apparaitre de manière sensible)
    • 2. [nous peinions ; vous peiniez] peiner (= faire un travail physique très pénible, travailler très durement ; avoir de grandes difficultés, beaucoup de mal à faire un travail, une activité quelconque ; fournir un effort trop grand ; faire de la peine à quelqu'un)
    • 3. un peignage (= une opération que l'on fait subir aux fibres textiles pour en éliminer complètement les impuretés, les fibres les plus courtes, pour les individualiser et les paralléliser ; une  usine où se pratique le peignage)
    • un peigne (= un instrument à dents utilisé pour démêler, arranger les cheveux, la barbe d'une personne, les poils d'un animal ; autres sens : CNRTL)
    • des cheveux, des poils peignés (= qui sont démêlés et mis en place, coiffés), une personne bien ou mal peignée (= qui prend soin ou non de sa personne, qui est bien ou mal accoutré), une végétation, un jardin, un lieu peigné(e) (= qui est arrangé avec soin, qui a un aspect ordonné), une œuvre peignée (= qui est trop soignée, apprêtée), un coton, une laine peigné(e) (= un tissu de coton, de laine tissé uniquement avec des fibres longues qui donnent des tissus plus secs et plus lisses au toucher), un papier peigné ou papier peigne (= un papier qui présente des veinures), un hareng peigné (= qui a perdu ses nageoires et beaucoup de ses écailles), une morue peignée (= qui a perdu une partie de sa peau)
    • un peigné (= un décor de hachures ; un tissu de laine peignée)
    • un peigne-battant ou peigne-détacheur (= une batte d'acier dentée, animée d'un mouvement de va-et-vient et dont la fonction est de détacher la fibre du peigneur)
    • un peigne-chose ou peigne-cul, peigne-zizi  (= un individu méprisable, grossier, sans moyens, avare)
    • un peigne-de-Vénus (= une plante)
    • une peignée (= une volée de coups, une raclée ; la quantité de laine ou de chanvre que l'ouvrier met sur son peigne)
    • peigner (= démêler, lisser les cheveux, les poils de la barbe d'une personne, les poils d'un animal ; coiffer ; démêler, épurer, paralléliser les fibres textiles avec le peigne ou la peigneuse ; passer un râteau ; labourer, bêcher ; entretenir un jardin, un domaine avec grand soin ; soigner de façon excessive) [je peigne, ils peignent, tu peignes ; nous peignons, nous peignions ; je peignai, ils peignaient, je peignais, il peignait, peigné(e)(es)(s), vous peignez, vous peigniez ; en peignant], se peigner (= démêler ses cheveux) 
    • une peignerie (= l'action de peigner les fibres textiles), la peignerie (= l'industrie du peignage)
    • peignette : Forum Babel 
    • un peigneur (= celui qui peigne les fibres textiles, qui travaille sur une peigneuse), une peigneuse
    • un (cylindre) peigneur (= le troisième cylindre de la carde dont la fonction est de paralléliser les fibres au moyen d'une garniture d'aiguilles)
    • une peigneuse (= un appareil servant à faire un cardage très fin pour les fibres de haute qualité)
    • un peigne-zizi ou peigne-chose, peigne-cul (= un individu méprisable, grossier, sans moyens, avare)
    • un peignier (= un artisan qui fabrique des peignes)
    • un peignoir (= un vêtement ample, léger, que l'on enfile pour protéger ses vêtements, chez le coiffeur, dans un institut de beauté ou que l'on mettait autrefois lorsqu'on se coiffait ; un vêtement à manches, de forme droite et assez ample, fermé par une ceinture, généralement en tissu éponge, que l'on passe généralement en sortant du bain ; vêtement de même forme porté par les boxeurs avant et après un match ; un vêtement d'intérieur, non ajusté)
