Biographies rémoises - B

Note : Cet essai de Dictionnaire de biographie rémoise comporte, dans un premier temps, les notices principalement extraites des ouvrages cités dans les sources ci-dessous. Il s’enrichira, au fil du temps, d’autres sources et des notices auxquelles vous voudrez bien contribuer dans ce site interactif.

Sources :

LRDR = Les Rues de Reims, mémoire de la ville, par Jean-Yves Sureau, Reims, 2002.

LRDT = Les Rues de Tinqueux, par Jean-Yves Sureau, Reims, 2003.

LRDRM = Les Rues de Reims Métropole, par Jean-Yves Sureau, en préparation.

Bachelier, Pierre.
(1611-1672). Né à Reims le 17 juin 1611, mort le 4 mai 1672. Pierre Bachelier de Gentès, rendit de grands services aux blessés et aux malades, lors de la bataille de Sillery en 1657 et de la peste de 1668. Il appartenait à cette famille notable, l’une des plus opulentes de la ville, qui donna, au 16e et 17e siècle, six lieutenants des habitants et compta plusieurs érudits et un grand nombre de magistrats.
Source : LRDR.

Bacquenois, Nicolas.
Nicolas Bacquenois, né à Beine près de Reims vers 1510, mort probablement à Verdun, entre 1572 et 1579. Bacquenois s’installa comme imprimeur d’abord à Lyon, puis à Reims en 1551 ou 1552 sur les instances du cardinal de Lorraine. Il y fit paraître, en 1553, son Coustumier de Reims, considéré comme un chef d’œuvre de l’art. Son atelier se trouvait dans la rue Saint-Étienne, à l’enseigne Au Lyon, souvenir de son premier établissement. Il maria sa belle-fille Françoise Gosme à Jean de Foigny (voir ce nom).
Source : LRDR.

Baratier, Augustin.
(1864-1917). Né à Belfort le 11 juillet 1864, mort à Courcy le 17 octobre 1917. Albert Ernest Augustin Baratier, officier de cavalerie, prit part à la bataille de la Marne. Promu divisionnaire, le général Baratier mourut au moment où il faisait une tournée d’inspection dans les tranchées près de Reims. Après avoir été inhumé dans notre ville, où le cardinal Luçon prononça son éloge funèbre, il repose aujourd’hui, conformément à sa volonté, au milieu de ses noirs, au Cimetière de la Maison-Bleue à Cormicy (Marne).
Source : LRDR.

Barau, Émile.
(1851-1930). Émile Barau était né à Reims, le 11 mars 1851, d’une famille aisée de laquelle il reçut tous les encouragements que peut souhaiter un artiste à ses débuts. Élève de Jettel et de Gérôme, il se plaisait, dès l’âge de vingt ans, à reproduire le paysage champenois qui restera, pendant sa longue et honorable carrière, le thème préféré de ses tableaux. Les critiques, les historiens de l’art le citent parmi les principaux paysagistes du XIXe siècle. Le Musée de Reims ne possède pas moins de quinze toiles d’Émile Barau, dont douze provenant de la donation Henry Vasnier. La plupart reproduisent des aspects de la région rémoise ; toutes témoignent des brillantes ressources de cet artiste comme de la variété de ses inspirations cherchées aussi dans les pays septentrionaux. À côté d’un rustique et vigoureux Jardinage d’automne à Boult-sur-Suippe, qui est son œuvre maîtresse au Musée de Reims, et du décor lumineux de la Vesle à Sept-Saulx, on peut, en effet, goûter la rude poésie de ses Chaumières dans les dunes, à Skaden (Danemark). Les Musées du Luxembourg, à Paris, et de Tours, exposaient également des toiles du paysagiste rémois. Émile Barau a été honoré, à diverses reprises, de récompenses officielles qui ont consacré sa réputation pour le grand public. Décédé le 19 novembre 1930, à Neuilly, à 80 ans, il a voulu reposer au pays natal. Il a été inhumé à Reims, dans le caveau de famille, au Cimetière du Nord. Il était le fils du marchand de bouchons Gaspard Barau dit Bacou (1799-1872) et de Marie Zénaïde Rafflin (1820-1896). La rue Émile Barau a disparu et une seule de ses toiles, de la collection Henry Vasnier, est exposée au Musée.
Source : LRDR.

Baron, Louis.
(1750-1833). Né à Plomion (Aisne), le 7 janvier 1750, mort à Paris le 11 mai 1833. François Louis Jérôme Baron, avocat à Reims, fut président du Tribunal du district de 1791 à 1799, puis siégea au Conseil des Anciens. Il représenta la Marne au Sénat conservateur de 1800 à 1805, devint président de la Cour de justice criminelle de la Marne et, en 1810, conseiller à la Cour d’appel de Paris. Il épousa Marie Jeanne Perette Blavier (1759-1823). Il repose au Cimetière du Nord.
Les élus honorèrent, par la même occasion, la mémoire de son frère cadet, Jean-Baptiste Eustache Baron, né à Plomion, le 28 mars 1760, mort à Reims, 10, place de Ville , le 19 janvier 1839. Avocat, substitut du procureur syndic du district de Reims (1790-1792), officier municipal en l’an III, juge d’instruction de 1800 à 1829 et vice-président du Tribunal civil de Reims de 1829 à 1832. Il épousa Jeanne Charlotte Guénart (1769-1851). Il repose au Cimetière du Nord.
Source : LRDR.

Barot, Jacques.
(1905-1990). Adjoint au maire. Né à Reims, 24, rue de la Justice, le 26 septembre 1905, y est mort, 39, rue Savoye, le 3 septembre 1990. Jacques Bernard François Barot, directeur de cave, fut conseiller municipal dès 1948, pendant 28 ans, adjoint puis 1er adjoint de Jean Taittinger. Il épousa à Reims, en 1929, Marie-Thérèse Louise Geoffroy (1908-1992), du champagne Couvert, dont il eut 9 enfants, parmi lesquels on compte Chantal Maquette, qui fut présidente des Amis de la Cathédrale, Marie-Annick Roger, second adjoint au maire de Reims, et Jean-François Barot, chef de cave de la maison Ruinart, chevalier de la Légion d’honneur. Jacques Barot repose au Cimetière du Nord.
Source : LRDR.

Barthélémy, Anatole de.
(1821-1904). Numismate et archéologue. Né à Reims le 1er juillet 1821, décédé à Ville-d’Avray le 27 juin 1904. Anatole Jean-Baptiste Antoine de Barthélémy, élève de l’école des Chartes, conseiller de préfecture, secrétaire général des Côtes-du-Nord, sous-préfet de Belfort en 1854, chevalier de la Légion d’honneur, fut membre de l’Institut en 1887. Il épousa à Paris 8e, en 1861, Marie Aubert. Son frère Édouard de Barthélémy (1830-1888), maire de Courmelois, fut conseiller d’arrondissement du canton de Verzy, en 1870.
Source : LRDR.

Bartholomé, Bernard.
(1936-1958). Mort pour la France. Né le 16 août 1936, mort le 7 août 1958. Bernard Bartholomé, enfant de Bétheny, est mort pour la France, durant la guerre d’Algérie.
Source : LRDRM.

