Biographies rémoises - O P

Note : Cet essai de Dictionnaire de biographie rémoise comporte, dans un premier temps, les notices principalement extraites des ouvrages cités dans les sources ci-dessous. Il s’enrichira, au fil du temps, d’autres sources et des notices auxquelles vous voudrez bien contribuer dans ce site interactif.

Sources :

LRDR = Les Rues de Reims, mémoire de la ville, par Jean-Yves Sureau, Reims, 2002.

LRDT = Les Rues de Tinqueux, par Jean-Yves Sureau, Reims, 2003.

LRDRM = Les Rues de Reims Métropole, par Jean-Yves Sureau, en préparation.

Œhmichen, Étienne.
(1884-1955). Ingénieur. Né à Châlons-sur-Marne le 15 octobre 1884, mort à Paris le 10 juillet 1955. Étienne Œhmichen, dont le père était commandant de l’École d’artillerie de Châlons, fit des études sur l’aérodynamique, la cinématographie, la zoologie et la paléontologie. Il effectua le 4 mai 1924 à Arbouans (Doubs) le premier kilomètre en circuit fermé en hélicoptère, avec décollage et atterrissage à la verticale. Il fut titulaire de la chaire d’aérolocomotion mécanique et biologique au Collège de France. Il repose, depuis 1956, à Arbouans, où il fit son vol historique.
Source : LRDR.

Ognois, Marie.
(1898-1944). Résistante. Exécutée à Tournes (Ardennes) le 29 août 1944. Marie Thérèse Thirion, épouse de Maurice Ognois, fut avec son mari une résistante active de Libération-Nord. Arrêtée par la Gestapo le 8 juillet 1944 avec son mari et emprisonnée à Charleville, le 29 août suivant elle tombait sous les balles allemandes en même temps qu’André Schneiter et Paul Schleiss au bois de la Rosière, près de Tournes. Elle repose au Cimetière de l’Est.
Source : LRDR. (photo CRDP Reims - Enseigner la mémoire)

Orbais, Jean d’.
(v. 1175-1231). 1er architecte de la cathédrale. Né sans doute à Orbais vers 1175, mort sans doute à Reims en 1231. Jean d’Orbais tire son nom du bourg de la Marne dont il était originaire et où il a vraisemblablement fait ses débuts au chantier de l’église d’Orbais. Il fut le premier architecte de la cathédrale de Reims à la construction de laquelle il travailla de 1210 à 1231.
Source : LRDR.

Ormesson, Marie François-de-Paule Lefèvre d’.
(1710-1775). Conseiller d’État. Né à Paris le 18 octobre 1710, y est mort le 7 novembre 1775. Marie François-de-Paule Lefèvre d’Ormesson, fut intendant des finances, conseiller d’État ordinaire en 1758. Il épousa à Paris en 1740 Anne Louise du Tillet de la Bussière (1718-1792). Le plan Legendre, en 1765, indiquait, sur le Marché au blé, le projet de la fontaine dédiée à M. d’Ormesson, conseiller d’État ordinaire.
Source : LRDR.

Paindavoine, Léon.
(1892-1962). Industriel. Né à Lille le 11 avril 1892, mort à Reims, 2, rue Clovis, le 15 décembre 1962. Léon Pierre Adolphe Paindavoine, Croix de guerre 1914-1918, fut à la tête d’une importante manufacture de tissage de coton et de soie, rue Gosset. D’une grande générosité il finança la construction du foyer de jeunes travailleurs qui porte son nom et fit d’importants dons pour les orgues de l’église Saint-Nicaise. Il épousa à Paris, en 1924, Gabrielle Huguette Sylvie Husson, puis à Reims, en 1950, Georgette Casner (1900-1985) et repose au Cimetière du Nord.
Source : LRDR.



Louis Paris
P
aris, Henri.
(1821-1902). Maire de Reims. Né à Épernay le 4 mars 1821, décédé à Avenay le 6 avril 1902. Henri Paris, bâtonnier de l’ordre des avocats de Reims, conseiller général, président du comité royaliste de la Marne, fut maire de Reims de février à décembre 1874. Il épousa à Avenay en 1848 Noémie Joséphine Paris et y repose. Leur fille épousa le négociant en vins de Champagne Eugène Koch. Plusieurs membres de cette famille, originaire d’Avenay, se sont rendus illustres : Paulin Paris, qui suit, Louis Paris (1802-1887), bibliothécaire de la ville de Reims et auteur fécond, Bruno Paulin Gaston Paris (1839-1903), professeur au Collège de France, spécialiste de la littérature médiévale.
Source : LRDR.


Paris, Paulin.

(1800-1881). Né à Avenay le 25 mars 1800, décédé à Paris le 13 février 1881. Paulin Paris, élève du Lycée de Reims, membre de l’Institut, fut professeur de langue et de littérature du Moyen Âge au Collège de France. Il épousa en 1826, sa parente, Pauline Rougé (…-1865). Son fils, Gaston Paris, né à Avenay le 9 août 1839, décédé à Cannes le 5 mars 1903, lui succéda au Collège de France. Membre de l’Académie française en 1895, il succéda au fauteuil de Pasteur.
Source : LRDR.

