Biographies rémoises - C

Note : Cet essai de Dictionnaire de biographie rémoise comporte, dans un premier temps, les notices principalement extraites des ouvrages cités dans les sources ci-dessous. Il s’enrichira, au fil du temps, d’autres sources et des notices auxquelles vous voudrez bien contribuer dans ce site interactif.

Sources :

LRDR = Les Rues de Reims, mémoire de la ville, par Jean-Yves Sureau, Reims, 2002.

LRDT = Les Rues de Tinqueux, par Jean-Yves Sureau, Reims, 2003.

LRDRM = Les Rues de Reims Métropole, par Jean-Yves Sureau, en préparation.

Caillois, Roger
(1913-1978). Écrivain et anthropologue. Né à Reims, 8, rue Savoye, le 3 mars 1913, mort au Kremlin-Bicêtre (Val-de-Marne) le 21 décembre 1978. Roger Caillois fit toutes ses études secondaires à Reims. Cofondateur avec Georges Bataille et Michel Leiris du Collège de sociologie, il séjourna en Amérique du Sud durant la Seconde Guerre mondiale. À son retour en France, il anima chez Gallimard la collection La Croix du Sud qui publia la littérature sud-américaine. Membre de l’Académie française en 1971, Roger Caillois habita dans sa jeunesse 75, rue Hincmar, en face de la maison de Roger Gilbert-Lecomte. Il épousa Pérette Billod, puis à Paris 7e, en 1957, Alena Vichr et repose au Cimetière Montparnasse.
Source : LRDR.

Caillot, Claudius.
(1932-1995). Né à Saint-Germain-des-Fossés (Allier), mort le 12 octobre 1995. Claudius Caillot arriva à Bétheny au début des années 60 et y créa une entreprise de transports. Élu conseiller municipal de Bétheny le 18 mars 1983 puis le 24 mars 1989, il fut nommé adjoint au Maire, chargé de la Jeunesse, des Sports et des Fêtes. Claudius Caillot développa le sport à Bétheny, notamment le cyclisme.
Source : LRDRM.

Camberlein, docteur.
(1919-1964). Conseiller municipal. Décédé à Valenciennes le 25 avril 1964. Pierre Camberlein, conseiller municipal de 1959 à sa mort, exerça à Reims pendant une vingtaine d’années comme gynécologue accoucheur. Il repose au Cimetière du Nord.
Source : LRDR.

Cambien, Adolphe.
(1874-1954). Né à Dizy-Magenta (Marne) le 12 mai 1874, mort à Reims, 46, rue Albert-Thomas, le 5 juin 1954. Adolphe Léon Cambien, employé à la Verrerie Charbonneaux, devenue BSN, de 1886 à 1950. Il fut fait chevalier de la Légion d’honneur au titre du travail et épousa Maria Jamain.
Source : LRDR.

Camelot, Robert.
(1903-1992). Architecte et urbaniste. Né à Reims, 57, rue de Vesle, le 20 mai 1903, mort à Paris le 4 novembre 1992. Robert Édouard Camelot est né dans la maison à l’enseigne du Tapis-Rouge où ses parents tenaient un commerce de nouveautés. Établi à Paris, exerça de 1932 à 1977. Second grand prix de Rome en 1933, il s’installa la même année en association avec Jacques et paul Herbé (voir ces noms). L’agence Camelot-Herbé réalisa l’École professionnelle de jeunes de filles de Beaune, le pavillon de la Manufacture nationale de Sèvres à l’Exposition universelle de Paris en 1937, le pavillon de la France à la Foire de Zagreb et celui de l’Exposition universelle de New York en 1939. En tant qu’urbaniste Robert Camelot participa aux premiers plans du quartier de la Défense, en 1958, et conçut ceux de Lisieux, Chartres, Nanterre et Reims. Il est l’un des coauteurs du Centre national de l’industrie et des techniques (CNIT) et réalisa, avec Jean-Claude Rochette, le bâtiment de l’Agence France Presse à Paris, face au Palais Brongniart.
Source : Dictionnaire de l’architecture du XXe siècle, Hazan, Jean-Paul Midant.

Campion, Paul.
(1891-1945). Résistant. Né à Arleux (Nord) le 10 janvier 1891, mort pour la France à Vahingen (Allemagne) le 6 janvier 1945. Paul Edmond Ernest Campion, industriel à Tinqueux, y établit dès 1926, La Savonnerie du Nord et de l’Est, 27, route de Paris. Durant la guerre, il aida la Résistance et constitua chez lui des dépôts d’armes et de carburant. Sa maison était le lieu de rendez-vous des agents de liaison. Il fut arrêté par la Gestapo le 21 août 1944 et déporté à Natzwiller-Struthof, Dachau, puis Vahingen. Pierre Campion épousa Marthe Gabrielle Corneille Bouquet, qui devint gérante de sa société à sa mort.
Source : LRDT.

Camus, Chanoine.
(1893-1940). Né à Mézières, mort pour la France à Zoersel (Belgique) le 12 mai 1940. René Jean Victor Gustave Camus, ordonné prêtre en 1922, fut vicaire à Mézières, puis à Saint-Remi de Reims, en 1926, et curé de la paroisse Saint-Louis pendant 8 ans. Il fonda cette église pour pallier à l’absence de chapelle dans l’immense hôpital Maison-Blanche. Il fut nommé chanoine honoraire. Aumônier divisionnaire de la première Division légère mécanique, il mourut dans la forêt d’Oostmalle près d’Anvers, en Belgique.
Source : LRDR.

Caqué, Jean-Baptiste.
(1720-1787). Médecin. Né à Machault (Ardennes) le 9 octobre 1720, décédé à Reims le 16 septembre 1787. Jean-Baptiste Caqué conquit sa réputation dans les hôpitaux militaires et devint chirurgien en chef de l’Hôtel-Dieu de Reims. Son fils, Pierre Henri Caqué (1751-1805), suivit la même carrière et légua à la Ville de Reims une partie de sa fortune pour le rétablissement des écoles de dessin et de mathématiques supprimées par la Révolution. J.-B. Caqué épousa, en 1748, sa cousine Françoise Anne Caqué (1725-1757) et eut pour gendre Nicolas Noël (voir ce nom).
Source : LRDR.

