Leonurus cardiaca / Hartgespan / Motherwort

Summary of "Leonurus cardiaca L. (Motherwort): A Review of its Phytochemistry and Pharmacology."
Leonurus cardiaca is a perennial plant indigenous to central Europe and Scandinavia, but it is also found in the area spanning temperate Russia to central Asia. It has been introduced to North America and has become established locally in the wild. Motherwort (Leonuri cardiacae herba) consists of aerial parts of Leonurus cardiaca gathered during the flowering period, dried at 35 °C and, according to European Pharmacopoeia 7th edition, should contain a minimum of 0.2% flavonoids, expressed as hyperoside. Compounds belonging to the group of monoterpenes, diterpenes, triterpenes, nitrogen- containing compounds, phenylpropanoids, flavonoids and phenolic acids, as well as volatile oils, sterols and tannins, have been identified in motherwort. Traditionally, extracts of the herb have been used internally, mainly for nervous heart conditions and digestive disorders. However, they have also been used for bronchial asthma, climacteric symptoms and amenorrhoea, as well as externally in wounds and skin inflammations. Mild negative chronotropic, hypotonic and sedative effects can be attributed to the herb and preparations thereof. Pharmacological studies have confirmed its antibacterial, antioxidant, anti-inflammatory and analgesic activity, as well as its effects on the heart and the circulatory system. Sedative and hypotensive activity has been demonstrated in clinical trials.

Leonurus cardica (Motherwort) 
One of the most disturbing symptoms of high thyroid is rapid or irregular heartbeat. Motherwort has been used for centuries as a remedy for tachyarrhythmia and heart tonic. Research has shown that motherwort can reduce symptoms of hyperthyroidism, such as palpitations, tachycardia and irregular heartbeats. 

German Commission E (the official German herbal pharmacopaea) has authorized the use of motherwort as part of an overall treatment plan for an overactive thyroid (hyperthyroidism) (2).
1. Milkowska-Leyck, K., Filipek B. , Strzelecka, H. 2002. Warsaw, Poland. Pharmacological effects of lavandulifolioside from Leonurus cardiaca. J. Ethnopharmacol. Apr. 2002; 80(1):85-90.
2. Blumenthal M, Goldberg A, Brinckmann J, eds. Herbal Medicine: Expanded Commission E Monographs. Austin, TX: American Botanical Council; Newton, MA: Integrative Medicine Communications; 2000.
3. Ritter M, Melichar K, Strahler S, Kuchta K, Schulte J, Sartiani L, Cerbai E, Mugelli A, Mohr FW, Rauwald HW, Dhein S. Cardiac and electrophysiological effects of primary and refined extracts from Leonurus cardiaca L. Planta Med. 2010 Apr;76(6):572-82. PubMed

Planta Med. 2010 Apr;76(6):572-82. doi: 10.1055/s-0029-1240602. Epub 2009 Nov 16. Cardiac and electrophysiological effects of primary and refined extracts from Leonurus cardiaca L. (Ph.Eur.). Ritter M1, Melichar K, Strahler S, Kuchta K, Schulte J, Sartiani L, Cerbai E, Mugelli A, Mohr FW, Rauwald HW, Dhein S.
Although several antiarrhythmic drugs of chemical origin are in clinical use since decades, their application is often limited by their adverse effects and especially by their inherited proarrhythmic risk, which can lead to a significantly increased mortality in patients receiving these compounds. On the other hand, aqueous extracts from the aerial parts of the European Lamiaceae Leonurus cardiaca (Ph.Eur.) have been used for centuries as a remedy against tachyarrhythmia and other cardiac disorders. Nevertheless, a scientific basis for the claim of direct cardiac electrophysiological, antiarrhythmic, or functional effects of Leonurus cardiacae herba (LCH) preparations has not been established until now. In order to enrich the active constituents from the primary extract which was tested as the most cardioactive, namely the aqueous Soxhlet extract, and to eliminate undesired substances such as the dichloromethanic fraction or potassium, a bioassay guided fractionation procedure was applied, resulting in the development of a Leonurus cardiaca refined extract (LCRE) which was characterised together with Leonurus crude extracts by a newly developed gradient elution HPLC fingerprint analysis for separation and quantification of six major phenolics as well as by qNMR for determining the stachydrine content. This refined extract was applied intracoronarily in isolated rabbit hearts perfused according to the Langendorff technique. Mapping experiments with 256 electrodes on the heart surface showed a reduction of left ventricular pressure and an increase of relative coronary flow at concentrations of 1.0 and 2.0 mg/mL LCRE. Furthermore, the PQ-interval was prolonged and both the basic cycle length and the activation recovery interval increased. In addition, voltage-clamp measurements were performed on the following cell models in order to characterise the electrophysiological profile of LCRE: neonatal rat ventricular cardiomyocytes to investigate the effect on I(Na) and I(Ca.L), sinoatrial node cells and ventricular myocytes isolated from adult guinea pigs to test effects on I(f) and action potential (AP) duration, as well as HERG-transfected HEK 293 cells to analyse the influence on the I (K.r). In these voltage clamp experiments LCRE exerted a calcium-antagonistic activity by I(Ca.L) blockade, reduced the repolarising current I(K.r), and prolonged the AP-duration, while I(Na) was not affected. Although LCRE displayed only weak effects on the I(f) amplitude and voltage dependence, it significantly prolonged the activation time constant of I(f). Thus, LCRE acts on multiple electrophysiological targets, specifically I(Ca.L), I(K.r), and I(f), observed both at whole organ and single cell level.