Bary, Alexandre de.
Les frères Alexandre (1854-1899), Arthur (1856-1913) et Louis de Bary (1864-1914), négociants en vins de Champagne, restèrent célibataires. Alexandre de Bary défraya la chronique scandaleuse de la Belle Époque. Il légua de très importantes sommes à ses deux principales maîtresses Clémence Procureur, connue sous le nom de Clémence de Pibrac, et Elvire Boucher, qui devint comtesse de Grammont . Il fit édifier un extraordinaire mausolée dans le parc du château d’Elvire Boucher, à Thuisy. On peut toujours voir celui-ci dans la commune qui porte aujourd’hui le nom de Val-de-Vesle (Marne). Ses frères reposent au Cimetière du Nord.
Source : LRDR.

Battesti, général.
(1858-1914). Tué en défendant Reims. Né à Gravelines (Nord) le 6 avril 1858, mort à Reims le 25 septembre 1914. Jules Augustin William Léon Battesti, général de brigade, commandait en 1914, la 52e division de réserve de Reims. Il tomba glorieusement, le 25 septembre 1914, pendant le bombardement, à l’extrémité de la rue de Cernay. Une pierre placée à l’entrée de cette rue, marquait l’endroit où il fut tué et son corps reposa au Cimetière de l’Ouest. Il épousa Dorothée Céline Ernestine Dubourt.
Source : LRDR.

Baudet, Arlette.
(1951-1988). Adjointe au maire. Née à Reims le 5 juin 1951, décédée le 22 décembre 1988. Arlette Jacqueline Piotin, épouse de Gilles Baudet, adjointe au maire de Cormontreuil, assura le suivi du dossier du stade qui porte aujourd’hui son nom.
Source : LRDRM.

Baussonnet, Georges.
(1577-1644). Dessinateur. Georges Baussonnet fut poète, écrivain, historiographe et décorateur. La Bibliothèque municipale possédait une précieuse collection de ses dessins. Il légua ses biens à l’Hôpital général.
Source : LRDR.

Bazelaire, docteur Serge.
(1922-1991). Président du Stade de Reims. Né à Paris 15ème le 15 juillet 1922, décédé à Reims, 24-44, rue du Colonel-Fabien, le 5 décembre 1991. Serge Jean Bazelaire, résistant, chirurgien gynécologue, obstétricien des Hôpitaux, fut professeur à l’École des Sages-femmes du CHR de Reims. Docteur en médecine en 1952, Serge Bazelaire créa trois établissements d’hospitalisation privée, deux spécialisés en chirurgie générale et obstétricale en 1954 et 1959, puis un troisième la polyclinique Les Bleuets II en 1971. En 1973, il reprit et agrandit la polyclinique Les Bleuets IV qu’il regroupa en 1990 avec Les Bleuets II. En 1966, le docteur Bazelaire fut membre du Comité directeur du Stade de Reims, puis en devint président de 1974 à 1990. Il épousa Éliane Isabelle Pierrette Laplace et repose au Cimetière du Nord.
Source : LRDR.

Bazin, Gustave.
(1836-1895). Musicien rémois. Né à Lille en 1836, mort à Paris le 19 janvier 1895. Gustave Bazin, courtier en vins, musicien et compositeur, avait suivi à Paris, avec Massenet, les cours de Gounod ; il fut d’abord chef de chant au Théâtre Lyrique de Paris, puis, s’étant fixé à Reims, devint directeur de la Sainte-Cécile. Il reconstitua, en 1865, la Musique municipale à la tête de laquelle il resta jusqu’en 1890 et qu’il conduisit de victoire en victoire, jusqu’à l’Exposition universelle de 1889 où elle fut proclamée première musique civile de France. Il épousa Lucie Anduze et repose au Cimetière du Nord.
Source : LRDR.

Bazin de Bezons, Hippolyte.
(1855-1907). Né à Luc (Calvados) le 20 avril 1855. Joseph Marie Hippolyte Théodore Bazin de Bezons, agrégé de l'Université, docteur ès lettres, chevalier de la Légion d’honneur, fut proviseur du Lycée de Reims de 1893 à 1902. Auteur d’ouvrages d’archéologie et d’histoire de l’art, Hippolyte Bazin nous a laissé ce beau livre : « Une vieille cité de France, Reims, monuments et histoire », édité à Reims, par F. Michaud, en 1900, qui fait toujours référence.

Beaubras, Jean.
(1906-1944). Résistant. Né à Preigney (Haute-Saône) le 4 février 1906, mort pour la France à Brimont (Marne), lieudit Ancienne Redoute du Cran, le 28 août 1944 . Jean Paul Antoine Beaubras, ingénieur adjoint des Travaux publics de l’État (Service de la navigation) à Reims, effectua de nombreux transports d’armes et entreposa le matériel parachuté de la Résistance. Arrêté par la Gestapo le 27 août 1944 avec Henri Midol et Edmond Pottelain, autres résistants du Service de la navigation, il fut fusillé avec eux le lendemain. Il épousa Jeanne Marie Thérèse Ernestine Villemot (1910-1992) et repose au Cimetière du Nord. Sa sépulture est fleurie chaque année par la Ville de Reims, le 30 août, pour l’anniversaire de la Libération de Reims.
Source : LRDR.

Beaufort, Pascal Émile.
(1874-1955). Pascal Émile Beaufort, agriculteur à Bétheny, était le mémorialiste de son village. Dans Les souvenirs d’un vieux paysan il a notamment consigné les principales phases de l’histoire de Bétheny.
Source : LRDRM.

Beaulieu, Lieutenant-colonel.
Le lieutenant-colonel Beaulieu commandait le 100e régiment d’infanterie qui s’illustra à la défense de Reims, lors de l’offensive allemande de mai et juin 1918.
Source : LRDR.

Beaumont, Yves.
(1900-1959). Directeur de la voirie. Né à Saint-Servan-sur-Mer (Ille-et-Vilaine) le 25 novembre 1900, mort à Reims, 1, rue des Jardins, le 12 juillet 1959. Yves Joseph Auguste Louis Beaumont entra au service de la Ville de Reims, en 1923, en qualité d’ingénieur. Il devint directeur des Services de la voirie en 1929. Il prit une part considérable dans la reconstruction de Reims, rendant à ce titre d’éminents services à la Ville. Il épousa Fernande Madeleine Meurant. Il se suicida et repose au Cimetière du Nord.
Source : LRDR.

Beccue, Georges.
(1912-1979). Adjoint au maire. Né à Nieppe (Nord) le 7 mai 1912, décédé à Reims, 45, rue Cognacq-Jay, le 10 septembre 1979. Georges Édouard Beccue, arrivé à Reims en 1935, monta un atelier de réparation de poids lourds. Son entreprise employa trente salariés en 1979. Il fut président de la Chambre départementale du cycle et de l’automobile, président de l’Union nationale des évadés de guerre, conseiller municipal et adjoint au maire de Reims de 1959 à 1979, conseiller général de Reims, juge au Tribunal de commerce. Croix de guerre 1939-1945, il fut promu officier de l’ordre national du Mérite. Il épousa Georgette Eugénie Juliette Bodenchatz (1914-1999) et repose au Cimetière du Sud.
Source : LRDR.

Bègue, Amand.
(1830-1927). Architecte. Né à Pignicourt (Aisne) le 17 avril 1830, mort à Troyes le 19 août 1927. Amand Jacques Bègue, architecte à Reims, fut l’auteur, avec Ernest Kalas, des salons de l’Hôtel du Nord, en 1897, et construisit en 1907 les beaux hôtels Lochet et Mandron (3 et 7, boulevard Désaubeau). Il construisit également, en 1889, l’église de Sillery. Son fils, Henri Bègue (1867-1911), fut également architecte à Reims. Amand Bègue repose au Cimetière du Sud.

