Citrus reticulata / Mandarijn / Mandarine

Noms communs : clémentine, mandarine, tangerine.
Nom scientifique : Citrus reticulata.
Famille : rutacées (synonyme : aurantiacées).

On explique de diverses manières le fait qu'on ait nommé mandarine le petit agrume de cette espèce. Toutes les versions ont à voir avec les mandarins, ces fonctionnaires puissants et hautement qualifiés de l'Empire du Milieu. Pour les uns, ce serait parce que les mandarins l'appréciaient tout particulièrement, pour les autres parce qu'il était de la couleur de leur robe d'officier. Pour d'autres encore, il rappelait la forme de leur visage. Quoi qu'il en soit, le mot est apparu dans notre langue en 1773.
Le mot tangerine est apparu dans la langue française en 1946. Il est emprunté à l'anglais et désigne les fruits d'un type de mandarinier auxquels on a donné le nom du port de Tanger (Maroc). Ils furent expédiés de ce port vers l'Europe pour la première fois en 1841 et ils y transigeaient ensuite. De nos jours, le mot est souvent employé comme générique, pour désigner n'importe quel type de mandarine.
Clémentine viendrait du nom d'un religieux ayant oeuvré en Algérie au début du XXe siècle, le père Clément, qui aurait joué un rôle dans la création de cette variété de tangerine.

Originaire du sud-est de l'Asie, de la Chine et peut-être des Philippines, la mandarine est la plus diversifiée des espèces d’agrumes. Elle est connue en Chine et au Japon depuis longtemps : un ouvrage datant de 1178 fait mention de quelques variétés bien distinctes, ce qui indique une ancienne culture. Elle se retrouvera en Europe et en Amérique seulement au XIXe siècle, y faisant son entrée plutôt timidement, sur l'initiative de quelques individus qui importaient des plants.
Ainsi, autour de 1840, un mandarinier est importé de Chine par le consul italien posté aux États-Unis. Il le plante sur les terrains du consulat à la Nouvelle-Orléans. De là, il va se répandre vers la Floride, et plus tard en Californie. En 1876, le premier mandarinier Satsuma (né au Japon il y a 400 ans) est importé aux États-Unis. Quelques décennies plus tard, il est suivi par un million de jeunes arbres greffés, destinés à être plantés dans les États bordant le golfe du Mexique. Enfin, les fruits de diverses autres variétés seront importés de Chine et d'Inde. C'est en semant leurs pépins qu'on établira aux États-Unis d'immenses vergers, malheureusement détruits à quelques reprises par des gels particulièrement rigoureux.

La tangerine sous différents noms
De nombreux néologismes sont apparus au cours des dernières décennies pour désigner les divers hybrides issus de croisements entre la tangerine et d'autres agrumes. Citons le tangelo, le tangor, le tangorgélo, le tangelolo, la clemenvilla et l'ortanique.
La clémentine, créée en Algérie en 1902, a vite fait son entrée en Europe et en Amérique du Nord. En Corse, qui offre un climat particulièrement propice à ce genre de fruits, sa culture a pris une grande importance. Le centre français de recherches sur les agrumes s'est d’ailleurs établi dans cette île.

L'huile essentielle extraite de l'écorce de la mandarine et l'essence de petit grain – tirée des feuilles, des rameaux et des fruits immatures – sont employées dans l'industrie agroalimentaire pour aromatiser les confiseries, les gélatines, la crème glacée, la gomme à mâcher, les pâtisseries, les boissons gazeuses et les liqueurs. Ces essences trouvent en outre de nombreux emplois en parfumerie.

La mandarine et ses cousines sont produites principalement en Espagne, au Japon, en Chine, au Brésil, en Corée, en Italie, au Maroc et dans les autres pays méditerranéens. Les consommateurs les appréciant de plus en plus, leur production est en nette croissance presque partout dans le monde.

