Fédération Française de la Randonnée Pédestre

                                                                                                                                                                                     
                                                                                                                                                                                 
Missions Principales
La Fédération Francaise de la Randonnée Pédestre s'est donnée plusieurs missions :
Photo de marcheur vue de dos
- Développer la randonnee pédestre en France comme pratique sportive.

- Contribuer à la sauvegarde de l'environnement.

- Valoriser le tourisme vert et les loisirs.

 

 

Au niveau national, elle est :

- délégataire du Ministère des sports pour l'activité de la randonnée pédestre
- membre du CNOS (Comité National Olympique Sportif)
- agréée par le Ministère de l'Écologie et du Développement Durable
- partenaire d'autres ministères (agriculture...)


Mission 1
: Créer et baliser les itinéraires de randonnée pédestre


Aux pratiquants de la randonnée, il fallait un "stade", la Fédération en a doté le territoire en créant et balisant des itinéraires :
- 65 000 km de sentiers de Grande Randonnée (GR® et GR de Pays®)
- 115 000 km d'itinéraires de Promenade et Randonnée (PR®)
soit, au total, un réseau de 180 000 km reconnus et entretenus par quelque 6 000 baliseurs bénévoles adhérents de la Fédération.

Préserver la qualité des itinéraires et de leur signalétique :
Un itinéraire PR®, GR® ou GR de Pays® ne tombe pas du ciel, il se construit. De la conception à la réalisation, il est le résultat d'un long travail : repérage des sites les plus intéressants, homologation, balisage...

Photo de lames directionnelles homologuees par la FFRP et respectueuses de l'environnementDes baliseurs amenagent un itineraire de grande randonnee



Mission 2
: Protéger, entretenir et préserver l'accessibilité des sentiers



Défendre et protéger les sentiers : le programme Éco-veille®

Couple en balade se donnant la mainComment surveiller un si vaste réseau pour assurer la continuité des itinéraires et la conservation des chemins ruraux ? En faisant appel aux pratiquants. Ainsi naît en 1994 dans le département de la Mayenne le réseau Alerte, reconverti en 1998 en réseau Éco-veille®.

Les comités départementaux de la randonnée pédestre, membres de ce réseau, organisent une veille écologique, basée sur la collecte et le traitement des anomalies constatées sur le terrain.

Ils ont imaginé la fiche-alerte diffusée auprès de ceux qui parcourent le terrain au plus près, les randonneurs. Ces fiches collectées sont transmises aux préfectures et aux collectivités locales qui remédient aux anomalies signalées.

En 2007, ce réseau regroupe 60 départements, véritable maillage de surveillance du territoire français.


Protéger l'accessibilité des sentiers

Littoral et belle vue sur la mer La pérennité du réseau de sentiers est souvent menacée. La Fédération soutient les associations de randonneurs qui se battent pour préserver la continuité des itinéraires. Elle apporte sa compétence et son aide juridique, par exemple quand une commune menace de vendre un chemin ou quand un propriétaire remet en cause une convention de passage.



 

 

Mission 3 : L'édition de Topo-guides® - un outil fiable et indispensable


Topo-guides de la collection GR Topo-guides de la collection PRtopo-guides de la collection rando-citadinesTopo-guides de la collections a pied en famille

Pour être parcourus, les itinéraires ont besoin d’être décrits. C’est la mission de la Fédération, éditeur de Topo-guides®, un outil fiable, indispensable au randonneur averti comme au simple promeneur.

Quatre collections, facilement identifiables par un code couleur, totalisent 280 titres qui permettent à tout randonneur de trouver un outil adapté à son niveau et ses envies. Goût d'itinérance et de liberté, balade de quelques heures pour découvrir la région, en quête d'une activité en famille ou entre amis ?

Les deux séries classiques des topos PR® vous feront découvrir un département ou une région à pied. Les topos d'une ville à pied sont quant à eux dédiés aux amoureux des itinéraires urbains et de leur patrimoine ; les pays à pied sélectionnent 15 à 30 balades réparties sur une aire géographique plus limitée ; les parcs naturels à pied vous permettent d'arpenter un espace naturel préservé. La collection des topoguides GR® vous fait randonner sur des parcours longue distance.