Caquot, Albert.
(1881-1976). Né à Vouziers (Ardennes) le 1er juillet 1881, mort à Paris. Albert Caquot fit ses études au lycée de Reims puis à l’École polytechnique. Ingénieur des Ponts et Chaussées, il inventa le ballon captif saucisse en 1914, et fut nommé en 1918, par Clemenceau, directeur technique de l’aviation militaire. Ses travaux les plus connus concernent l’étude des matériaux (élasticité-résistance) dont notamment le béton armé. Il réalisa plus de 300 ponts, dont le pont Lafayette sur la Gare de l’Est, la forme de radoub de Saint-Nazaire, la plus grande usine marémotrice du monde pour la Rance en Bretagne, et le barrage de Donzère Mondragon, qui est la plus haute écluse du monde. Membre de l’Académie des sciences en 1934, grand officier de la Légion d’honneur, Croix de guerre 1914-1918, il repose en Bretagne près de Saint-Énogat. L’actuel maire de Muizon, Michel Caquot, ingénieur en retraite, est son petit-neveu.
Source : LRDR.

Carnegie, Andrew.
(1835-1919). Philanthrope américain. Né à Dunfermline (Écosse) le 25 novembre 1835, décédé à Lenox, Massachussets, le 11 août 1919. Andrew Carnegie, industriel, créateur des bibliothèques populaires en Amérique, fondateur du Palais de la Paix à La Haye, préleva en 1911 sur sa fortune la part venue de la collectivité et dont il lui fit retour en disant : Vous en emploierez le revenu à abolir la guerre, cette souillure de la civilisation… Il croyait à l’efficacité absolue de l’instruction comme il croyait à l’avènement de la paix universelle parmi les hommes, Après les destructions de la guerre 1914-1918, la bibliothèque municipale a pu être édifiée grâce à sa munificence. Il fut le promoteur, en 1910, de la Dotation Carnegie pour la Paix internationale, qui réalisa 2510 édifices, essentiellement dans le monde anglo-saxon, et le fit surnommé Andrew Carnegie « Saint patron des bibliothèques ».
Source : LRDR.

Carré, Général.
(1770-1845). Né à Reims le 19 février 1770. Jean Nicolas Louis Carré, soldat dans la Garde nationale parisienne, passa en 1791 au 105e de ligne. Il fut blessé plusieurs fois et eut un cheval tué sous lui à la bataille de Krasnoé où il était colonel-major du 6e tirailleurs. Il fut nommé chevalier puis commandeur de la Légion d’honneur, et fait baron de l’Empire. Commandant du collège militaire de La Flèche, il mourut avec le grade de maréchal de camp.
Source : LRDR.

Carteret, Nicolas Henri.
(1807-1862). Maire de Reims. Né à Châtillon-sur-Seine (Côte d’Or) le 7 novembre 1807, mort à Paris le 29 janvier 1862. Nicolas Henri Carteret, notaire à Reims de 1834 à 1844, conseiller municipal en 1840, second adjoint en 1842, fut maire de Reims de 1845 à 1848. Représentant du peuple en 1849 et député en 1857, il fut également conseiller général. Fondateur du Comice agricole de Reims, officier de la Légion d’honneur, il épousa Jeanne Adrienne Thoré (1808-1834) et repose au Cimetière du Nord.
Source : LRDR.

Cauras, André.
(1906-1981). Syndicaliste. Né le 16 décembre 1906, mort le 6 juin 1981. André Cauras, syndicaliste C.G.C., fut administrateur fondateur du COPLORR.
Source : LRDR.

Cavarrot, Blanche.
(1863-1955). Directrice d’école. Née à Reims, impasse Saint-Thomas, le 27 janvier 1863, morte à Verzenay (Marne) le 16 juin 1955. Marie Joséphine Blanche Cavarrot débuta en 1881 comme institutrice à l’école maternelle de la rue Courmeaux. Elle fonda en 1900 l’Union des Jeunes Filles et, en 1901, l’Œuvre du Trousseau. En 1883, elle eut pour directrice Marie-Clémence Fouriaux avec qui elle se lia d’amitié, et à laquelle elle succéda lorsque celle-ci fut chargée de l’école maternelle de la rue du Mont-d’Arène. Toutes deux se consacrèrent à de nombreuses œuvres scolaires et sociales, notamment le Retour à Reims après 1918. Blanche Cavarrot poursuivit ces activités après le décès de son amie. En 1919, après avoir fait remettre en état la propriété, léguée par Mme Desteuque, à Villers-Allerand, elle put, avec Mme Joseph Krug, recevoir 50 enfants dans ce qui allait devenir en 1922 une École de plein-air et un préventorium. A titre bénévole, elle en exerça les fonctions d’administratrice et de directrice pendant de nombreuses années. Chevalier de la Légion d’honneur en 1936, elle était en outre titulaire de la Médaille de la Reconnaissance française. Elle repose au Cimetière du Nord dans la sépulture de son amie Marie-Clémence Fouriaux.
Source : LRDR.

Cazier, Émile.
(1844-1878). Bienfaiteur. Né à Reims, 31, rue Cérès, le 24 mai 1844, mort à Cannes le 9 janvier 1878. Jules Émile Alfred Cazier, négociant en tissus, créa un prix annuel en faveur des ouvriers méritants. Veuf de Marie Jeanne Armantine Decaudin (1855-1875) il repose au Cimetière du Nord.
Source : LRDR.

Cazin, Hubert Martin.
(1724-1795). Libraire-éditeur. Né à Reims, tué à Paris, d’un éclat de mitraille, le 13 vendémiaire an IV. Hubert Martin Cazin, imprimeur éditeur, s’installa en 1773 place Royale, puis à Paris. Les éditions Cazin étaient très réputées pour leur qualité, mais aussi pour leur caractère licencieux qui valut à l’éditeur la saisie des livres, une amende et deux séjours à la Bastille. Brissart-Binet, libraire rémois, publia en 1863 sa biographie : Cazin, sa vie et ses éditions.
Source : LRDR.