Les bienfaits de la clémentine, de la mandarine et de la tangerine


Cancer (prévention). Plusieurs études ont démontré que la consommation d’agrumesserait reliée à la prévention de certains types de cancers3,4,11,12,14,45,46, comme le cancer de l’oesophage, le cancer de l’estomac, le cancer du côlon, de la bouche et dupharynx. Selon l’une d’elles50, une consommation modérée d’agrumes (soit de 1 à 4 portions par semaine) permettrait de réduire les risques de cancers se rapportant autube digestif et à la partie supérieure du système respiratoire. En ce qui concerne spécifiquement le cancer du pancréas, les études demeurent toutefois controversées51.
Une étude populationnelle suggère que la consommation quotidienne d’agrumes jumelée à une consommation élevée de thé vert (1 tasse et plus par jour) serait associée à une plus forte diminution de l’incidence des cancers49.

Cancer (ralentir la progression). Des composés antioxydants contenus dans les agrumes (les limonoïdes) ont démontré des effets anticancer in vitro ou sur des modèles animaux. Ils pourraient diminuer la prolifération de cellules cancéreuses29,35,47,48 du sein32, de l’estomac29, du poumon29, de la bouche34 et du côlon47.

Lipides sanguins. De nombreuses études ont démontré que la consommation d’agrumes en général serait reliée à la prévention des maladies cardiovasculaires5. Des études menées sur des modèles animaux ont démontré que la consommation de jus d’orange, de pamplemousse et de tangerine ou de flavonoïdes extraits de ces fruits diminuait le cholestérol9 et les triglycérides sanguins6, en plus de prévenir le processus menant à l’athérosclérose. Une autre étude menée auprès de femmes a révélé qu’une consommation régulière de mandarines durant l’hiver influencerait positivement le bilan lipidique22. Chez les enfants atteints d’hypercholestérolémie, le jus de mandarine (500 ml ou 2 tasses par jour) parviendrait à réduire l’oxydation des lipides et des protéines du sang et améliorerait le statut antioxydant des enfants52.

Santé osseuse. La bêta-cryptoxanthine, le principal caroténoïde contenu dans la mandarine et la clémentine pourrait prévenir la perte osseuse chez l’animal, en plus de stimuler la prolifération des cellules osseuses24. Une étude a démontré que l’administration de bêta-cryptoxanthine chez des animaux augmentait le contenu en calcium et améliorait la minéralisation osseuse23. Chez l’humain, le lien entre les concentrations sanguines de bêta-cryptoxanthine et de bêta-carotène, et la masse osseuse, n’a été démontré que chez les femmes postménopausées53. Par contre, il a été observé que les femmes ayant des concentrations de caroténoïdes élevées dans le sang présentaient moins d’incidence d’ostéoporose25. Enfin, l’hespérétine, un flavonoïde typique des agrumes pourrait prévenir la perte osseuse18.
Inflammation. Plusieurs études ont démontré que les flavonoïdes des agrumes avaient des propriétés anti-inflammatoires. Ils inhiberaient la synthèse et l’activité de médiateurs impliqués dans l’inflammation (dérivés de l’acide arachidonique, prostaglandines E2, F2 et thromboxanes A2)54.

Autres effets. Parmi d’autres effets observés, deux composés présents dans les agrumes (la limonine et la nomiline) inhiberaient la réplication du virus de l'immunodéficience humaine (VIH), en plus d’inhiber l’activité de la protéase du virus38. La nomiline et d’autres limonoïdes (des composés de la même famille) amélioreraient lesystème immunitaire chez l’animal39. Ces résultats sont prometteurs, mais n’ont pas fait l’objet d’études cliniques contrôlées. Il est donc impossible pour l’instant de transposer ces effets chez l’humain. Enfin, la consommation de lutéine et de zéaxanthine, présents dans les agrumes, pourrait diminuer les risques de cataractes graves28.

Plusieurs études prospectives et épidémiologiques ont révélé qu’une consommation élevée de fruits et de légumes diminuait le risque de maladies cardiovasculaires42, de certains cancers43 et d’autresmaladies chroniques1,2,44.