Topo-guides de la collection Sentiers ForestiersTopo-guides techniques

En savoir plus :
- Consulter le catalogue en ligne des topo-guides
- Trouver une idée rando
- Présentation des collections





Mission 4  : Promouvoir la randonnée et multiplier les formes de pratique


Les quelque 3000 associations affiliées et les comités de la Fédération organisent des milliers de randonnées tout au long de l'année sportive, pour les adhérents (200 000 pour la saison sportive 2007-2008) .Citons, par exemple, les Rando pour tous®, les Rando campagnardes, le Rando Challenge® ou les fêtes départementales et régionales de la randonnée. Des journées « portes ouvertes » accueillent le public qui ne connaît pas encore la pratique de la randonnée, cette pratique sportive à la portée de tous dont les bienfaits pour la santé sont si bénéfiques.

Des randonneurs martiniquais en joelette dans le cadre de la Rando pour tous Les Rando pour tous®
"Rando pour tous®", c'est avant tout la volonté des randonneurs de partager leur passion et les bienfaits physiques et psychologiques de leur pratique avec des personnes n'y ayant pas accès pour des raisons de santé, de handicap physique, mental ou social.

En savoir plus...

 

Randonneur pointe sa grille de question lors d'un Rando ChallengeLes Rando challenge®
Le Rando Challenge®, c'est une randonnée, par équipes de 2 à 4 participants, sous une forme ludique, conviviale et culturelle. En parcourant un itinéraire, les randonneurs localisent des bornes et répondent à des questions (sous forme de QCM) faisant appel à l'observation, sur la flore, la faune, l'histoire, le patrimoine...

En savoir plus...

 

Des enfants amenagent un sentier de randonnee dans le cadre de l'operation 1 chemin, 1ecole Un chemin, une école®
Relancé en 2004, grâce au soutien de GDF Suez, le projet pédagogique Un chemin, une école®, veut valoriser le patrimoine en utilisant les savoirs et savoir-faire acquis en classe. Avec leurs professeurs, les élèves d’une école, d’un collège ou d’un lycée créent ou réhabilitent un itinéraire de randonnée à proximité de leur établissement.

En savoir plus...

 

Mission 5  : La formation des animateurs, des baliseurs-amenageurs et des dirigeants



Les formations federales permettent d'acquerir de solides competences comme la lecture de carte, l'utilisation de boussoles... Gérer des associations, conduire et animer des randonnées, aménager et baliser des sentiers, autant de connaissances et de compétences à acquérir, gages de sécurité, de bien-être et de plaisir pour les pratiquants.La Fédération propose à tous ses adhérents la possibilité de suivre des stages de formation leur permettant de passer du rôle de pratiquant à celui d’acteur de la randonnée, comme responsable de club, animateur ou baliseur…


Des stages thématiques proposent d’approfondir des sujets liés à la randonnée : géologie, astronomie, faune et flore, GPS…

Historique

1947 – 2009 : Des chemins et des hommes de la création des premiers sentiers de Grande Randonnée à la Fédération Française de la Randonnée Pédestre.

La genèse…

Jean Loiseau, architecte à la Banque de France, est un passionné de nature et de marche. C’est le scoutisme, qu’il a découvert en 1910, qui lui en a donné le goût. Après la guerre 1914-1918, il crée un groupe de marcheurs, « Les Compagnons Voyageurs » et va parcourir avec eux, pendant des dizaines d’années, les chemins de France et d’Europe. Ils ont un précieux atout : ils savent se repérer en pleine nature avec cartes et boussole.

Premier randonneur
Premier excursionniste

Le mot « randonneur » n’a pas encore été inventé. Les marcheurs, nettement moins nombreux qu’aujourd’hui, sont appelés des excursionnistes, des touristes pédestres ou des promeneurs. En 1936, une grande loi, celle des « congés payés », va aider les Français à prendre plus facilement des vacances et permettre au plus grand nombre de pratiquer leurs loisirs.


Cela donne des idées à Jean Loiseau : il veut faire partager à d’autres le plaisir de découvrir l’espace naturel à pied. Comme il le fait avec ses Compagnons, ils suivraient des itinéraires, sans courir le risque de se perdre. Il a pu observer le balisage réalisé par Claude-François Denecourt en forêt de Fontainebleau, depuis 1842.

Premieres balises

Il s’est renseigné sur ce qui existe déjà dans certains pays étrangers : Allemagne, Pays-Bas, Belgique, Suisse et même Etats-Unis dans les Appalaches, où on a eu la bonne idée d’apposer des traits de peinture sur différents supports dans la nature (rochers, arbres, etc.). Les promeneurs n’ont plus peur de s’égarer, ils suivent les traits. Avec le soutien du Camping Club de France (fondé en 1910), il ébauche son projet de créer en France des « grandes routes du marcheur ».