    • des peignures (= des cheveux qui tombent de la tête lorsqu'on se peigne)
    • En savoir plus : Forum Babel
    • dépeigner ses cheveux (= les décoiffer)
    • un peillarot (= un chiffonnier)
    • 1. une peille (= un chiffon servant à fabriquer du papier)
    • 2. une paye ou paie (= une rétribution versée aux militaires ou aux ouvriers ; un salaire versé à intervalles réguliers ; le paiement des salaires ou des soldes), ça fait une paye (= ça fait longtemps)
    • payer (= s'acquitter de ce qui est dû ; verser une somme d'argent ; acquérir par l'effort et malgré les difficultés ; subir les conséquences de ses actes, expier ; offrir quelque chose ou le proposer ; procurer un bénéfice, être rentable) [je paye ou paie, tu payes ou paies, ils payent ou paient ; en payant], se payer (= s'acheter quelque chose ; avoir des conséquences ; s'offrir quelque chose d'agréable ; accomplir ou subir quelque chose de compliqué ou de pénible ; prélever ce qui est dû ; agresser), se payer la tête de quelqu'un (= se moquer de lui)
      • un peinard ou pénard (= un vieillard libertin ; un vieillard rusé, finaud ; celui qui vit peinardement)
      • il est peinard  (= est tranquille et sans souci ; se ménage, cherche à éviter les soucis, les fatigues et les risques), un père peinard (= un homme d'un certain âge d'un naturel paisible qui se tient à l'écart), vivre (bien) peinard
      • peinardement (= d'une manière peinarde)
      • Ces mots sont peut-être dérivés de peine.
      1. [vous peinâtes] peiner (= faire un travail physique très pénible, travailler très durement ; avoir de grandes difficultés, beaucoup de mal à faire un travail, une activité quelconque ; fournir un effort trop grand ; faire de la peine à quelqu'un)
      2. les pénates (= deux divinités domestiques, qui, chez les Étrusques et les Romains, veillaient à la prospérité de la famille et dont l'autel était le foyer de la maison ; une représentation des pénates ; deux divinités chargées de veiller au bien-être d'une cité et honorées en son enceinte), les pénates (= le domicile, la maison où l'on habite)
      • peindre (= couvrir d'une couche de couleur ; appliquer de la peinture ; figurer quelque chose en utilisant de la peinture ; orner avec des motifs peints ; représenter, évoquer quelque chose ou quelqu'un par un moyen d'expression autre que la peinture, d'une façon manifeste et frappante), se peindre (= se dépeindre ; révéler son propre caractère en s'exprimant ; se représenter quelque chose par l'imagination ; apparaitre de manière sensible)
      • _ dépeindre (= décrire)
      • _ un paintball (= un jeu)
      • _ il est peint (= est recouvert d'une couche de peinture ; est fardé, maquillé, teint ou verni ; est orné de motifs peints ; est exécuté avec de la peinture)
      • un peintre (= un ouvrier ou un artisan qui peint des surfaces, des murs, des objets ; une personne, un artiste qui pratique l'art de la peinture ; une personne qui, par le langage ou la musique, tend à représenter les choses d'une manière vive, suggestive et colorée), une peintre ou peintresse
      • un peintre-graveur (= un artiste qui fait de la gravure originale)
      • un peintriot (= un mauvais peintre)
      • un peinturage (= l'ation de peindre, de peinturer ou de peindre de façon maladroite ou avec de mauvaises couleurs ; le résultat de cette action)