1. Steinmetz KA, Potter JD. Vegetables, fruit, and cancer prevention: a review. J Am Diet Assoc1996 October;96(10):1027-39.
2. Bazzano LA, Serdula MK, Liu S. Dietary intake of fruits and vegetables and risk of cardiovascular disease. Curr Atheroscler Rep 2003 November;5(6):492-9.
3. Chainani-Wu N. Diet and oral, pharyngeal, and esophageal cancer. Nutr Cancer 2002;44(2):104-26.
4. Kim HJ, Chang WK, et al. Dietary factors and gastric cancer in Korea: a case-control study. Int J Cancer 2002 February 1;97(4):531-5.
5. Dauchet L, Ferrieres J, et al. Frequency of fruit and vegetable consumption and coronary heart disease in France and Northern Ireland: the PRIME study. Br J Nutr 2004 December;92(6):963-72.
6. Vinson JA, Liang X, et al. Polyphenol antioxidants in citrus juices: in vitro and in vivo studies relevant to heart disease. Adv Exp Med Biol 2002;505:113-22.
7. Manthey JA, Grohmann K, Guthrie N. Biological properties of citrus flavonoids pertaining to cancer and inflammation. Curr Med Chem 2001 February;8(2):135-53.
8. Manthey JA, Guthrie N. Antiproliferative activities of citrus flavonoids against six human cancer cell lines. J Agric Food Chem2002 October 9;50(21):5837-43.
9. Whitman SC, Kurowska EM, et al. Nobiletin, a citrus flavonoid isolated from tangerines, selectively inhibits class A scavenger receptor-mediated metabolism of acetylated LDL by mouse macrophages. Atherosclerosis 2005 January;178(1):25-32.
10. Lin N, Sato T, et al. Novel anti-inflammatory actions of nobiletin, a citrus polymethoxy flavonoid, on human synovial fibroblasts and mouse macrophages. Biochem Pharmacol 2003 June 15;65(12):2065-71.
11. Ohnishi H, Asamoto M, et al. Inhibition of cell proliferation by nobiletin, a dietary phytochemical, associated with apoptosis and characteristic gene expression, but lack of effect on early rat hepatocarcinogenesis in vivo. Cancer Sci 2004 December;95(12):936-42.
12. Suzuki R, Kohno H, et al. Citrus nobiletin inhibits azoxymethane-induced large bowel carcinogenesis in rats. Biofactors2004;22(1-4):111-4.
13. Murakami A, Nakamura Y, et al. Inhibitory effect of citrus nobiletin on phorbol ester-induced skin inflammation, oxidative stress, and tumor promotion in mice. Cancer Res 2000 September 15;60(18):5059-66.
14. Siess MH, Le Bon AM, et al. Mechanisms involved in the chemoprevention of flavonoids.Biofactors 2000;12(1-4):193-9.
15. Datla KP, Christidou M, et al. Tissue distribution and neuroprotective effects of citrus flavonoid tangeretin in a rat model of Parkinson's disease. Neuroreport 2001 December 4;12(17):3871-5.
16. Kurowska EM, Manthey JA. Hypolipidemic effects and absorption of citrus polymethoxylated flavones in hamsters with diet-induced hypercholesterolemia. J Agric Food Chem 2004 May 19;52(10):2879-86.
17. Dhuique-Mayer C, Caris-Veyrat C, et al. Varietal and interspecific influence on micronutrient contents in citrus from the Mediterranean area. J Agric Food Chem 2005 March 23;53(6):2140-5.
18. Chiba H, Uehara M, et al. Hesperidin, a citrus flavonoid, inhibits bone loss and decreases serum and hepatic lipids in ovariectomized mice. J Nutr 2003 June;133(6):1892-7.
19. Stahl W, Sies H. Bioactivity and protective effects of natural carotenoids. Biochim Biophys Acta2005 May 30;1740(2):101-7.
20. Astley SB, Elliott RM, et al. Evidence that dietary supplementation with carotenoids and carotenoid-rich foods modulates the DNA damage: repair balance in human lymphocytes. Br J Nutr 2004 January;91(1):63-72.
