Zeewier

Zeewieren zijn er natuurlijk in alle soorten en maten. en dus is het wel wat oppervlakkig om hier zeewier als één plantje te beschouwen.  Voorlopig dan toch zomaar wat info over zeewieren.


Les "algues" : une grande variété de formes et de tailles 
Les algues peuvent être définies comme des organismes photosynthétiques, n'ayant pas de véritable tige, racine, feuille ou tissus conducteurs, dont les cellules reproductrices sont produites dans des "cystes" et qui ne produisent pas de fleur. Elles sont généralement inféodées aux milieux humides bien qu'on puisse en trouver à peu près partout, même dans des milieux particulièrement hostiles (déserts, glaciers...). Cette définition reste cependant très vague, car on trouve groupés sous l'appellation d'algues, des organismes eucaryotes (dont les cellules possèdent un noyau) ou procaryotes (dont les cellules ne possèdent pas de noyau), uni ou pluricellulaires, solitaires ou coloniaux, mobiles ou fixés, comestibles ou toxiques et qui ont colonisé tous les milieux. Leur taille varie de moins d'un micron (0.6 µm pour l'algue bleue Prochlorococcus) à plusieurs dizaines de mètres (l'algue brune Macrocystis peut mesurer 45 m, soit 85 millions de fois plus grand que Prochlorococcus ! ).

De plus, dans le langage courant on regroupe sous le terme d'algues des organismes qui n'ont pas de lien de parenté direct : une ulve (algue verte) est beaucoup plus proche phylogénétiquement d'un pommier que d'une laminaire (algue brune) ce qui n'empêche pas de considérer l'ulve et la laminaire comme des algues en raison du partage de nombreux caractères. Les algues ne constituent donc pas un groupe naturel et sont dispersées sur les différentes "branches" de "l'arbre de la vie". Nous traiterons, ici essentiellement, des trois groupes de macroalgues susceptibles d'être récoltées par les promeneurs à marée basse : les "algues brunes" ou Phéophycées, les "algues rouges" ou Rhodophycées et les "algues vertes" qui appartiennent à plusieurs groupes systématiques dont certains contiennent également les mousses, les fougères et les plantes à fleur. Nous mentionnerons néanmoins les "algues bleues" ou Cyanobactéries et un groupe que nous nommerons ici les "autres algues microscopiques" qui inclue plusieurs embranchements aux noms plus ou moins barbares (Glaucocystophyta, Cryptophyta, Dinophyta, Chlorarachniophyta...) qu'il nous est impossible d'aborder en détail, mais qui ne peuvent être ignorés en raison du rôle écologique ou économique fondamental de certains d'entre eux comme, par exemple, les diatomées.

Contrairement à une idée reçue, il n'y a aucun lien direct entre la couleur d'une algue et son appartenance à tel ou tel embranchement. Une "algue bleue" peut être de couleur noire ou rouge et certaines "algues rouges" ont une fâcheuse tendance à avoir une couleur plus ou moins brunâtre, voire franchement verte. En fait on ne peut classer une algue avec certitude qu'après un examen microscopique attentif nécessitant une étude approfondie de sa croissance, de sa reproduction et de sa cytologie (étude de la structure, des propriétés, de l'activité et de l'évolution des cellules vivantes) par l'utilisation de colorants spécifiques. De même, l'idée selon laquelle les algues se répartissent sur l'estran en ceintures successives selon un gradient surface-fond (vertes, puis brunes, et rouges) en réponse à une variation de la quantité de lumière reçue doit être abandonnée. Il suffit d'ailleurs d'observer une flaque d'eau à marée basse pour constater qu'elle héberge différents embranchements d'algues. En effet, les algues ne se répartissent pas uniquement en fonction de la quantité de lumière qu'elles reçoivent, mais également en fonction de nombreux facteurs, comme la compétition interspécifique, la prédation ou leur plus ou moins grande résistance à l'émersion, aux contraintes mécaniques du ressac et aux variations de salinité. 

Des algues dans nos assiettes... 
Les algues constituent indirectement une part importante de notre régime alimentaire. Les gélifiants et émulsifiants que nous consommons quotidiennement dans les produits laitiers sont des extraits d'algues. Par exemple, les codes E 401 à E 405 apposés sur les étiquettes de crèmes desserts correspondent à des alginates extraits d'algues brunes (laminaires). Les gélifiants E 406 (agars) sont extraits d'algues rouges du genre Gelidium et les carraghénanes (E 407) sont extraits de Chondrus crispus qui pour cette raison est appellé carragheen outre Manche ou goémon blanc en Bretagne.