      • une peinture (= une matière colorante composée d'un pigment et d'un liant, utilisée pour recouvrir une surface, pour la protéger ou l'orner ; un fard, un maquillage du visage ; un vernis à ongles ; une teinture des cheveux, de la barbe ; une couche de peinture recouvrant une surface, un objet; surface peinte ; l'action de recouvrir une surface, un objet d'une matière colorante ; l'art de peindre ; le moyen d'expression qui, par le jeu des couleurs et des formes sur une surface, tend à traduire la vision personnelle de l'artiste ; une œuvre picturale ; le fait de représenter quelque chose par le langage, la musique ou tout moyen d'expression autre que la peinture ; une description, une évocation se voulant exacte, vive et frappante)
      • une peinture-émulsion
      • une peinture-poésie (= une peinture qui s'impose à l'esprit par sa force créatrice)
      • peinturer (= peindre ; couvrir d'une couche de couleur, badigeonner ; faire de la mauvaise peinture; peindre maladroitement ou en utilisant des couleurs criardes ; farder, maquiller avec excès) [je peinture, ils peinturent, tu peintures]
      • un peintureur (= celui qui peinture ; un ouvrier qui met en couleur les bois, les fers, les murs, etc. ; un mauvais peintre)
      • un peinturier (= un mauvais peintre)
      • il est peinturier (= appartient aux peintres)
      • _ un peinturleur ou peinturlureur (= un mauvais peintre, un barbouilleur), une peinturleuse ou peinturlureuse
      • un peinturlurage (= l'action de peinturlurer ; le résultat de cette action)
      • une peinturlure (= une mauvaise peinture ; un tableau, un ornement, dénué de valeur artistique et peint de couleurs criardes ; un maquillage mal fait et excessif)
      • il est peinturluré (= est maquillé)
      • peinturlurer (= peindre quelque chose grossièrement ; couvrir de couleurs criardes ; faire de la mauvaise peinture ; faire de la peinture ; donner des couleurs vives) [jepeinturlure, tu peinturlures, ils peinturlurent], se peinturlurer (= se maquiller, se farder à l'excès)
      • _ repeindre, un repeint

      • 1.A. une peine (= ce que l'on fait subir à l'auteur d'un délit, d'une faute ou d'un crime pour le punir, le châtier ; une sanction édictée et appliquée par un tribunal à l'encontre de celui qui a contrevenu aux lois de la société ; une sanction pénale applicable à une personne ayant commis une infraction ; une conséquence fâcheuse qui semble sanctionner une action ou une situation condamnable d'un point de vue moral), à peine de, sous peine de (= si l'on ne veut pas être passible de ; si l'on ne veut pas courir le risque de)
      • _ dépénaliser une infraction (= lui enlever son caractère pénal), une dépénalisation
      • _ il est pénal (= est relatif aux peines infligées par une instance sociale comme mesure répressive sanctionnant des délits), le droit pénal, le code pénal, une condamnation pénale, ils sont pénaux
      • pénalement (= en droit pénal, dans une procédure pénale)
      • il est pénalisant (= cause un désavantage économique, financier, social)
      • une pénalisation (= l'action de pénaliser ; une sanction prise contre un joueur, un concurrent qui a contrevenu au règlement au cours d'une épreuve sportive ; une sanction, un désavantage infligé à quelqu'un dans le cadre d'une réglementation ; un désavantage d'ordre économique, financier, social)
      • pénaliser (= infliger une pénalisation à un joueur, une équipe, un concurrent qui a contrevenu au règlement ; infliger une sanction, une punition ; causer un désavantage, un handicap d'ordre économique, financier, social) [en pénalisant ; Il ne fallait pas que nous le pénalisassions.]