Béjot, Georges.
(1896-1987). Évêque auxiliaire. Né à Besançon (Doubs) le 23 août 1896, mort à Reims, 18, rue de l’Écu, le 25 juillet 1987. Georges Stanislas Jean Béjot, fils de pharmacien, vicaire général à Besançon, y fut sacré évêque auxiliaire en 1947. En 1955, Mgr Béjot arriva à Reims pour y occuper successivement les fonctions d’évêque auxiliaire de Mgr Marmottin, de Mgr Marty en 1960 et de Mgr Maury en 1968 jusqu’en 1971, date à laquelle il prit sa retraite. Il se retira chez les Clarisses de Tinqueux et y exerça pendant 17 ans un ministère d’accompagnement spirituel. Chevalier de la Légion d’honneur, Mgr Béjot était en outre décoré de la Croix de guerre.
Source : LRDR.

Belin, Théodore Denis.
(1793-1865). Maire de Reims. Né à La Ferté Milon (Aisne) le 7 novembre 1793, mort à Reims, impasse du boulevard du Temple , le 28 juin 1865. Théodore Denis Belin, notaire et banquier, remplit les fonctions de maire de Reims du 27 janvier 1850 au 22 septembre 1852. Il épousa à Reims, en 1819, Jeanne Louise, dite Jenny Clicquot et repose au Cimetière du Nord.
Source : LRDR.

Benoist-Malot, Pierre Roland.
(1780-1836). Conseiller municipal. Né à Reims le 23 juin 1780, y est mort, 8, rue de Berry, le 30 octobre 1836. Pierre Roland Benoist-Malot, manufacturier, contribua à développer dans notre ville la fabrication du mérinos. Attaché à la première des filatures, celle de Jobert-Lucas à Bazancourt, il fonda en 1804 l’établissement du Mont-Dieu (rue du Barbâtre). Il fut juge au Tribunal de commerce et conseiller municipal de Reims. Il épousa Françoise Hélène Malot (1782-1846) et repose au Cimetière du Nord.
Source : LRDR.

Berger, Daniel.
(1937-1960). Né à La Neuvillette le 23 décembre 1937, mort pour la France à Levasseur, Constantine, Algérie, le 4 mars 1960. Daniel Marcel Berger, maréchal des logis, fut tué quatre mois avant sa libération et fut décoré à titre posthume de la Croix de la valeur militaire avec palme ainsi que de la Médaille militaire. Il repose au Cimetière de l'Avenue de Laon.
Source : LRDR.

Bergier, Nicolas.
(1567-1623). Historien. Né à Reims le 1er mars 1567, mort au château de Grignon le 18 août 1623. Nicolas Bergier, licencié ès lois, procureur de l’échevinage, avocat, homme de lettres, jurisconsulte, enseigna au Collège des Bons-Enfants et à la Faculté de droit de l’Université de Reims. Il fut nommé, grâce à son ami le président de Bellièvre, historiographe de France, et fut l’auteur du Dessein de l’histoire de Reims et de l’Histoire des Grands Chemins de l’Empire Romain. Il épousa à Reims, en 1597, Marie Quatresols, veuve de Gérard Queutelot, procureur au siège présidial de Reims. Il repose dans l’église de Thiverval (Yvelines).
Source : LRDR.

Berque, Andrée.
Sculpteur. Née à Reims. Sœur de Jean Berque qui suit.

Berque, Jean.

(1896-1954). Peintre et illustrateur. Né à Reims, 10, rue Perseval, le 31 janvier 1896, mort à Paris, rue de Seine, le 27 avril 1954. Fils de négociant en vins de Champagne, Jean Berque, élève des Nabis, Félix Valloton, Maurice Denis et Paul Sérusier, fut un des premiers membres de l’Union rémoise des Arts décoratifs. Il réalisé le chemin de croix de l’église Saint-Nicaise de Reims. Réputé pour ses nus, il exposa au Salon d’Automne de 1924 à 1928 et au Salon des Tuileries entre 1927 et 1934. Il est surtout connu comme illustrateur de livres et collabora avec François-Louis Schmied, Philippe Gonin et les frères Gonin, de Lausanne. Il illustra notamment des ouvrages d’André Gide, Pierre Louÿs, Colette, Montherlant, André Maurois, Paul Claudel, Anna de Nouailles et Paul-Jean Toulet. Il épousa à Paris, en 1920, Raymonde Thorel, d’Épernay, puis, en 1943, Germaine Kohn. Chevalier de la Légion d’honneur en 1953, il repose à La Celle-Saint-Cloud (Yvelines).
Source : Patrick Chatelin et Dr Jean-Paul Fontaine, Jean Berque (1896-1954), décorateur, illustrateur, peintre, Reims, 2006.

Berton, Louis.
(1746-1811). Né à Reims le 6 mars 1746, y est mort, rue Dieu-Lumière, le 20 juillet 1811. Louis Sébastien Berton, principal de l’École militaire de Brienne, directeur du Collège de Compiègne, fut premier proviseur du Lycée, créé à Reims par décret du 16 floréal an XI, de 1804 à 1808. Il repose au Cimetière du Nord.
Source : LRDR.

Bertrand, Louis.
(1890-1971). Maire de Saint-Brice-Courcelles. Né à Saint-Pierre Bénouville (Seine-Maritime) le 27 janvier 1890. Octave Louis Sylvain Bertrand, ancien combattant 1914-1918, Croix de guerre, fut maire de la commune de Saint-Brice-Courcelles de 1950 à 1970. Établi charron, puis menuisier à Saint-Brice, veuf de Marie Louise Renée Marcelle Boillet, il y épousa, en 1935, Marie Augustive Fauvet († 1953), veuve de Jules Constant Julien Fauvet († 1926), lui aussi charron à Saint-Brice.
Source : LRDRM.

Bettinger, docteur Lucien.

(1884-1945). Résistant. Né à Reims, 35, rue de Vesle, le 17 janvier 1884, mort pour la France au camp de Dachau le 2 février 1945. Charles Lucien Bettinger, fils de médecin, s’installa à Reims en 1909, passionné d’entomologie, il possédait une collection de plus de 20.000 coléoptères européens. Sous l’Occupation allemande, il aida les jeunes gens à se soustraire au service du travail obligatoire et donna ses soins aux parachutistes blessés. Arrêté par la Gestapo en 1944, il fut déporté et soigna ses camarades atteints de typhus, il le contracta lui-même et en mourut. Il fut reconnu mort en déportation le 13 février 2001. Il épousa à Paris, en 1909, Lucie Thérèse Jacquemart (1887-1952). Rémoise, elle repose au Cimetière du Nord. Sa sépulture est fleurie chaque année par la Ville de Reims, le 30 août, pour l’anniversaire de la Libération de Reims.
Source : LRDR.

Bezançon-Perrier, Charles Euphrasie.
(1745-1811). Député. Né à Reims, paroisse Saint-Denis, le 28 juillet 1745, y est décédé, rue des Capucins, le 28 février 1811. Charles Euphrasie Bezanson-Perrier, commissaire de voiture et cultivateur, fut officier municipal en 1790. Envoyé par le département de la Marne à l’Assemblée législative (1791-1792), Bezanson s’occupa surtout des questions agricoles et militaires. Il organisa le camp de Soissons. À son retour à Reims en 1792, il fut nommé commissaire des guerres. En l’an II il devint administrateur du district et fit partie de la société des Jacobins. Il épousa à Reims, en 1782, Claude Pérette Martine Perrier (1749-1819). Le philosophe Hippolyte Taine, né à Vouziers, appartenait à cette famille par sa mère.
Source : LRDR.