21. Kohno H, Taima M, et al. Inhibitory effect of mandarin juice rich in beta-cryptoxanthin and hesperidin on 4-(methylnitrosamino)-1-(3-pyridyl)-1-butanone-induced pulmonary tumorigenesis in mice. Cancer Lett 2001 December 28;174(2):141-50.
22. Sugiura M, Matsumoto H, et al. Seasonal changes in the relationship between serum concentration of beta-cryptoxanthin and serum lipid levels. J Nutr Sci Vitaminol (Tokyo) 2004 December;50(6):410-5.
23. Uchiyama S, Sumida T, Yamaguchi M. Oral administration of beta-cryptoxanthin induces anabolic effects on bone components in the femoral tissues of rats in vivo. Biol Pharm Bull 2004 February;27(2):232-5.
24. Uchiyama S, Yamaguchi M. beta-cryptoxanthin stimulates cell differentiation and mineralization in osteoblastic MC3T3-E1 cells. J Cell Biochem 2005 August 15;95(6):1224-34.
25. Maggio D, Polidori MC, et al. Low levels of carotenoids and retinol in involuntional osteoporosis.Bone 2005;23:Sous presse.
26. Pattison DJ, Symmons DP, et al. Dietary beta-cryptoxanthin and inflammatory polyarthritis: results from a population-based prospective study. Am J Clin Nutr 2005 August;82(2):451-5.
27. Mannisto S, Smith-Warner SA, et al. Dietary carotenoids and risk of lung cancer in a pooled analysis of seven cohort studies. Cancer Epidemiol Biomarkers Prev 2004 January;13(1):40-8.
28. Chasan-Taber L, Willett WC, et al. A prospective study of carotenoid and vitamin A intakes and risk of cataract extraction in US women.Am J Clin Nutr 1999 October;70(4):509-16.
29. Lam LKT, Hasegawa S, et al. Limonin and nomilin inhibitory effects on chemical-induced tumorigenesis. In: Berhow MA, Hasegawa S, Manners GD, editors. Citrus Limonoids Functional Chemicals in Agriculture and Foods. American Chemical Society ed. Washington, DC: 2000. p. 185-200.
30. Berhow M, Tisserat B, et al. United States Department of Agriculture (USDA). Survey of phenolic compounds produced in citrus, 1999.
31. Yu J, Wang L, et al. Antioxidant activity of citrus limonoids, flavonoids, and coumarins. J Agric Food Chem 2005 March 23;53(6):2009-14.
32. Tian Q, Miller EG, et al. Differential inhibition of human cancer cell proliferation by citrus limonoids. Nutr Cancer2001;40(2):180-4.
33. Poulose SM, Harris ED, Patil BS. Citrus limonoids induce apoptosis in human neuroblastoma cells and have radical scavenging activity.J Nutr 2005 April;135(4):870-7.
34. Miller EG, Gonzales-Sanders AP, et al. Citrus limonoids as inhibitors of oral carcinogenesis.Food Technol 1994;48:110-4.
35. Miller EG, Porter JL, et al. Further studies on the anticancer activity of citrus limonoids. J Agric Food Chem 2004 July 28;52(15):4908-12.
36. Tanaka T, Kohno H, et al. Citrus limonoids obacunone and limonin inhibit azoxymethane-induced colon carcinogenesis in rats.Biofactors 2000;13(1-4):213-8.
37. Kurowska EM, Banh C, et al. Regulation of apo B production in HepG2 cells by citrus limonoids. In: Berhow MA, Hasegawa S, Manners GD, editors. Citrus Limonoids Functional Chemicals in Agriculture and Foods. American Chemical Society ed. Washington, DC: 2000. p. 175-84.
38. Battinelli L, Mengoni F, et al. Effect of limonin and nomilin on HIV-1 replication on infected human mononuclear cells. Planta Med2003 October;69(10):910-3.
39. Raphael TJ, Kuttan G. Effect of naturally occurring triterpenoids glycyrrhizic acid, ursolic acid, oleanolic acid and nomilin on the immune system. Phytomedicine 2003;10(6-7):483-9.
40. Coats AJ. The potential role of soluble fibre in the treatment of hypercholesterolaemia. Postgrad Med J 1998 July;74(873):391-4.