Parmentier, Eugène Maurice.
(1848-1903). Entrepreneur de travaux publics. Né à Saint-Thierry le 28 septembre 1848, mort à Reims, 70, rue du Faubourg de Laon, le 28 février 1903, Eugène Maurice Parmentier épousa à Reims, en 1879, Marie Blanche Adélina Barbelet, née à Saint-Thierry le 5 novembre 1851, morte à Châlons-sur-Vesle le 26 février 1933. Leur fille Gabrielle Valentine Louise (1882-1963) épousa le docteur Henry Arthur Brissart (1874-1957). Il repose au Cimetière du Nord.
Source : LRDR.

Patoux, Léon.
(1838-1888). Né à Sermaize (Marne) le 17 mai 1838, mort à Reims, 25, chaussée du Port , le 8 septembre 1888. Léon Auguste Patoux, négociant en bois, créa vers 1880, avec Alfred d’Anglemont de Tassigny, la Compagnie des sapeurs-pompiers bénévoles de Reims, dont il fut le capitaine commandant. Président de la Fédération des officiers et sous-officiers de sapeurs-pompiers de France et d’Algérie, président-né de la Compagnie des sauveteurs de Reims, il fut fait chevalier de la Légion d’honneur. Il épousa Marie Camille Henry (1838-1929). Leur fils, Lucien Patoux, fut longtemps président du Tribunal de commerce de Reims. Léon Patoux repose au Cimetière du Nord.
Source : LRDR.

Payen, Émile Auguste.
(1798-1876). Ingénieur. Né à Liège le 26 avril 1798, mort le 17 novembre 1876. Émile Auguste Payen, polytechnicien, ingénieur des ponts et chaussées en 1817, travailla au Canal de Nantes, puis au Canal de Bourgogne, et fut chargé du Canal de l’Aisne à la Marne, à Châlons en 1840. Ingénieur en chef à Reims, en 1843, il fut en outre chargé du chemin de fer de Paris à Strasbourg, et d’une étude de la même ligne en passant par Reims, en 1844. Chevalier de la Légion d’honneur en 1834, il fut promu commandeur en 1866 et prit sa retraite en 1868, en qualité d’inspecteur général de 1ère classe.
Source : LRDR.

Pellot, Remi.
(1917-1982). Administrateur de sociétés. Né à Épernay le 25 mars 1917, décédé à Reims, 3 E, rue des 16e et 22e Dragons, le 6 avril 1982. Remi Philippe Julien Pellot, administrateur fondateur du COPLORR, fut président directeur général de la Société Druart & Pellot, Béton-Reims et Houlon frères. Il se consacra pendant 28 ans au scoutisme d’où son grand dévouement social. Fils d’André Pellot et d’Anne Druart, il épousa à Rouen en 1942 Denise Rachel Julie Deconihout, dont est issu Benoît Pellot, président directeur général des Magasins généraux de Champagne-Ardenne, président du Tribunal de commerce de Reims, chevalier de la Légion d’honneur. Remi Pellot repose au Cimetière du Nord.
Source : LRDR.

Pelthier, Maurice.
(1895-1980). Avocat rémois. Né à Plombières-les-Bains (Vosges) le 21 juin 1895, décédé à Reims, 18, rue de l’Écu, le 24 mars 1980. Maurice Joseph Arsène Pelthier, avocat, bâtonnier de l’ordre, se dévoua à l’enfance malheureuse. Il créa des centres et des foyers en faveur de ces jeunes et œuvra pour leur réinsertion sociale. Il fut commissaire du gouvernement de la 6ème Région et, à ce titre, fit partie des tribunaux militaires durant la guerre 1939-1945. Il put ainsi soustraire aux Allemands de jeunes cas sociaux destinés à la déportation ou à la détention. Commandeur de la Légion d’honneur, médaillé militaire, Croix de guerre 1914-1918 et 1939-1945, commandeur de l’ordre national du Mérite, médaillé de la Résistance, il fut en outre président du Service Social et de Sauvegarde. Il épousa Marguerite Thérèse Arnould.
Source : LRDR.

Penetier, Yvan.
(1923-1944). Résistant. Né à Reims, 28, rue Coquebert, le 7 juillet 1923, mort pour la France à Paris 9e, rue de Maubeuge, le 21 août 1944 . Yvan Georges Jean Penetier, moniteur de centre de jeunesse, combattant volontaire, engagé à 20 ans, dans la lutte armée en 1943 à Paris et chef d’un groupe de combat, participa à l’assaut de la préfecture de Police, du siège de la Milice rue Le Peletier et à la libération de la mairie du 10ème arrondissement. Le 21 août, il fut tué lors d’une mission à la Gare du Nord. Yvan Penetier repose au Cimetière de l’Est, où l’a rejoint sa mère Albertine Penetier (1904-1968) épouse de Georges Eldaroff (1896-1975), négociant en immeubles et fonds de commerce, conseiller municipal de Reims élu en 1929. Sa sépulture est fleurie chaque année par la Ville de Reims, le 30 août, pour l’anniversaire de la Libération de Reims.
Source : LRDR. (Photo : site de Gilles Primout)

Pépersack, Daniel.
(XVIIe siècle). Daniel Pépersack, maître tapissier d’origine flamande, fut le plus célèbre des artistes tapissiers de la ville de Reims. Il y épousa, le 25 juin 1633, Françoise Collery, sœur d’un peintre déjà renommé. Le musée du Tau possède quelques œuvres de Pépersack. Il forma toute une école de tapissiers qui le secondèrent dans ses travaux.
Source : LRDR.