Phytother Res. 2011 Apr;25(4):540-3. doi: 10.1002/ptr.3292. Epub 2010 Sep 13.Effect of Leonurus cardiaca oil extract in patients with arterial hypertension accompanied by anxiety and sleep disorders.Shikov AN1, Pozharitskaya ON, Makarov VG, Demchenko DV, Shikh EV.
Leonurus cardiaca L. (Lamiaceae) is used traditionally for its sedative, hypotensive and cardiotonic effects. Due to the lack of clinical data regarding its effect in patients, a study was carried out to assess the clinical efficacy of Leonurus oil extract (LOE) in patients with arterial hypertension stages 1 and 2, accompanied by anxiety and sleep disorders. Fifty patients were treated for 28 days with 1200 mg LOE per day. Positive effects of LOE on psycho-emotional status and arterial blood pressure in patients with stage 1 hypertension were observed 1 week earlier than in patients with stage 2 hypertension. According to the Clinical Global Impression (CGI) scale, a significant improvement in the symptoms of anxiety and depression was observed in 32% of patients, a moderate improvement in 48% and a weak effect in 8%; 12% of patients did not respond to therapy. Side effects were minimal in all groups. Leonurus oil extract may therefore be a potentially effective therapeutic agent for patients with arterial hypertension and concurrent psycho-neurological disorders.

Pharmacological effects of lavandulifolioside from Leonurus cardiaca.
Miłkowska-Leyck K, Filipek B, Strzelecka H  Department of Pharmacognosy, Faculty of Pharmacy, Medical Academia, 02097, Warsaw, Poland.
Journal of Ethnopharmacology [2002, 80(1):85-90]
Lavandulifolioside was detected for the first time in Leonurus cardiaca var. vulgaris [Moench] Briquet (Lamiaceae). The isolation was performed from the butanolic extract of the aerial parts and the identification by NMR and MS. The pharmacological properties of lavandulifolioside consist of significant negative chronotropism, prolongation of the P-Q, Q-T intervals and QRS complex, and decrease of blood pressure. Contrary to the butanolic extract lavandulifolioside did not reduce the spontaneous locomotor activity. In conclusion, the pharmacological pattern of lavandulifolioside did not explain the pharmacological effects of L. cardiaca L. alone.



Monografie Leonurus cardiaca
De Leonurus cardiaca is een vrij grote plant van ongeveer een meter hoog met mooie, diep ingesneden frisgroene blaadjes en kleine, tere, paarsachtige bloempjes. De plant komt voor op ruige plekken, bij stortplaatsen, langs rivieren en bij boerderijen en houdt van wat schaduw. Oorspronkelijk komt de plant uit Siberië. Hartgespan is al sinds de Romeinse tijd een belangrijk hartkruid. De oude Grieken gebruikten de plant om de angst van jonge moeders te verlichten. Het woord “Leonurus” komt van het Griekse “leoon”, hetgeen “leeuw” betekent; “oura”is ook afkomstig van het Grieks en betekent “staart”. De plant heeft vermoedelijk deze naam gekregen omdat men vond dat de bladrijke stengels op leeuwenstaarten leken! De hele plant ruikt onaangenaam, maar de bloemen zijn zeer aantrekkelijk voor bijen en ruiken naar limoenen.