Excusionnistes et randonneurs

Quelques années plus tard, en 1945, Jean Loiseau et les représentants du CCF ont l’idée de présenter le projet au « Touring Club de France », association créée en 1890 par un groupe de cyclistes, mais qui a constitué -  dès 1904 - une section d’excursionnistes pédestres et compte aussi une Commission de tourisme pédestre. Celle-ci adopte avec enthousiasme le projet de Jean Loiseau et décide de le mettre en œuvre immédiatement.

Randonneurs

Au cours de 1946 sont mis au point un « plan directeur » du réseau national, les règles de la signalisation (le balisage composé d’un trait rouge surmonté d’un trait blanc est adopté), le recrutement de bénévoles au sein des associations créatrices. En 1947, plusieurs tronçons des futurs GR® sont en chantier : en région parisienne, sur les bords de Loire, etc.

Les « grandes routes du marcheur » se transforment vite en « sentiers de grande randonnée ». Le mot « randonnée » est lancé, et celui de « randonneurs » avec !


Du CNSGR à la Fédération Française de la Randonnée Pédestre

Inauguration

Le 22 août 1947 est créé le Comité National des Sentiers de Grande Randonnée (CNSGR) réunissant le Touring Club de France, le Camping Club de France, le Club Alpin Français, le Club Vosgien, les Excursionnistes Marseillais et les mouvements de scoutisme et des auberges de jeunesse. Le 31 août 1947, on inaugure symboliquement, à Orléans, le premier tronçon du GR®3 d’Orléans à Beaugency sur 28 km. Une grande et belle aventure commence.

Topo
  • En 1951, le GR® Tour du Mont Blanc (TMB) est réalisé.
  • En 1952, 1000 kilomètres de sentiers GR®
  • En 1956, un accord est passé avec l’IGN pour faire figurer les GR® sur la nouvelle carte au 1 :50000
  • En 1957 parait le 1er topo-guide du GR®1, tiré à la Ronéo, sans carte mais avec croquis.
  • En 1969 : Le CNSGR reçoit l’agrément du Ministère de la Jeunesse et des Sports, au titre des activités de plein air
  • En 1971 : Le CNSGR est reconnu d’utilité publique.
  • En 1972 : 10 000 km de GR® sont aménagés et 25 000 topo-guides vendus.
Balisage

Le réseau des GR® va couvrir au fil des années toutes les régions de France, grâce au travail de milliers de bénévoles. Les randonneurs seront de plus en plus nombreux à les parcourir. Il faut donc penser à les représenter : c’est ainsi que nait la Fédération Française de la Randonnée Pédestre, le 22 avril 1978. Cette année là, elle reçoit l’agrément du Ministère de l’Environnement pour son rôle dans la sauvegarde de l’environnement naturel.


1978, un tournant important

Logo1Elle fédère alors de nombreuses associations nationales ou locales qui tout naturellement l’ont considérée comme leur représentant. L’objet social qui était jusqu’alors principalement la coordination de groupes s’occupant de la création de sentiers de grande randonnée s’élargit non seulement à l’étude de toutes les questions relatives à la randonnée pédestre, à l’intervention dans le domaine de la nature et de l’environnement mais aussi à la représentation et à la défense des intérêts des randonneurs pédestres et de leurs associations.

7 ans plus tard en 1985 un nouveau pas est franchi

Logo2En 1985, La Fédération devient fédération sportive agréée choisissant de se placer dans le cadre de la loi visant l’organisation des fédérations sportives. Cette décision lui permet de s’organiser avec des représentations départementales et régionales, 120 aujourd’hui. Elles regroupent ses forces vives, soit plus de 13.000 bénévoles, baliseurs-aménageurs, militants associatif toujours plus nombreux, au professionnalisme grandissant et reconnu.

A partir de 1986 son objet social cite clairement dans le cadre du développement de la randonnée pédestre les itinéraires, la randonnée et les randonneurs pédestres.

Entre temps, quelques dates notoires à retenir :

  • 1980 : Première charte du balisage (rééditée en 1995 et 2006).
  • 1982 : Mise en place officielle de la formation d’animateur de randonnée pédestre.
  • 1983 : Naissance des PDIPR (Plans Départementaux des Itinéraires de Promenade et de Randonnée).


