L'isolation des murs et les cloisons
 

Sommaire du site

Page d'accueil

Nos exigences

Notre terrain

Notre constructeur

La commune d'Illifaut

Les étapes en images

Les plans

Le terrassement

Les fondations

Le plancher

Les murs

La charpente

La couverture

Les portes et les fenêtres

Le crépis

La chape isolante

Les gouttières

Le plafond

L'isolation des murs et les cloisons

L'électricité

La plomberie

Les raccordements

Les terrasses

Le carrelage, la faïence, la peinture

Le calendrier

Les principales dates

Autres pages

Infos sur le site

Divers liens

Envoi de message

En conclusion

Notre sentiment

 

Le système mis en place pour les murs et les cloisons est en phase avec le plafond, à savoir Placostil donc ferraillage, (Isover) plaques de Ba13 et isolant.

Je sais qu'il y a des défenseurs de la brique et du plâtre, mais l'interêt, à nos yeux, d'une telle méthode nous a paru évident :

La réalisation est rapide, inutile d'attendre que le plâtre sèche pendant un an pour peindre ou tapisser, l'isolation phonique existe puisque les cloisons intègrent de la laine de verre, c'est solide quand le ferraillage est bien fait et que c'est suffisamment vissé, et, vous verrez, c'est le cas, et il serait aisé de transformer ou d'électrifier différemment les pièces.

Afin de devancer certains mails, ceux qui me connaissent savent que je ne bosse pas pour Placostil  de Placoplâtre !

 

 LE DOUBLAGE

Le ferraillage :

Avant toute chose, les plaquistes ont effectué le traçage au sol de l'emplacement des futures cloisons de distribution et du ferraillage des murs. C'est déjà intéressant puisque l'on peut imaginer plus facilement l'espace occupé par chaque pièce.  

Ils posent ensuite sur ce trait, un petit  laser

 

  

Un point laser rouge est projeté, les plaquistes le repère et le trace au crayon. Ils ont ainsi l'aplomb.

Ils font de même de l'autre coté de la pièce et utilisent, comme les couvreurs, un cordon enduit cette fois de bleu, pour effectuer le traçage au plafond de la ligne repère. 

Avant de poser le premier rail de la première cloison de doublage, la demoiselle a déroulé au sol, une bande de film plastique, du polyane : ceci afin de préserver le placoplâtre d'éventuelles remontées d'humidité émanant de la chape. 

Ici, elle perce le rail et la chappe... 

... avant d'y enfoncer une vis déjà introduite dans une cheville à cloison creuse.  Elle dit une cheville-clou

 

 

 

Fixation du rail du haut à la visseuse dans la fourrure dissimulée par le plafond.

Le rail s'appelle une Lisse clip' Optima de la marque ISOVER. C'est une cornière spéciale en U, asymétrique permettant d'encastrer les fourrures. Sa dimension évite toute vibration entre la lisse et la fourrure.
 

La plaquiste fixe ensuite une fourrure  dans le mur tout comme elle l'a fait pour la lisse au sol. Elle m'a dit que pour que cela tienne bien il fallait percer entre les parpaings. Pour rappel, un parpaing, c'est creux ! Elle pourrait se contenter de suivre les préconisations constructeur en ne plaçant qu'un rail horizontal, mais, pour parfaire la solidité de la plaque de BA13, elle en fixera un deuxième un peu plus haut ! Super !  

Entre la structure horizontale sol -plafond, elle glisse une fourrure verticale qu'elle  visse ensuite en haut et en bas. Une fourrure verticale est placée tous les 60 cm.

Ici, afin de bloquer la fourrure verticale et l'empêcher ainsi de s'enfoncer, elle place une pièce en plastique réglable grâce à un pas de vis. 

C'est un appui Optima2 de la marque ISOVER. 

 

Vérification à la grande règle que tout est bien plat.

 

 

  

Pour fixer deux fourrures en angle, elle a utilisé un raccord d'angle Optima.

Ici, utilisation sous une fenêtre. 

 

 

Voilà le parfait exemple d'un beau ferraillage en cours  sur un mur plus grand! 

Pour le terminer, il a donc fallu ... pour ceux qui ne suivent pas ... !!, mettre de niveau les fourrures, les fixer en haut et en bas sur les lisses, poser et régler les appuis Optima. 

Avant de poser l'isolant, la plaquiste s'occupe de boucher un petit trou laissé dans un parpaing lors de l'intervention des couvreurs. Pour cela elle utilise un mortier qui sèche très vite Le Map.