Cellier, Jacques.
(v. 1550-v. 1620). Dessinateur. Mort à Reims. Jacques Cellier, calligraphe, musicien, travailla à Laon puis à Reims. Il est l’auteur d’un remarquable plan de la ville, gravé en 1618. Il dessina également les orgues de la cathédrale.
Source : LRDR.

Cerveaux, Fernand.
(1887-1946). Conseiller municipal. Né à Reims, 11, rue du Cerf, le 26 septembre 1887, y est mort, 83, rue de la Briqueterie, le 27 janvier 1946. Fernand Oscar Cerveaux, représentant de commerce, conseiller de 1925 à 1941, fut adjoint au maire de 1945 à 1946, chevalier de la Légion d’honneur, médaillé militaire, décoré de la Croix de guerre 1914-1918. Il s’intéressa au développement du sport et du cyclisme dans la ville de Reims. Il fut l’un des créateurs du Stade-vélodrome municipal. Il épousa à Reims, en 1910, Paulette Suzanne Étienne et repose au Cimetière du Sud.
Source : LRDR.

Chabaud, docteur.
(1782-1839). Médecin. Né à Boult-sur-Suippe (Marne) le 29 juillet 1782, mort à Reims, 68, rue du Bourg-Saint-Denis, le 1er décembre 1839. Jean René Isidore Chabaud, médecin de l’Hôtel-Dieu, décédé au cours de l’épidémie de typhus de l’hiver 1839-1840, en même temps que l’aumônier Coutier, le pharmacien Guyot et les sœurs hospitalières Catherine Sophie Labove et Angélique Sophie Assy. Il épousa à Witry-lès-Reims, en 1810, Marguerite Sophie Raquiart et repose au Cimetière du Nord.
Source : LRDR.

Chaillot, André.
(1923-1988). Boulanger. Né à Jalons-les-Vignes (Marne), décédé en octobre 1988. André Chaillot fut président du Syndicat départemental de la Boulangerie de la Marne. Président de la Chambre de métiers de la Marne, en 1977, il créa le Centre de formation des apprentis de Châlons, puis le centre de formation et de perfectionnement de la Boulangerie à Châlons. Président de la Fédération de la Boulangerie de Champagne-Ardenne et président adjoint de celle de l’Est. Il fut fait chevalier de l’ordre national du Mérite en 1985.
Source : LRDR.

Chaix d’Est-Ange, Gustave Louis.
(1800-1876). Avocat. Né à Reims le 23 germinal an VIII, mort à Paris le 14 décembre 1876. Gustave Louis Chaix d’Est-Ange fit ses études au Lycée de Reims. Député de la Marne sous la Monarchie de Juillet, conseiller d’État en 1858, sénateur en 1862, vice-président du Conseil d’État, il fut surtout avocat et, en son temps, l’une des plus grandes illustrations du barreau.
Source : LRDR.

Champeaux, Gérard de.
(1694-1778). Diplomate. Né à Reims, paroisse Saint-Denis, le 12 septembre 1694, décédé à Verneuil-sous-Coucy (Aisne) le 9 janvier 1778. Gérard Lévesque de Champeaux, vicomte de Verneuil, comme son frère Lévesque de Pouilly, fut un ami des encyclopédistes. Commissaire du commerce, puis diplomate, il représenta la France à Madrid, à la cour d’Espagne, auprès de la République de Genève, auprès du duc de Savoie, à Turin et enfin à Hambourg. Il épousa à Cadix, en 1728, Marie Anne Thérèsa Magdeleine del Hieros del Pina, veuve des Autours.
Source : LRDR.

Chanzy, général.

(1823-1883). Général. Né à Nouart (Ardennes) le 18 mars 1823, mort à Châlons-sur-Marne le 4 janvier 1883. Antoine Alfred Eugène Chanzy fut député des Ardennes en 1871. Nommé, en 1873, gouverneur général civil et commandant en chef les forces de terre et de mer en Algérie, puis ambassadeur de la République française auprès de S.M. l’Empereur de Russie, en 1879. Il fut nommé, en 1882, commandant du 6e corps d’armée à Châlons-sur-Marne. Grand’croix de la Légion d’honneur, médaillé militaire, officier d’Académie, il eut des obsèques nationales à Châlons-sur-Marne et fut inhumé à Buzancy (Ardennes) dans le parc de sa propriété. Il repose sous un gisant de bronze, du sculpteur Aristide Croisy, dans une chapelle qui a la particularité d’être construite à cheval sur le cimetière communal et le parc du château, avec double accès. Son frère, Léon Chanzy, receveur particulier des finances, vivait à Reims, 99, rue Chanzy.
Source : LRDR.

Chappaz, docteur.
(1899-1967). Adjoint au maire. Né à Montpellier (Hérault) le 10 avril 1899, mort à Reims, 28, rue Werlé, le 5 décembre 1967. Fils de Georges Chappaz, inspecteur général honoraire de l’agriculture à Reims, commandeur de la Légion d’honneur, Gaston Jean Chappaz fut médecin-accoucheur à l’Hôpital de Reims. Gynécologue de réputation internationale, il fut chef de service au Centre hospitalier régional, professeur à la Faculté de médecine de Reims. Lauréat de l’Académie de médecine, ses articles firent autorité et sa méthode était appliquée en particulier au Japon. Il mit au monde plus de dix mille petits Rémois. Sa clinique était située au 48, rue de Talleyrand, en 1933. Gaston Chappaz fut élu au conseil municipal de Reims en 1957 et fut adjoint au maire de 1957 à 1959. Il épousa Marcelle Marie Jeanne Jumel et repose au Cimetière du Nord.
Source : LRDR.

Chappuis, Paul Émile.
Paul Émile Chappuis (1821-1887), ancien juge au Tribunal de commerce de Colmar, négociant à Reims en 1864, puis agent général de la compagnie d’assurances La Nationale à Reims. Mort à Reims, 75, boulevard de la République, le 22 octobre 1887, inhumé au Cimetière du Nord. Il était le fils du maire de la Ville de Colmar et épousa à Belfort, en 1843, Marie Louise Érard, fille d’un notaire de Belfort. Il repose au Cimetière du Nord.
Source : LRDR.

