AU FIL DU KANAL‎ > ‎

L'herboriste en herbe

  `                                                                                                                                             
Tous les mois, sous la gravure de la maison natale de Joseph Lakanal, Buffon Jr tient sa rubrique comme il le fait dans l'édition mensuelle du Kanal. Il n'est pas de ceux qui oublieront que Lakanal, entre autres titres de gloire, à sauvé le Jardin des Plantes...












L'EUPHORBE REVEILLE MATIN

  

Ne la mettez pas sur votre table de chevet elle ne vous réveillera pas. Cette plante indésirable qui envahit nos jardins doit son nom au fait que son inflorescence  en forme d'ombelle se tourne systématiquement, à l'aurore vers le soleil. Encore appelée petite éclaire ou herbe à verrue elle est la petite naine d'une grande famille qui compte près de 1000 variétés de par le monde, dont certaines sont arborescentes.

Dépassant rarement 20 à 30 cm de hauteur, l'euphorbe réveille  matin se pare d'une couleur vert jaune et aime bien les jardins bien fumés.

Sa tige est dotée d'un suc laiteux qu'on appliquait autrefois sur les verrues pour les faire disparaître.

Ne vous y risquez pas ! Ce latex, particulièrement corrosif peut provoquer de très graves lésions cutanées et vous rendre aveugle si vous vous en frottez les yeux.

Prenez des gants pour arracher  cette fâcheuse si vous n'avez pas de binette à portée de main, et gare aux mirettes !

                                                                  

                                                               -K- 



L'IF (pas si) COMMUN

 

Les Gaulois utilisaient sa sève pour empoisonner leurs flèches. On le trouve dans certains cimetières, mais aussi dans les jardins publics, car, tout comme celui du  buis, son feuillage se prête particulièrement bien à la sculpture florale.

Cet arbre de taille moyenne, (il dépasse rarement 15 m de haut), jouit d'une longévité exceptionnelle : En Angleterre il se trouverait un spécimen  vieux de plus de 3000 ans !

Hélas, cet arbre, de la famille des taxacées se raréfie, et s'il n'avait été acclimaté dans les Parcs  publics il pourrait bien disparaître. Il est vrai que l'if commun est particulièrement toxique, et il ne fait jamais laisser un cheval brouter ses feuilles, sous peine de le tuer à coup-sûr.

Ses fines feuilles persistantes d'un beau vert sombre sont extrêmement toxiques y compris pour l'Homme. La coupable en est un alcaloïde,  la taxine qui provoque des troubles cardiovasculaires et nerveux pouvant entrainer la mort.

Paradoxalement ses fruits, rouge vif, de la taille d'une airelle sont inoffensifs, à l'inverse des graines qu'ils contiennent.

Bien qu'associé à la mort dans de nombreuses croyances mythologiques, il serait dommage de la voir disparaître…Prenez simplement la précaution  de ne pas le planter dans votre haras !


                                                                                          -K- 



LE PERSIL DES CHIENS


C'est le printemps, période bénie des jardiniers. Dans le carré des plantes condimentaires le persil plat (le plus parfumé) vous attend et vous donne envie de faire, comme il se doit… une persillade. Un bon conseil, évitez le persil des chiens autrement appelée petite cigüe.

Certes, elle n'est pas aussi méchante que sa cousine, la grande cigüe, qui servait sous l'antiquité grecque, mais aussi  romaine,  aux exécutions raffinées, (moins expéditives que le glaive et moins cruelles que la croix), mais ce persil des chiens peut tout de même vous faire passer un très mauvais moment, même si une consommation  létale est assez peu probable sauf à consommer ses racines ou ses graines.

L'ennui, c'est que contrairement à sa grande cousine et à cette autre parente, la cigüe aquatique, elle est assez familière des jardins, et pour ne rien arranger, elle ressemble comme une sœur jumelle à notre persil plat.