 

Elle le prépare dans un seau. De la poudre, de l'eau jusqu'à recouvrir et malaxage à l'aide du malaxeur installé sur la perceuse. Comme il faut que la consistance soit très épaisse pour ne pas que cela coule lors de l'application, c'est difficile.

Voilà, le trou est bouché. Bien sûr, ce produit est utilisé par les plaquistes sur le placoplâtre d'habitude, pour les finitions . Tout est prêt pour l'isolation.

 

Exemple d'utilisation du Map : Les plaquistes m'ont affirmé que plus rien de cela ne serait visible après le passage du jointoyeur. Ouff !!

 

 

 L'isolation :

L'isolant utilisé pour les murs de notre maison est de la laine de verre recouverte sur une des faces par du papier kraft pare-vapeur. Marque Isover. L'épaisseur est de 10 cm. Le pare-vapeur a pour but d'empêcher l'humidité d'une pièce, qui serait transmise par le placoplâtre relativement perméable, de gagner l'isolant. De plus, la pose avec papier est plus aisée pour les plaquistes. L'isolant se présente sous forme de panneaux  semi-rigides. La résistance thermique de ce produit est de 3,15.

Je sais qu'il existe de nombreux autres matériaux d'isolation aussi, comme je ne veux pas entrer dans un débat d'idées via le web, je tiens juste à écrire que ce produit nous est apparu du meilleur rapport qualité-prix !

 

Coté face laine de verre, voilà à quoi cela ressemble.

Ici la plaquiste a glissé le panneau entre les fourrures et elle le fait descendre j'usqu'au sol. Je rappelle que sur le sol, à remonter sur le bas des parpaing, a été déroulé un film plastique, le polyane. Coté pont thermique, notre hantise, cela devrait aller !

Vous l'aviez peut-être remarqué, les plaques de Ba13 du plafond ne touchaient pas les parpaing. Ce n'était pas pour faire des économies de placo ... C'était pour que l'isolant puisse être glissé plus haut que le plafond. Ici, la demoiselle plaquiste a coupé le papier kraft et est en train de l'enlever sur la partie qui se trouvera au dessus du plafond. Ainsi, l'isolant projeté au plafond sera sur de l'isolant, c'est ce qu'il convient de faire. 

Pose du panneau.

 A n'en pas douter, elle a dû passer la gaine électrique sur le dessus, comme la nouvelle norme RT2005  l'impose. Forcément cela rend la pose de l'isolant moins facile que lorsque les gaines étaient plaquées le long des parpaings !

Les panneaux sont ensuite reliés à l'horizontale par du scotch. Verticalement ils sont tassés les uns contre les autres le plus possible et coincés par les appuis optima. Il est impossible de passer du scotch derrière les fourrures.

Notre plaquiste en pleine action !

 

Détail d'un bord.

Une petite bande sera posée contre le panneau et bloquée par la fourrure de droite.

 

 

Sur un grand mur, voilà ce que cela donne.

 

 

 

 

Le Plaquage :

Tout comme le plafond, le doublage des murs est réalisé en plaques de Ba13. La pose se fait aussi en plaquant le placoplâtre sur le ferraillage et en le vissant.

 

Quand une découpe est nécessaire, le traçage se fait coté prélaqué au crayon à papier. La découpe est faite au cutter, en surface.

 

 

Une fois la découpe marquée au cutter, la plaque se 'casse' très facilement dès lors qu'elle est pliée. Il faut ensuite couper au cutter, le dessous.

 

 

Avant de la placer, le plaquiste en rabotte proprement les bords.

 

 

 

Tout est fait en plaques de Ba13 à l'exception de l'espace salle de bain sur les parties en contact avec de l'eau -paroies de la douche, baignoire et autour du plan vasque. Ces espaces sont réalisés en plaques hydrofuges qualité marine, pré-peintes en blanc également. C'est le coté en contact avec l'isolant qui est vert !

L'espace cheminée est quant à lui,  réalisé avec une plaque anti-feu indispensable à cet endroit. La plaque est beaucoup plus lourde que les autres et très difficile à couper ! Un voile de fibre de verre entre dans sa composition.

Pour info, si cette plaque n'est pas mise lors de la construction de la maison, votre installateur cheminée sera tenu d'en poser une. Pour une cheminée, la surépaisseur ne serait pas visible, par contre, pour l'installation d'un poêle à bois, comme ce sera le cas dans notre maison, il y aurait eu deux épaisseurs de plaquage à cet endroit là ! Pas beau !!