Charbonneaux, Firmin.
(1830-1899). Maître de verreries. Né à Wasigny (Ardennes) le 26 juillet 1830, décédé à Villers-Allerand (Marne) le 18 août 1899. Firmin Alphonse Charbonneaux fonda, en 1870, avec son cousin Pol Charbonneaux, les Verreries Charbonneaux, proches de cette rue. Chevalier de la Légion d’honneur, membre de la Chambre de commerce, administrateur de la Banque de France, il fut en outre bienfaiteur de la ville et des hospices. Il épousa à Reims, en 1862, Amélie Léonie Devivaise (1841-1876) et repose au Cimetière du Nord.
Source : LRDR.

Charbonneaux, Georges.
(1865-1933). Fondateur du Foyer Rémois. Né à Reims, 65, rue du Barbâtre, le 21 septembre 1865, décédé à Paris le 13 mars 1933. Georges Edmond Victor Charbonneaux fut le créateur du Foyer rémois qui, dès 1911, commença à Reims l’édification de logements destinés aux familles ouvrières et nombreuses. Les principales réalisations de cette Société sont les cités-jardins du Chemin-Vert, Charles Arnould, de Mulhouse, Lattaignant, Brimontel. Elles furent les premières de ce genre construites en France. Elles permirent de résoudre le difficile problème du logement à la suite de la guerre de 1914-1918. Georges Charbonneaux dota, en outre, ses cités de tout un équipement social et culturel : maison commune, maison de l’enfance, église, etc. Il consacra toute sa vie au développement de l’œuvre dont il fut le fondateur. Fils des Charbonneaux-Devivaise, il épousa à Reims, en 1891, Marie Marguerite Lelarge (1872-1954), des tissages, et repose au
Cimetière du Nord.
Source : LRDR.
Charbonneaux, Pol.
(1909-1954). Compagnon de la Libération. Né à Reims, 21, rue du Petit-Four, le 26 octobre 1909, mort à Washington le 20 juillet 1954. Pol Charbonneaux, colonel de l’Armée de l’air, rejoignit en 1940 les Forces françaises libres en Angleterre. Il prit part à la campagne d’Afrique et de Syrie, en 1942. De retour en Angleterre, il commanda une escadrille du groupe Lorraine. Compagnon de la Libération, croix de guerre 1939-45, il fut promu commandeur de la Légion d’honneur. Il mourut accidentellement en service commandé à Washington où il était attaché de l’Air adjoint auprès de l’ambassade de France. Il épousa à Neuilly-sur-Seine, en 1938, Marie-Antoinette Calloc’h de Kerillis (1915-2005), fille du journaliste Henri de Kérillis. Il repose au Cimetière du Sud et son épouse au Cimetière du Nord.
Source : LRDR.
Chardonnet, Gérard.
(1776-1863). Bienfaiteur. Né à Cormontreuil le 9 juillet 1776, mort à Reims le 15 septembre 1863. Gérard Chardonnet, soldat de la Grande Armée fut blessé à Austerlitz et recevra la médaille de Sainte-Hélène. De retour à Cormontreuil, il devint arpenteur public. Il légua à la commune de Cormontreuil sa bibliothèque, son portrait peint par François Boucton en 1857, et sa baignoire.
Source : LRDRM.

Charlier, Pierre.
(1804-1868). Fondateur de l’Orphelinat de Bethléem. Né à Flaignes-les-Oliviers (Ardennes) le 14 septembre 1804, mort à Reims, 6, rue Jacquart, le 19 décembre 1868. Pierre Charlier fut curé de Bétheny et aumônier de l’Hôtel-Dieu de Reims. En 1837 il fonda, près de la rue de Bétheny, la maison de Bethléem où étaient recueillis des orphelins, des enfants abandonnés par leurs parents et de jeunes délinquants. Il fut fait chevalier de la Légion d’honneur et chanoine honoraire de Notre-Dame de Reims. Il repose au Cimetière du Nord.
Source : LRDR.

Charpentier, Léopold.
(1798-1874). Instituteur, créateur de l’Enseignement laïque en 1831. Né à Joigny (Yonne) le 22 juin 1798, mort à Reims, 18, rue Sainte-Catherine, le 18 août 1874. Léopold Charpentier fit reconnaître officiellement la première école laïque de la rue de Thillois, fondée en 1828 par Davesne, qu’il reprit en 1831 et qu’il dirigea jusqu’à la fin de l’Empire. Il laissa un historique fort intéressant de l’instruction primaire de 1831 à 1868. Il épousa Mélanie Moussez et repose au Cimetière du Nord.
Source : LRDR.

Chatelin, Jeanne.
(1892-1989). Née à Reims, 60, rue Libergier, le 1er janvier 1892, décédée à Paris 6ème le 8 août 1989. Léonie Marie Jeanne Charbonneaux s’intéressa, dès l’âge de 18 ans, dans le cadre de ses activités au sein d’une école ménagère à Reims, aux conditions de vie des familles de ses élèves et s’en entretint avec son père, Georges Charbonneaux, créateur de la cité-jardin du Chemin-Vert. En 1914, elle s’engagea à servir son pays et rejoignit un hôpital de secours aux blessés militaires basé à Pau. Elle servit ensuite à l’hôpital du Panthéon à Paris. En 1930, de retour à Reims, sensible aux problèmes sociaux, Jeanne Chatelin créa, en 1934, un bureau de liaison des services publics et des œuvres privées. En 1952, elle devint présidente de la maison de l’enfance du Foyer Rémois. Chevalier de la Légion d’honneur, Croix de Guerre, grande médaille d’honneur de la Croix-Rouge française, médaille d’or du service de Santé militaire 1914-1918, Jeanne Chatelin reçut en 1965 la Médaille de la Ville de Reims. Elle épousa à Reims, en 1914, le docteur Philippe Chatelin, né à Charleville le 23 août 1888, mort à Reims, 39, rue des Moissons, le 22 mars 1976, chevalier de la Légion d’honneur, président du Foyer Rémois, qui œuvra beaucoup avec sa femme aux travaux de l’aide sociale et de la Croix-Rouge. Ils eurent sept enfants et reposent tous deux au Cimetière du Nord.
Source : LRDR.