Het hartgespan is al heel lang een bijzondere populaire plant bij hartklachten die een relatie hebben met nervositeit. Traditioneel werd de plant gebruikt bij hartzwakte, tachycardie, nerveuze hartklachten, asthenie en amenorroe. In de Middeleeuwen gebruikte men de plant bij “degenen die aan het baren zijn”. Oude kruidenboeken adviseerden de plant tegen “boze geesten”. Nicolas Culpeper meldde in 1653 “er is geen beter kruid om melancholische damppen uit het hart weg te nemen, het hart te versterken en de ziel vrolijk, opgewekt en blij te maken”. In Europa past men vooral de Leonurus cardiaca toe, in China kiest men een variant, de Leonurus heterophhyllus (yi mu cao). Geneesheren adviseren de bovengrondse delen van deze variant bij eczeem en zweren. De zaden (chong wei zi) passen zij toe bij menstruatiestoornissen en als stimulans voor de bloedsomloop. Chinese artsen menen dat de zaden de leverfunctie stimuleren en doeltreffend zijn voor de ogen om “het gezichtsvermogen te verhelderen”.

WERKING
Werkzame bestanddelen:
Alkaloïden (0.35 %) als stachydrine, leonurine (0.0068%), leonuridine en leonurinine; flavonoïden als kaempferol en quercetine; looistoffen (2-8%) als pyrogallol en catecholderivaten; etherische oliën (0.05%) en choline

Werkingsmechanisme
Aan hartgespan kent men sedatieve en spasmolytische eigenschappen toe. Het werkingsmechanisme is door het uitvoeren van dierstudies onderzocht en gedeeltelijk bekend. Hier en daar bestaan tegenstrijdigheden over de aanwezigheid van bepaalde werkzame bestanddelen in verschillende Leonurus soorten (onder andere over leonurine).
Dierstudies wezen uit dat zowel leonurine als stachydrine de uteruscontracties versterken en mogelijk oxytocisch (weeën versterkend) zijn. Met in vitro studies toonden wetenschappers een cardiotonische werking aan. Volgens Van Hellemont is Leonorus cardiaca een hartsedativum. Door gebruik van deze plant zou de diastole toenemen, de polsslag vertragen en een licht bloeddrukverlagend effect optreden. Indicaties voor gebruik van de plant zijn volgens hem nerveuze en functionele hartstoornissen, angina pectoris en verminderde coronaire doorbloeding. Hartgespan zou sederende eigenschappen bezitten die vergelijkbaar zijn met valeriaan en vervolgens als algemeen sedativum inzetbaar zijn bij chronische angsten. 
 
Als adjuvans zou men de plant kunnen toepassen bij hyperthyreoïdie. Volgens Van Hellemont is hartgespan bijzonder geschikt te combineren met meidoorn, lelietje-van-dalen of melisse.
Eén van de terpenoïden (ursolzuur) blijkt antivirale eigenschappen te bezitten. Wetenschappers toonden een antivirale werking aan bij in vitro studies tegen het Epstein-Barr virus.

Leonurus cardiaca is een harttonicum dat vooral geschikt is bij hartklachten met een nerveuze component, zoals cor nervosum, hartkloppingen, hyperthyreoïdie, hartkloppingen door onbestemde angsten, het “Roemheldsyndroom”, hartklachten in de menopauze. 
Leonurus cardiaca kan -constitutioneel gezien- ondersteunend werken bij een lymfatisch neurogene constitutie. Om deze constitutie verder te versterken, is een aanvulling met Avena sativa of Kava kava op zijn plaats.

CONTRA-INDICATIES
Excessieve inname kan interfereren met bestaande medicatie voor hartaandoeningen waaronder preparaten met hartglycosiden. Allergische reacties zijn mogelijk bij daarvoor gevoelige personen. Hartgespan kan de menstruatiecyclus beïnvloeden. In de literatuur noemen auteurs herhaaldelijk een stimulerende werking op de uteruscontracties. Gebruik tijdens zwangerschap of lactatieperiode is gecontra-indiceerd.