Plaquage en cours. Vous pouvez au passage, repérer le nombre de vis au m². C'est énorme ! Cela participe aussi bien-sûr à la solidité des plaques.

Il va quand même falloir ruser pour installer des cadres et fixer les barres des rideaux ... !! 

 

LES PORTES ET CLOISONS 

 

Les portes et le  ferraillage : 

Fixation du premier rail de la première cloison.

L'ossature nécessaire à la pose des portes et à la réalisation des cloisons est faite avec des rails R48 et des montants M48.

Le plaquiste a ensuite fixé au plafond, le rail du haut, de la même manière que pour le plaquage. Il a ensuite emboité, sans les fixer pour l'instant, les montants dans lesquels il va passer la porte qu'il est en train de déballer. 

 

Callage et vérification du niveau de la porte.

 

 

 

 

Afin de consolider l'angle rail - montant, le plaquiste a réalisé  une équerre. Pour cela, il a fait une découpe au niveau des "ailettes" (à environ 10cm du bout) afin de pouvoir replier le bout du montant. Ceci permet de faire une sorte de "pied" plus stable à la porte et ainsi de fixer l'huisserie de la porte plus solidement. Il m'a montré comment il fait, c'est très malin... je lui en laisse le secret ! L'angle est serti à l'aide d'une grosse pince. (photo à venir)

Vissage de la porte, coté charnière en premier, et ce afin que la fermeture de la porte soit parfaite, que la porte ne s'ouvre pas toute seule, enfin, que tout marche bien, quoi !! 

C'est amusant de voir une porte au milieu de nul part.  

Détail.

 

 

 

 

Le plaquiste progresse dans la réalisation du ferraillage des cloisons. Il a emboité dans les R48, les M48, dos à dos, par deux. Les M48 sont percés de gros trous nécessaires au passage des gaines électriques. Les M48 sont espacés de 60 cm.

 

En plein sertissage.

 

 

 

 

Vue du ferraillage en cours de la chambre et du bureau.

 

 

 

Voilà, toutes nos portes sont placées. Ce sont des portes postformées prépeintes. Notre constructeur propose aussi des portes de la collection Planistyle de chez AVM. Comme ils n'ont pas de site, j'ai retouché une photo des portes que j'ai trouvée sur le site de Batiland. Elles sont jolies, de style plus contemporain mais un peu plus chères. 

 

Les cloisons :

Pose d'une plaque de Ba13 découpée à la mesure...

 

 

 

... et vissage dans les rails et les montants.

 

 

 

Une des deux faces de la cloison bureau-chambre, terminée.

 

 

 

Un espace tel que l'on ne le verra plus jamais !

 

 

 

Entre les deux plaques de Ba13, les plaquistes installent de la laine de verre  d'une épaisseur de 45 mm, couverte sur une face d'un petit voile :  La laine de verre entre les deux pour l'isolation phonique et le petit voile, pour éviter aux plaquistes de respirer trop de poussière de laine de verre lors de la pose.

D'autres constructeurs, peut-être adeptes du toujours moins cher, commandent de la laine de verre, en rouleau, qui doit être découpée de tous cotés, non doublée de voile ou de kraft et advienne que pourra des poumons des plaquistes. Cette précision sur la laine de verre n'était pas mentionnée sur le descriptif mais nous sommes bien heureux qu'il en soit ainsi ! (peut-être d'ailleurs devraient-ils l'écrire ?)

Vue d'une face presque terminée.

 

 

 

 

Un dessus de porte - un imposte - en attente.

 

 

  

Un dessus de fenêtre en attente.

 

 

 

 

Les plaquistes se sont aussi chargé du dévoiement du conduit de cheminée. Bon, pour info, d'habitude c'est plutôt du ressort des couvreurs ! Maintenant il  tombe exactement dans le milieu de notre petit mur. Parfait !

 

DOUBLAGE ET PLAQUAGE TERMINE

 

Espace séjour et une petite partie de la cuisine ouverte.

Espace cuisine.

Entrée et espace salon.

Salon et une petite partie de la cuisine.

Ca c'est la sortie du conduit de cheminée.

Le couloir. Et oui, il fallait bien déservir les autres pièces ! Il fait 1 m de large.   Au fond, l'accès au garage. La photo le fait paraître très étroit mais en réalité, on passe tranquillement.

Une chambre.

Un placard.

La douche : 1,20 x 90.  Il y en a un qui va se régaler !! L'espace baignoire n'est pas photogénique. J'attends que la baignoire soit placée. Cela rendra peut-être mieux !

Ce qui reste en attente, pour moi, est le dessous des baies  ...

