Petroselinum / Peterselie

Van gewone Peterselie, kap. XXXIX Dodonaeus 1554
 
Vorm.
Apium hortense of gewoon peterselie. (Petroselinum segetum)
De gewone peterselie heeft groene, gekartelde en in veel delen verdeelde bladertjes die rondom als een zaag gekerfd zijn. De stelen zijn rond en daarop groeien kleine schermen die bleekgele bloempjes geven en daarna klein en rondachtig zaad dat scherp van smaak en goed van reuk is. De wortel is wit en langachtig als de wortel van venkel maar veel kleiner.
 
Plaats
Peterselie wordt in de moeshoven gezaaid en groeit graag in goede, vette aarde.

Tijd.
De gewone peterselie bloeit in juni en in augustus wordt het zaad rijp een jaar nadat het gezaaid is.
 
Naam.
De gewone Dietsche peterselie wordt in Grieks Selinon en Selinon cepeon genoemd. In Latijn Apium en Apium hortense. In de apotheken Petroselinum. En daar naar in Hoogduits Petersilgen of Peterlin. In Nederduits peterselie. In Frans du persil. Hoewel het geen Petroselinon is, dat is de steeneppe. En daarom hebben wij het gewone peterselie genoemd tot onderscheid van de echte steeneppe die peterselie genoemd behoort te worden.
 
Natuur.
De gewone peterselie, dat is hof eppe, is warm in de tweede graad en droog tot in de derde en vooral het zaad dat meer verwarmt en verdroogt dan de bladeren of wortels.
 
Kracht en werking.
De gewone peterselie die met andere eten ingenomen wordt is voor de maag zeer goed en geschikt en laat het eten verteren en maakt lust en begeerte om te eten en maakt water.
De wortels van deze peterselie die in water gekookt en gedronken worden openen de verstopping van de lever, van de nieren en van alle inwendige leden en laat de urine lossen en de steen en het graveel rijzen en afgaan.
En weerstaan alle venijn.
Tegen hetzelfde is ook het zaad zeer goed en beter dan de wortel dat niet alleen de verstopping opent en het venijn weerstaat maar ook alle winden en opblazingen laat scheiden. En daarom wordt het in de teriakel composities vermengd.
Hetzelfde zaad is ook zeer goed tegen de hoest en wordt in alle electuariums gedaan die daar toe nuttig zijn.
De bladeren van deze peterselie die met brood vermengd worden genezen de rode, gezwollen ogen en de zwerende borsten die met geklonterd zog verladen zijn.



Parsley is native to the Mediterranean and has reportedly been used for more than 2,000 years as an herbal remedy, seasoning, and garnish. In ancient Rome, parsley was a sacred herb of burial and was served at funeral banquets. This is thought to be the origin of the modern use of parsley as a garnish decorating plates of food. Romans wore garlands of parsley in the belief that it would excite the brain and stimulate the appetite. Later, victors of athletic contests were crowned with garlands of parsley.
The forms of parsley most commonly used for medicinal purposes are Petroselinum crispum (curled-leaf parsley) and Petroselinum neapolitanum (Italian parsley, also known as flat-leaf parsley). Chinese parsley, also known as coriander or cilantro, is a different species, Coriandrum sativum.

Parsley has traditionally been used as a digestive aid, breath freshener, laxative, diuretic, general-purpose tonic, abortifacient (miscarriage inducer), and a poultice applied to the skin for treatment of burns, bruises, insect bites, and itching.
There is evidence that parsley may act as an antioxidant, diuretic, or blood sugar-lowering agent. Parsley is currently used in Turkey to treat diabetes and in Germany as a diuretic in the treatment of high blood pressure.

Parsley is available in capsule form as an oil, root, leaf, or seed preparation. The oil is the strongest form, followed by the seeds. These two more powerful preparations should be avoided during pregnancy, because they may cause uterine contractions and induce abortion.
Parsley is listed in the U.S. Food and Drug Administration (FDA) Generally Recognized as Safe (GRAS) li

Conditions
Uses
disclaimer: These uses have been tested in humans or animals. Safety and effectiveness have not always been proven. Some of these conditions are potentially serious, and should be evaluated by a qualified healthcare provider.