      • une pénalité (= un système de peines infligées par une instance sociale comme mesure répressive sanctionnant des délits ; une peine réprimant un délit ; une sanction pécuniaire appliquée par l'administration en vertu de la loi et sous contrôle des tribunaux ; une sanction infligée à un joueur, un concurrent qui a contrevenu au règlement ; une sanction, un désavantage infligé à quelqu'un dans le cadre d'une réglementation ; une conséquence pénible sanctionnant une faute)
      • _ un pénalty ou péno (= au football, une pénalisation pour une faute grave commise dans la surface de réparation, consistant en un tir accordé à l'équipe adverse), l'épreuve des pénaltys (= pour départager deux équipes dans le cas d'un match nul qui ne peut pas être rejoué)
      • une pénologie (= une étude des mesures pénales et des effets qui en résultent, tout particulièrement en ce qui concerne la protection de la société et la réintégration sociale des délinquants)
      • 1. B. une peine (= un état affectif, durable, fait de tristesse, de douleur morale ou d'un profond sentiment d'insatisfaction (généralement à la suite ou à cause d'un évènement déterminé), être en peine de quelque chose (= ressentir cruellement le manque de quelque chose), mettre en peine (= provoquer un souci, une inquiétude)
      • 1.C. une peine (= un travail physique très pénible ; une situation pénible par manque de ressources ; la fatigue, l'effort, l'attention nécessaires pour effectuer un travail, une activité quelconque)
      • 1.D. avoir, éprouver, ressentir de la peine à faire quelque chose (= avoir une difficulté d'ordre matériel, psychologique, moral rencontrée dans l'accomplissement de quelque chose, dans le déroulement d'un processus), à grand'peine ou avec peine (= avec beaucoup de difficulté)
      • il est peiné de quelque chose (= éprouve de la peine, de la tristesse), un art peiné (= qui laisse paraitre le travail, la recherche ; qui manque de spontanéité, de simplicité)
      • un peine-à-jouir (= une personne qui, dans le coït, ne parvient au plaisir que lentement et difficilement ; une personne lymphatique, triste)
      • peiner (= faire un travail physique très pénible, travailler très durement ; avoir de grandes difficultés, beaucoup de mal à faire un travail, une activité quelconque ; fournir un effort trop grand ; faire de la peine à quelqu'un) [je peine, ils peinent, tu peines ; je peinai, ils peinaient, je peinais, il peinait, peiné(e)(es)(s), vous peinez ; nous peinons ; nous peinions ; vous peiniez]
      • _ peineusement
      • il est peineux (=travaille durement, peine dans une activité ; est laborieux)
      • _ à grand-peine (= avec beaucoup de peine, très difficilement)
      • _ il est lypémaniaque (= est atteint de lypémanie ; est relatif à la lypémanie)
      • une lypémanie (= un état dépressif caractérisé par une mélancolie profonde)
      • _ (peinard ou pénard)
      • _ il est penaud (= est embarrassé, confus, généralement à la suite d'une déconvenue, d'une maladresse ou pour avoir été pris en défaut)
      • penaudement (= avec une attitude, un air penaud)
      • _ une pénibilité (= le caractère pénible d'une activité, d'un travail)
      • il est pénible (= cause un sentiment de peine, un état affectif de douleur morale, de tristesse ou d'ennui ; requiert ou cause beaucoup de fatigue, d'effort ou de souffrance physique ; requiert ou cause beaucoup de fatigue, de souffrance ou d'effort, intellectuel ou moral ; est difficile à supporter, à endurer ; donne l'impression attristante d'être effectué avec beaucoup d'effort et de difficulté ; rencontre des difficultés, des obstacles dans son déroulement)
      • péniblement (= d'une manière pénible ; au prix de beaucoup d'effort, de fatigue, de souffrance physique ; au prix de beaucoup de fatigue, de souffrance ou d'effort intellectuel ou moral ; avec beaucoup de difficultés ; à peine ; tout juste)
      • voir aussi : tristesse
      Homophones :
      • 1. un pêne (= une pièce mobile d'une serrure ou d'un verrou, qui, actionnée par une clef, un bouton ou une poignée, pénètre dans la gâche et maintient le battant fermé)