Pérignon, dom.
(1639-1715). Né à Sainte-Ménehould (Marne) le 5 janvier 1639, décédé à Hautvillers (Marne) le 24 septembre 1715. Pierre Pérignon, cellérier de l’abbaye d’Hautvillers, passe pour avoir inventé le vin mousseux. Cette industrie accrut dans des proportions considérables la richesse de la Champagne. Les deux branches principales qui se partageaient le commerce et l’industrie de la ville en 1887 étaient la laine et les vins. Comme Jacquart avait été honoré précédemment, il parut juste aux édiles de rendre hommage à Dom Pérignon qui passait alors pour l’inventeur du champagne, principal élément de la richesse de la région. Il repose à l’entrée du chœur de l’église abbatiale d’Hautvillers.
Source : LRDR.



Périn, Lié Louis.
(1753-1817). Peintre. Né à Reims le 12 octobre 1753, y est mort le 20 décem-bre 1817. Lié-Louis Périn, portraitiste et miniaturiste réputé, dont Houdon, Ingres et Isabey faisaient le plus grand cas. Il épousa Anne Félicité Salbreux (1777-1849). On peut voir au musée le charmant portrait qu’il fit de Marie-Antoinette, intitulé La Petite Reine. Sa sépulture à perpétuité, au Cimetière du Nord, fut reprise en 1978 par la Ville pour état d’abandon. Son fils Alphonse Henri Périn, né à Reims le 12 mars 1798, mort à Paris le 6 octobre 1874, fut l’auteur en 1833, des peintures murales de la chapelle de l’Eucharistie de Notre-Dame de Lorette à Paris. Il fut également architecte et historien.

Source : LRDR.
Perseval, Nicolas.
(1745-1837). Peintre. Né à Chamery (Marne) le 1er avril 1745, décédé à Reims, chez son gendre Hubert Rève, 3, rue de la Vignette, le 10 mai 1837. Nicolas Perseval vint étudier la peinture à l’école de Reims. Il s’efforça, pendant la Révolution, de recueillir les objets d’art provenant des biens du clergé. Il épousa à Château-Porcien, en 1787, la belle-fille de son maître Jacques Wilbault (1729-1816), Marguerite Laval, puis à Reims, en 1794, Jeanne Marguerite Constant (1762-1832). Leur fille Marie Marguerite (1795-1847), elle-même artiste peintre, veuve d’Étienne Nicolas Doyen (1789-1835), épousa le peintre et sculpteur Hubert Rève (1805-1871). Perseval repose au Cimetière du Nord ainsi que sa fille. Son gendre repose au Cimetière du Sud. (photographie Wikipédia)

Petit, Ambroise.
(1840-1915). Musicien. Né à Reims, 12, rue des Salines, le 6 décembre 1840, y est décédé, 37, rue Simon, le 13 mars 1915. Ambroise Petit, fils de perruquier, fut ouvrier tisseur à 12 ans et devint caissier-comptable de la Société des Déchets. Doué d’une nature artistique musicale très développée, il étudia sous la direction d’Étienne Robert, à la maîtrise de la Métropole, et devint lui-même maître de chapelle de la basilique Saint-Remi. En 1867, il fonda l’Orphéon des Enfants de Saint-Remi, composé de membres recrutés parmi la classe ouvrière du quartier. Pendant plus de cinquante ans, il conduisit cette société sur tous les champs de concours où les brillants succès qu’elle remporta la placèrent bientôt au premier rang. Ambroise Petit, délégué de l’Association des Musiciens de France, créa l’Association des Médaillés d’honneur du Commerce et de l’Industrie qui devint l’une des plus importan-tes sociétés philanthropiques de Reims. Il épousa à Reims en 1861 Marie Flavie Colson (1839-…), puis Maria Leblanc. Il repose au Cimetière du Sud. On pouvait voir son buste derrière la basilique Saint-Remi. Il fut enlevé par les Allemands lors de la dernière guerre et seul le socle subsiste.
Source : LRDR.

Petit, Paul.
(1872-1966). Adjoint au maire. Né à Reims, 25, rue de l’Étape, le 8 février 1872, y est décédé, 24, rue de Tambour, le 12 mars 1966. Paul Petit, imprimeur, directeur de l’Express en 1929, siégea au conseil municipal sans interruption de 1919 à 1941, fut adjoint au maire et chevalier de la Légion d’honneur. Président-fondateur du Comité des Loisirs, en 1931, qui groupa jusqu’à 4.200 membres, il fut délégué cantonal de 1933 à 1941, premier directeur du terrain de jeux de la rue de Courcelles. Il épousa Marie Gratz (1880-1955) et repose au Cimetière du Nord.
Source : LRDR.

Petit-Delbourg, Laurent Louis.
(1801-1887). Agronome. Né à Reims le 8 brumaire an X, y est décédé, 31 faubourg Cérès, le 12 avril 1887. Laurent Louis Petit reprit la direction des exploitations de son père Antoine Laurent Petit-Hutin. Il laissa à la ville les terrains sur lesquels furent ouvertes les nouvelles rues Petit-Hutin, Petit-Delbourg et de Serres. Il épousa Angélique Adèle Delbourg (1812-1881) et repose au Cimetière du Nord.
Source : LRDR.

