Maintenant : A Sarajevo, s’il n’en reste qu’un


Notre lecteur londonien Patrick Gerassi nous fait parvenir l’édition du 10 décembre du Guardian” dominical comportant un impor-tant article sur l’évacuation progressive de la communauté juive de Sarajevo depuis la guerre actuelle, sur la base de la volonté de chacun de s’éloigner ou rester.

Un point resté obscur, difficile à comprendre, est bien éclairé par cet article : comment les évacuations, par air ou par autobus, ont pu seffectuer avec les autorisations indispensables de toutes les parties en cause au conflit.

Tout simplement ceci : chaque convoi sortant de la ville depuis avril 1992 sous la responsabilité de l’organisation juive Benevolencia a toujours comporté une proportion notable de personnes âgées, malades, de chaque communauté : croate, serbe, musulmane et juive de telle sorte que chaque belligérant y avait intérêt.

Ainsi cet admirable Ivan Ceresnjes a pu faire sortir son épouse et ses fils - maintenant établis en Israël - parmi les 2300 Juifs ayant quitté la ville, entre autres avec tous les hommes en âge mobilisable afin d’éviter toute tentation à quelque partie en cause au conflit...
La dernière évacuation de 294 personnes a eu lieu en août 1993, dont seulement 24 Juifs âgés et infirmes.

Ivan estime que sa présence organisatrice étant toujours requise, il ne quittera pas sa ville tant quun danger subsistera. Il sait ce quest lhonneur : son père et son grand-père ont sur place combattu les nazis.

Comments