Français‎ > ‎Démocratie‎ > ‎

La monnaie locale


Beaucoup de gens s'imaginent que créer une monnaie locale leur permettra de sortir du piège de l'euro. C'est une grosse erreur car dans la réalité c'est exactement l'inverse qui se passe.

Explications :
Pour être légale une monnaie locale doit, par définition rester locale. De plus une unité de cette monnaie doit être égale à 1 euro. Et enfin pour chaque unité locale circulant dans la région, il doit y avoir 1 euro stocké dans une banque, donc pas de réserve fractionnaire ce qui n'est pas plus mal.

Conséquences :
On voit très vite le piège. D'abord cette monnaie n'a pas le droit d'aller au-delà d'une certaine limite (le plus souvent la ville, au mieux le département). Mais surtout elle est adossée à l'euro, et en cas d'effondrement de celui-ci, la monnaie locale ne vaut plus rien aussi.
Toutes ces contraintes font de la monnaie locale une sous-monnaie de l'euro, et on comprend, dès lors que cette monnaie renforce l'euro plutôt que l'affaiblit. On comprend dès lors pourquoi les merdias nationaux en parlent sans complexe et que l'État français ne voit aucun inconvénient à son existence.

Supposons-nous en situation d'effondrement
Supposons que l'euro s'effondre mais que les gens restent confiants en leur monnaie locale, dès ce moment là, l'euro n'existant plus, la monnaie locale est basée uniquement sur la confiance, son existence est désormais très fragile, surtout avec la population qui vient d'être traumatisée par la perte de valeur de l'euro. A la moindre petite difficulté économique, difficulté fort probable dans un contexte d'effondrement économique, elle s'effondre à son tour. Et en supposant qu'elle tienne, comment cela va se passer avec les autres monnaies locales situées à quelques kilomètres ? il faudra donc instaurer un système de parité, système ingérable car trop rigide. Ou encore créer une bourse pour donner de la souplesse entre ces différentes devises et dans ce cas, il sera reconstitué une partie du système actuel qui est fondamentalement mauvais.
De plus il faut tenir compte des dispositions pratiques. Car si cette monnaie est fabriquée physiquement en dehors de la zone où elle est en circulation, il faudra payer l'entreprise avec la monnaie locale de sa région. Et encore, à condition que l'imprimerie en question n'ait pas été détruite par l'effondrement !
Enfin et surtout une monnaie locale est beaucoup moins sécurisée physiquement qu'une monnaie nationale, car les moyens de protections sont infiniment moindres. Ce qui laisse un énorme champ libre aux faux monnayeurs.

Les créateurs de monnaie locale sont des gens parfaitement honnêtes et sincères qui cherchent à apporter du bien à la société, ce qui est tout à leur honneur. Mais, tenant à leur "bébé", ils ont du mal à prendre du recul pour mesurer toutes les conséquences.

Alors comment donner une vraie valeur à une monnaie locale ?
La réponse est extrêmement simple, en lui donnant une vraie richesse. Mais là on s'expose à un vrai problème. En effet, la monnaie locale doit être adossée à l'euro stocké dans une banque, ça c'est la loi qui l'impose. Donc pour donner de la vraie valeur définitive, il faut l'adosser en plus à de l'or. Ainsi, en cas d'effondrement économique, la valeur fiduciaire de la monnaie locale chute à 0 mais garde sa valeur aurifère. Gros inconvénient de ce double adossement, le billet doit être payé 2 fois. Une première fois avec son équivalent en euro, et une deuxième fois avec un équivalent en or. Mais c'est la seule solution pour rester dans la légalité tout en donnant une confiance absolue aux détenteurs de la monnaie locale.

On voit bien, sous cet angle, que le système est bien verrouillé. Soit vous êtes bloqué légalement, soit vous êtes bloqué économiquement.