De la création, l’aménagement et l’entretien du « stade » à la pratique et aux pratiquants

  • En 1991, nait la première licence individuelle. Elle s’adresse aux membres des associations adhérentes et donne le droit de participer partout en France à des randonnées encadrées pour tous les niveaux, toutes les destinations et tous les goûts.
  • En 1992 : Lancement de la campagne «Sauvons les chemins de France» et recueil de 150 000 signatures. 1ère convention avec notre partenaire Gaz de France.
  • En 1993 : Implantation du premier Point Info Rando sur les sentiers balisés.
Portique
  • En 1994 : 21 assises régionales sont organisées avec le soutien des délégations régionales de Gaz de France pour la sauvegarde des chemins de France. 1ère fête de la randonnée : 350 000 participants.
  • En 1995 : A l’UNESCO, les assises nationales aboutissent au programme de sauvegarde des chemins prestigieux : la chaussée Jules César, le chemin du chasse marée...
  • En 1997, le brevet fédéral d'animateur est homologué par le ministère Jeunesse et Sport qui accorde, en outre, à la Fédération Française de la Randonnée pédestre, la délégation de l’activité randonnée. Toujours en 1997, pour le 50e anniversaire des sentiers GR®, édition du livre blanc «Un patrimoine en péril, 800 000 kilomètres à protéger». Six rando-relais depuis les frontières, se rejoignent à Paris, sacrée capitale de la randonnée avec 50 000 participants.
Formation
  • 1998 : La cour de cassation reconnaît la propriété intellectuelle de la Fédération sur le tracé des sentiers de randonnée. L’UNESCO classe les chemins de Saint-Jacques de Compostelle au patrimoine mondial de l’humanité. La Fédération signe une convention avec Gaz de France et les ministères de la Jeunesse et des Sports, de l’emploi et de l’environnement, ainsi que le Secrétariat d’État au Tourisme et la Datar, pour la création 120 «Emplois-Jeunes» pour valoriser les sentiers de randonnée.
  • 1999 : Opération «Marchons vers l’an 2000» à Paris, avec 35 000 randonneurs. La Fédération et Gaz de France participent à l’exposition du Jardin Planétaire à la Grande Halle de la Villette.
  • 2000 : La Martinique accueille les premières Rencontres Techniques, éditées tous les deux ans, portant sur la Randonnée et sa contribution touristique.
    La Fondation d’entreprise Gaz de France reçoit l’Oscar du mécénat de l’environnement pour son soutien aux actions de sauvegarde de la Fédération.
Technique
  • 2001 : Pour l’Année des Euros-randos, 10 axes de randonnée traversent 23 pays sur 20 000 km de sentiers, 3 axes parcourant la France convergent vers Strasbourg.
  • 2002 : La Fédération signe l’«Alliance» avec Gaz de France qui permet à ses comités régionaux et départementaux d’œuvrer conjointement avec les délégués régionaux de Gaz de France pour l’aménagement et la réhabilitation des sentiers, la création d’emplois-jeunes, etc.
Itinéraire
  • 2003 : Au Sénat, la Fédération organise un colloque sur le thème «Le développement durable peut-il sauver le patrimoine des chemins de France ?» avec l’ensemble des acteurs du tourisme, de l’aménagement et de la protection de l’environnement.
  • 2004 : Année jacquaire baptisée «Année des chemins mythiques et de légende». Lancement de l’opération «Un chemin, une école®», 1er championnat de France des «Rando Challenges®» et la mise en place du réseau Eco veille®.
Ecole
  • 2005 : Edition du programme Agenda 21 en faveur du développement durable. La Fédération modernise son identité visuelle et change de logo. Selon l’étude Carat Sport réalisée cette année, la marche-randonnée se place en tête des sports préférés des Français (68% des personnes interrogées) devant la natation, le tennis et le football.
  • En 2007, 3.040 associations adhérentes maillent le territoire de métropole et d’Outre-mer.
Sport préféré

On compte alors 180 000 kilomètres de sentiers balisés par la Fédération en France et 192.221 adhérents. La FFRandonnée est entrée dans le top 15 des fédérations unisport devant l’athlétisme et le tennis de table. Les pionniers de 1947 n’en reviendraient pas ! Pas plus que les millions de randonneurs qui suivent le fameux fil d’Ariane blanc-rouge des GR®.

Randonneurs
  • Enfin, en 2008, le 15 juin : une grande première, de concert avec son partenaire principal, la rando Gaz de France se déroule en plein cœur du Paris historique. Départ place de la Bastille, en passant par la Place des Vosges, les Buttes Chaumont et Belleville. 15000 participants : énorme succès !                              
                                                                                                                                   Retour page Accueil : Latitude Rando                                               
Comments