      • 2. une penne (= une grande plume des ailes, une rémige, et de la queue, une rectrice, des oiseaux, constituée d'une tige rigide et de barbes résistantes, serrées les unes contre les autres ; une des grandes plumes des oiseaux de proie qui muent chaque année ; la barbe d'une flèche ; l'extrémité supérieure d'une antenne)
      • il est penné, une fuille pennée (= dont les nervures ou les folioles sont disposées comme les barbes d'une plume)
      • un pennon (= un empennage d'une flèche ; une flamme à longue pointe que portaient au Moyen Âge les chevaliers au bout de leur lance ; une petite girouette ou banderole en étamine, attachée à quelque hauteur au-dessus du pont, à une vergue ou à un galhauban, pour indiquer la direction du vent)
      • un pennon ou penon (= un écu dont les quartiers ou partitions indiquent les alliances ou les degrés généalogiques de la famille intéressée)
      • 3. [nous peignons, nous peignions ; je peignai, ils peignaient, je peignais, il peignait, peigné(e)(es)(s), vous peignez, vous peigniez] peigner (= démêler, lisser les cheveux, les poils de la barbe d'une personne, les poils d'un animal ; coiffer ; démêler, épurer, paralléliser les fibres textiles avec le peigne ou la peigneuse ; passer un râteau ; labourer, bêcher ; entretenir un jardin, un domaine avec grand soin ; soigner de façon excessive), se peigner (= démêler ses cheveux)
      • des cheveux, des poils peignés (= qui sont démêlés et mis en place, coiffés), une personne bien ou mal peignée (= qui prend soin ou non de sa personne, qui est bien ou mal accoutré), une végétation, un jardin, un lieu peigné(e) (= qui est arrangé avec soin, qui a un aspect ordonné), une œuvre peignée (= qui est trop soignée, apprêtée), un coton, une laine peigné(e) (= un tissu de coton, de laine tissé uniquement avec des fibres longues qui donnent des tissus plus secs et plus lisses au toucher), un papier peigné ou papier peigne (= un papier qui présente des veinures), un hareng peigné (= qui a perdu ses nageoires et beaucoup de ses écailles), une morue peignée (= qui a perdu une partie de sa peau)
      • un peigné (= un décor de hachures ; un tissu de laine peignée)
      • une peignée (= une volée de coups, une raclée ; la quantité de laine ou de chanvre que l'ouvrier met sur son peigne)
      • un peignier (= un artisan qui fabrique des peignes)
      • 4. [nous peignons, nous peignions ; ils peignaient, je peignais, il peignait, vous peignez, vous peigniez] peindre (= couvrir d'une couche de couleur ; appliquer de la peinture ; figurer quelque chose en utilisant de la peinture ; orner avec des motifs peints ; représenter, évoquer quelque chose ou quelqu'un par un moyen d'expression autre que la peinture, d'une façon manifeste et frappante), se peindre (= se dépeindre ; révéler son propre caractère en s'exprimant ; se représenter quelque chose par l'imagination ; apparaitre de manière sensible)

            • 1. [je peins, il peint, peint(e)(es)(s)] peindre (= couvrir d'une couche de couleur ; appliquer de la peinture ; figurer quelque chose en utilisant de la peinture ; orner avec des motifs peints ; représenter, évoquer quelque chose ou quelqu'un par un moyen d'expression autre que la peinture, d'une façon manifeste et frappante), se peindre (= se dépeindre ; révéler son propre caractère en s'exprimant ; se représenter quelque chose par l'imagination ; apparaitre de manière sensible)
            • il est peint (= est recouvert d'une couche de peinture ; est fardé, maquillé, teint ou verni ; est orné de motifs peints ; est exécuté avec de la peinture), elle est peinte
            • un pain (= un aliment fait de farine mêlée d'eau et de levain et cuit au four ; ce dont la forme, le gout ou l'apparence est ressemblant ; une masse de pâte cuite ; la nourriture, ce qui est indispensable à la vie) 
             
            • un pin (= un conifère, un arbre) 

            • une pinte (= une mesure de capacité ancienne ou anglo-saxonne ; un récipient ; cette quantité de liquide ; un débit de boissons, un bistrot [Suisse])
            • être pinté (= être saoul)
            • pinter (= boire avec excès) [je pinte, ils pintent, tu pintes], se pinter la gueule (= s'enivrer)