Petit-Hutin, Antoine Laurent.
(1775-1839). Agronome. Né à Cuiry-Housse (Aisne), mort à Reims, 61, rue du Faubourg Cérès, le 18 septembre 1839. Antoine Laurent Petit, conseiller municipal, conseiller d’arrondissement, agronome distingué qui, pendant plus de quarante ans, rendit à l’agriculture les plus signalés services par ses travaux, ses recherches et les perfectionnements qu’il sut apporter aux méthodes alors en usage pour la culture des terres. Il fut maître de la poste aux chevaux de Reims, dans le faubourg Cérès, de 1794 à 1814. Il épousa Victoire Adélaïde Hutin (1779-1830) et repose au
Cimetière du Nord.
Source : LRDR.

Petit-Roland.
MM. Petit et Roland, ouvrirent une rue dont ils firent don de la voierie à la ville à condition que leur nom y resta attaché. Ils y tenaient particulièrement car leur faire-part de décès précise pour l’un comme pour l’autre : Fondateur de la rue Petit-Roland. Dénommée vers 1872 la rue Petit-Roland fut reconnue et classée parmi les voies publiques en 1880. Elle fut débaptisée en 1924.
Source : LRDR.

Philippe, docteur.
(1801-1858). Médecin. Né à Marfaux (Marne) le 4 mars 1801, mort à Reims, 15, rue Pluche, le 6 juillet 1858. Adrien Pierre Nicolas Philippe, fit ses études médicales à Reims et à Paris, et fut reçu docteur en 1824. Chirurgien en chef de l’Hôtel-Dieu de Reims, professeur à l’École de médecine, conseiller municipal, chevalier de la Légion d’honneur, il fut l’auteur d’un grand nombre d’ouvrages d’histoire médicale et d’une biographie de Royer-Collard. Il publia en outre une Histoire de la Barbe, et des notices sur Caqué, Goulin, Noël. Époux de Marie Benjamine Adèle Louis, il repose au Cimetière du Nord.
Source : LRDR.


Pichon, Louis.
(1876-1952). Conseiller municipal. Né à Ceyroux (Creuse) le 30 octobre 1876, mort à Reims, 57, rue des Trois-Piliers, le 16 septembre 1952. Louis Antoine Arsène Pichon, maçon, militant syndicaliste, fut fondateur du Syndicat CGT du bâtiment à Reims, en 1896. Il fut président du Conseil des prud’hommes ainsi que conseiller municipal de Reims. Veuf d’Hélène Julie Albertine Antoine, il épousa Marie Germaine Oudin (1893-1970). Son buste en bronze, par Achille Jacopin (1874-1958), a été placé en bordure de l’allée centrale du Cimetière de l’Avenue de Laon, à quelques mètres de la sépulture où il repose.
Source : LRDR.

Pierrard-Parpaite, Jules.
(1808-1879). Conseiller municipal. Né à Mouzon (Ardennes) le 29 janvier 1808, mort à Reims, 24, boulevard du Temple, le 31 mars 1879. Jean Joseph Jules Pierrard, manufacturier, conseiller municipal, chevalier de la Légion d’honneur, fondateur et président de la société de secours mutuels dite de Saint-Éloi. Il créa à Reims la première fonderie de fer du département et aida puissamment au développement des progrès de l’industrie lainière dans cette ville. Il se livra avec beaucoup d’intérêt à l’étude des questions relatives au bien-être de la classe ouvrière et occupa toujours dans ses ateliers de nombreux travailleurs. Il épousa Marie Augustine Mélanie Parpaite (1810-1881), de Carignan. Ils reposent tous deux dans une chapelle en ruine, au Cimetière du Nord, où l’on pouvait voir le buste en fonte de Jules Pierrard-Parpaite qui a été volé récemment.
Source : LRDR.

Pierre, Gustave.
(1875-1939). Peintre. Né à Verdun le 10 mars 1875, mort à Paris le 19 mars 1939. Gustave René Pierre, artiste peintre et aquafortiste, fit partie des ateliers de Gustave Moreau et de Fernand Cormon. Il fut sociétaire des Artistes français et hors-concours. Il se fixa à Tramery (Marne) en 1906. Bien que né à Verdun, Gustave Pierre doit à Reims l’orientation de sa carrière. Longtemps fixé dans la région rémoise, c’est dans notre ville qu’il trouva les plus fermes et les plus durables appuis. Le musée de Reims possède de lui cinq tableaux dont un grand panneau : Poète enseignant les Bergers qui est toujours exposé. Il reçut la Légion d’honneur, à la fin de sa vie, en 1933.
Source : LRDR.


Pierret, Jean-François.

(1738-1796). Maire de Reims. Né à Rocquigny (Ardennes) le 7 novembre 1738, mort à Reims le 16 pluviôse an 4. Jean-François Pierret, avocat, conseiller du roi et son procureur en la maîtrise des eaux et forêts de Reims, fut le premier maire de Reims, lors de la Révolution, du 6 février au 26 novembre 1790. Il fut élu député du département de la Marne à l’Assemblée législative le 3 septembre 1791, jusqu’en juin 1792.
Source : LRDR.

Piesvaux, Remi Nicolas.
(1808-1875). Fabricant de savon. Remi Nicolas Piesvaux, eut son usine de savonnerie et de dégraissage de laines aux 31 et 33, route de Saint-Brice, louée en 1886 à Charles Edmond Boutinot dit Piesvaux (1844-1907), fabricant de savon. Il repose au Cimetière du Nord.
Source : LRDR.