Propriétés médicinales de l’agripaume / Leonurus cardiaca

Aménorrhée et dysménorrhée
Le nom commun anglais de la plante est « Motherwort », l’herbe de la mère, l’herbe de la femme.
L’agripaume est très utile pour stimuler l’arrivée de la menstruation lorsqu’elle est soit retardée, soit inexistante, particulièrement lorsque ces manifestations sont dues à un état d’anxiété ou de stress. Michael Moore(2) rajoute la précision suivante : aménorrhée parfois accompagnée de douleurs dans la région pelvique et la région lombaire.
Cazin(13) nous rappelle que « son infusion concentrée fait couler abondamment les règles« . Ce phénomène peut être positif dans les cas de l’aménorrhée, ou problématique si la plante est utilisée pour une autre indication (anxiété et palpitations par exemple) car la plante est un peu imprévisible de ce coté là. Elle peut provoquer des saignements inattendus chez la femme.
L’agripaume peut aussi aider à traverser une période de règles douloureuses avec spasmes, là encore lorsque accompagnées d’un état de stress, et parfois avec des douleurs pelviennes ou lombaires.
Pour l’aménorrhée comme la dysménorrhée, la feuille peut être appliquée en externe en cataplasme(5).
Comme nous le savons, un excès de stress provoque des effets directs sur la circulation sanguine. La réaction de stress est faite pour nous aider à faire face à des dangers imminents. Lorsque notre vie en dépend, les systèmes d’organes « non essentiels » sont mis au ralenti : digestion, système immunitaire et système sexuel. Le sang est réorienté vers le coeur, les poumons et les muscles squelettiques.
Il s’avère que cette réaction de stress est aujourd’hui invoquée pour des raisons qui n’ont plus rien à voir avec les dangers de notre vie primitive. Un patron trop pénible au travail peut créer un stress chronique par exemple. Et pourtant, il n’a rien d’un tigre à dents de sabre. Il ne constitue pas une menace pour notre existence.

Les organes sexuels sont souvent affectés par le stress chronique. Chez la femme, ceci se traduit par un dérèglement du cycle. Notez que ce stress, cette anxiété peut souvent être accompagnée de palpitations, une des indications clés de la plante que nous retrouverons dans les différentes catégories.
L’agripaume, de par son inhibition sur le système nerveux central, permet à la personne de refroidir cet état d’hyperexcitabilité et de stress et de retrouver un certain équilibre.
Les alcaloïdes de l’agripaume ont un effet légèrement vasodilatateur et circulatoire. Cet effet vasculaire contribue aussi probablement à l’effet décongestionnant sur la sphère utérine, favorisant une meilleure circulation et apport de fonction.
De plus, les études démontrent que la léonurine, l’un des alcaloïdes principaux, a un effet utérotonique, c’est-à-dire qu’il augmente la tonicité des muscles de l’utérus. Ramener la tonicité équivaut à ramener la fonction et l’énergie vers cet organe devenu « froid ».
Certains auteurs la considèrent comme ocytocique, c’est-à-dire possédant la capacité de stimuler les contractions de l’utérus au travers du cycle de l’ocytocine.
Elle est donc contrindiquée pendant la grossesse.

Ménopause
Le symptôme le plus courant de la ménopause est la bouffée de chaleur. L’agripaume, comme nous l’avons vu, est de nature refroidissante et calmante. Elle est donc bien adaptée ici, avec en plus une affinité pour le cycle féminin. Elle peut être associée à la sauge (Salvia officinalis).
Elle est particulièrement indiquée lorsque les bouffées de chaleur sont accompagnées de palpitations et/ou d’anxiété. Si les bouffées de chaleur entraînent un mauvais sommeil, on peut la remplacer, ou la combiner avec le houblon (Humulus lupulus).
Notez qu’elle peut provoquer des saignements chez certaines personnes. Si c’est le cas, elle peut être remplacée par la lycope (Lycopus europaeus).

Syndrôme prémenstruel
Michael Moore(2) la recommande pour les problèmes de syndrome prémenstruel accompagnés de rigidité musculaire et de tension nerveuse, parfois avec constriction au niveau de la cage thoracique, des signes de haute tension et stress.
On note aussi que cette période prémenstruelle est souvent accompagnée de palpitations cardiaques chez la femme stressée, une des indications principales de la plante.
La plante étant très amère, elle a automatiquement un effet dépuratif sur le foie. Le foie étant au centre du cycle hormonal chez la femme (il fabrique les précurseurs des hormones sexuelles et dégrade l’excès d’hormones en circulation), il se peut que la plante favorise un cycle plus équilibré grâce à cette action hépatique.

Absence de lochies 
Les lochies sont les saignements et autres sécrétions vaginales après l’accouchement.
Le professeur John King (1813-1893), chef de file de la médecine éclectique aux Etats-Unis dans les années 1800, considérait l’agripaume supérieure à tout autre remède pour l’absence de lochies après un accouchement. Il recommandait la prise interne et l’application externe en cataplasme sur la partie basse de l’abdomen, et obtenait d’excellents résultats.