Antioxidant
Antioxidants are molecules that work to prevent damage that occurs in cells and body tissues due to both normal bodily processes and exposure to some chemicals. The potential medical benefit of antioxidants may be their ability to prevent or slow the oxidation of molecules, such as proteins and DNA, in the body. Oxidative stress is thought to play a role in many human diseases, such as Alzheimer's disease, atherosclerosis, and Parkinson's disease. A small clinical trial noted that parsley reduced oxidative stress.

High blood pressure
Based on early research using a combination product containing parsley leaf, it is unclear whether parsley is effective for lowering blood pressure in patients with high blood pressure or whether it may increase the risk of side effects.

Tradition
The below uses are based on tradition, scientific theories, or limited research. They often have not been thoroughly tested in humans, and safety and effectiveness have not always been proven. Some of these conditions are potentially serious, and should be evaluated by a qualified healthcare provider. There may be other proposed uses that are not listed below. Abortifacient (uterine contraction stimulant), acne, antiaging, antifungal, anti-inflammatory, antiplatelet effects, aphrodisiac, arthritis, bad breath, bronchitis, bruises, burns, cancer, common cold, deodorant, detoxification, diabetes, digestive disorders, diuretic, epilepsy, flavoring, heart disease, Helicobacter pylori infection, hormonal effects, immune system stimulant, insect bites, iron deficiency anemia, itching, kidney cleanser, laxative, learning disorder, liver protection, menstrual cramps, osteoporosis, pain, premenstrual syndrome, prostate cancer, skin diseases, sleep aid, snakebite, tonic, ulcers, urinary tract infections.

Adults (18 years and older)
Parsley has traditionally been taken by mouth in the form of parsley seed tea, capsules containing parsley leaf or root, and parsley oil.
Parsley oil is much more potent than other preparations and should be ingested only under medical supervision.
Parsley has been applied to the skin in the form of poultice to relieve itching and discomfort from insect bites and to promote healing of burns and bruises.

Children (under 18 years old)
There is no proven safe or effective dose for parsley in children.

Wetenschappelijk onderzoek
  • Meeran SM, Katiyar SK. Cell cycle control as a basis for cancer chemoprevention through dietary agents. Front Biosci. 2008;13:2191-202.
  • Meyer H, Bolarinwa A, Wolfram G, et al. Bioavailability of apigenin from apiin-rich parsley in humans. Ann Nutr Metab 2006;50(3):167-72.
  • Nielsen SE, Young JF, Daneshvar B, et al. Effect of parsley (Petroselinum crispum) intake on urinary apigenin excretion, blood antioxidant enzymes and biomarkers for oxidative stress in human subjects. Br J Nutr 1999;81(6):447-55. View abstract
  • O'Neil J, Hughes S, Lourie A, et al. Effects of echinacea on the frequency of upper respiratory tract symptoms: a randomized, double-blind, placebo-controlled trial. Ann Allergy Asthma Immunol. 2008;100(4):384-8. View abstract
  • Patel D, Shukla S, Gupta S. Apigenin and cancer chemoprevention: progress, potential and promise (review). Int J Oncol. 2007 Jan;30(1):233-45. 
  • Potter JD, Steinmetz K. Vegetables, fruit and phytoestrogens as preventive agents. IARC Sci Publ. 1996;(139):61-90. 
  • Putnam SE, Scutt AM, Bicknell K, et al. Natural products as alternative treatments for metabolic bone disorders and for maintenance of bone health. Phytother Res. 2007;21(2):99-112


PERSIL. Apium petroselinum. L. Cazin, Traité des plantes médicinales, 1868
historisch belangrijk boek uit de Franse fytotherapie, spijtig genoeg met wat kopieerfouten

i . Apium hortense seu petroselinum vulgo. C. BAUH., TOURN.
Petroselinum. OFF.
Persil commun, — ache persil, — persin. OMBELLIFÈRES. — AMMINÉES. Fam. nat. — PENTAKDRIE DIGYNIE. L.