Pinto, Manoël.
(1924-1945). Résistant. Né à Bétheny, mort au camp de Natzwiller (Bas-Rhin) le 21 janvier 1945. Manoël Pinto, fut arrêté à Reims, rue Gambetta, en même temps que Marcel Jazeron, garagiste, qui fabriquait des crampons pour crever les pneus des véhicules allemands. Après avoir été torturé par la Gestapo, rue Jeanne d’Arc, il fut déporté. Les parents de Manoël Pinto, portugais, tenaient un café à Cormontreuil rue Jean-Jaurès. Il repose à Rilly-la-Montagne.
Source : LRDRM.

Piper, Henri Guillaume.
(1801-1870). Bienfaiteur. Né à Hoïste (comté de Ravensberg, Prusse) le 19 décembre 1801, mort à Reims, 1, rue Notre-Dame de l’Épine, le 8 octobre 1870. Henri Guillaume Piper, négociant en vins de Champagne, veuf de Mar-guerite Olive Fournival, épousa en 1838 sa belle-sœur Pauline Olive Fournival (1807-1857), veuve de Christian Heidsieck. Fils de Karl Wilhelm Piper et de Marie Henriette Walbaum, il repose au Cimetière du Nord. Ferdinand Kunkelmann (1851-1930), successeur, fonda la marque Piper-Heidsieck en 1892.
Source : LRDR.

Pirès, Robert.
(1973). Né à Reims le 29 octobre 1973. Robert Pirès, footballeur, fit ses débuts dans le stade qui porte aujourd’hui son nom, à Cormontreuil, avec l’Association sportive Sainte-Anne. Il joua ensuite au Football Club de Metz puis à l’Olympique de Marseille. Il est connu pour avoir fait partie de l’équipe de France lorsqu’elle gagna la coupe du monde de football en 1998.
Source : LRDRM.

Plongeron, Maurice.
(1900-1972). Maire de La Neuvillette. Né à Saint-Thierry (Marne) le 28 dé-cembre 1900, décédé à Reims, 45, rue Cognacq-Jay, le 25 octobre 1972. Maurice Plongeron, entrepreneur de transports, conseiller municipal de La Neuvillette pendant de nombreuses années, fut élu maire en 1959. Il épousa à Asfeld (Ardennes), en 1922, Marthe Elisabeth Damont (1903-1986) et repose au Cimetière ancien de La Neuvillette.
Source : LRDR.

Pluche, abbé.
(1688-1761). Né à Reims, paroisse Saint-Hilaire, le 13 novembre 1688, mort à La Varenne Saint-Maur, près Paris, le 19 novembre 1761. Noël Antoine Pluche, qui serait né dans la rue qui porte aujourd’hui son nom, était fils d’un boulanger. Prêtre, professeur à l’Université de Reims, il fut directeur du séminaire de Laon. Littérateur, historien, naturaliste et géographe, il fut l’auteur en 1739 du Spectacle de la Nature, en 9 volumes, de la Concorde de la Géographie des différents âges et de l’Histoire du Ciel. Il protesta contre la bulle Unigenitus et dut se réfugier à Rouen. Sa maison natale, dont il reste quelques vestiges, occupait l’angle des rues Pluche et du Marc, emplacement actuel du square Charles Sarazin.
Source : LRDR.

Plumet-Folliart, Léonard.
(1789-1856). Adjoint au maire. Né à Reims le 8 octobre 1789, y est mort, Hôtel de la Banque, 41, rue de Talleyrand, le 24 novembre 1856. Léonard Jean-Baptiste François de Paule Plumet, chevalier de la Légion d’honneur, président du Tribunal de commerce, adjoint au maire, conseiller général, lieutenant-colonel de la Garde nationale, directeur de la Caisse d’épargne, fut le premier directeur de la succursale de la Banque de France à Reims, de 1836 à 1856. Marchand épicier en 1833, il épousa Marie Françoise Eléonore Folliart (1791-1864) et repose au Cimetière du Nord.
Source : LRDR.

Pointillart, Marcel.
Marcel Pointillart fut maire de Bétheny de 1935 à 1944.
Source : LRDRM.

Poittevin, Gaston.
(1880-1944). Député. Né à Cumières (Marne) le 15 juillet 1880, décédé au camp de Buchenwald le 18 mars 1944. Gaston Léon Adolphe Jules Eugène Victor Alphonse Poittevin, vigneron, fut l’un des fondateurs du Syndicat des vignerons de la Champagne. En 1919, les vignerons l’envoyèrent à la Chambre des députés, le premier des élus de la Marne à être député vigneron. Franc-maçon, Poittevin siégea à la Chambre jusqu’en 1936, comme représentant de la première circonscription de Reims. Chevalier de la Légion d’honneur en 1936. Déporté, il mourut de privations et de douleurs, au début de 1944, quelques semaines avant la Libération. Il épousa en 1905 Pauline Clotilde Nicaise.
Source : LRDR. (photo : Wikipédia)

Polignac, Gladys de.
(1912-1987). Née à Paris 16e le 11 mars 1912, décédée à Neuilly-sur-Seine le 27 novembre 1987. Gladys Dupuy, d’une famille de journalistes et d’hommes politiques, épousa à Paris en 1931 le prince Guy Héracle Marie Louis de Polignac (1905-1996), commandeur de la Légion d’honneur, bailli-président de l’Association française de l’Ordre souverain de Malte, président d’honneur de Pommery & Greno. Cette femme d’action, pilote d’avion, skieuse émérite, présida le comité des affaires extérieures de la Croix-Rouge, fut chargée de mission, pendant la guerre, aux U.S.A. et en Grande-Bretagne, et appartint aux Corps Francs Pommiès, réseau de la Résistance. Elle reçut la croix d’officier de la Légion d’honneur, la croix de guerre 39-45, la médaille du combattant volontaire de la Résistance et la médaille de la reconnaissance française. La princesse Guy de Polignac était en outre membre du Comité de direction de Pommery et marraine du drapeau de l’association des Décorés du Travail, de Reims. Elle repose à Polignac (Haute-Loire).
Source : LRDR.

