Français‎ > ‎L'écovillage‎ > ‎Enjeux‎ > ‎

Différences entre le survivalisme et l'autonomisme

Le survivalisme et l'autonomie sont deux approches différentes de la société  autant dans leurs philosophies que les moyens techniques employés.

Le survivaliste cherche à se protéger contre un événement majeur comme une catastrophe nucléaire ou naturelle, un effondrement économique, une guerre, .... etc. Cet événement a comme particularité d'être soudain, brutal et imprévisible.

L'autonomiste cherche à se protéger du système actuel qu'il juge injuste et opprimant. Contrairement au survivaliste qui lui s'attend à un événement brutal, l'autonomiste est dans une situation chronique dont il cherche à se sortir au plus tôt.

En conséquence de quoi, le survivaliste va s'attacher à faire rapidement d'importants stocks car l'événement peut venir à tout instant, puis une fois son stock assuré, il va s'attacher à se mettre en autonomie.

L'autonomiste lui, au contraire, ne va pas faire de stock, mais va chercher au plus vite à se mettre en autonomie pour sortir le plus tôt possible du système et ainsi faire des économies et augmenter son pouvoir d'achat.

Le survivaliste sera amené souvent à "blinder" sa demeure, pour se protéger en cas d'émeutes (guerre civile) ou d'attaque externe (guerre classique).

L'autonomiste ne se soucie pas de cela, il fait le pari que la paix perdurera et que les gens seront toujours raisonnables.

En conséquence de quoi, le survivaliste va s'armer, alors que l'autonomiste ne se souciera pas de cela, sauf peut-être pour la chasse.

Autre différence fondamentale, le survivaliste va engranger des métaux précieux pour maintenir une économie, alors que l'autonomiste mise plutôt sur le fait que la société fonctionnera sans argent c'est à dire par le troc ou le partage.

Le survivaliste est plutôt dans une contexte social mais tout de même à consonance fortement politique sans étiquette bien entendu, son objectif est personnel, puis social avec ceux qui partagent ses points de vue.
L'autonomiste est plutôt dans un contexte purement politique sans étiquette aussi mais plus global. Il participe, en se soustrayant au système, à le faire tomber. L'autonomiste va donc s'attacher à communiquer au maximum pour inciter les gens à en faire de même, et ainsi, privant le système de richesse réelle, le pousse à s'effondrer tout en sauvant les gens de la base qui seront passé en autonomie comme lui. C'est une véritable révolte économique qui est en fait une démarche révolutionnaire pacifique.

L'autonomiste va chercher à se désabonner au plus tôt pour supprimer les factures. Résultat, il se retrouve à vivre dans une maison sans facture.

Au final, le survivalisme est encore plus autonome que l'autonomisme, comme par exemple prévoir un confinement en cas de catastrophe nucléaire.

En fin de compte, techniquement parlant, on peut commencer par l'autonomie, puis poursuivre et finir par le survivalisme.

Vous avez deviné que l'investissement en survivalisme est plus important que pour l'autonomisme.

Nous voyons bien ici que survivalisme et autonomie sont différents mais pas plus critiquables l'un que l'autre. Ce sont deux approches différentes. A chacun de voir en fonction de ses convictions.