· Le Kyudojo de KC

 
 
 
 
Notre lieu d'entraînement est la Cité de l'Eau à Amphion-les-Bains (Publier). Le jeudi soir, nous y occupons la salle Olympe (qui abrite également les cours de tennis couverts), et le samedi matin la salle Athéna (où se trouvent les terrains de basket, badminton et autres, ainsi que le mur d'escalade).
 
 
Nous avons une ciblerie mobile que nous montons avant chaque séance. L'installation comprend des plaques de mousse (Ethafoam) reproduisant l'Azuchi (butte de sable à l'abri de la Matoba, "maison des cibles") des Kyudojo traditionnels. Les Mato (cibles constituées de cercles de bois de 36 cm de diamètre recouverts de papier) sont fichées dans ces plaques à environ un poing (10 cm) au-dessus du sol, inclinées d'environ 5°, et à 1m80 l'une de l'autre de centre à centre. Ce sont ces cibles qui sont utilisées pour le tir le plus courant, le tir à 28 m (Kinteki) que nous pratiquons. Selon le nombre de membres présents à chaque séance, nous installons ainsi de trois à cinq Mato, voire plus lorsque nous recevons des visiteurs.
 
 
 
 
 
 
 Le Shajo (la salle de tir) est représenté par de petites pièces de bois posées au sol, délimitant les lignes de tir, Shai, et de départ, Honza, ainsi que l'entrée et la sortie de ce pas de tir. A proximité de cette représentation symbolique du Shajo traditionnel sont placés le Yumitate (support des arcs, en bois et pliable pour être facilement rangé) et le Yatate (porte-flèches). Nous y installons également une, voire deux, Makiwara, ces cibles spécialement conçues pour le tir à très courte distance (environ 2 m). Elles sont faites soit d'une botte de paille solidement liée, soit d'une feuille de carton ondulé roulé serré, soit de tout autre matériau particulier, posé sur un support de bois à hauteur du visage du Kyudojin. Elles servent aussi bien pour débuter au Kyudo avant de pouvoir tirer à la Mato, qu'à se perfectionner en s'entraînant à la justesse et à la précision des gestes. Comme beaucoup d'éléments de notre équipement, elles sont "faites maison".
 
 
 
 
 
 
 

 

En période estivale, nous reconstituons parfois un Kyudojo symbolique en plein air, dans le parc de la Cité de l'Eau lors de démonstrations publiques de Kyudo, ou en alpages sur les hauteurs de Bernex pour notre propre plaisir.
 
 
 
 
Quelquefois, nous nous prenons à rêver du jour où nous bénificierons d'un dojo traditionnel en bois comme au Japon... Juste pour le plaisir de l'image - car dans la réalité et quel que soit le cadre, nous savons recréer à chacune de nos séances, grâce à l'étiquette et à la discipline, cette atmosphère de silence, de sérénité et de concentration qui règne dans tout Kyudojo.