Polignac, Melchior de.
(1880-1950). Né à Joigny (Yonne) le 27 septembre 1880, mort à Neuilly-sur-Seine le 18 décembre 1950. Marie Charles Jean Melchior, marquis de Polignac, petit-fils de Mme Pommery, prit la direction de la maison Pommery en 1907. Il épousa à New York, en 1917, Nina Floyd Crosby, veuve de James Biddle Eustis. Il créa, en 1910, le Parc Pommery (redénommé Parc de Champagne, en 2004) et y fonda le Collège d’Athlètes, berceau de l’hébertisme qui s’y pratiqua au début du siècle. Édouard Redont en fut l’architecte-paysagiste. Officier de la Légion d'honneur et décoré de nombreux ordres étrangers, Melchior de Polignac repose à Guidel (Morbihan).
Source : LRDR.

Polonceau, Antoine Remy.
(1778-1847). Né à Reims le 7 novembre 1778, mort à Roche (Doubs) en 1847. Antoine Remy Polonceau, ingénieur des ponts et chaussées, devint ingénieur en chef du département du Mont-Blanc, édifia la route du Simplon, celle des Echelles et de Grenoble à Briançon, et termina la route du Mont Cenis. Il fut également le constructeur du pont du Carrousel à Paris, ce qui lui valut une rue dans le 11e arrondissement de la capitale. Son fils, Camille, également ingénieur, décédé en 1859, se distingua dans la construction des chemins de fer, notamment de la ligne de Paris à Rouen. L’un des prix annuels du Lycée de garçons portait le nom de la famille Polonceau.
Source : LRDR.(illustration : Wikipédia)
Pommery, Mme.
(1819-1890). Bienfaitrice. Née au château d’Annelles (Ardennes) le 13 avril 1819, morte à Chigny-les-Roses (Marne) le 18 mars 1890. Jeanne Alexandrine Mélin, veuve d’Alexandre Louis Pommery (1811-1858), dirigea de 1858 à 1890 la maison de champagne fondée en 1836 par Joseph Narcisse Greno. Elle finança de nombreuses œuvres sociales et fit d’importants dons - surtout des céramiques - au musée des Beaux-Arts. Son nom figure en lettres d’or au musée du Louvre pour avoir fait don du tableau de Jean-François Millet : Les Glaneuses. Elle repose au Cimetière du Nord. Après sa mort, l’affaire passa entre les mains de son gendre le marquis Melchior Jules Marie Guy de Polignac (1852-1901) qui épousa Louise Alexandrine Pommery (1858-1922). Ils reposent à Guidel (Morbihan).
Source : LRDR.


Ponsardin, baron.
(1747-1820). Né à Reims le 22 octobre 1747, y est mort, rue Cérès, le 25 octobre 1820. Ponce Jean Nicolas Philippe Ponsardin, président du Tribunal de commerce, maire de Reims de 1810 à 1820, fut fait baron d’Empire et chevalier de la Légion d’honneur par Napoléon 1er en 1813. Il fut élu député de Reims, pendant les Cent Jours, en 1815, et membre du Conseil général de la Marne. Il fut l’un des plus riches et des plus importants négociants de la ville. Il épousa à Reims en 1777 Marie Jeanne Josèphe Clémentine Huart-Letertre (1760-1837). Son portrait, peint par Léon Job, fut donné en 1853 à la Ville de Reims par sa fille unique Barbe Nicole Ponsardin (1777-1866) qui s’illustra dans le commerce du champagne sous le nom de Veuve Clicquot-Ponsardin. La Chambre de commerce s’installa en 1881 dans l’hôtel qu’il édifia rue Cérès et où elle a toujours son siège. Il repose au Cimetière du Nord, dans l’imposante chapelle Clicquot-Ponsardin, où l’on peut voir, sous son tortil de baron, ses armes parlantes : un pont et une sardine.
Source : LRDR.

Pottelain, Edmond.
(1905-1944). Résistant. Né au Thour (Ardennes) le 6 novembre 1905, mort pour la France à Brimont (Marne), lieudit Ancienne Redoute du Cran, le 28 août 1944 . Edmond Prosper Pottelain, cantonnier des Ponts et Chaussées à Reims, gardait chez lui un dépôt d’armes de la Résistance et fournissait à celle-ci de nombreux renseignements. Arrêté par la Gestapo le 27 août 1944, avec Henri Midol et Jean Beaubras, autres résistants du Service de la Navigation, il fut fusillé avec eux le lendemain. Il épousa Angèle Mathilde Bart (1911-1988) et repose au Cimetière du Nord. Sa sépulture est fleurie chaque année par la Ville de Reims, le 30 août, pour l’anniversaire de la Libération de Reims.
Source : LRDR.