Châtillon, Gaucher de.
(14e siècle). Petit-fils d’un connétable de France, Gaucher de Châtillon fut désigné comme capitaine de la ville, le 10 juin 1358, le jour même où les habitants élirent un conseil composé de six membres, chargés de la défense militaire de Reims. Le dauphin Charles confirma sa désignation par des lettres patentes du 9 septembre et du 30 décembre 1358. En 1359, Gaucher soutint un long siège contre une nombreuse armée avec laquelle le roi d’Angleterre, Édouard III, devait envahir la France. Le blocus de Reims commença le 13 décembre 1359. Après un mois de tentatives infructueuses, Édouard III dut lever le siège, le 11 janvier 1360. Gaucher de Châtillon fut capitaine de la ville pendant une quinzaine d’années.
Source : LRDR.

Chatton, Marcel.
(1919-1941). Résistant. Né à Reims, 88, rue Chanzy , le 18 décembre 1919. Marcel Jean Maurice Chatton entra dans la Résistance, dès février 1941, dans l’organisation du Front National et des Francs Tireurs et Partisans. Il devint vite un des animateurs de ces mouvements. Il participa activement à la distribution de la propagande clandestine et fut arrêté sur dénonciation le 6 novembre 1941. Condamné à mort par le Tribunal allemand de Châlons-sur-Marne, il fut fusillé le 23 décembre 1941. Il repose à Reims au Cimetière du Sud depuis 1944. Sa sépulture est fleurie chaque année par la Ville de Reims, le 30 août, pour l’anniversaire de la Libération de Reims.
Source : LRDR.

Chauvet, Edmond.
(1903-1968). Artiste peintre. Né à Reims, 4, chaussée Bocquaine, le 29 janvier 1903, décédé à Reims, 45, rue Cognacq-Jay, le 20 décembre 1968. Edmond Eugène Ernest Chauvet, élève de F. Flameng et de Lucien Simon, sociétaire des Artistes français, enseigna pendant plus de trente ans à l’École régionale des beaux-arts de Reims. Il exposa au Salon des Artistes français et au Salon des Indépendants des paysages de Corse et de Bretagne. Issu d’une lignée d’artistes, fils du peintre décorateur Prosper Georges Chauvet (1874-1931), professeur à l’École régionale des arts industriels et à l’École pratique de commerce, membre de l’Union champenoise des arts décoratifs, et petit-fils du sculpteur Edmond Édouard Chauvet. Il épousa à Paris, en 1925, Renée Angèle Prillieux (1902-1989), fille de l’opticien rémois. Georges et Edmond Chauvet reposent au Cimetière de l’Ouest.
Source : LRDR.

Chavalliaud, Léon.
(1858-1919). Statuaire. Né à Reims, 47, rue de Châtivesle, le 29 janvier 1858, décédé à Boissy-sans-Avoir (Seine-et-Oise) le 5 février 1919. Léon Chavalliaud, fut apprenti modeleur dans l’atelier Bulteau, rue Buirette, puis entra à l’école des Beaux-Arts, muni d’une bourse de la Ville. Il fut l’élève de Falguière, Jouffroy, et surtout Roubaud jeune. Après avoir travaillé en 1880 aux cariatides de la façade sur cour de l’Hôtel de Ville, il obtint avec sa Mère Spartiate un prix de Rome. Il s’attela à la confection de bustes, de portraits qui, peu à peu, lui établirent une solide réputation. A la suite d’un engagement il resta quinze ans en Angleterre. Les cariatides qui ornaient l’Hôtel de Ville ont été détruites dans l’incendie de 1917. Par contre, on peut toujours admirer, bien que mutilées, celles qui ornent la façade de l’hôtel Georget, 43, rue de Talleyrand. Il épousa Marie Julienne Rousseau et repose au Cimetière du Nord depuis 1923.
Source : LRDR.

Cheval, Marcel.
(1913-1944). Résistant. Né à Fère-en-Tardenois (Aisne) le 20 janvier 1913, mort pour la France à l’Épine (Marne) le 6 juin 1944. Marcel Jules Cheval, ajusteur, entra à la S.N.C.F. et y devint chef de groupe. Lieutenant des Forces françaises de l’intérieur, il organisa et participa aux sabotages des locomotives remorquant les trains ennemis. Parti pour Troyes le 7 décembre 1943, Marcel Cheval y fut arrêté le 17 par la Gestapo. Ayant subi héroïquement les interrogatoires, Marcel Cheval a conservé le secret de l’organisation sans défaillance. Transféré à Châlons le 30 mai 1944, il fut jugé et fusillé au terrain de La Folie. Il épousa Marguerite Léonie Renom et repose au Cimetière de l’Est. Sa sépulture est fleurie chaque année par la Ville de Reims, le 30 août, pour l’anniversaire de la Libération de Reims.
Source : LRDR.

Chevigné, Louis de.
(1793-1876). Poète. Né à Chavagnes-en-Paillers (Vendée) le 30 janvier 1793, décédé à Reims, en son hôtel, rue Cérès, le 19 novembre 1876. Louis Marie Joseph, comte de Chevigné, est l’auteur du délicieux livre : Les Contes rémois dont la traduction aurait été faite dans toutes les langues. Il épousa, en 1817, Clémentine Clicquot (1799-1863), fille unique de la veuve Clicquot-Ponsardin. Le comte, qui résidait au château de Boursault, fit de fréquents séjours à Reims, dont il commanda la Garde nationale de 1830 à 1849. Officier de la Légion d’honneur, il repose au Cimetière du Nord.
Source : LRDR.