Anxiété, stress avec palpitation
Ceci a souvent été une indication spécifique pour la plante. La personne peut souffrir de peurs mal définies, d’anxiété et d’angoisses avec impression de resserrement de la poitrine, et un coeur qui s’emballe (palpitations) dû à cet état d’anxiété. Il peut y avoir de petites hyperventilations, d’extrasystoles, des passages de 4 ou 5 palpitations suivies de calme, puis les palpitations reprennent plus tard, etc. Les manifestations peuvent être diverses.

Les anglais nous donnent une autre interprétation du mot « Motherwort » qui me convient bien. Prendre de l’agripaume dans ces états de peur, c’est un peu comme si notre mère était à nos cotés, protectrice et rassurante, nous chuchotant que tout va bien aller.

Grieve(12) nous dit que la plante induit un état de calme et de passivité sur le système nerveux, et qu’elle calme les états d’hystérie.
L’association entre agripaume et coeur date des temps anciens. Et nous retrouvons ici la corrélation étroite entre coeur physique (palpitations) et coeur émotionnel (anxiété et stress), une notion que nous avons abordé dans l’article sur l’aubépine.

Hypertension
L’agripaume est parfois utilisée dans les formules contre l’hypertension. Elle rentre tout d’abord dans la classe des plantes calmantes pour les nerfs, le stress chronique pouvant être à l’origine de l’hypertension.
Une étude(9) réalisée sur des patients souffrant d’hypertension (stade I et II) accompagnée d’anxiété et de troubles du sommeil démontre que l’agripaume améliore le statut psycho-émotionnel de la personne ainsi que son hypertension. Une amélioration nette fut observée dans 32% des patients, avec 48% notant une amélioration modérée.
Mais la plante semble aussi exercer un effet vasorelaxant direct grâce à la léonurine(11), autre propriété qui contribue à son effet hypotenseur.

Hyperthyroïdie
L’hyperthyroïdie est souvent accompagnée de sueurs, angoisses et palpitations, des indications clés pour l’agripaume. Par contre, pour moi, elle n’agit que sur la symptomatique et ne va pas forcément « refroidir » la thyroïde aussi bien que la lycope (Lycopus europaeus, L. virginicus).
Elle reste tout de même l’une des plantes essentielles pour aider la personne à traverser une hyperthyroïdie.

Digestion
Comme toute menthe, l’agripaume est digestive. Mais elle l’est d’une manière différente des menthes traditionnelles (menthe poivrée, cataire, mélisse, etc).
Elle est beaucoup moins aromatique, et beaucoup plus amère. Elle agira donc chez la personne qui a une digestion déficiente due à un excès de stress, avec un manque de sucs gastriques (difficulté à digérer les protéines) et une faiblesse hépatique et biliaire (avec difficulté à digérer les lipides).
Elle a d’ailleurs été utilisée comme plante laxative(5), probablement dû au fait qu’elle augmente la sécrétion de bile, notre laxatif naturel.
On cherchera une association entre problème de digestion et stress/anxiété et irritabilité chronique avant de consommer la plante.

Tonique et protecteur du coeur
L’agripaume étant appelée cardiaque ou cardaire, la question qui se pose est la suivante : est-elle, comme l’aubépine, un tonique pour le coeur, ou agit-elle juste au travers de son effet calmant sur le système nerveux sympathique ?
On trouve certaines mentions intéressantes chez les docteurs britanniques. Docteur Dawes(6) au début des années 1900 nous dit ceci :
« Leonurus est un tonique pour le coeur qui est tout à fait valable. Il est très estimé par les médecins britanniques en tant que tel. Je l’ai utilisé dans ma pratique pendant plusieurs années comme tonique simple et direct pour le coeur, produisant des résultats permanents.« 

Une étude plus récente(7) démontre que certains composants de l’agripaume ont des effets chronotropiques négatifs (ralentissent les battements du coeur) et diminuent la pression artérielle, deux caractéristiques que l’on retrouve aussi dans l’aubépine, la reine des toniques cardiaques.

Une autre étude(8) démontre que l’agripaume a un effet antioxydant marqué in-vitro et in-vivo dans le contexte de l‘infarctus du myocarde, agissant comme protecteur contre la destruction des cellules du coeur dans cette situation.

