La serre station d'épuration (SSE)

Avertissement :
Ceci est pour l'heure actuelle un projet. Il n'est pas encore réalisé. Toutes les informations techniques contenues dans ce document ont valeur de publication. Donc tout brevet déposé utilisant ces informations sera réputé nul. Vous pouvez utiliser ces idées à des fins non lucratives et les diffuser librement.

But recherché : La SSE a pour but de consommer toutes les eaux usées de l'écollectivité pour éviter tout rejet de pollution dans la nature. Ce sont les végétaux (roseaux et légumes) qui seront responsables de la consommation de la totalité des eaux usées. Les matières organiques sont utilisées pour la croissance des plantes et l'eau est évaporée par les feuilles.

Note : La SSE est une solution couteuse, donc hors de la philosophie de la microconsommation. Je livre tout de même cette solution car l'apport est immense. Je réfléchis à réduire, voire annuler ce gros défaut.



Principe de fonctionnement :


Voici comment, à première idée, se présenterait la serre station d'épuration (SSE). Les eaux usées arrivent dans le premier compartiment de la fosse septique où les matières organiques sont décomposées par les bactéries anaérobies.
Une fois les matières organiques liquéfiées elles aboutissent dans le deuxième compartiment dans lequel l'eau usée est pompée et envoyée dans le bassin de prétraitement. Des roseaux dans ce bassin font une première évaporation de l'eau et se nourissent de la pollution organique. De plus les bactéries  présentent dans le sol de de ce bassin participent à l'épuration de l'eau.

Cette eau prétraitée  est alors injectée par des tuyaux fins directement dans les racines des pieds de légumes aériens (tomates, courgettes, concombres, etc ...).

L'eau pour arroser les légumes racinaires est de l'eau "propre" provenant soit du puits soit de la récupération d'eau de pluie. L'eau de pluie peut aussi servir pour compléter l'eau prétraitée où cas où la quantité de cette dernière serait insuffisante (un commutateur permet de diriger l'eau de pluie soit vers la rampe d'arrosage des légumes aériens, soit vers la rampe d'arrosage des légumes racinaires).

Sécurité
Afin d'assurer la comestibilité des légumes, plusieurs sécurités sont prises :
  • 1 ère sécurité : Seuls les légumes aériens utilisent l'eau prétraitée
  • 2 ième sécurité : A aucun moment les légumes seront en contact avec l'eau prétraitée, cette dernière étant injectée directement dans les racines du plant de légume.
  • 3 ième sécurité : Des études bactériologiques seront effectuées par un laboratoire indépendant autant à l'intérieur qu'en surface d'un échantillon de légumes prélevés au hasard.
Notes importantes : la fosse contiendra exclusivement des matières organiques sans produit chimique.
De plus je compte consacrer 3 m2 de surface de prétraitement (roseaux) par adulte habitant la maison et l'épaisseur de terre de prétraitement sera de 30 cm minimum.
L'eau prétraitée est injectée alors que l'eau "propre" est pulvérisée.
La pompe de l'eau du puits servira autant à alimenter la serre que la maison elle-même.
Des capteurs d'humidité seront implantés dans tous les bacs et le sol de la serre pour indiquer quand on doit s'arrêter de pomper.
La consommation d'eau suivra la priorités suivantes :
  • l'eau usée
  • l'eau de récupération de pluie
  • l'eau du puits
Tous les mois, un cinquième des roseaux seront prélevés et broyés pour faire du bois raméal fragmenté.
Un capteur de niveau d'eau dans la fosse septique indique la limite de pompage.
Des capteurs d'humidité placés régulièrement sur toute la culture permettent d'indiquer la limite d'arrosage.
En fait, il n'y a pas une rampe mais des rampes d'arrosage à l'intérieur de la serre, une par type de légume, chacune commandable par une vanne, afin d'assurer l'arrosage optimal en fonction de l'indication du capteur d'humidité.