Causes et conséquences de cette échec

Les causes principaux :
 
      Un enfant dispose de multiples aptitudes nécessaires à l’apprentissage : élan à l’interaction, organisation structurée, attention visuelle soutenue, etc. Mais chaque enfant possède un rythme qui lui est propre et se développe en fonction de son environnement. Tous ces éléments entrent en compte dans la détermination des causes de l’ échec scolaire .
        
   Les causes de l' échec scolaire demeurent diverses et variées selon chaque enfant. Où l’ échec scolaire trouve-t-il son origine ?
  • Echec scolaire : difficultés d’apprentissage et phobie scolaire :
      Les troubles dits "dys" non détectés et traités à temps conduisent souvent à l’ échec scolaire de l’enfant. La dyslexie engendre des problèmes de lecture qui s’associent couramment à la dysorthographie, trouble de l’apprentissage de l’écriture. L’enfant peut se trouver sujet à d’autres troubles : dyscalculie, dyspraxie ou dysphasie. Tous ces troubles non soignés à temps contribuent à l’ échec scolaire.
 
      La cause peut se nicher également dans la phobie scolaire. Elle se caractérise par une peur panique et un refus catégorique de se rendre à l’école qui se manifestent par des cris, des pleurs et des plaintes. La phobie scolaire apparaîtrait plus fréquemment chez les garçons, entre cinq et treize ans. 
  • Echec scolaire : enfants précoces et redoublement :
      Certains enfants précoces ou surdoués peuvent rencontrer un échec scolaire . Mentalement en avance et atteignant un QI supérieur à 130, ils s’ennuient et font preuve de désintérêt à cause d’un enseignement non adapté à leurs désirs et leurs capacités. Les professeurs ne savent pas toujours comment réagir face à eux.
 
      Le redoublement a pour but de permettre à l’enfant d’acquérir les connaissances mal assimilées. Selon une étude, les effets ne sont pas forcément positifs : le redoublement peut être générateur de stress, vécu comme un échec personnel tant pour la famille que pour l’enfant.
 
      Si l’enfant l’accepte mal et que cela cause un déséquilibre psychologique, redoubler peut avoir la conséquence inverse et être une cause de l’ échec scolaire .
 
 
Les conséquences :
 
      L’ échec scolaire se répercute sur l’équilibre psychoaffectif de l’enfant. Souvent, les parents réagissent comme s’il s’agissait d’une fatalité et ressentent de la culpabilité.
 
   Ils le perçoivent comme un échec de leur éducation. Quelles répercussions l’ échec scolaire peut-il avoir sur l’enfant ? Les conséquences ne sont pas uniques et diffèrent en fonction des enfants, de leur environnement et des actions mises en place pour lui venir en aide.
  • Echec scolaire : stress, anxiété et dépression
      Suite à l’ échec scolaire , l’enfant développe des formes de stress et d’anxiété. Cela se manifeste de manières diverses par des troubles psychosomatiques. Il se sent plus fatigué, il est sujet aux vomissements, des tics apparaissent, il a souvent des maux de ventre… Il fait tout pour éviter l’école, les devoirs et parfois même le contact social.
 
      En cas d’ échec scolaire , l’enfant peut faire une dépression différente de celle de l’adolescent ou de l’adulte. Culpabilité et doutes engendrent un mal de vivre dans l’environnement familial, social et scolaire. Cela se traduit par une incapacité à aborder les exigences scolaires et à accepter l’échec dû à une compétition avec autrui. Les enfants concernés deviennent inquiets, passifs, sensibles aux changements.
  • Echec scolaire : troubles du comportement et estime de soi

      L’ échec scolaire peut également induire des troubles du comportement. L’enfant peut développer des comportements agressifs, voire délinquants. Souvent, celui-ci veut surtout attirer l’attention. L’instabilité engendrée peut constituer un terrain propice aux mensonges, vols et fugues à l’adolescence.

      L’ échec scolaire peut avoir des conséquences sur l’estime de l’enfant. Il se forge une image négative de lui-même due aux remontrances de la famille, des professeurs, au regard des autres enfants. Il va se sentir inférieur aux autres élèves. Cette baisse de la confiance en soi ne résout pas le problème et engendre des résultats inférieurs aux capacités de l’enfant.
 
 
     

 

 
 
  
 

Comments