Chevrier, docteur.
(1862-1920). Conseiller municipal. Né à Satolas (Isère) le 10 septembre 1862, décédé à Reims, 2, rue du Temple, le 28 octobre 1920. Henri Marie Antoine Chevrier, docteur en médecine en 1890, vint aussitôt se fixer à Reims. Membre de la Commission sanitaire de l’arrondissement de Reims, administrateur des hospices, médecin-major de la compagnie des Sapeurs-pompiers, il fut président de la Société des Sauveteurs et président de la Ligue de l’Enseignement. Élu conseiller municipal en 1912, il fut réélu après la guerre, en novembre 1919. Frère du négociant en vins de Champagne Paul Chevrier (1863-1957), mort célibataire il repose au Cimetière du Sud.
Source : LRDR.
Cheysson, Émile.
(1836-1910). Économiste. Né à Nîmes le 18 mai 1836, décédé à Leysin (Suisse) le 7 février 1910. Émile Cheysson, ingénieur des ponts et chaussées, fut inspecteur général et professeur d’économie politique à l’École des mines et à l’École des sciences politiques. Membre de l’Académie des sciences morales, il fut avec Alexandre Ribot et Jules Siegfried, l’un des initiateurs du mouvement en faveur de l’amélioration du logement ouvrier. Au début de sa carrière, Émile Cheysson fut, pendant quelque temps, ingénieur des ponts et chaussées à Reims.
Source : LRDR.

Chézel, Clovis.
(1862-1941). Adjoint au maire. Né à Reims, 3, rue Saint-Nicaise, le 24 juin 1862, y est mort, 40, rue Chanteraine, le 6 mars 1941. Clovis Désiré Chézel, ouvrier tisseur, devint conseiller municipal en 1892, puis à nouveau en 1900 jusqu’à sa mort. Il fut nommé adjoint au maire de Reims en 1919, et reçut la Légion d’honneur. Il fut gérant d’une succursale des Comptoirs Français à Sainte-Anne, terminus du tramway, après la Grande Guerre, tenue par les demoiselles Chézel, ses filles. Il épousa à Reims, en 1886, Marie Julie Lemart, puis, en 1922, Marie Augustine Coutures et repose au Cimetière du Sud.
Source : LRDR.

Clicquot-Blervache, Simon.
(1723-1796). Économiste. Né à Reims, mort à Écueil (Marne). Simon Clicquot-Bervache, procureur, syndic de Reims, fut inspecteur général du commerce en France. Il publia un grand nombre d’ouvrages économiques et se préoccupa de l’amélioration des laines en Champagne, et projeta la navigation de la Vesle. Fils de Simon Clicquot et d’Elisabeth Blervache, il épousa Anne Françoise Méat, veuve de Simon Cornut de la Fontaine de Coincy.
Source : LRDR.

Clignet, Georges.
(1897-1980). Adjoint au maire. Né à Reims, 63, rue de Châtivesle, le 2 février 1897, y est décédé, 26 bis, boulevard Pasteur, le 28 février 1980. Georges Clignet, fils de filateur, fut élu conseiller municipal le 5 mai 1935, puis nommé adjoint au maire en 1943 par arrêté ministériel. Déporté en 1944, il fut réélu en 1947 au conseil municipal, puis adjoint au maire. Georges Clignet, président du Foyer Rémois de 1961 à 1968, chevalier de la Légion d’honneur, décoré de la Croix de guerre 1914-1918 fut promu officier de l’ordre national du Mérite. Il épousa à Paris, en 1925, Geneviève Marie Juliette Joséphine, dite Ginette Wirbel (1901-1972) et repose au Cimetière du Nord.
Source : LRDR.

Cochemé, docteur Remi.
(1908-1968). Né à Reims, 22, rue Carnot, le 29 mai 1908, y est décédé, des suites d’un accident de la route, 45, rue Cognacq-Jay, le 28 février 1968. Remi Georges Alphonse Cochemé, professeur agrégé de neuropsychiatrie, fut chef du service neuropsychiatrique du Centre hospitalier de Reims en 1945. Il épousa à Niort (Deux-Sèvres), en 1939, Rolande Victurnienne Alexina Trouillaud (1912-1991), et repose à Gueux. Il était le fils du docteur Henri Joachim Cochemé (1871-1936), ancien interne des Hôpitaux de Paris, chevalier de la Légion d’honneur, chevalier de l’Ordre royal de la Couronne d’Italie. Il repose à Gueux.
Source : LRDR.

Cochinard, René.
(1902-1980). Adjoint au maire. Né à Braux (Ardennes) le 31 décembre 1902, mort à Reims, 18, rue Raymond-Guyot, le 4 juin 1980. Onézime René Cochinard, militant syndicaliste, fut résistant lors de la seconde guerre mondiale. Il devint membre de la délégation municipale de 1944 à 1945 puis fut successivement conseiller municipal et adjoint au maire de Reims de 1957 à 1959. Il épousa Suzanne Madeleine Weber.
Source : LRDR.

Coffignot, Roland.
(1923-1993). Pilote d’essai. Né à Reims, 11, rue Eugène-Wiet, le 25 janvier 1923, mort à Aix-en-Provence le 22 août 1993. Roland Désiré Coffignot, pilote hors pair, eut pour spécialité d’effectuer les premiers vols des nouveaux hélicoptères. A ce titre, il fut recordman international de vitesse sur hélicoptère Dauphin puis sur un Super Frelon. En 1957, aux USA, il réussit le premier atterrissage avec passagers au sommet du Mont-Evans à 4.400 mètres. Roland Coffignot, titulaire de l’ordre national du Mérite et de la Médaille de l’Aéronautique, fut adjoint du directeur des essais en vol à Sud-Aviation, puis à l’Aérospatiale. Il épousa à Loudun (Vienne), en 1944, Louisette Émilie Mangot.
Source : LRDR.

Colasse, Pascal.
(1649-1709). Compositeur. Né à Reims, dans le quartier Saint-Remi, mort à Paris. Pascal Colasse fut le secrétaire de Lulli, lorsque ce dernier était directeur de l’Académie royale de musique. Il devint maître de musique de la chapelle, puis de la chambre du Roi. Outre ses opéras, Colasse écrivit pour le service de la chapelle et de la chambre de Louis XIV un grand nombre de motets et de cantates.
Source : LRDR.

Colbert, Jean-Baptiste.
(1619-1683). Né à Reims le 29 août 1619, mort à Paris le 6 septembre 1683. Jean-Baptiste Colbert, fils de riche drapier, fut ministre, contrôleur général des finances de Louis XIV. Il contribua à la promotion de l’industrie textile à Reims. Une plaque est apposée sur l’emplacement de sa maison natale, rue Cérès, elle portait l’enseigne Au long Vêtu. Son tombeau, par Coysevox, est toujours visible dans l’église Saint-Eustache à Paris.
Source : LRDR.