Himanthalia
Les Himanthalia sont utilisés depuis peu dans l'alimentation humaine 
et commercialisés en France sous le nom de "haricots" ou "spaghettis de mer".

Dans certains pays asiatiques, des algues fraîches ou séchées, riches en divers éléments tels que vitamines et oligo-éléments sont à la base de nombreux plats traditionnels. Chaque Japonais consomme environ 4 kg d'algues par an et les noms commerciaux des espèces comestibles (Kombu pour Laminaria, Nori pour Porphyra, Wakamé pour Undaria) trahissent leur origine asiatique.

A côté de ces utilisations alimentaires, les algues sont également à la base de nombreux produits cosmétiques et thérapeutiques. Elles peuvent être utilisées pour traiter des carences protéiques (Spirunina platensis, la célèbre spiruline) ou des problèmes circulatoires (Delesseria sanguinea). Leur forte teneur en iode permet leur utilisation pour le traitement des carences en iode. La littérature scientifique indique que plusieurs centaines d'espèces d'algues pourraient renfermer des molécules ayant une activité antibactérienne, antifongique, antitumorale ou vermifuge. Elles sont également utilisées en grande quantité en thalassothérapie et entrent dans la composition de cosmétiques (crèmes, masques...). De manière plus anecdotique, certaines algues sont capables de produire des hydrocarbures (Botryococcus 6raunü) et d'autres sont utilisées en exploration spatiale pour synthétiser l'oxygène indispensable aux spationautes.

Face à tant de potentialités et de domaines d'utilisation, il est compréhensible que beaucoup d'entreprises investissent dans la culture de ces végétaux. Ainsi, sur le seul continent asiatique, d'importantes surfaces côtières sont dévolues à cette aquaculture. 
En 1994, 90 % des 7 637 721 tonnes d'algues fraîches utilisées par l'Homme provenaient de cultures ; le reste des récoltes se faisant directement dans le milieu naturel, notamment en Bretagne, à l'aide d'un "scoubidou", sorte de bras hydraulique dont sont équipés les bateaux goémoniers.

Certaines microalgues peuvent être dangereuses... 
En parallèle à ces utilisations, certains végétaux marins peuvent présenter un dangre véritable pour l'Homme en cas de proliférations massives appelées "bloom" ou "marée rouge". Le groupe des Dinoflagellés (algues microscopiques) contient à lui seul une cinquantaine d'espèces toxiques. L'ingestion de fruits de mer ayant concentré des toxines d'algues dans leurs tissus peut provoquer des symptômes neurologiques, digestifs et musculaires pouvant entraîner la mort. En eau douce également, lorsque les conditions sont favorables, des microalgues toxiques prolifèrent, provoquant des morts massives d'animaux et pouvant nuire à la santé des baigneurs, les troubles allant de la simple affection dermatologique à des lésions neurologiques ou hépatiques irréversibles. Lorsque certains représentants du groupe des Haptophytes prolifèrent, ils rejettent dans l'atmosphère des substances chimiques (Di-Méthyl Sulfate) en si grande quantité qu'elles peuvent provoquer des modifications climatiques à l'échelle planétaire en agissant sur la densité nuageuse.

Fucus
Fucus spiralis L. est une espèce marine courante sur la côte atlantique européenne.
Pour ce qui est des algues macroscopiques marines, leur prolifération, même si les espèces impliquées ne synthétisent aucune toxine, peuvent être nuisibles pour l'Homme. Par exemple, les "marées vertes" fréquentes en Bretagne et liées à l'utilisation massive d'engrais, sont néfastes aux professionnels du tourisme, car la décomposition des algues vertes échouées (plus de 40 000 m3 /an d'algues du genre Ulva en Bretagne) est à l'origine de désagréments visuels et olfactifs. Les opérations de "nettoyage"qui s'en suivent causent également des déséquilibres écologiques. La prolifération anarchique d'espèces introduites n'est pas non plus sans conséquences sur l'environnement. Le cas de la Caulerpa taxifolia en Méditerranée, largement médiatisé, en est un exemple.

A ces nuisances viennent s'ajouter des cas d'algues parasites d'animaux ou de végétaux terrestres. Des genres tels que Astasia ou Parastasiella s'attaquent aux Crustacés en infestant leurs tissus pour s'y reproduire. Chez les plantes, des espèces économiquement importantes, comme le théier ou le cacaoyer, sont parasitées par le genre Cephtaleuros.