Biébuyck-Chauvet, Constance.
(1840-1924). Bienfaitrice. Née à Reims, 55, rue du Barbâtre, le 15 février 1840, y est décédée, 48, rue du Barbâtre, le 10 juillet 1924. Constance Chauvet, veuve du négociant en tissus Charles Louis Biébuyck (1832-1903), légua à la Ville de Reims un immeuble et un capital. Elle était la fille du boulanger Chauvet-Sépierre. Les Biébuyck-Chauvet reposent au Cimetière du Sud.
Source : LRDR.

Bienfait, docteur.
(1819-1897). Adjoint au maire. Né à Reims le 12 octobre 1819, y est décédé, 37, boulevard de la République, le 30 décembre 1897. Nicolas Jules Bienfait, docteur en médecine, chevalier de la Légion d’honneur, fut adjoint au maire, conseiller général de la Marne, vice-président du Conseil général de la Marne. Il épousa Aimé Tassin (1826-1883), puis, en 1885, Cécile Ragot (1837-1897), veuve de Charles Didier. Il repose au Cimetière du Nord.
Source : LRDR.

Billa, Paulette.
(1908-2000). Maire de Tinqueux. Née à Vineuil (Loir-et-Cher) le 8 décembre 1908, décédée à Reims, 48, rue de Sébastopol, le 27 février 2000. Paulette Madeleine Billa, maraîchère, puis secrétaire, fut maire de la commune de Tinqueux, d’avril 1945 à 1983. Résistante, elle siégea au Conseil municipal dès 1944. Elle se dévoua pendant 38 ans pour la commune. Avec Mme Léon Schiffer, née Marie-Thérèse Fossas (1910-2001), elle fonda en 1973 le Club du 3ème Âge. Chevalier de la Légion d’honneur en 1976, elle fut promue commandeur de l’Ordre national du Mérite. Paulette Billa fut l’épouse de Pierre Alexandre Girard, dont elle eut un fils, Raymond Girard, mort pour la France, en Algérie, en 1956. Elle repose à Tinqueux auprès de ses parents.
Source : LRDT.

Billard, docteur.
(1893-1968). Maire de Reims. Né à Malesherbes (Loiret) le 24 février 1893, mort à Reims, 21, rue Savoye, le 3 juillet 1968. Jean Jacques Auguste Billard, officier de la Légion d’honneur, chirurgien, professeur honoraire de clinique chirurgicale à la Faculté de médecine et chef du service de chirurgie des hôpitaux de Reims. Résistant, il fut maire de Reims de 1944 à 1945. Fils et petit-fils de médecin, il épousa à Reims, en 1925, Anne-Marie Antoinette Lardennois (1900-1964), fille du docteur Henry Lardennois. Ils reposent tous deux au Cimetière du Nord.
Source : LRDR.

Blavier, chanoine Jean-Baptiste.
(1756-1819). Né à Reims le 11 septembre 1756, y est mort, 12, rue de l’Écossois, le 1er juin 1819. L’ancien chanoine Jean-Baptiste Blavier, partisan de la Révolution, renonça à son état, devint officier municipal et fonda à Reims en 1791, la Caisse patriotique dont les nombreuses émissions de billets de minime valeur fut d’un grand secours pour les opérations commerciales et les relations journalières. En 1793, il fut chargé, avec les citoyens Grigot et Mora, de l’attribution des noms de rue républicains. Il devint contrôleur des contributions de l’arrondissement de Reims et repose au Cimetière du Nord.
Source : LRDR.

Blondel, Jean.
(1733-1810). Avocat et jurisconsulte. Né à Reims le 20 avril 1733, mort à Paris. Jean Blondel, professeur de droit et doyen de la Faculté de Douai, président de la Cour impériale de Paris, mourut conseiller à la Cour de Cassation en 1810. Il fut, avec l’ancien constituant de la Marne Viellart, un des rédacteurs du Code criminel et laissa de nombreux ouvrages de droit et de jurisprudence. Il plaida dans l’affaire du Collier de la Reine où il défendit la demoiselle Oliva.
Source : LRDR.

Blondet, René.
(1912-1991). Né à Reims, 6, rue de l’Abbé-de-l’Épée, le 2 novembre 1912, y est décédé, 9, rue Guillaume-de-Machault, le 9 février 1991. René Gaston Antoine Blondet, président directeur général de l’entreprise de travaux publics Blondet, vice-président de la Fédération nationale du Bâtiment de 1965 à 1972, président de la Chambre de commerce et d’industrie de Reims et d’Épernay de 1961 à 1968, fut promu officier de la Légion d’honneur. Il épousa à Reims, en 1936, Nicole Marthe Marguerite Marie Andrée Chatin de Chastaing et repose au Cimetière du Sud.
Source : LRDR.

Bocquet, Louis-Paul.
(1915-1984). Pharmacien. Né à Paris 9ème le 28 mars 1915, décédé à Reims, 11, rue Alexis-Carrel, le 2 août 1984. Louis-Paul Bocquet, fils du peintre Paul Bocquet, fut pharmacien pendant 43 ans. Président du Syndicat d’initiative de 1960 à 1968, il présida le Comité départemental du Tourisme et la Fédération régionale Champagne-Ardenne des Offices de tourisme, ainsi que le comité de jumelage Reims-Salzbourg. Il organisa à Reims, en 1961, le circuit des monuments illuminés. Passionné de botanique, d’entomologie et de minéralogie, il fut fait chevalier de l’ordre du Mérite en 1968 et reçut la grande médaille de la Ville de Reims. Il épousa Elisabeth Thérèse Thomas (1919-2005) et repose à Villers-Allerand (Marne).
Source : LRDR.

Bocquet, Paul.
(1868-1947). Artiste peintre. Né à Reims, 67, rue de Venise, le 17 octobre 1868, y est décédé, 80, rue Libergier, le 7 septembre 1947. Paul Bocquet, orphelin de bonne heure, fut élevé par son grand-père maternel Jean-Baptiste Nicolas Langlet, courtier en laine et conseiller municipal. Il fit ses études au Lycée de Reims, puis fut élève de l’académie Julian à Paris en 1889, admis à l’école des Beaux-Arts de Paris en 1891, puis dans l’atelier d’Alfred Roll et de Puvis de Chavannes. Il revint à Reims définitivement en 1898 et y épousa Juliette Martin (1875-1963). Il s’attacha surtout à représenter les divers aspects de la Champagne dont il nia la monotonie, trouvant en elle de subtiles variations de lumière à travers les saisons. Il fonda en 1922, avec Abel Jamas et Ernest Kalas, l’Union champenoise des arts-décoratifs. Chevalier de la Légion d’honneur en 1935, Paul Bocquet repose au Cimetière du Sud.
Source : LRDR.