Le persil, plante bisannuelle cultivée dans tous les jardins potagers pour l'usage culinaire, se rencontre en Provence dans son état sauvage. Les lièvres et les lapins recherchent le persil; ils se rassemblent souvent dans les lieux où on l'a semé. On l'a quelquefois cultivé en grand pour les mon- tons, qu'il préserve, dit-on, de certaines maladies. On a prétendu qu'il est au contraire, un poison pour les poules, les perroquets et plusieurs autres oiseaux (?)

Description. — Racine assez grosse, conique, blanchâtre, fibreuse. - % glabres, rameuses, striées, cannelées, fistuleuses, longues de 75 centimètres à 1 meta
— Feuilles pétiolées, bipennées, d'un beau vert, à folioles incisées en lobes aigus, les feuilles supérieures moins décomposées, quelquefois même simples. — Fleurs blanches, uri peu jaunâtres, petites, disposées en ombelles de quinze ou seize rayons (juillet-août)!
— Calice entier. — Corolle composée de cinq pétales égaux, arrondis, courbés à leur sommet. — Cinq étamines. — Deux styles très-courts. — Fruits : ovoïdes, allongés, composés de deux akènes convexes en dehors, marquées, sur le dos, de cinq petites nervures saillantes.
Nous avons exposé à. l'article GIGUE les caractères distinctifs de la petite ciguë et du persil, et le danger qu'il y aurait de confondre ces deux plantes.

Parties usitées. — La racine, l'herbe et les fruits.
[Culture. — Le persil doit être semé depuis février jusqu'en août dans une tant terre meuble, et à l'automne au pied d'un mur, au midi pour en avoir de bonne heure au printemps. Cette plante ne monte à graines que la seconde année, et les graines se conservent deux ans. L'hiver, on couvre de bons paillassons.]

Récolte. — Les semences se récoltent en automne ; la racine en automne ou ai printemps pour la conserver. Les feuilles s'emploient vertes. La racine perd une assei grande partie de ses propriétés par la dessiccation.

Propriétés physiques et chimiques. — Le persil est doué d'une odeurforte, d'une saveur aromatique et un peu amère. Cette plante contient un principe gommo-résîneux, une huile Volatile plus abondante dans les semences que dans les autres parties. La racine contient en outre de la fécule, ce qui la rend nutritive. Homolle et Joret (1) ont découvert le principe actif des semences de celte plante, an- quel, ils-ont donné le nom d'apiol. Ce principe, liquide, jaunâtre, de nature, oléagineuse. d'une odeur spéciale et tenace, d'une saveur piquante mêlée d'âcreté, et d'une densité de 1.078 à 12° centigrades, est un corps soluble dans l'éther, le chloroforme, l'alcool, etc., mais insoluble dans l'eau, à une haute comme à une basse temgérature.

La semence de persil contient en outre, d'après Homolle et Joret, une huile essentielle, volatile, une matière grasse incristallisable (beurre de persil), de la pectine,»i chlorophylle, du tannin, une matière colorante jaune, de la matière extractive, «» .ligneux, des sels anorganiques, etc. — Braconnot a extrait de la semence du persil«» substance à laquelle il donne le nom i'apiine, et qui, suivant Homolle et Joret, m analogue:à.la pectine. — Dans un mémoire de Blanchet et Sell (2), on lit : « En w»- lant avec de l'eau les semences de Y apium petroselinum, on obtient une nuile voi légère et une huile plus lourde qui contient du camphre. — Enfln, Bolle, Phama'™L Angermande (3), aurait trouvé, parmi d'autres huiles essentielles, une masse conc formée de cristaux blancs aciculaires (stéaropton de l'huile de persil), qui ne serais le résultat de l'altération de l'huile essentielle sous l'influence des rayons solaires.A»" Loewig et Weidmann, la formule de l'essence de persil = C,2HS O3.)

