Français‎ > ‎L'écovillage‎ > ‎Pôle transport‎ > ‎

Le vélo câble

Le vélo câble est un concept qui pourrait révolutionner le transport pour toutes les distances inférieures à 200 kilomètres qui représentent plus de 90% des déplacements en voiture.

Il est composé d'une nacelle suspendue à un câble sous lequel elle roule. Le câble suspendu est le moyen le moins coûteux à l'investissement et, de plus, permet d'éviter d'acheter les terrains tout le long du parcours. De plus, ce principe permet de créer de nouvelles lignes économiques sur des zones non polluées et de profiter du paysage (idéal pour le tourisme).

Pour vous donner une idée, un vélo câble de 10 personnes placées en file indienne optimisant les efforts de chacun devrait permettre de rouler à 80 km/h de moyenne ! Le nez et la queue seront facilement démontables pour être remplacés par des tubes pour former un train de nacelles.

Des ailes positionnées au dessus des cages de roulement permettent, en cas de vent, à la fois d'éviter que la nacelle se balance latéralement et aussi de faire avancer l'engin. Ainsi, les jours de vent, il n'y aurait même plus besoin de pédaler pour avancer, ce serait un véritable voilier roulant.

Nous pouvons envisager des nacelles biplaces pouvant s'emboîter les unes derrière les autres formant ainsi un train optimisant la place ainsi que les efforts de tout le monde.

Chaque poste contient :
  • un frein pour arrêter le véhicule
  • un dérailleur pour les vitesses,
  • une manette pour commander l'essuie glace manuel,
  • une manette pour orienter l'aile.
  • une manette pour piloter l'aiguillage
  • un treuil manuel pour descendre la cabine au sol en cas d'incident (évacuation).

La cabine serait faite en polycarbonate alvéolé pour une meilleure isolation thermique.

Positionnés à l'intérieur de la cabine, des rideaux déroulables reflétant coté extérieur et noirs coté intérieur placés au dessus de la tête et en dessous des sièges permettent à la fois de se protéger du soleil et de servir de récepteur passif solaire pour chauffer la cabine.

Nous pouvons aussi imaginer qu'à la place du rideau au dessus de la tête, ce soit des cellules photos électriques pour alimenter le téléphone portable qui serait alors fixé dans un logement prévu à cet effet. Le "tableau" de bord serait alors une simple application informatique pour faire la navigation ainsi que toutes les informations concernant la circulation.

Les aiguillages pour changer de direction ou doubler seraient pilotés depuis la cabine en cours de roulement. Dans ce cas le conducteur sort de la cabine une barre qui actionnerait le levier de l'aiguillage au passage de la cabine.

On peut imaginer aussi, que les pylônes servent pour l'éclairage de la rue et le transport de l'électricité moyenne tension, ainsi on amortirait considérablement l'infrastructure au sol.

Chaque pylône pourrait aussi comporter une éolienne génératrice d'électricité.

On peut imaginer aussi que le véhicule traîne derrière lui une cage de roulement sur le câble chargée d'arrêter le véhicule suivant pour éviter les collisions, cette cage tirée par un fil s'éloignerait d'autant plus du véhicule qu'il irait plus vite permettant ainsi de définir une distance de sécurité en fonction de la vitesse. Ainsi la sécurité serait absolue.

Le tout doit être extrêmement léger car le moindre gramme consomme de la vitesse.

Beaucoup de gens rétorqueront que certains vont profiter de l'effort des autres, mais c'est sans compter sur l'esprit naturel de solidarité des gens.

Publié le 28 janvier 2013.