Bonhomme, architectes.
(17e Siècle). Jean Bonhomme, premier architecte de l’Hôtel de Ville de Reims dont la construction commença en 1627. Il semble avoir fondé une dynastie d’architectes rémois, parmi lesquels son homonyme Jean (cloître de l’abbaye Saint-Remi, 1710-1730) et Nicolas Bonhomme (Porte Neuve, aujourd’hui disparue, en face de la gare, 1740). On peut voir à Laon le magnifique escalier de la Bibliothèque municipale, ancienne abbaye St Martin, chef d’œuvre de stéréotomie, dû à Charles Bonhomme (1701-1737) qui était également l’auteur à l’abbaye de Prémontré d’un superbe et inimitable escalier qui a fait l’admiration de tous les connaisseurs de l’univers pour reprendre les termes employés en 1793 lors de la vente des biens nationaux et d’un superbe escalier en pierres, de forme spirale, admiré des connaisseurs pour son élégance. Celui-ci subsiste toujours alors que l’escalier d’honneur a été démoli pendant la Révolution.
Source : LRDR.

Boucher de Perthes, Jacques.
(1788-1868). Archéologue. Né à Rethel le 10 septembre 1788, mort à Abbeville le 2 août 1868. Jacques Boucher de Crèvecœur de Perthes, fut le fondateur, avec d’Archiac, de la préhistoire géologique en France. Son père, Jules Armand Guillaume Boucher de Crèvecœur, né à Paray-le-Monial en 1757, mort à Abbeville en 1844, fit ses études à l’Université de Reims et fut contrôleur des finances à Soissons, puis directeur des douanes à Abbeville. Boucher de Perthes fonda un prix de vertu à Reims. Il succéda à son père, comme directeur des douanes à Abbeville et fut autorisé, sous la Restauration, à ajouter à son nom légal celui de sa mère. Grand collectionneur, il mourut célibataire et son hôtel particulier à Abbeville est devenu le musée Boucher de Perthes.
Source : LRDR.

Bouchez, colonel Pierre.
(1899-1982). Résistant. Né à Reims, 20, rue de l’Isle, le 29 octobre 1899, y est décédé, 35, rue Hincmar, le 26 août 1982. Pierre Jean Michel Bouchez, fut commandant militaire des Forces Françaises de l’Intérieur du département de la Marne de fin 1943 à 1945, et commandant d’armes de la Place de Reims du 2 septembre 1944 au 30 décembre 1945. Officier de la Légion d’honneur, il fut décoré des Croix de guerre 14/18 et 39/45 et de la Médaille de la Résistance. Président fondateur en 1936 du Groupement interprofessionnel des Syndicats patronaux de Reims et de la Région, il devint président directeur général des Filatures et Tissages de Reims en 1950, directeur-gérant du Journal l’Union de 1956 à 1981. Il épousa à Fismes, en 1962, Germaine Charlot et repose à Warmeriville (Marne).
Source : LRDR.

Boucton, Charles.
(1876-1949). Maire de Tinqueux. Né à Tinqueux, La Haubette, le 30 juin 1876, mort à Reims, 8, rue Sainte-Geneviève, le 9 décembre 1949. Charles Félix Boucton, agriculteur à la ferme de La Haubette, fut maire de la commune de Tinqueux, de 1919 à 1925. Il épousa à Tagnon (Ardennes), en 1904, Henriette Mathilde Georgette Dupuit (1884-1936) et repose à Reims au Cimetière de l’Ouest.
Source : LRDT.

Boudet, Jean-Baptiste Pierre.
(1748-1828). Pharmacien. Né à Reims le 26 octobre 1748, mort à Paris le 18 décembre 1828. Jean-Baptiste Pierre Boudet, pharmacien chimiste, fut nommé en 1793 inspecteur de région de l’Est pour l’extraction du salpêtre et la fabrication de la poudre. En 1798, le Directoire lui confia les fonctions de pharmacien en chef de l’armée d’Orient. Membre de l’Institut d’Égypte, Boudet fit les campagnes de l’Empire et mourut avec le titre de pharmacien en chef de la Charité. Son neveu, Jean-Pierre Boudet (1778-1849), également pharmacien, membre de l’Académie de médecine, s’occupa particulièrement des embaumements. Boudet repose au Père-Lachaise où son monument a été remis en état, en 2003, par le Souvenir français.
Source : LRDR.

Boudsocq, sœur.
Religieuse à l’Hôpital Général pendant 52 ans, dont 36 ans comme supérieure, elle consacra sa vie au service des pauvres de la Ville.
Source : LRDRM.

Boulard, général.
(1776-1842). Général d’artillerie. Né à Reims le 20 mai 1776, mort à Besançon le 20 octobre 1842. Jean-François Boulard assista aux plus grandes batailles de la République et de l’Empire ; son nom est inscrit sur l’Arc de triomphe de l’Étoile. Il fut inspecteur général d’artillerie et reçut la grand’croix de la Légion d’honneur.
Source : LRDR.

Bouquet, Charles.
Charles Bouquet (1807-1879), agriculteur réputé, ancien fabricant. Sa ferme longeait la rue de Beine et le champ dit des Coutures, derrière l'usine Lelarge. Il épousa Prudence Potier (1811-1884), de Saint-Hilaire-le-Petit, qui décèda chez son gendre Jules Demaison, rue Rogier. Ils eurent pour petit-fils Louis Demaison (voir ce nom).
Source : LRDRM.

Bourgeois, Léon.
(1851-1925). Homme politique. Né à Paris le 21 mai 1851, décédé au château d’Oger (Marne) le 29 septembre 1925. Léon Victor Auguste Bourgeois, avocat, fut secrétaire général de la préfecture de la Marne le 26 décembre 1877, puis sous-préfet de Reims en novembre 1880. Il devint député de la Marne, arrondissement de Châlons, en 1888, puis sénateur de la Marne en 1905. Membre de l’Académie française, il fut un des promoteurs de la Société des Nations, dont il fut le premier président. Prix Nobel de la paix en 1920, il épousa Virginie Marguerite Sellier (1851-1904), native de Châlons-sur-Marne, et termina ses jours au château d’Oger, près d’Épernay. Ses cendres furent dispersées au Cimetière de l’Ouest à Châlons. Léon Bourgeois, sénateur de la Marne, ministre des Affaires étrangères, vint à Reims le 15 juillet 1906 inaugurer la fontaine Subé.
Source : LRDR.

Bourgeois, René.
(1608-1688). Mémorialiste. Né à Reims en 1608, y est mort le 19 novembre 1688. René Bourgeois, avocat, conseiller et échevin de Reims de 1648 à 1670, fut l’auteur d’intéressants mémoires. Il épousa, en 1640, Antoinette Le Fondeur, puis Thomasse Lespagnol et enfin Claude Lespagnol. Mort dans la paroisse Saint-Hilaire, il fut inhumé dans l’église Saint-Étienne.
Source : LRDR.

Bourgouin, Eugène.
(1880-1924). Statuaire. Né à Reims, 11, rue de l’Échauderie, le 12 février 1880, décédé à Paris le 30 octobre 1924. Marie Joseph Eugène Bourgouin entra à l’École des arts décoratifs en 1901, puis à l’École des beaux-arts. Il fut Sociétaire de la Nationale des Beaux-Arts, et l’auteur de projets pour travaux d’orfèvrerie, dont la couronne du Sacré-Cœur de Montmartre. On lui doit le Monument aux morts de la Verrerie au Cimetière du Sud. A quelques mètres de sa tombe, au Cimetière du Nord, où repose également sa petite-nièce Danièle Guyader-Follias (1942-1993), maîtresse de ballet du Grand-Théâtre de Reims, on peut voir une de ses œuvres : le très beau buste du compositeur Ernest Lefèvre-Dérodé. Son nom est fréquemment écorché sous la forme Bourgoin, le u disparaissant, comme sur la plaque de rue. Il fit un mariage mondain en épousant à Clessy (Saône-et-Loire), en 1923, Françoise de Ponnat, fille du baron Henri et de la baronne née de Boutechoux de Chavanes Le Roy de Buxières.
Source : LRDR.