(1) Journal de pharmacie, 1852.
(2) Annales de pharmacie, t. VI, cahier 3.
(3) Journal de pharmacie, t. XV, p. 580. downloadModeText.vue.download 844 sur 1308

PRÉPARATIONS PHARMACEUTIQUES ET DOSES.

» T'nnfansoH. -^ Décoction des racines fraîches ou sèches, 15< à 60 gr. par kilogramme
Eàfdtetillée, '60 à 100 gr. et plus, seule oucomme véhicule. Suc euprimé des feuilles, 100 à 140 gr. par
Semencesen/infusion, a à 8 gr. par kilogràtomë d'eau. Semences en poudre, 1 à 2 gr. -, Huile essentielle, 2 ou 3 gouttes par jour (coiàme àhtiblënnoïrhagique). A-L'ExtÉBrÈcnv — Cataplasme fait avec les ,(feûilleàJeontuses. ' ï Ï Préparations fébrifuges. (Péyrâire.)
Poudré'ue persil, 2 gr. par jour.
Teinture (suc récent, 250 gr.; alcool à 33 degrés,125 gr.); 4 gr. par jour. Sirop, 3 ou l).cuillerées à café par jour pour lès enfants, 4 cuillerées à bouche pour lesMùlïes; seules où dans une potion. Vini(teinture de persil, 60 gr.; vin blanc de /'Grave, 330 gr.), par petites verrées, troisfois, par/jour.
Extoîtv60 centigr.'à 1 gr. par jour, associé' Ssà'ïi'pôuuW de persil.
Pilules;fébrifuges; de persil- : extrait de persil, ' ï gr. j décigr;;, thridace, 6 décigr.; poudre<,fi, S.pour 12 pilules;
Potion fébrifuge : eau distillée de persil, 100 gr.; extrait de persil, 6 décigr.; sirop d'absinthe, 30 gr., à prendre en trois fois.
Autre potion : eau de mélisse, 60 gr.; eau de menthe, 30 gr.; extrait de persil, 1 gr;; si- rop de persil, 20 gr. — Même mode d?ad- minislration.

APIOL. — Mode d'administration (Homolle et Joret). —50 centigr. à 1 gr. comme fébri- fuge ordinaire; 2 à 3 gr. dans les cas de fièvres intermittentes graves.
Capsules gélatineuses d'apiol, renfermant chacune 25 centigr. d'apiol. — Dans les fiè- vres intermittentes quotidiennes, cinq à six heures avant l'accès, 4 capsules aux adultes, 2 capsules aux enfants de douze à quinze ans, 1 capsule aux petits enfants. — Mêmes doses, le jour apyrétique, dans les fièvres tierces. — Dans les fièvres quartes, on double les doses, que l'on administre deux jours de suite.— Dans les fièvres automnales, avant de donner l'apiol, il est toujours utile de purger ou de faire vomir les malades. — Ces capsules doi- vent être placées à l'abri de l'humidité.

Sirop d'apiol (apiol, 5 gr.; sucre blanc, 1,000 gr.).—Faites un oléo-saccharum que l'on fait fondre à feu doux dans eau de fontaine, 500 gr.; passez.

.la racine de persil, qui figurait dans les anciennes pharmacopées, au nombre des cinq racines apéritives majeures, a été considérée de temps immémorial comme stimulante, diurétique et diaphorétique. On l'emploie dans;les engorgements des viscères abdominaux, l'hydropisie, et surtout dans tanasarque, l'ictère, la gravelle, la leucorrhée, l'aménorrhée atonique, quelques exanthèmes fébriles avec défaut d'action vitale, etc. Ges diverses propriétés résultent de l'excitation qu'elle exerce sur l'appareil urinaire, surdapeau, sur lès engorgements viscéraux, en raison directe de l'atonie des.parties affectées. J'ai vu une anasarque considérable, survenue à la spiteid'une fièvre puerpérale chez une femme de trente ans, se dissiper en quelques jours par une diurèse des plus abondantes, qu'une forte décoction déracine fraîche de persil (100 gr. par kilogramme d'eau par jour) avait provoquée. Ce fait, et beaucoup d'autres que je pourrais citer sur les proptiétés, diurétiques de cette racine, protestent contre l'opinion de Roques quiidit, que l'on peut, sans appauvrir la matière médicale, abandonner leje^à l'art culinaire.