Un rôle primordial ! 
Finalement, même si certaines espèces peuvent s'avérer nuisibles, il ne faut pas perdre de vue le rôle vital que jouent les algues. Le phytoplancton (l'ensemble des micro-algues en suspension dans l'eau) constitue à l'évidence la plus importante machine à produire de l'oxygène du globe et les "forêts d'algues" sont un lieu privilégié pour la reproduction et la nutrition de beaucoup d'espèces animales. Les algues sont également un sujet de recherche scientifique très active, comme en témoigne la découverte récente d'une classe de microalgues jusqu'alors inconnue : les Bolidophycées...



Fucoxanthine
Fucoxanthine is een carotenoïde (uit de groep epoxyxanthofyllen) die voorkomt in zeewier. Het oranjekleurige pigment komt in een hoge concentratie voor in eetbare (bruine) zeewieren zoals wakame (Undaria pinnatifida), hiziki (Sargassum fusiforme), arame (Eisenia bicyclis) en Japanse kombu (Laminaria japonica). Van oudsher is bekend dat consumptie van deze zeewieren helpt om het lichaamsgewicht onder controle te houden.
Dit is mede te danken aan fucoxanthine, dat de aanwas van wit vetweefsel (met name buikvet) remt en de afbraak ervan stimuleert. Onderzoek bij proefdieren suggereert dat inname van fucoxanthine helpt bij het tegengaan van overgewicht en metabool syndroom. Supplementen met fucoxanthine zijn nog niet uitvoerig getest bij mensen. Elke dag een kleine portie bruin zeewier eten, zoals Japanners gewend zijn, kan ook bijdragen aan een goede gewichtsbeheersing. Zeewier heeft een hoge voedingswaarde en bevat tevens fucoidan, dat de vetopslag vermoedelijk ook remt.

Referenties: 
1. Maeda H et al. Fucoxanthin from edible seaweed, Undaria pinnatifida, shows antiobesity effect through UCP1 expression in white adipose tissues. Biochem Biophys Res Commun. 2005;332(2):392-7.
2. Maeda H et al. Fucoxanthin and its metabolite, fucoxanthinol, suppress adipocyte differentiation in 3T3-L1 cells. Int J Mol Med. 2006;18(1):147-52.
3. Sugawara T et al. Antiangiogenic activity of brown algae fucoxanthin and its deacetylated product, fucoxanthinol. J Agric Food Chem. 2006;54(26):9805-10.
4. Maeda H et al. Dietary combination of fucoxanthin and fish oil attenuates the weight gain of white adipose tissue and decreases blood glucose in obese/diabetic KK-Ay mice. J Agric Food Chem. 2007;55(19):7701-6.
5. Maeda H et al. Effect of medium-chain triacylglycerols on anti-obesity effect of fucoxanthin. J Oleo Sci. 2007;56(12):615-21.
6. Ramazanov Z. The effect of Xanthigen, a phytomedicine containing fucoxanthin and pomegranate seed oil in obese non-diabetic female volunteers: a double-blind, randomized and placebo-controlled trial. Aangeboden voor publicatie in 2008.
7. Ramazanov Z. Effect of Fucoxanthin and Xanthigen?, A phytomedicine containing fucoxanthin and pomegranate seed oil, on energy expenditure in obese non-diabetic female volunteers: a double-blind, randomized and placebo-controlled trial. Aangeboden voor publicatie in 2008.
8. Teas J et al. Could dietary seaweed reverse the metabolic syndrome? Asia Pac J Clin Nutr. 2009;18(2):145-54.
9. Hata Y et al. Clinical effects of brown seaweed, Undaria pinnatifida (wakame), on blood pressure in hypertensive subjects. J Clin Biochem Nutr 2001;30:43-53.
10. Suetsuna K et al. Antihypertensive effects of Undaria pinnatifida (wakame) peptide on blood pressure in spontaneously hypertensive rats. J Nutr Biochem. 2004;15(5):267-72.
11. Kim MJ et al. Inhibitory effects of Fucoidan in 3T3-L1 adipocyte differentiation. Mar Biotechnol (NY). 2009;11(5):557-62.
12. Krug AW et al. Newly discovered endocrine functions of white adipose tissue: possible relevance in obesity-related diseases. Cell Mol Life Sci. 2005;62(12):1359-62.



Comments