Pouilly, Louis Jean Lévesque de.
(1691-1750). Lieutenant des habitants. Né à Reims, paroisse Saint-Jacques, le 30 août 1691, y est mort le 4 mars 1750. Louis Jean Lévesque de Pouilly, écuyer, seigneur de Pouilly, Arcis-le-Ponsart et Bouilly, président trésorier de France au bureau des finances de Champagne, fut lieutenant des habitants de Reims de 1746 à 1750. Il fit installer des fontaines publiques, fonda une école de dessin et la place Royale fut créée sur son initiative. Pouilly, membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, fut ami de Voltaire qui séjourna chez lui à plusieurs reprises, en 1742, 1748 et 1749. Il épousa à Reims, en 1726, Anne Roland (1698-1775) et fut inhumé dans l’église Saint-Jacques. Son fils, Jean-Simon Lévesque de Pouilly, né à Reims, paroisse Saint-Jacques, le 8 avril 1734, y est mort le 24 mars 1820, fut conseiller d’État, président lieutenant général du présidial de Reims, lieutenant des habitants de 1782 à 1785, membre de l’Académie des inscriptions et belles lettres. Il épousa, vers 1763, Marie Jeanne Julie Hocquet (1736-1786) et repose au Cimetière du Nord. Lévesque de Burigny et Lévesque de Champeaux étaient les frères de Louis-Jean Lévesque de Pouilly. Une biographie des frères Lévesque fut publiée en 1881 par J.-V. Genet, sous le titre : Une Famille rémoise au XVIIIe siècle.
Source : LRDR.

Poulain, César.
(1822-1886). Maire de Reims. Né à Crouy-sur-Ourcq (Seine-et-Marne) le 27 novembre 1822, décédé à Reims, 77, boulevard de la République, le 20 juin 1886. Magloire Jules César Poulain, manufacturier, chevalier de la Légion d’honneur, vice-président de la Chambre de commerce, juge au Tribunal de commerce, président de la Société industrielle, conseiller municipal. Il dirigea les usines textiles de la maison Benoist & Cie. Maire de Reims en 1871 et 1872, il renforça le réseau de distribution d’eau, qui s’étendit sur 40 km et alimenta 1528 concessions et 121 bornes publiques. Veuf de Céline Hélène Benoist (1838-1870), il épousa Maria Louise Caroline Thérade. Il était le fils de Pierre César Poulain, entrepreneur du Canal des Ardennes et filateur. Il repose au Cimetière du Nord.
Source : LRDR.

Poullot, Jules.
(1835-1916). Conseiller municipal. Né à Suippes (Marne), le 9 mars 1835, mort à Paris le 20 janvier 1916. Jean-Baptiste Jules Poullot, industriel lainier, dirigea l’important établissement de peignage, filature et tissage, fondé en 1872 avec ses associés Jacquet et Nouvion. Président de la Chambre de commerce et d’industrie de 1893 à 1907, président du Syndicat de l’Industrie textile de la Marne, il fut conseiller municipal de Reims en 1892. Pendant l’occupation allemande de la ville de Reims, en 1870, il fut protestataire et otage volontaire. Chevalier de la Légion d’honneur en 1898, Jules Poullot épousa Adèle Gillet (1840-1916) et repose au Cimetière du Nord.
Source : LRDR.

Pouply, Édith.
(1895-1981). Inspectrice des écoles maternelles. Née à Sainte-Vaubourg (Ar-dennes) le 23 mai 1895, décédée à Reims, 48, rue de Sébastopol, le 21 janvier 1981. Édith Émilie Pouply, fut inspectrice des écoles maternelles de la Marne et de l’Aisne de 1942 à 1955. Elle débuta comme institutrice dans les Ardennes pendant la Grande Guerre, puis fut nommée à Strasbourg. Elle fut reçue, en 1922, inspectrice des écoles maternelles et fut en poste à Metz, Lyon et Bordeaux. En 1942 elle réorganisa les circonscriptions de la Marne et de l’Aisne. Elle épousa M. Lacour dont elle divorça.
Source : LRDR.

Pouyade, général Pierre.
(1911-1979). Pilote. Né à Cerisiers (Yonne) le 25 juillet 1911, décédé à Bandol (Var) le 5 septembre 1979. Le commandant Pierre Pouyade fut lieutenant pilote à la 4ème escadre à Reims de 1937 à 1939, puis capitaine commandant d’escadrille de chasse de nuit à la 13ème escadre de Reims fin 1939. Général de brigade en 1956, il prit sa retraite la même année. Député du Var et conseiller général, Pierre Pouyade fut président de l’association des anciens de Normandie-Niémen.
Source : LRDR. (photographie : http://normandieniemen.free.fr/General_Pierre_Pouyade.htm)

Povillon-Piérard, Étienne François Xavier.
(1773-1846). Annaliste. Né à Reims le 15 juillet 1773, y est mort le 27 octobre 1846. Étienne François Xavier Povillon, employé aux Archives de la ville de Reims, a laissé de nombreux travaux historiques sur Reims, sur la Champagne, ainsi que des recueils de pièces de vers, de contes, etc. Dans ses manuscrits il décrit les rues, quartiers et monuments de la ville, fait le récit de la Révolution à Reims et de la destruction des églises. Il épousa en 1797 Marie Hélène Piérard (1775-1867) et repose au Cimetière du Nord.
Source : LRDR.