^&iHeraenhwand (1) regarde la racine de persil comme pouvant être
( SWsntuée à celle de pareira brava.
■mt vï^ contre la syphilis, comme tant d'autres agents aussi inefficaces
' S ,' titrait d& persil donné en pilules à la dose de & gr. le matin et

Lall 8?' j SOir' ou en siroP a la dose de 4S §r- matin et soir- Le professeur ^.ffland; a employé avec succès l'huile essentielle de persil, à la dose de .^H Souttes par jour dans 1 verre d'eau, contre les blennorrhagies qui j CISPB^ iSté au C0Pahu et à la térébenthine. Dubois, de Tournai, a fait Irnrn / boitements blennorrhagiques en administrant le matin et le soir 2rn iT.à b()uche de suc de persil. Ce suc, mêlé avec du vin blanc (1 à miierèes pour 1 verre de vin) m'a réussi dans la blennorrhée et la leiucorrhée. Un médecin homoeopathé m'a dit avoir souvent guéri l'uréthriic aiguë ou chronique, au moyen d'un mélange à parties égales de suc dénuré de persil et d'alcool à 40 degrés. Le malade en met 2 à 3 gouttes sur la langue, le matin à jeun, et reste ensuite deux minutes sans ouvrir la bouche et quelques instants sans boire. Crede.... '

Je me suis bien trouvé de l'usage de suc de persil dans le vin blanc contre les engorgements des viscères abdominaux, l'oedème el l'anasarque oui suivent ou accompagnent les fièvres intermittentes automnales. Ce mélange m'a été utile dans un cas d'albuminurie chronique, sans toutefois amener une guérison que l'état général du malade ne permettait pas d'espérer,

Le persil avait été employé depuis longtemps comme fébrifuge, lorsque des recherches récentes sont venues attester cette propriété. Grégor.Horstius s'exprime ainsi sur cette propriété . « Aqua petroselini prodest in fekhs pituitosis, scilicet quotidianis et terlianis nothis. » ïournefort, au rapport Je Ferrein, dit avoir vu en Provence des personnes prendre de 4 à 6 onces de suc de persil, au moment de l'accès, pour couper la fièvre. Bonhourefl) indique, entre autres remèdes, le mélange de 2 cuillerées à bouche d'eau- de-vie à 20 degrés, de 2 cuillerées d'eau de roses et de 2 cuillerées de sut de persil, à faire prendre au milieu de l'accès. Potot, médecin à Soulieu (2), a.préconisé le suc de persil à la dose de 90 à 100 gr. pour combattre la fièvre intermittente. Peyraire a publié (3) plusieurs mémoires sur le traiic- ment des affections périodiques par les préparations de persil. Ce médecin a fait un très-fréquent usage de cette plante dans les fièvres intermittentes, et les succès qu'il en a obtenus méritent de fixer l'attention. (Voyez Prêft- rations pharmaceutiques et doses.) — Bien que dans mes mains le sue de persil, que j'ai administré à six malades (dont trois ont été guéris aprèsla deuxième, troisième ou quatrième, dose, un n'a éprouvé aucun soulagement, et deux une diminution notable dans les accès), n'ait pas aussi bien réussi, il n'en est pas moins vrai, disais-je dans mon travail présenté à la Société de médecine de Marseille, en 1847, et dans la première édition de cet ouvrage, en 1850, que c'est un remède qu'il ne faut pas regarder comme inefficace, et que de nouvelles observations mettront peut-être au rangé fébrifuges indigènes à l'usage des pauvres de la campagne.

