Lexique pour comprendre l'architecture romane



[Voir un schéma d'une église romane]

  
L'abside

L'abside est formée par l'extrémité arrondie de certaines églises, derrière le choeur. L'art roman verra le développement d'un déambulatoire (espace de circulation) entre le choeur et l'abside qui s'ouvre sur de petites absidioles qui abritent des chapelles, qui sont dites alors, "rayonnantes".

Lorsque que l'on regarde l'édifice de l'extérieur, l'extrémité en hémicycle est dite chevet.

Les arcs

Arc en plein cintre

L'arc est une structure de maçonnerie de forme courbe (le berceau). Il est dit en plein-cintre, si le berceau est en forme d'hémicycle (demi-cercle) ; il est dit brisé si le sommet du berceau forme un angle aigu. (Le cintre désigne aussi l'échafaudage en bois sur lequel est édifiée la voûte).

Un arc est formé de pierres taillées en biseaux, les claveaux. Le claveau central a pour fonction de bloquer la structure de l'arc, c'est la clé. La surface intérieure constitue l'intrados, à l'inverse, l'extrados désigne l'extérieur.

  • L'arcade est l'ensemble formé par un arc et ses deux supportsverticaux. Elle est dite "aveugle" lorsqu'adossée au mur.
  • L'arcature est formée par une suite de petites arcades. On dit qu'elle est "aveugle" lorsqu'elle est plaquée contre un mur en élément décoratif.


Le choeur

Le choeur se situe dans le prolongement de la nef, mais son accès est réservé aux membres du clergé qui s'y rassemblent pour chanter l'office. Il est toujours orienté à l'est (vers Jérusalem).

  • C'est le lieu le plus sacré de l'église. Il abrite le sanctuaire, c'est-à-dire l'autel où est célébré le culte de l'eucharistie.
  • Il est érigé sur la crypte (du gr. kruptos, "caché"), une tombe souterraine où se trouvent les reliques d'un saint.


La nef

Du lat. "navis", navire, la nef en effet, évoque la forme d'un navire renversé, avec sa silouhette étroite et longiligne, ce pourquoi on parle aussi de vaisseau pour désigner cet espace (plus ou moins long) qui sépare la façade du choeur. Dans l'église, la nef est le lieu de rassemblement des fidèles.

À la nef centrale, l'architecture roman ajoute des nefs latérales qui, non seulement agrandissent l'édifice, mais servent de contrebutement à la poussée exercée par la voûte, sur les murs porteurs de la nef centrale.

  • Ces nefs sont dites "collatérales" lorsqu'elles sont de même hauteur que la nef centrale ;
  • ou "bas-côtés", si elles sont plus basses.

Dans les grandes églises, les nefs latérales sont munies de tribunes (voir ce mot). [Voir schéma]

L'ogive


L'ogive est la forme prise par les nervures de pierre qui traversent les arcs dans la diagonale découpant la voûte en sections ou voûtainsVoir un schéma].
  • La voûte sur croisée d'ogives apparaît dans les régions anglo-normandes au tournant du XIIe siècle.
  • Elle permet de transmettre la poussée engendrée par le poids de la voûte sur les 4 piliers des arcs croisés. Il suffit de multiplier le nombre de travées pour allonger la nef.

La nef de la cathédrale de Durham, en Angleterre, est un bel exemple d'évolution de l'architeture romane vers le style gothique.

Le Portail

On entre dans une église romane par la "grande porte". Le portail, c'est l'entrée dans ce qui est censé évoquer la Jérusalem céleste. On apportera beaucoup de soins à l'ornementation de la façade principale qui acquiert, dès lors, un caractère demonumentalité.

L'art roman renoue avec la sculpture qui connaîtra un grand essor.

 
Les supports


Chapiteau historié de
l'abbaye de Moissac

La colonne est un élément de support de forme cylindrique (ce qui la distingue du pilier de forme carrée). Elle comprend trois parties :

  • La base : qui forme le pied
  • Le fût : ou "l'arbre" qui forme la portion médiane. Il peut être lisse, cannelé, etc.
  • Le chapiteau : qui couronne le fût. Il débute par une petite moulure arrondie, l'astragale. Sa partie principale forme lacorbeille dont la décoration sculptée permet au fidèle de "lire" une histoire sacrée, ce pourquoi on parle de chapiteau "historié". Il se termine par le tailloir, élément plat qui établit le contact avec la partie supérieure.

À l'extérieur du bâtiment, les contreforts [voir image] viennent renforcer les murs par l'ajout d'une structure de maçonnerie.


Le transept

Petite nef transversale qui donne à l'édifice sa forme typique decroix latine. Chaque "bras" du transept porte le nom de croisillon.

La croisée du transept désigne la partie de l'église où se rencontre la nef et le transept. Elle est généralement coiffée d'une coupole (vôute en forme de demi-sphère).


Les tribunes
Les tribunes sont des galleries aménagées au-dessus des nefs collatérales. Elles ont pour fonction d'exercer une force de contrebutement à la poussée latérale des murs engendrée par le poids de la voûte appareillée.

Lorsque la gallerie qui s'ouvre sur la nef est ajourée pour laisser passer la lumière, on parle alors du triforium, detransforare, "percer à jour".


Les voûtes


La voûte en berceau plein-cintre


La coupole

Les voûtes sont des ouvrages de maçonnerie qui recouvrent un édifice (voir schéma). La voûte exerce une charge sur les murs qui la supportent. La force de la charge s'exerce selon une poussée latérale qui tend à les écarter. C'est ce qui explique le caractère "massif" des constructions romanes (murs épais, petites ouvertures, contreforts).

Suivant leur type, on distingue :

  • La voûte en berceau : losqu'elle forme un demi-cercle parfait, elle est dite en berceau plein-cintre ; lorsque le sommet de la courbe forme un angle aigu, elle est dite en berceau brisée [ voir image ]. Elle est surtout utilisée pour couvrir la nef centrale.
  • La voûte d'arêtes: est constituée de deux voûtes en berceau (plein-cintre ou brisé) de même diamètre qui se coupent à angle droit. On obtient ainsi une voûte solide qui repose sur 4 points d'appui principaux. Elle s'adapte bien à des surfaces carrées comme les travées des bas-côtés, du déambulatoire, du choeur et des transepts.
  • La coupole "Voûte hémisphérique engendrée par deux courbes se coupant au sommet" (référence). Elle couvre généralement les choeurs. [Voir un exemple d'architecture en "file de coupole" àl'abaye de Solignac.]
  • La voûte en cul-de-four : est en forme de quart de sphère. Elle recouvre les absides et les absidioles. (Voir image).


L'abbaye Maria Laach (milieu du XIIe siècle) témoigne de la persistance des traditions impériales germaniques avec ses nombreuses tours. Les motifs décoratifs de la maçonnerie dénotent par ailleurs des influences lombardes.

Comments