                • un peintre (= un ouvrier ou un artisan qui peint des surfaces, des murs, des objets ; une personne, un artiste qui pratique l'art de la peinture ; une personne qui, par le langage ou la musique, tend à représenter les choses d'une manière vive, suggestive et colorée), une peintre ou peintresse
                • un peintre-graveur (= un artiste qui fait de la gravure originale)
                • un peintriot (= un mauvais peintre)
                • un peinturage (= l'ation de peindre, de peinturer ou de peindre de façon maladroite ou avec de mauvaises couleurs ; le résultat de cette action)
                • une peinture (= une matière colorante composée d'un pigment et d'un liant, utilisée pour recouvrir une surface, pour la protéger ou l'orner ; un fard, un maquillage du visage ; un vernis à ongles ; une teinture des cheveux, de la barbe ; une couche de peinture recouvrant une surface, un objet; surface peinte ; l'action de recouvrir une surface, un objet d'une matière colorante ; l'art de peindre ; le moyen d'expression qui, par le jeu des couleurs et des formes sur une surface, tend à traduire la vision personnelle de l'artiste ; une œuvre picturale ; le fait de représenter quelque chose par le langage, la musique ou tout moyen d'expression autre que la peinture ; une description, une évocation se voulant exacte, vive et frappante)
                • une peinture-émulsion
                • une peinture-poésie (= une peinture qui s'impose à l'esprit par sa force créatrice)
                • peinturer (= peindre ; couvrir d'une couche de couleur, badigeonner ; faire de la mauvaise peinture; peindre maladroitement ou en utilisant des couleurs criardes ; farder, maquiller avec excès) [je peinture, ils peinturent, tu peintures]
                • un peintureur (= celui qui peinture ; un ouvrier qui met en couleur les bois, les fers, les murs, etc. ; un mauvais peintre)
                • un peinturier (= un mauvais peintre)
                • il est peinturier (= appartient aux peintres)
                • _ un peinturleur ou peinturlureur (= un mauvais peintre, un barbouilleur), une peinturleuse ou peinturlureuse
                • un peinturlurage (= l'action de peinturlurer ; le résultat de cette action)
                • une peinturlure (= une mauvaise peinture ; un tableau, un ornement, dénué de valeur artistique et peint de couleurs criardes ; un maquillage mal fait et excessif)
                • il est peinturluré (= est maquillé)
                • peinturlurer (= peindre quelque chose grossièrement ; couvrir de couleurs criardes ; faire de la mauvaise peinture ; faire de la peinture ; donner des couleurs vives) [jepeinturlure, tu peinturlures, ils peinturlurent], se peinturlurer (= se maquiller, se farder à l'excès)  
                • voir : peindre
                 
                PEJ
                • il est péjoratif  (= a une dénotation ou une connotation défavorable ; est défavorable, dépréciatif)
                • un péjoratif (= un mot qui a une dénotation défavorable)
                • péjorativement (= d'une manière péjorative)
                • voir : pire

                PEK
                • un pékan  (= une martre du Canada ; sa fourrure)
                • un péket ou péquet (= une eau-de-vie parfumée au genièvre) [Belgique]
                • 1. Pékin, en chinois Beijing (= la capitale de la Chine)
                • _ un pékin (= une étoffe de soie peinte; étoffe présentant des raies alternativement mates et brillantes ou de couleurs, de matières différentes)
                • un tissu ou un vêtement pékiné (= qui présente des rayures alternativement mates et brillantes ou de couleurs, de matières différentes), une matière pékinée (= qui est rayée)
                • un pékiné (= un tissu qui présente ces caractéristiques)
                • _ il est pékinois (= est de Beijing, de Pékin), un Pékinois
                • le pékinois (= un dialecte)
                • un pékinois (= un épagneul nain, un chien)
                • _ un pékinologue (= un spécialiste de la politique chinoise)
                • 2. un pékin ou péquin (= celui qui n'appartient pas à un milieu particulier ; dans l'argot militaire : un civil, un bourgeois)
                      Comments