Colin, Nicolas.
(1622-1668). Chirurgien. Mort à Reims le 29 Juillet 1668. Nicolas Colin, après avoir servi dans les armées du roi comme chirurgien-major, accourut à Reims, sa ville natale, pour soigner les habitants atteints par la peste de 1668. Il s’enferma avec ses malades dans les bâtiments de la buerie de l’Hôtel-Dieu, situés sur les bords de la Vesle, au-delà des remparts. Mais la terrible épidémie, qui décima une grande partie de la population, enleva Nicolas Colin.
Source : LRDR.

Collet, rue Albert.
(1909-1963). Né à Nantua (Ain) le 10 octobre 1909, mort à Reims, 4, rue Warnier, le 17 janvier 1963. Albert Lucien Collet, ingénieur des T.P.E., fut l’aménageur de la commune de Tinqueux. Il épousa Paule Joséphine Marie Louise Favier. Il reposait à Reims, au Cimetière de l’Est, mais sa sépulture, arrivée à terme, fut reprise par l’Administration municipale.
Source : LRDT.

Comte, docteur.
(1874-1949). Né à Chandon (Loire) le 2 juin 1874, mort à Reims, 14, rue de la Tirelire, le 27 juin 1949. Jean François Comte, docteur en médecine de l’Université de Lyon en 1901, ancien interne des hôpitaux de Lyon de 1896 à 1900, exerça pendant cinquante ans dans le quatrième canton de Reims. Pendant la guerre de 1939 à 1944, il soigna clandestinement résistants et combattants des armées alliées. Il épousa Mathilde Marie Pierron et repose probablement à Grasse.
Source : LRDR.

Consdorff, Sylvain.
(1897-1969). Conseiller municipal. Né à Reims, 4, route de Louvois, le 29 août 1897, y est décédé, 28, rue Clovis-Chézel, le 26 Mars 1969. Sylvain André Consdorff contribua à l’animation de ce quartier où il habita jusqu’à sa mort. Artisan ébéniste, il fut le premier président de la Chambre de métiers de la Marne. Conseiller municipal de 1935 à 1944, il fut réélu en 1959 et 1965. Médaillé militaire, décoré de la Croix de guerre, chevalier de l’ordre national du Mérite, il épousa à Saint-Germain-en-Belin (Sarthe), en 1923, Berthe Pauline Jarrossay. S. Consdorff repose au Cimetière du Sud.
Source : LRDR.

Coquault, famille.
Pierre Coquault (15..-1645) et son neveu l’annaliste Oudart Coquault. En 1654, le lendemain de son sacre, le jeune roi Louis XIV, en se rendant à Saint-Remi, s’arrêta quelques instants dans leur hôtel. Celui-ci a donné son nom à la place des Loges-Coquault.
Source : LRDR.

Coquebert, Claude André J.-B.
(1758-1815). Né à Reims le 15 janvier 1758, mort le 8 octobre 1815. Claude André Jean-Baptiste Coquebert de Taizy, major d’infanterie dans l’armée de l’immigration, chevalier de Saint-Louis, administrateur des hôpitaux de Reims. Savant bibliographe, il fut le collaborateur des frères Michaud qui publièrent la célèbre Biographie universelle. Il épousa, en 1789, Joséphine Rose Lespagnol (...-1790). La famille Coquebert donna aux 17e et 18e siècles cinq lieutenants des habitants et de nombreux magistrats, dont Henry Coquebert, sieur de la Fauconnerie, trois fois lieutenant des habitants de Reims.
Source : LRDR.

Coquillard, Guillaume.
(v. 1450-1510). Poète. Guillaume Coquillard, chanoine de Notre-Dame, secrétaire de l’archevêché, fut l’auteur de pièces et de poésies au ton souvent grivois ou paillard.
Source : LRDR.

Corbineau, général Jean-Baptiste.
(1776-1848). Né à Marchiennes (Nord), mort à Paris. Jean-Baptiste Juvénal, comte Corbineau, sauva une partie de l’armée impériale, au cours de la re-traite de Russie, en découvrant le gué de la Bérézina. Il sauva également la vie de l’empereur lors de la Campagne de France en 1814. Gouverneur militaire de Reims lors de la bataille du 13 mars 1814, il fut nommé pair de France par Louis-Philippe.
Source : LRDR.

Corpelet, Jules.
(1823-1875). Maire de La Neuvillette. Né à La Neuvillette, y est décédé le 11 décembre 1875. Jules Jean-Baptiste Corpelet, cultivateur, époux de Marie Rosalie Anasthasie, fut le premier maire de la commune de La Neuvillette qui, autrefois dépendance de Courcy, devint commune autonome en 1870 et fusionna avec Reims en 1970.
Source : LRDR.

Coucy, Robert de.
De 1290 jusqu’à sa mort, le 13 novembre 1311, Robert de Coucy poursuivit l’œuvre des premiers architectes de la cathédrale : Jean d’Orbais de 1211 à 1231, Jean Le Loup de 1231 à 1247, Gaucher de Reims de 1247 à 1255, Bernard de Soissons de 1255 à 1290. Il fut également maître d’œuvre de la basilique Saint-Nicaise, et construisit l’église de l’abbaye Saint-Denis où il fut inhumé.
Source : LRDR.

Coulmeaux, Pierre-Alexis.
(1783-1839). Maire de Tinqueux. Né à Tinqueux en 1783, y est mort le 29 décembre 1839. Pierre Alexis Coulmaux, cultivateur, fut maire de la commune de Tinqueux, de 1817 à 1822. À son décès, il était ancien cultivateur et adjoint de la commune. Il eut pour successeur le manufacturier rémois, Augustin Dérodé (1788-1823), membre de la Chambre consultative de Commerce, capitaine de la 1ère compagnie de la Garde nationale à cheval de la ville et de l’arrondissement de Reims. Pierre Alexis Coulmaux épousa à Champigny-sur-Vesle, en 1808, Anne Catherine Griffon (1787-…).
Source : LRDT.