Boussinesq, Georges.
(1886-1914). Historien. Né à Saint-André-de-Sangonis (Hérault) le 22 avril 1886, mort pour la France à Vailly-sur-Aisne le 30 octobre 1914. Georges Marie Joseph Léon Boussinesq, parent du physicien Joseph Boussinesq (1842-1929), vint habiter fort jeune notre région avec sa famille. Après ses études au Lycée de Reims, il passa sa licence et fut attaché à la Bibliothèque municipale en qualité de conservateur-adjoint. Parmi ses ouvrages, citons surtout ce monument d’érudition, achevé par Gustave Laurent : l’Histoire de Reims depuis les origines jusqu’à nos jours, édité chez Matot-Braine en 1933 et qui le réédita en 1980. Son nom est gravé dans le cloître du temple protestant.
Source : LRDR.

Boutigny, Marguerite.
(1892-1987). Sage-femme. Née à Jumeaux (Puy-de-Dôme) le 16 mai 1892, décédée à Reims, 1, boulevard Docteur-Roux, le 14 mars 1987. Marguerite Marie Champeyroux, épouse d’Alfred Félix Boutigny (1893-1979), infirmière, demanda à servir sur le front et fut affectée à l’ambulance du Camp de Bouleuse qui se fixa à Reims en novembre 1918. Elle accéda aux fonctions de secrétaire, puis de présidente du syndicat départemental des sages-femmes et enfin de vice-présidente de l’ordre national. Elle reçut la médaille des Anciens Combattants. Officier de la Santé publique, chevalier de l’Ordre national du Mérite, titulaire de la médaille des Anciens Combattants, Marguerite Boutigny repose au Cimetière du Sud.
Source : LRDR.

Bouton-Gérard, Louis Benoît.
Louis Benoît Bouton, propriétaire et marchand de grève, est mort, 3, rue de la Concorde, le 14 juin 1902. Il épousa à Reims, en 1858, Adélina Ismérie Gérard, morte à Saint-Ouen (Seine) le 13 novembre 1900. Leur fille Jeanne Nicole Colette Bouton épousa à Reims, en 1890, l’industriel Louis Henri Napoléon Saint-Laurent, fabricant de produits chimiques.
Source : LRDRM.

Bouvier, docteur Joseph.
(1883-1978). Maire de Reims. Né à Reims, 15, rue des Murs, le 2 mai 1883, y est mort, 39, rue de Talleyrand, le 28 septembre 1978. Marie Joseph Jules Bouvier fut professeur d’anatomie et chargé de travaux de physiologie à l’École de médecine de Reims, chirurgien honoraire des hôpitaux et du centre anticancéreux. Décoré des Croix de guerre 1914-1918 et 1939-1945, il fut promu commandeur de la Légion d’honneur, par le général de Gaulle, en 1964. Par arrêté ministériel du 15 avril 1942, il fut nommé maire de Reims jusqu’au 17 août 1943. Conseiller municipal, il fut le 11 juillet 1944 à nouveau appelé à remplir les fonctions de maire, lors de la déportation d’Henri Noirot. Il inspira le personnage principal du roman de Lucienne Ercole, Les Augures en veston, paru en 1932, sous le nom de docteur Viennet. Un film calomnieux, Sept morts sur ordonnance, lui fait porter la responsabilité d’un effroyable drame dans lequel Charles Vanel incarne le personnage du docteur Bouvier. Il épousa à Reims Émilie Mennesson (1884-1973) et repose au Cimetière du Nord.
Source : LRDR.

Bouxin, Armand.
(1880-1972). Peintre et graveur. Né à Reims, 16, faubourg d’Épernay, le 4 juillet 1880, y est décédé, 24, rue Martin-Peller, le 5 février 1972. Armand Bouxin, élève de Félix Régamey, fut lauréat du Salon des Artistes français. Titulaire de la Croix de guerre 1914-1918 et de la Médaille de la France libérée, il fut promu officier dans l’ordre des Palmes académiques en 1957. Il épousa à Reims, en 1903, Delphine Berthe Cahart (1880-1906), puis à Saint-Dizier en 1908 Marie Virginie Lucie Husson (1883-1950) et repose au Cimetière de l’Ouest. Armand Bouxin fut le grand-père de Marc Bouxin, actuel conservateur du musée Saint-Remi.
Source : LRDR.

Bovis, René de.
(1866-1941). Médecin. Né à Marseille le 16 juillet 1866, mort à Reims, 34, rue du Pont-Neuf, le 7 janvier 1941. Marie René Victor de Bovis, fit ses études médicales à Lyon, puis il dirigea la maternité de l’Hôpital de Reims. Chevalier de la Légion d’honneur en 1915, il épousa Amélie Marie-Thérèse Bergasse (1869-1954) et repose au Cimetière du Sud.
Source : LRDR.

Boyer, Gaston.
(1913-2000). Cuisinier. Né à Chelles (Seine-et-Marne) le 16 novembre 1913, décédé à Reims, 38, rue de Courlancy, le 25 novembre 2000. Gaston Robert Boyer, cuisinier-restaurateur aux Crayères, arrivé à Reims en 1961, mit tout son talent et son art au service du restaurant La Chaumière qu’il créa avenue d’Épernay, établissement devenu aujourd’hui Le Chardonnay. Sa renommée fut pour beaucoup dans l’ouverture du restaurant Les Crayères par son fils, Gérard Boyer en 1983. Chevalier du Mérite agricole, Gaston Boyer fut vice-président des Maîtres cuisiniers de France. Il épousa Françoise Marguerite Féret.
Source : LRDR.

Brabant, Andrée.
(1901-1989). Comédienne. Née à Reims le 23 mai 1901, décédée à Toulon le 2 novembre 1989. Marie Thérèse Andrée Brabant, débuta comme danseuse, puis fut actrice de cinéma. Dès 1916, elle fut sollicitée par Abel Gance pour jouer dans Le Droit à la vie. De cette date à 1939 elle joua au moins dans 32 films et refit une dernière apparition au cinéma en 1964 dans L’âge ingrat.
Source : AVR.

Brébant, docteur.
(1827-1886). Conseiller municipal. Né à Balham (Ardennes) le 13 janvier 1827, mort à Reims, 3, rue Hincmar, le 29 juin 1886. Jean-Louis Nicolas Brébant, docteur en médecine, lauréat de l’Institut et de l’Académie de médecine, président du Conseil d’arrondissement, membre de la Chambre consultative d’agriculture, conseiller municipal pendant la guerre 1870-1871, fut pris comme otage par les Allemands et emprisonné à Magdebourg. Brébant eut l’idée géniale, dit-on en 1887, de la construction de l’égout transversal supérieur. Il épousa Marie Apolline Leroy (1835-1881) puis Marie Amélie Fournier (1845-1925) et repose au Cimetière du Nord.
Source : LRDR.