Fort heureusement, la nature nous a dotés du seul organe qui ne se dégrade pas avec l'âge : l'organe olfactif. Il suffit de froisser une feuille de persil pour en dégager un parfum  agréable si caractéristique. Ses trois cousines, elles, possèdent une autre senteur rappelant fortement l'urine des chats ou des rongeurs…Pour les puristes, la cigüe présente au long de sa tige des tâches rougeâtres plus apparentes à la base qu'on ne trouve pas chez le persil.

La grande cigüe, quant à elle, parfois appelée mort-aux-oies, est un poison mortel…immortalisé, si j'ose l'écrire, par Socrate, le philosophe grec qui fut condamné à en boire une décoction jusqu'à trépas. Toutefois, la description par ses contemporains des effets produits sur le philosophe après qu'il eut pris son breuvage ne sont pas caractéristiques de la seule cigüe si l'on en croit certain toxicologues. Selon eux, il pourrait avoir absorbé une mixture à base d'opium, de cigüe et de datura  évoqué dans mon précédent billet.

Quoiqu'il en soit, évitez soigneusement cette plante autant que ses cousines, la petite cigüe et la cigüe aquatique. Toutes les trois sont dotées (entre autres) d'un alcaloïde violemment toxique, et pour tout dire létal, la conicine.

Mais bon, chers lecteurs du Kanal, vous sachant fins gourmets, je suis rassuré : Il ne  vous viendrait pas à l'idée de consommer une salade sentant l'urine !

                                                                                          

                                                                    -K- 

                                                                                                                                                                   

 LE POMMIER DU DIABLE

 Cette plante, dont des variétés exotiques arborescentes aux fleurs splendides sont parfois cultivées dans nos jardins, est un datura dont l'espèce commune de nos régions prospère dans les endroits les plus inattendus. Il n'est pas impossible que vous en découvriez un pied dans votre carré de choux ou vos plants de salade sans que vous sachiez comment il est arrivé là.

Le pommier du diable ou pommier épineux est une superbe plante annuelle pouvant atteindre plus de 150cm. Doté d'une solide tige dressée et de larges feuilles crénelées, il se pare à l'été de fleurs blanches en forme de trompette qui s'ouvrent, la nuit en dégageant un parfum suave qui attire les papillons de nuit… à longue trompe, évidemment.

Ne vous laissez surtout pas attendrir, mais arrachez-le au plus vite pour éviter sa prolifération. Car ce "pommier du diable" produit à maturité un fruit de la taille d'une grosse noix bardée de fausses épines et contenant des graines par centaines qui ne demandent qu'à produire de nouveaux pieds.

Toute la plante est particulièrement vénéneuse, (feuilles et fruits), et peut vous envoyer très vite "ad patres". Elle contient en effet, en fortes proportions des substances hautement toxiques telles que l'hyoscyamine, l'atropine et la scopolamine. L'équivalant d'une cuillère à café de ses graines vous tue à coup-sûr.

Pourtant quelques kamikazes, amateurs de sensations fortes en consomment parfois pour les effets stupéfiants que procure cette plante laquelle présente, hélas, l'inconvénient de ne pas être classée au tableau des produits stupéfiants. Utilisée sous forme d'infusion des graines, ou en fumant ses feuilles en guise de "joint", elle provoque un dangereux dédoublement de personnalité et de graves hallucinations avec un très mauvais réveil lorsque les effets s'estompent. En outre, le dosage étant extrêmement délicat, il peut ne pas y avoir de réveil.

Mauvais trip !

Les variétés exotiques ornementales du datura produisent les mêmes effets.

 

Chassez-les sans pitié !

                                                                                                                                                                                               


                                                                     -K-


LE FEU DE SAINT-ANTOINE*. (Ergot du seigle).

