La emosyon de meldar... | L'émotion en lisant...

Henri Amariglio,

Nasyo en Avignon en 1935 i bive en Fransya del Sud.

Né à Avignon en 1935 et vivant dans le Sud-Est de la France.

El avlar…

Esta lingua fue la de mi padre i de mi madre, ke nasyeron en Selanik, i la senti kuando era tchiko en Avignon onde nasi, sej anyos despues ke vinyeron en Fransya. Kada vez ke me avlavan, lo iziyan en franses ma, kuando avlavan endjuntos lo aziyan en ladino. Asi mis orejas konosyeron esta lingua ma no tuvi la okasyon de avlarla. Avlavan tambyen en ladino kon mi tiyo i mi tiya ke biviyan al lado de mozotros, i kon sus amigos kuando veniyan en kaza.

Muntcho plazer i emosyon tengo kuando meldo la ojas de “La Lettre Sépharade” eskritas en muestra lingua. Es un poko komo sintiya la voz de mis keridos desparesidos, la voz de mis abuelos, de mis tiyos i tiyas, numerozos komo estavan. No los konosi todos ma ya se ke si aviya tuvido la felisidad de konoserlos, es esta ligua ke me uvyeran avlado.

Mas tadre, me kazi kon una mujer ke no era de muestra kultura. Muestros ijos sintyeron avlar muestra lingua espanyola komo yo lo ize, i konosen solo unas palavras. Ma konosen mijor el guizado : merendjenas fritas, pasteles, borekitas, tupishti… en la memorya de la konputadora de mi ijo se pueden topar muntchas maneras de azer tupishtis !


(ci-dessus) Mujeres selanikliyas paseando. Kyen save lo ke aze este ombre detras?…
Saloniciennes en promenade. Qui sait ce que fait l’homme derrière elles ?…
Collection Gérard Lévy Paris

(droite) Manseviko selanikli vestido a la franka debasho su antari.
Jeune Salonicien “snob” vêtu à la mode occidentale sous son antari (sa cape).
Collection Jean Carasso

El eskrivir…

Es oy la primera vez ke esto aprovando de eskrivir muestra lingua.

Komo azer ?

Kyen save lo ke sera el destino de los esfuerzos para azer rebivir muestra lingua ? Komo esto se puedo akonteser ? No ay lugar para permeter a numerozas personas de avlar kada diya en ladino, ma los e-mail (“Ladinokomunita”) permeten de diskutir i mantener una memorya biva de muestra kultura.

Muestros ermanos ashkenazim tyenen el mazal de tener livros eskritos en yiddish ke son rekonosidos komo ovras de literatura. Mozotros tambyen tenemos grandes eskritores sefardim (Albert Cohen, Elias Canetti…) ma non eskvyeron en ladino.

Kuala alegriya seriya ke, un diya, livros en ladino deskrivyendo la grande aventura de los muestros podriyan ver la luz i konoser una grande fama ! No se puede imajinar mijor akontesimyento i esto es mi mas karo dezeo.



Le parler…

Cette langue fut celle de mon père et de ma mère, nés à Salonique, et je l’ai entendue lorsque j’étais petit, à Avignon où je suis né six ans après leur arrivée en France. Ils me parlaient en français, mais lorsqu’ils parlaient entre eux, ils le faisaient en ladino. Aussi mes oreilles furent ouvertes à cette langue, mais je n’eus guère l’occasion de la parler. Ils parlaient aussi en ladino avec mon oncle et ma tante qui habitaient non loin, et avec leurs amis qui venaient à la maison.

J’éprouve beaucoup de plaisir et d’émotion lorsque je lis les pages en judéo-espagnol de “La Lettre Sépharade”. C’est un peu comme si j’entendais la voix de mes chers disparus, la voix de mes ancêtres, de mes nombreux oncles et tantes. Je ne les ai pas tous connus, mais je sais que si j’avais eu le bonheur de les connaître, c’est cette langue qu’ils m’auraient parlée.

Plus tard, j’ai épousé une femme d’une autre culture. Nos enfants entendirent parler cette langue espagnole tout comme moi, mais ils n’en connaissent que quelques mots. Ils sont plus familiers des recettes de cuisine : les aubergines frites, les pasteles, les borekas, les tupishtis
1 ! Dans la mémoire d’ordinateur de mon fils on peut trouver bien des recettes de tupishtis !



L’écrire…

C’est aujourd’hui la première fois que je tente d’écrire notre langue…

Quel avenir ?

Qui peut dire ce que sera le destin de ces efforts pour faire revivre notre langue ? Comment cela peut-il se faire  ? Il ne semble pas y avoir de place pour que de nombreuses personnes parlent chaque jour en ladino, bien que les courriels (“Ladinokomunita”) permettent les échanges et le maintien vivant de notre culture.

Nos frères achkénazes ont la chance de disposer de livres écrits en yiddish, reconnus comme des œuvres de littérature. Nous aussi tenons de grands écrivains sépharades (Albert Cohen, Elias Canetti…) mais ils n’écrivirent pas en ladino.

Quelle joie ce serait si un jour des livres paraissaient en ladino et connaissaient un grand succès décrivant la belle aventure des nôtres ! Rien ne pourrait arriver de meilleur et c’est là mon plus cher désir.
Comments