Bréhier, Louis.
(1868-1951). Historien. Né à Brest le 5 août 1868, décédé à Reims, 27, rue Ruinart-de-Brimont, le 13 octobre 1951. Louis René Bréhier, docteur ès lettres, fut professeur au Lycée de Reims. Écrivain d’art, il composa à Reims son ouvrage capital Le Monde Byzantin, et fut l’auteur en 1916 d’un ouvrage sur la cathédrale de Reims. Membre de l’Institut, professeur honoraire de l’Université de Clermont, officier de la Légion d’honneur, frère du philosophe Émile Bréhier (1876-1952), il épousa Marthe Marguerite Émilie Lefebvre (1874-1944). Il repose à Jonchery-sur-Vesle et son épouse repose à Chamalières (Puy-de-Dôme).
Source : LRDR.

Bressy, Agathon.
(1806-1853). Démocrate rémois. Né à Arpajon (Seine-et-Oise) le 13 novembre 1806, mort en Algérie. Agathon Bressy, médecin oculiste, chirurgien, s’installa à Reims après 1848, et y organisa le mouvement prolétarien. Avec le concours de Courmeaux et de quelques démocrates rémois, il créa des œuvres sociales très bien conçues, lança le premier l’idée d’habitations ouvrières pour les tisseurs, installa, au sein même de l’Association ouvrière, une coopération d’achat de denrées en commun, une boulangerie, une boucherie sociétaire ouverte le 23 novembre 1848, rue Fléchambault, un atelier de confection d’habits géré par les ouvriers tisseurs eux-mêmes. Il lança en janvier 1849 le journal L’Association rémoise. Il fut arrêté le 4 décembre 1851 et déporté en Algérie.
Source : LRDR.

Breyer, André.
(1913-1944). Résistant. Né à Reims le 21 avril 1913. André Breyer s’engagea, à l’âge de 18 ans, au 4ème régiment de cuirassiers en garnison à Reims. Sous-officier dans les transmissions, il habitait la région de Tarbes en 1940. Membre des F.F.I. il participa à des opérations dans les Hautes-Pyrénées. Il fut tué lors d’une mission de reconnaissance le 20 août 1944. Ses deux enfants sont domiciliés à Reims et à Cormontreuil.
Source : LRDRM.

Bride, René.
(1906-1998). Maire de Reims. Né à Laneuveville-en-Saulnois (Moselle) le 24 novembre 1906, décédé à Reims, 45, rue Cognacq-Jay, le 26 mai 1998. René François Joseph Bride, pharmacien à Reims dès 1932, créa un laboratoire pharmaceutique en 1938. Conseiller municipal, premier adjoint au maire en 1949, il fut maire le 9 mai 1953, poste duquel il démissionna le 21 janvier 1957, à la suite d’un grave accident de la route. Il fut également conseiller général de 1949 à 1955 et de 1961 à 1973, soit pendant 18 ans. Chevalier de la Légion d’honneur, René Bride épousa Anne-Marie Eugénie Amélie Charlier et repose dans la crypte de l’abbaye Saint-Hilaire (Vaucluse), sa propriété, qu’il fit restaurer.
Source : LRDR.

Bridoux, André.
(1919-1975). Adjoint au maire de Tinqueux. Né à Braine (Aisne) le 13 décembre 1919, décédé à Reims, 45, rue Cognacq-Jay, le 29 septembre 1975. André Louis Bridoux, employé de bureau, fut adjoint au Maire de Tinqueux. Il épousa Georgette Juliette Florentine Blaise.
Source : LRDRM.

Brochet, Joannès.
(1920-1996). Conseiller municipal. Né à Condrieu (Rhône), le 20 mai 1920, décédé à Reims, 11, rue Alexis-Carrel, le 5 décembre 1996. Joannès Joseph Brochet fut affecté à l’Éducation nationale en 1965. Intendant universitaire, il géra trois établissements scolaires à Reims. Conseiller municipal de Reims de 1989 à 1995, membre du bureau du District de 1989 à 1994, il en fut vice-président en 1995. Officier de la Légion d’honneur, officier de l’ordre national du Mérite, il fut promu officier des Palmes académiques. Il épousa Michelle Durand et repose au Cimetière de l’Ouest.
Source : LRDR.

Bronquart, Frédérique.
(1966-1978). Sportive. Née à Reims, 99, rue des Capucins, le 14 juin 1966, y est décédée, 45, rue Cognacq-Jay, le 16 mars 1978. Frédérique Colette Françoise Berthe Bronquart était un espoir en patinage de vitesse, lorsqu’elle mourut subitement avant d’avoir atteint l’âge de 12 ans. Ses parents, Roland Auguste Charles Bronquart et Claudine Charlotte Yvonne Bizouard, étaient alors tous deux professeurs et habitants de Tinqueux.
Source : LRDT.

Brouette, Alfred.
(1876-1933). Adjoint au Maire. Né à Reims, 2, rue de la Barre, le 15 août 1876, y est décédé, 5 bis, rue du Cardinal Gousset, le 21 mai 1933. Alfred Constant Brouette, entrepreneur, succéda à son père Brouette-Lalique, lequel construisit la plupart des rues de ce quartier, dont l’une d’elles, la rue David, porta son nom. Conseiller municipal en 1919, conseiller d’arrondissement en 1926, il devint adjoint au maire en 1929. Chevalier de la Légion d’honneur, président du Tribunal de commerce, il épousa à Bessy-sur-Cure (Yonne), en 1899, Jeanne Antoinette Longpré, puis à Clavy-Warby (Ardennes) en 1927 Jeanne Ursule Petitfils et repose au Cimetière de l’Est.
Source : LRDR.

Brûlart, famille.
Le nom de la famille Brûlart de Sillery reste attaché à la fondation du Collège des Jésuites. Charles Alexis Brûlart, comte de Genlis, marquis de Sillery (1737-1793), fut ministre des affaires étrangères sous Louis XV, député pour la noblesse de Reims aux Etats-généraux de 1789, député de la Somme à la Convention. Il fut guillotiné le 31 octobre 1793. Son épouse, la célèbre Mme de Genlis, née Stéphanie Félicité Ducrest de Saint-Aubin (1746-1830), devint gouvernante des enfants du duc d’Orléans, dont un de ses élèves monta sur le trône sous le nom de Louis-Philippe Ier, et devint la correspondante pensionnée de Napoléon Ier, qu’elle entretint des anciens usages et de l’étiquette de la cour. Elle publia plus de 80 volumes dont de nombreux ouvrages d’éducation pour la jeunesse et ses fameux mémoires sur le XVIIIe siècle et la Révolution française.
Source : LRDR.

Bruneau, Jules.
(1882-1957). Né à Issoudun (Indre), décédé à Herbault (Loir-et-Cher) le 15 avril 1957. Jules Bruneau, négociant en quincaillerie à Reims, rue Saint-Jacques, à l’enseigne Au Coin de St-Jacques. Fondateur et président de l’Office pour la prospérité de Reims, il fut le créateur des foires-expositions de Reims et organisa notamment, en 1928, l’Exposition internationale des meilleures marques. Président du Syndicat général du commerce et de l’industrie de Reims, juge au Tribunal de commerce, membre de la Chambre de commerce, il reçut la Légion d’honneur. Jules Bruneau épousa Adèle Branchu, puis la veuve Joly et repose au Cimetière de l’Est.
Source : LRDR.

Brunet, Jean-Baptiste.
(1763-1824). Général. Né à Reims le 7 juillet 1763, mort à Vitry-sur-Seine le 21 septembre 1824. Jean-Baptiste Brunet se distingua à la bataille de Fleurus, puis à l’armée du Rhin et dans les campagnes d’Italie. Il fut fait prisonnier par les Anglais au retour de la seconde expédition de Saint-Domingue et ne recouvra sa liberté qu’en 1814. Il reprit du service en 1815.
Source : LRDR.