Pozzi, docteur.
(1860-1939). Maire de Reims. Né à Pau le 6 octobre 1860, mort à La Rochelle fin novembre 1939. James Adrien Pozzi fit ses études à la Faculté de Paris et s’installa à Reims en 1888 après un brillant concours où il eut pour concurrent le redoutable docteur Eugène Doyen. Professeur à l’École de médecine de Reims dès 1889, conseiller municipal en 1896, premier adjoint au maire en 1900, il fut élu maire en mai 1904 et le resta jusqu’en 1908. Député en 1906, il fut directeur de l’École de médecine du 1er novembre 1919 au 31 octobre 1922. Il quitta notre ville en 1924, et remplaça pendant un certain temps, dans ses services, son frère aîné, Samuel Jean Pozzi, le célèbre chirurgien des hôpitaux de Paris, qui mourut assassiné et fut considéré comme le père de la gynécologie en France. Adrien Pozzi épousa Marie Jeanne Barbey (1864-1901), puis à La Rochelle en 1902 Elisa Barthe. Il habita 11, rue Piper, de 1900 à 1905, puis 1, rue Thiers en 1911. Il se retira en Dordogne, et enfin à La Rochelle où il termina ses jours.
Source : LRDR.

Prévost, Gaston.
(1876-1938). Agriculteur. Né à Courmont (Aisne) le 24 septembre 1876, mort à Reims, 333, avenue de Laon le 16 janvier 1938. Gaston Jules François Prévost, propriétaire de la ferme du Fond Pâté, 333, avenue de Laon, épousa, en 1902, Léonie Isabelle Émilienne Démolin (1881-1942). Ils reposent au Cimetière de l’Avenue de Laon.
Source : LRDR.

Prévost, Maurice.
(1887-1952). Pionnier de l’aviation. Né à Reims, 5, rue Flodoard, le 22 septembre 1887, décédé à Neuilly-sur-Seine le 27 novembre 1952. Lucien Maurice Prévost, ancien élève de l’École pratique de commerce et d’industrie, entra en novembre 1910 en qualité d’élève à l’École d’aviation Deperdussin, à Bétheny. En septembre 1911, Maurice Prévost prit part au concours militaire de Bétheny et se classa troisième au classement général, battant tous les concurrents dans l’épreuve de hauteur. En décembre 1911 : sur l’Aérodrome de Champagne, il monta à 3.200 mètres et battit le record du monde de hauteur avec passager. Le 29 septembre 1913, au grand-meeting de Reims, il obtint la coupe Gordon-Bennett, avec le record du monde de vitesse jusqu’à 200 kilomètres heure pendant une heure. Chevalier de la Légion d’honneur, il fut promu officier en décembre 1948. Maurice Prévost épousa à Reims en 1921 Jeanne Catherine Françoise Mulaton (1881-1956). Il repose au Cimetière du Sud où l’on peut voir son buste par Léon Chavalliaud qui lui fut offert pour la coupe Gordon-Bennett.
Source : LRDR.

Prévoteau, Maurice.
(1908-1994). Sénateur. Né à Bourgogne (Marne) le 6 novembre 1908, y est décédé le 2 mars 1994. Jean Nicolas Maurice Prévoteau, agriculteur, maire de Bourgogne dès 1953, conseiller général du canton de Bourgogne en 1951, président du Conseil général de la Marne de 1973 à 1982, conseiller régional en 1973, fut élu sénateur de la Marne le 22 septembre 1974. Chevalier de la Légion d’honneur, chevalier de l’ordre national du Mérite, du Mérite social, officier du Mérite agricole, officier des palmes académiques, médaillé d’honneur départemental et communal, il épousa Marguerite Cantinet dont il eut six enfants. Il repose à Bourgogne.
Source : LRDR.

Prieur de la Marne, Pierre Louis.
(1756-1827). Conventionnel. Né à Sommesous (Marne) le 1er août 1756, mort à Bruxelles le 30 mai 1827. Pierre-Louis Prieur fit ses études de droit à l’Université de Reims. Il y était avocat quand le Tiers-État du Bailliage l’envoya siéger aux États-Généraux. Après la session, Prieur revint dans le département de la Marne qu’il administra du mois d’octobre 179l au mois de septembre 1792, comme substitut du procureur général syndic. Nommé le 3 septembre 1792, premier député de la Marne à la Convention Nationale. Après l’amnistie de brumaire an IV, il se fit inscrire comme avocat près les Tribunaux et la Cour de cassation de Paris. On lui reprocha une éloquence un peu déclamatoire, ce qui le fit surnommer le Crieur de la Marne.
Source : LRDR.

Princet, Maurice.
(1908-1984). Expert-comptable rémois. Né à Cousances-les-Forges (Meuse) le 26 janvier 1908, mort à Reims, 22, boulevard de la Paix, le 12 mai 1984. Frédéric Jules Maurice Princet, fut professeur de comptabilité à Saint-Michel. Établi expert-comptable au 22 boulevard de la Paix, il croisait très souvent des sans-abris se rendant à l’Armée du Salut, rue Goïot. Il leur vint en aide en leur apportant une aide morale et matérielle. Il rédigea les statuts de l’asile de nuit, boulevard Robespierre, qui porta d’abord son nom, puis devint Foyer Princet-Ozanam, lorsqu’un asile de jour fut créé. Il épousa Geneviève Lombard et repose à Cousances-aux-Forges (Meuse).
Source : LRDR.

Pussot, Jean.
(1544-1626). Annaliste. Jean Pussot, maître charpentier de la Couture, très versé dans la connaissance de l’art des bâtiments, commentateur des coutumes de Reims, est connu pour son manuscrit intitulé Mémoire sur les événements de 1568 à 1625, qui fut publié vers 1880 par Charles Loriquet.
Source : LRDR.

Comments