41. Yuan JM, Wang XL, et al. Preserved foods in relation to risk of nasopharyngeal carcinoma in Shanghai, China. Int J Cancer2000 February 1;85(3):358-63.
42. He FJ, Nowson CA, et al. Increased consumption of fruit and vegetables is related to a reduced risk of coronary heart disease: meta-analysis of cohort studies. J Hum Hypertens 2007;21:717-28.
43. Soerjomataram I, Oomen D, et al. Increased consumption of fruit and vegetables and future cancer incidence in selected European countries. Eur J Cancer 2010;46:2563-80.
44. Harding AH, Wareham NJ, et al. Plasma vitamin C level, fruit and vegetable consumption, and the risk of new-onset type 2 diabetes mellitus: the European prospective investigation of cancer--Norfolk prospective study. Arch Intern Med 2008;168:1493-9.
45. Bae JM, Lee EJ, Guyatt G. Citrus fruit intake and stomach cancer risk: a quantitative systematic review. Gastric Cancer2008;11:23-32.
46. Luo G, Guan X, Zhou L. Apoptotic effect of citrus fruit extract nobiletin on lung cancer cell line A549 in vitro and in vivo. Cancer Biol Ther 2008;7:966-73.
47. El Readi MZ, Hamdan D, et al. Inhibition of P-glycoprotein activity by limonin and other secondary metabolites from Citrus species in human colon and leukaemia cell lines. Eur J Pharmacol 2010;626:139-45.
48. Manners GD. Citrus limonoids: analysis, bioactivity, and biomedical prospects. J Agric Food Chem 2007;55:8285-94.
49. Li WQ, Kuriyama S, et al. Citrus consumption and cancer incidence: the Ohsaki cohort study.Int.J.Cancer 2010;127:1913-22.
50. Foschi R, Pelucchi C, et al. Citrus fruit and cancer risk in a network of case-control studies.Cancer Causes Control 2010;21:237-42.
51. Bae JM, Lee EJ, Guyatt G. Citrus fruit intake and pancreatic cancer risk: a quantitative systematic review. Pancreas 2009;38:168-74.
52. Codoner-Franch P, Lopez-Jaen AB, et al. Mandarin juice improves the antioxidant status of hypercholesterolemic children. J Pediatr Gastroenterol Nutr 2008;47:349-55.
53. Sugiura M, Nakamura M, et al. Bone mineral density in post-menopausal female subjects is associated with serum antioxidant carotenoids. Osteoporos Int 2008;19:211-9.
54. Benavente-Garcia O, Castillo J. Update on uses and properties of citrus flavonoids: new findings in anticancer, cardiovascular, and anti-inflammatory activity. J Agric Food Chem 2008;56:6185-205.
55. Cui Y, Wu J, et al.Anti-neuroinflammatory Activity of Nobiletin on Suppression of Microglial Activation. Biol Pharm Bull2010;33:1814-21.
56. Nishino H, Murakoshi M, et al. Cancer prevention by carotenoids. Arch Biochem Biophys2009;483:165-8.
57. Ito Y, Kurata M, et al. Cardiovascular disease mortality and serum carotenoid levels: a Japanese population-based follow-up study. J Epidemiol 2006;16:154-60.
58. Duzzioni AG, Franco AG, De Sylos CM. Radical scavenging activity of orange and tangerine varieties cultivated in Brazil. Int J Food Sci Nutr2009;1-9.
59. Stuetz W, Prapamontol T, et al. Polymethoxylated flavones, flavanone glycosides, carotenoids, and antioxidants in different cultivation types of tangerines ( Citrus reticulata Blanco cv. Sainampueng) from Northern Thailand. J Agric Food Chem 2010;58:6069-74.
60. Dhuique-Mayer C, Caris-Veyrat C, et al. Varietal and interspecific influence on micronutrient contents in citrus from the Mediterranean area. J Agric Food Chem 2005;53:2140-5.
61. Theuwissen E, Mensink RP. Water-soluble dietary fibers and cardiovascular disease. Physiol Behav 2008;94:285-92.
Comments