... et le dessous de la porte d'entrée. Il semble que la solution pour que ce soit joli et isolé ne soit pas du ressort des plaquistes. Il reste le carreleur !  Je suis sûre que le conducteur de travaux a déjà la solution. En fait, j'ai oublié de lui demander ce qu'il advenait des 'dessous'. Je vous tiens au courant. Ce sera sans doute intéressant.

Bon, moi, j'aurais utilisé de la mousse polyuréthane, mais c'est parce que je ne connais que ça ...!!

... Alors,  le conducteur de travaux, dès le lendemain de ma question sur son répondeur m'expliquait, qu'à la rigueur, mais ce n'est pas obligatoire, on pouvait remplir ce petit interstice par de la mousse polyuréthane ou de la laine de verre, sans la tasser.

Comme nous savons que l'expansion de la mousse est difficile à contrôler, nous avons choisi l'option 'laine de verre'. Il n'est pas prévu de baguette ou quoi que ce soit de 'joli' pour l'instant et c'est volontaire. Le carreleur viendra appuyer le carrelage au bord et fera un joint blanc par la suite. Ceci aura pour effet de pouvoir laisser le carrelage 'travailler' avec la chappe, sans casser, grâce à ce joint de dilatation.

 

EN FIN DE TRAVAUX ...

 

 Après le passage du jointoyeur, et avant la peinture bien-sûr, les plaquistes sont revenu pour terminer le tour des fenêtres en passant un mastic acrylique.

Même traitement pour le dessous des baies vitrées et de la porte d'entrée.                                                 

Ils ont  installé les poignées des portes. Ils font toujours cela le plus tard possible de manière à ce qu'elles ne soient pas abîmées par les travaux. Comme j'avais dit, dès le départ, ne pas aimer ce qui est doré, ils m'ont proposé ce modèle de la Marque HOPPE, du nomTOKYO en alu aspect inox. C'est très bien.

Les réglages des portes et des fenêtres ont été vérifiés ...

Ils ont placé les grilles de ventilation dans les pièces sans bouches de VMC, après avoir vérifié que l'espace de 1 cm sous les portes étaient correct. Pour info, j'ai appris que pour un chauffage au gaz, il aurait fallu que l'espace soit de 2,5 cm. Cela aurait fait feu de plancher !! Heureusement que nous avons du chauffage électrique !

Les grilles de ventilation sont en accord avec la VMC hygroréglable (Voir l'électricité). En fonction du taux d'humidité, la petite membrane qui y est intégrée se dilate plus ou moins et laisse passer plus ou moins d'air. 

Ils ont également placé les baguettes de finitions autour du coffre de la porte du garage, ce qui rend très bien.

Et voilà ... 

 

Toute cette partie de la maison a été réalisée par les artisans de l'Entreprise  Triballier. Ils avaient également posé les portes et fenêtres et réalisé le plafond. Nous qui revions d'un travail de qualité, nous avons été comblés.

Etant donné le nombre de photos que j'ai faites, vous imaginez le temps que j'ai passé avec eux. Je les remercie de m'avoir accueillie aussi gentillement et de m'avoir aussi bien expliqué leur métier.

 

 

 LE NETTOYAGE DU TERRAIN

 

Avant le passage des terrassiers, l'entreprise de nettoyage est venu débarrasser les chutes de placoplatre très encombrantes. D'habitude, son travail consiste à nettoyer le terrain de tout ce que laissent les artisans au fur et à mesure de leurs interventions. Chez nous il était content parce, par égard pour nos voisins proches, nous avions tout débarrassé après chacune des interventions.

Travail réalisé par l'entreprise CTP SARL de Questembert

 (Carte de visite de ma conception, en attendant la leur ...)

 

 

LE TRAVAIL DU JOINTOYEUR

 

Le jointoyeur est passé mais comme je ne l'ai pas vu, j'ai, sur cette intervention, peu d'explications à fournir excepté ce que le conducteur de travaux m'a expliqué : L'artisan commence par enduire l'intersection des plaques de placoplâtre par un enduit spécial sur lequel il pose une bande et il serre le tout à l'aide d'une spatule.

Il dispose de bandes spéciales angles pour le plafond et de bandes renforcées pour les autres angles.  Son travail a eu pour effet de faire disparaître tous les trous entre les plaques, toutes les visses et ce n'est pas une mince affaire !

Après quelques jours de séchage, il  passe son enduit de finition.

 

 

 

Les bandes ont été réalisées par l'entreprise ROGARD. Tél. 06 16 68 88 73