Cette prévision s'est réalisée. Homolle et Joret (4) ont découvert, par une circonstance fortuite, que la semence de persil, regardée jusqu'alors comme simplement carminative et diurétique, était beaucoup plus efficace, comme fébrifuge, que les autres parties de la plante.
{Pour en faciliter l'administration, ils ont cherché à en extraire le principe actif et ont obtenu l'apiol. (Voyez Propriétés chimiques.)

« L'APIOL, à la dose de 50 centigr. à 1 gr., détermine une excitation céré- brale légère, rappelant celle produite par le café : on éprouve un sentiment de force et de bien-être avec chaleur épigastrique passagère. Les personnes qui en ont pris à ces mêmes doses n'ont ressenti ni soif, ni maux d'estomac, ni nausées, ni vomissements, ni coliques, ni diarrhée. Lorsque la dosées plus élevée, 2 à 4 gr., on observe les phénomènes d'une véritable ivresse- Muettes, étourdissements, titubations, vertiges et sifflements dore» céphalalgie frontale gravative ; ce sont les mêmes effets que l'on éprour à la suite d'une forte dose de sulfate de quinine ; l'ivresse apioliqufse» comparable à l'ivresse quinique; c'est là un point de rapprochement rem quable entre ces deux corps. Ge n'est qu'exceptionnellement que Ion survenir des borborygmes, des nausées, des coliques avec diaiThéehn^j

(1) La science de purger, détruire les vers intestinaux et couper la fièvre sans flfl"» pellier, 1835.
(2) Communication faite a l'Académie de médecine en août 1836. „ 5Sj,
(3) Bulletin médical de Bordeaux et Journal de chimie médicale, 2" série, t. >ul> >•
(4) Union médicale, janvier et février 1855. downloadModeText.vue.download 846 sur 1308

.«Jonc rien dans l'action physiologique de l'apiol n'est de nature à pré- senter des obstacles à son emploi thérapeutique. Le principe actif a tous les caractères des médicaments appartenant à la classe des toniques, c'est-à- dire portant leur action sur l'ensemble des fonctions dites organiques ou de nutrition- pour en élever le diapason, et cela sans provoquer de phénomènes toxiques' ou seulement fâcheux, même à d'assez fortes doses (2 gr. 60 à gApris en une seule fois, le matin à jeun. »

les doses auxquelles on administre l'apiol ne sauraient être invariables, pas plus:que'celles du sulfate de quinine. Quel que soit le nombre des capsules, S vaut mieux les prendre toutes de suite que de les prendre à des intervalles éloignés.-Il convient de débuter toujours par les doses indiquées (Voyez Préparations pharmaceutiques et doses) ou même par une dose plus forte, si î!6h a affaire à une fièvre rebelle, comme on le fait avec le sulfate de qui- nine- 11'ne?faut pas cesser l'usage de l'apiol aussitôt que la fièvre est coupée, mais le donner, à dater de ce moment, à dose décroissante de jour en jour, ouimieux répéter les mêmes doses à des intervalles de quelques jours. /•Sur quarante-trois fiévreux soumis au traitement apiolique par Homolle étJôretj trente-sept ont guéri sans rechute (86 sur 100), et six seulement ont conservé leur fièvre, qui, toutefois, a été chez plusieurs notablement modifiée dans son intensité par l'emploi de ce fébrifuge. De ces quarante- trois fiévreux, vingt et un étaient atteints de fièvre intermittente quotidienne, .dixèùitde. fièvre tierce, et quatre de fièvre quarte. Cinq fièvres quotidiennes Éune;fièvre quarte ont résisté à l'usage de l'apiol, toutes les autres ont été périesi Ce relevé, en prouvant incontestablement la valeur antipériodique Mapiol, démontre qu'il guérit plus facilement les fièvres tierces que les fièvres quotidiennes, et que, dans les trois quarts des cas, les fièvres quartes reconnues les plus rebelles ne résistent pas à son emploi.