Brunet, Fernand.
(1918-1985). Né à Saint-Florent-sur-Cher (Cher) le 17 avril 1918, mort à Reims, 48, rue de Sébastopol, le 25 décembre 1985. Fernand Louis Brunet fut directeur général adjoint des hôpitaux de Reims, dont on lui conféra l’honorariat. Croix de guerre 1939-1945, il fut fait chevalier de l’ordre national du Mérite. Il épousa Paulette Joséphine Lavigne.
Source : LRDR.

Brunette, Ernest.
(1848-1932). Né à Reims le 30 juin 1848, décédé à Muizon le 6 mars 1932, Édouard Ernest Brunette, reprit les fonctions de son père, Narcisse Brunette, en 1873. Nous lui devons de nombreux édifices qui furent pour la plupart détruits. Il nous en reste principalement l’hôtel de la Caisse d’Épargne rue de la Grosse-Écritoire, la synagogue, le crématorium et le cimetière de l’Est, ainsi que le cimetière de l’Ouest où il repose. Il épousa Marthe Eugénie Lelandais (1862-1957).
Source : LRDR.

Brunette, Narcisse.
(1808-1895). Architecte. Né à Breuvery (Marne) le 15 août 1808, mort à Reims, 2, place Royale, le 8 octobre 1895. Narcisse Brunette fut pendant près de 50 ans architecte de la Ville. On lui doit le sauvetage de la basilique Saint-Remi et la restauration de Saint-Maurice. Il construisit les églises Saint-André, Saint-Thomas, l’école professionnelle, la maison de retraite (démolie), le cirque et le manège, restaura la Porte Mars, etc. Il épousa à Reims, en 1846, Joséphine Philippine Rosalie Ponsin (1820-1901) et repose au Cimetière du Nord. Avec son fils, Ernest Brunette, il construisit de 1863 à 1880 la façade de l’Hôtel de Ville donnant sur la rue de la Grosse-Écritoire.
Source : LRDR.

Brunoy, Blanchette.
(1915-2005) Actrice de cinéma. Née à Paris 14e le 5 octobre 1915, décédée à Manosque le 3 avril 2005. Blanche Bilhaud, dite Blanchette Brunoy, était la filleule de l'écrivain Georges Duhamel. Elle épousa, en 1961, l'acteur de cinéma Maurice Maillot (1906-1968), fils du confectionneur rémois Maillot-Bourbon. Elle posséda la belle maison de l'architecte Edmond Herbé au 18, rue Léon-Mathieu à Reims. Seul son mari repose au Cimetière du Nord.
Filmographie
.
Source : LRDR.

Bruyant, général.
(1738-18..). Général. Né à Reims le 31 octobre 1738. Jean Pierre Joseph Bruyant servit 28 ans sous l’Ancien Régime, comme officier dans la gendarmerie et fut chevalier de Saint-Louis. Nommé aide-major de la Garde nationale rémoise à sa fondation en août 1789, il fut délégué à Paris aux fêtes de la Fédération en 1790. En 1793, Hoche l’appela près de lui pour remplir provisoirement les fonctions d’adjudant général chef de brigade. Bruyant prit sa retraite avec le grade d’adjudant-général. Il vécut quelques années à Reims et serait mort à Paris dans la gêne et le dénuement, selon Gustave Laurent.
Source : LRDR.

Buard, Marceau.
Instituteur à Bétheny.
Source : LRDRM.

Buirette, Pierre Marie.
(1783-1866). Manufacturier. Né à Sainte-Ménehould le 28 décembre 1783, mort à Reims, 21, rue Large, le 16 mai 1866. Pierre Marie Buirette fonda plusieurs prix de vertu. Il fut président du Conseil des prud’hommes. Mort célibataire, il repose au Cimetière du Nord sous un monument en marbre de Carrare, en forme de sarcophage. Le sculpteur Wendling y a sculpté ses armes parlantes : D’azur au chevron d’argent, à trois burettes, posées deux et un.
Source : LRDR.

Bureau, Achille.
(1827-1870). Né à Reims, 6, rue de l’Arbalète, le 2 octobre 1827, mort le 6 août 1870. François Achille Bureau, ancien élève du Lycée de Reims, puis de Saint-Cyr, commandant un bataillon de chasseurs à pied, chevalier de la Légion d’honneur, fut tué à la bataille de Froeschwiller. Il fut inhumé en 1871 à Rilly-la-Montagne où son père, Jean-Baptiste Bureau-Diverchy (1794-1886), fut maire de Rilly et fondateur à Reims, vers 1840, du magasin Aux Deux Pommes d’Or, qui donna naissance aux Galeries Rémoises.
Source : LRDR.

Burgert, Marie-Louise.
(1912-1985). Conseillère municipale. Née à Mulhouse le 5 août 1912, décédée à Reims, 17, rue Général-Carré, le 29 janvier 1985. Marie-Louise Burgert obtint son diplôme d’état d’infirmière à Strasbourg en 1935. A son arrivée à Reims, en 1937, elle fut infirmière à l’Hôpital américain. En 1940, pendant l’évacuation, elle suivit son hôpital à Aurillac. De retour à Reims, elle fut chargée de 1940 à 1942 d’un secteur de protection maternelle infantile aux alentours de Reims. Puis en 1942, elle fut appelée à diriger le dispensaire de la rue Houzeau-Muiron jusqu’à son départ en retraite en 1977. Élue conseillère municipale en 1965, elle fut réélue en 1971. Célibataire, elle repose au Cimetière du Nord.
Source : LRDR.

Burgod, Claude.
(1898-1944). Claude, dit Claudius Burgod, ancien élève de l’École supérieure de l’enseignement technique, professeur de sciences commerciales, officier d’Académie, candidat du Front populaire aux élections législatives de 1936. Il fut arrêté par les Allemands et mourut en déportation en Allemagne en février 1944. Une plaque commémorative a été posée sur sa maison à Reims, rue de Tambour, 5.
Source : LRDRM.

Buridan, Jean-Baptiste.
(v. 1588-1633). Jurisconsulte. Né à Guise (Aisne), mort à Reims le 5 avril 1633. Jean-Baptiste Buridan, commentateur des coutumes du Vermandois et de Reims, vint se fixer dans notre ville où il fut l’un des organisateurs et professeur de l’Université de droit. Ses ouvrages furent publiés par son fils.
Source : LRDR.

Burigny, Jean de.
(1692-1785). Littérateur. Né à Reims, paroisse Saint-Denis, le 18 septembre 1692, décédé à Paris le 8 octobre 1785. Jean Lévesque de Burigny, frère du philosophe Lévesque de Pouilly, publia de nombreux mémoires, traités, dissertations d’histoire, de philosophie, etc. que publia l’Académie des Inscriptions dont il fit partie. Il mourut célibataire.
Source : LRDR.

Butot, Émile.
(19e siècle). Membre de l’Administration municipale provisoire en 1848. Émile Butot, ouvrier tisseur à Reims, ancien chef du mouvement communiste, fut l’auteur de Deux mots aux citoyens électeurs où il s’intitule Président des socialistes pacifistes de Reims. Il calma l’émeute du 25 février 1848 où fut saccagée l’usine de tissage mécanique Croutelle. Adjoint temporairement à la municipalité, il perdit sa popularité auprès des ouvriers pour s’être compromis avec des bourgeois. Il participa aux banquets démocratiques en 1849.
Source : LRDR.

Comments