 

 

Longtemps considéré comme la céréale du pauvre, le seigle a par le passé nourri des générations de populations, dont le pain, issu de sa farine, constituait le principal aliment.  Il faut dire que contrairement au blé, le seigle, pas bégueule pour deux sous, s'accommode de terres arides et supporte les grands froids.

Hélas, cette consommation  n'était pas sans risque, car cette céréale était souvent parasitée  par le terrible ergot du seigle, champignon microscopique qui prospérait au sein des grains du seigle, (mais aussi parfois du blé), formant dans son plein développement une excroissance rappelant l'ergot du coq, d'où son nom.

Dans les périodes de disette, en particulier, les grains de seigle étaient peu triés, et la consommation excessive de ce parasite entraînait de graves troubles psychiques provoquant des délires et des gangrènes foudroyantes appelées ergotisme. Il est vrai que jusqu'au XIXème on en ignorait les causes, et la relation avec la consommation de farines infestées par l'ergot du seigle ne fut que très tardivement établie. Pourtant, au XVIème siècle des matrones utilisaient déjà les effets de l'ergot pour faciliter les accouchements !

Au début du siècle  dernier, des savants chimistes en isolèrent  des alcaloïdes qui avaient pour vertu de réduire l'hypertension.

Mais c'est par hasard, en essayant de synthétiser des substances de ce champignon qu'Albert Hoffman, un savant chimiste travaillant aux laboratoires Sandoz, en Suisse, découvrit les effets hallucinogènes de l'acide lysergique contenu dans l'ergot du seigle…La combinaison synthétique de cette substance avec un produit commun de laboratoire transformée en cristaux dont il avait sans doute respiré des vapeurs provoqua chez lui d'étranges hallucinations qui feront plus tard les délices des stars d'Hollywood… et de bien d'autres encore.

Le L.S.D. était né…

Hélas les délires provoqués par cette substance (maintenant interdite) ne sont pas sans danger… Un célèbre chanteur des années 70 en fit les frais qui, se prenant pour un oiseau sous l'effet de cette drogue, sauta par la fenêtre de son appartement situé à un étage élevé et ne s'en releva pas…

 

                                                                                                                                                              Buffon Jr

 

*L'ergot du seigle est aussi appelé feu de Saint Antoine en l'honneur de ce moine qui, au Moyen-Age,  avait la réputation de guérir les intoxications provoqués par ce champignon parasite.

 

                                                                        -K-




LA BELLE DAME


Ne l'approchez pas ! Cette belle dame là n'est pas fréquentable ! Plante herbacée vivace, elle fréquente les lisières de bois, les friches et se complait sur les terrains calcaires. 

Sa tige ramifiée est dotée de feuilles molles dont la forme rappelle celles de l'oranger se pare à la belle saison de petites fleurs campanulées de couleur brune, donnant à la fin de l'été de magnifiques baies luisantes, noir de jais d'une taille un peu supérieure à celle des airelles. 

La belladone (de l'italien "Bella donna") doit son nom à l'utilisation qu'en faisaient, depuis la Rome Antique et jusqu'au Moyen-âge les élégantes romaines qui utilisaient son suc pour dilater la pupille de leurs yeux, à leurs risques et périls, car la belladone est violemment toxique. Il faut dire qu'elle appartient à la grande famille des solanacées, tout comme la pomme de terre et la tomate dont certaines parties sont également toxiques, tout comme la dangereuse bryone déjà traitée ici. Il est vrai que cette plante aux énormes racines, beaucoup utilisée au Moyen-âge dans l'art es-sorcellerie, contient une proportion importante d'atropine…Elle vous fait passer à coup-sûr de vie à trépas pour peu que vous commettiez l'imprudence d'en consommer une vingtaine de baies.

Mais comme dans ce bas-monde rien n'est tout blanc ou tout noir, pas même les baies de belladone, elle est utilisée en pharmacologie pour soulager très efficacement les crises d'asthme…


                                                                                     -K-


Sous-pages (1) : Vu d'ici
Comments