Du coté français, le docteur Paul Belaiche(10) étudia l’agripaume au début des années 1980. Il l’utilisa sur 64 patients neurodystoniques (grand état de stress et d’anxiété) souffrant de troubles du rythme cardiaque (tachycardie, extrasystoles, les problèmes organiques ayant été écartés). Il note :
Une action contra-adrénergique (s’oppose à la réaction de stress) et antispasmodique ;
Une action anxiolytique et sédative générale non négligeable ;
Une diminution de l’hyperexcitabilité portant sur les fourmillements des extrémités, les crampes, et l’asthénie (fatigue) matinale ;
La plupart des malades signalent :
une atténuation voire même une disparition de leur perception des troubles du rythme cardiaque ;
une disparition des douleurs neurodystoniques ;
une disparition des symptômes d’accompagnement, malaise, gêne, voire essoufflement et dyspnée (difficulté respiratoire).
Le docteur Belaiche résume l’action de l’agripaume comme ceci :
« Il semble que l’agripaume entraîne une élévation du seuil de perception des troubles neuro-végétatifs cardiovasculaires, et c’est probablement cette propriété qui lui a fait attribuer le nom de cardiaque »

Indications diverses
Diaphorétique (facilite la transpiration), propriété mentionnée par de multiples auteurs(3)(13). Elle peut donc être utilisée dans les phases descendantes de fièvre, pour favoriser les échanges de chaleur et la descente de température ;
Expectorante. Cazin(13) nous dit qu’il l’a « employée fraîchement cueillie dans l’asthme humide, sur la fin des bronchites, avec le même avantage que le lierre terrestre; elle facilite l’expectoration quand il y a atonie de la muqueuse bronchique, et produit en même temps à la peau une excitation, une diaphorèse doucement révulsive« .

Contrindications
Elle est contrindiquée pendant la grossesse ;
Elle peut provoquer des saignements chez la femme ménopausée ;
Elle peut provoquer des saignements si utilisée juste après un accouchement ;
D’une manière générale, elle peut parfois provoquer des saignements inattendus chez la femme.

Utilisation
Ce sont en général les sommités fleuries, incluant fleurs (très piquantes), feuilles et tiges, qui sont utilisées.
Elle peut se consommer en infusion, bien que la tradition et l’expérience nous dit que la teinture de plante fraîche est la plus efficace. De plus, l’infusion est très amère et relativement désagréable à boire. Elle passera mieux en teinture mère.
Teinture des sommités fleuries récemment séchées : au taux de 1:5 (100 g de plante pour 500 ml d’alcool) dans de l’alcool à 40° à 50°. Prendre 30 à 60 gouttes de 1 à 4 fois par jour selon la personne et la condition ;
Teinture des sommités fleuries fraîches : au taux de 1:2 (100 g de plante pour 200 ml d’alcool) dans de l’alcool à 80° ou 90°. Sinon, utilisez la méthode de teinture de plante « quasi-fraîche » expliquée dans mon article sur les teintures mères.
Infusion des sommités fleuries : 1 à 4 fois par jour.
Décoction des sommités fleuries : 1 à 4 fois par jour.

Cueillette et séchage
Comme expliqué précédemment, ce sont les sommités fleuries qui sont en général récoltées pendant ou à la fin de l’été. C’est probablement à ce moment là que les principes actifs sont à leur optimum. Je vous conseille vivement de vous munir de gants de jardinage relativement épais, car les éperons des fleurs ne pardonnent pas.
Avant de préparer la teinture, je garde les feuilles et le plus de fleurs possible et j’enlève la tige qui pour moi apporte peu à la préparation.
Je constate que faute de sommité fleurie, la feuille seule fonctionne aussi très bien et peut se ramasser toute l’année (y compris l’hiver), et au besoin.
La plante reste stable au séchage pendant à peu près 1 an à 1 an et demi si elle est gardée dans un endroit frais et sec, à l’abri de la lumière. Assurez vous que la feuille garde toujours un aspect vert et qu’elle ne tourne pas au marron.


Culpepper en Gerard over hartgespan

Culpepper wrote of Motherwort:
'Venus owns this herb and it is under Leo. There is no better herb to drive melancholy vapours from the heart, to strengthen it and make the mind cheerful, blithe and merry. May be kept in a syrup, or conserve, therefore the Latins call it cardiaca.... It cleansethe the chest of cold phlegm, oppressing it and killeth worms in the belly. It is of good use to warm and dry up the cold humours, to digest and disperse them that are settled in the veins, joints and sinews of the body and to help cramps and convulsions.'

And Gerard says:
'Divers commend it against infirmities of the heart. Moreover the same is commended for green wounds; it is also a remedy against certain diseases in cattell, as the cough and murreine, and for that cause divers husbandmen oftentimes much desire it.'



Comments