Français‎ > ‎L'écovillage‎ > ‎Devenir autonome‎ > ‎

Solution 2 : Solidarité avec un retraité

je vous livre ici une nouvelle solution pour devenir autonome avec 0 euro en poche.

Beaucoup de retraités sont de plus en plus dans une impasse.
Bien souvent ils sont propriétaires de leur maison à la campagne.
Ils craignent avant tout de devenir dépendants, et là, la seule solution qui s'offrent à eux, c'est de partir en maison de retraite .... à 2500 euros par mois !
Pour payer une telle somme, il n'y a que 2 solutions. Soit vendre la maison soit taxer les enfants. Dans les deux cas, il s'agit d'une solution temporaire. En effet, à 2500 euros par mois, le montant de la vente de la maison sera vite épuisé, et les enfants ne pourront pas tenir longtemps.

Sans parler de la douleur morale de ce pauvre retraité obligé de quitter sa maison à laquelle il tient tant !
De plus je vous rappelle que cette maison le plus souvent a servie à faire grandir les enfants, dont il y a suffisamment de chambres pour accueillir les autonomistes.

Alors, je propose une fois de plus une solution.

Il s'agit d'un accord passé entre le retraité et des jeunes autonomistes. Ces derniers vont cohabiter avec le retraité.
Les autonomistes passent sa maison en microconsommation, ce qui fait sortir les autonomistes et le retraité du système et leur permet une vraie vie en autonomie. De plus, les autonomistes vont s'occuper du retraité dès qu'il deviendra dépendant, c'est donc un vrai service à la personne.

Bien entendu cette solution ne fait pas du tout l'affaire des maisons de retraite, mais bon, je vais pas pleurer sur leur sort.

Reste toutefois le PFH (putain de facteur humain). Coté autonomistes, ils doivent suivre une formation sur la communication non violente (CNV) et l'appliquer. Coté retraité, il n'y a malheureusement pas beaucoup de solution. En cas de mésentente, il faut toujours chercher une solution pour revenir à l'entente. On pourrait par exemple diminuer le problème en organisant physiquement la maison pour que chacun ait son intimité.

Il y a aussi les héritiers qui voient là une soustraction de l'héritage. Ils doivent tout d'abord comprendre qu'ils n'ont pas à se mêler de la décision de leur parent, et que de toute façon, la maison aurait été vendue et l'argent dilapidé par la maison de retraite. Ou alors, qu'ils soient capables de tenir à 2500 euros par mois ... à eux de voir, après tout s'ils y tiennent ....
Enfin, il suffit que dans l'accord, il soit établit un délai défini sur une durée pendant laquelle les autonomistes continueront à bénéficier de la maison du retraité après sa mort en remboursement de tous les travaux et services rendus, délai proportionnel au temps que les autonomistes ont consacré au retraité. Et là, nous sommes à l'exact opposé du viager. En effet, dans un viager, plus tôt la personne âgée décède, et plus tôt les acheteurs peuvent acquérir le bien. Tandis que là, mieux les autonomistes s'occupent de la personne âgée, plus elle vit longtemps, et plus longtemps ils peuvent profiter de la maison après sa mort. Ce qui veut dire que ce système, en plus de sauver tout le monde, est ce qu'il y a de plus moral !