Coulvier-Gravier.
(1802-1868). Astronome. Né à Reims le 26 février 1802, mort à Paris le 12 février 1868. Remi Armand Coulvier-Gravier reprit la direction des fermes de son père et fonda en même temps, à Reims, une entreprise de roulage et une fabrique de tissus. Il se livra aux études astronomiques et météorologiques. Parmi les phénomènes célestes, il observa tout particulièrement celui des étoiles filantes. Du résultat de ses observations, il crut devoir établir une méthode naturelle de prédire le temps à courte échéance. Arago le fit nommer, en 1850, astronome de l’Observatoire météorologique qu’on venait de créer au palais du Luxembourg.
Source : LRDR.

Courmeaux, Eugène.
(1817-1902). Député. Philippe Eugène Pierre Courmeaux, né à Reims, rue de Vesle, le 15 février 1817, décédé à Reims, 1, rue Clovis, le 22 novembre 1902. Bibliothécaire de la ville de Reims de 1843 à 1848 et de 1887 à 1895. Fervent républicain, il organisa la résistance démocratique au gouvernement, ce qui lui valut mise à pied et exil de 1850 à 1867. De retour à Reims, il créa une section de la Ligue de l’Enseignement. En 1887 il fut réintégré dans ses fonctions de bibliothécaire municipal, après 37 ans de suspension. Conseiller municipal, conseiller général, député de 1881 à 1885, franc-maçon, publiciste et conférencier, il fut l’une des personnalités les plus marquantes de la cité au 19e siècle. Il laissa de précieux souvenirs de sa jeunesse publiés en 1892. Il épousa à Paris, en 1842, Marie Joséphine Chocardelle (1818-1888) et repose au Cimetière du Nord.
Source : LRDR.

Courmeaux, Henri.
(1843-1901). Né à Reims le 22 juillet 1843, décédé au Parc-Saint-Maur-les-Fossés le 14 mars 1901. Remi René Henri Courmeaux, fils d’Eugène Courmeaux, remplit en Océanie diverses missions scientifiques et industrielles. Il épousa à Paris, en 1893, Reine Blanche Lavainne et repose au Père-Lachaise.
Source : LRDR.

Coutier-Marion, Pierre Martin.
(1751-1819). Maire de Reims. Né à Reims le 29 juillet 1751, y est mort, 12, rue de Mars, le 25 janvier 1819. Pierre-Martin Coutier, marchand épicier, fut maire jacobin de Reims, de 1793 à 1794. Il fut conseiller d’arrondissement de 1806 à 1809. Il épousa Marie Nicole Marion (1754-1825), fille d’un maître tonnelier de la rue du K-Rouge. Ils reposent tous deux au Cimetière du Nord.
Source : LRDR.

Coutiez, Philippe.
(1926-1944). Résistant. Né à Reims le 5 février 1926, mort à Champlat le 28 août 1944. Philippe Coutiez réussit à dérober à la milice, rue des Élus, une liste de tous les collaborateurs appartenant à la Ligue française. Il rejoignit le maquis de Champlat, pour participer à un parachutage, et fut tué à la ferme de Chantereine. Il n’avait que 17 ans et repose à Cormontreuil.
Source : LRDRM.

Creusat, docteur Robert.
(1912-1989). Né à Gerbéviller (Meurthe-et-Moselle) le 7 septembre 1912, décédé à Reims, 9, boulevard Saint-Marceaux, le 5 septembre 1989. Robert Creusat, médecin chef du Service médical interprofessionnel de la région de Reims, membre du Conseil du service de l’orientation professionnelle, membre du Conseil supérieur de la médecine du travail, reçut la Médaille d’argent de la Croix Rouge française et fut fait chevalier de l’ordre national du Mérite. Il épousa Elisabeth Catherine Remiette Marie Givelet (1912-2001) dont il eut 13 enfants. Ils reposent à Gerbéviller.
Source : LRDR.

Crochet, Jules.
(1902-1974). Pionnier de l’aviation sanitaire. Né à Dormans (Marne) le 2 juin 1902, décédé à Tinqueux le 29 novembre 1974. Jules Crochet, médecin chirurgien, passionné d’aviation, fit équiper un avion d’un brancard de son invention, pouvant être modifié instantanément en fonction de la blessure. Il préconisa le vol en altitude pour soigner la coqueluche. Il prit l’initiative d’équiper Reims, d’une station atmosphérique de traitement qui fut inaugurée par Pierre Schneiter, ministre de la Santé publique. Il fut également fondateur et animateur de l’École des infirmières de l’air. Il termina sa carrière de médecin en se consacrant à la médecine du travail. Chevalier de la Légion d’honneur, Croix de guerre des T.O.E., Médaille de l’aéronautique, Étoile Noire de Bénin, il reçut la Médaille d’or de l’Académie nationale d’encouragement colonial.
Source : LRDR.

Croissy, marquis de.
(1625-1696). Diplomate. Né à Reims, mort à Versailles. Charles Colbert, marquis de Croissy, frère de Jean-Baptiste Colbert, conseiller d’Etat, intendant d’Alsace, président au parlement de Metz, ambassadeur à Berlin, à Rome et en Angleterre, fut l’un des plénipotentiaires du congrès d’Aix-la-Chapelle en 1668 et du traité de Nimègue en 1678.
Source : LRDR.

Croutelle, Théodore.
(1791-1870). Manufacturier. Né à Paris le 25 septembre 1791, mort à Reims, 13, rue Libergier, le 31 décembre 1870. Emmanuel Charles Théodore Croutelle créa, en 1839, avec son associé Henri Gand un important tissage sur la Vesle dont on utilisait la force hydraulique. L’usine fut détruite par un incendie lors des émeutes de 1848. Théodore Croutelle, chevalier de la Légion d’honneur, fut conseiller municipal, membre de la Chambre de commerce, administrateur des hospices, président de la Société industrielle de Reims et administrateur de la Banque de France. Il épousa à Reims, en 1813, Marie Félicité Verrier (1792-1878) et repose au Cimetière du Nord.
Source : LRDR.

Comments