Il résulte d'un grand nombre d'observations recueillies dans les hôpitaux "deinochefort, de Perpignan, de Rome, d'Ajaccio, de Fort-de-France et 'ailleurs, par Gassaud, Abeille, Jacquot, Garnier, Amie, que dans les lièvres •éndémiquesj l'apiol ne réussit que dans la moitié des cas, et qu'il se trouve là bien inférieur au sulfate de quinine et au quinquina. Ainsi donc, tandis que, dans les fièvres, intermittentes de la Bretagne, delà Bresse, etc., les gué- risons obtenues par l'apiol ont été de 86 pour 100, à la Martinique, à Rome, làAjacGio, à Perpignan, elles n'ont guère dépassé 50 pour 100, et dans la généralité des pays elles atteignent le chiffre de près de 60 pour 100. D'où il faut conclure que l'apiol, qui ne saurait être employé avec le même avan- âge-.qjie le sulfate de quinine pour combattre les fièvres intermittentes iendemiques des pays chauds, peut très-bien lui être substitué dans la plu- '■ laitues; fièvres -de nos contrées.

l'apiol est aussi un puissant emménagogue. Dans les cas très-nombreux pHoroolle, et Joret l'ont administré à ce titre, soit qu'il s'agit de rappeler P|périodes menstruelles manquant depuis plus ou moins longtemps, soit iiioméût pour but de régulariser cette importante fonction dans les cas de fsménqrrhée, par irrégularité, insuffisance ou difficulté d'écoulement, .^tranchées, douleurs abdominales et inguinales, il à presque constam- ment réussi sans que l'on ait eu à enregistrer un seul accident consécutif à 3"î^ploi, même dansl es circonstances où l'absence des menstrues tenait |un commencement de grossesse. — « Dès le premier mois de son usage, 2en;j?rèt;et Homolle, les coliques, les tranchées et les douleurs abdomi-

^disparaissent ; le deuxième mois, l'écoulement menstruel est plus
^n™nt|.?l plus facile, et, le plus ordinairement, le troisième mois, la menstruation reprend sa marche normale. Employé comme emménagogue,
thii ia-jmi°istre à dose de 23 à 30 centigr- Par Jour pendant la huitaine alnV époque menstruelle. Habituellement, nous faisons prendre
'ursune capsule de 15 centigr. matin et soir, dans une cuillerée d'eau. Nous revenons pendant trois mois, et durant huit jours, chaque fois à cette médi- cation.

(Depuis, Joret a fait insérer un mémoire, sur ce sujet, dans le Wfeiwi thérapeutique (1). Il y établit que quand l'aménorrhée et la dysménorrhée proviennent d'une diminution, d'un excès, ou d'une perversion de vitalité de l'utérus avec névrose locale ou générale, l'apiol est le plus sûr et le plu inoffensif des emménagogues. Depuis, de nombreuses observations con- cluantes ont été publiées. Nous signalerons avant tout les travaux de Ma- rotte (2). Grâce à ces études consciencieuses, ce médicament est définitive- ment entré dans la pratique- usuelle ; j'en obtiens chaque jour les phu remarquables résultats. Deux fois déjà j'ai observé, au bout de trois mois un rétablissement si complet des fonctions que la fécondation a eu lieu,)

A l'extérieur, les feuilles de persil sont regardées comme résolutives. On les applique sur les engorgements laiteux des mamelles, les contusions, les ecchymoses, seules ou broyées avec de l'eau-de-vie. J'ai vu employer, d'après le conseil d'un vieux curé, dans les engorgements scrofuleux, fly- darthrose, etc., du persil pilé dans un mortier avec des limaçons à coquille, jusqu'en consistance d'onguent, qu'on applique sur la partie malade, étendu sur de la filasse et qu'on renouvelle tous les jours. Ce topique est un résolu- tif mitigé. Je l'ai appliqué avec avantage sur les abcès froids, pour y déter- miner la maturation.

Les gens de la campagne appliquent les feuilles de persil froissées sur les contusions et sur les coupures. Dans le premier cas, elles peuvent être utiles comme résolutives; mais dans le second, elles sont évidemment nuisibles par l'irritation qu'elles causent aux bords non réunis de la plaie, qu'il suffit dans tous les cas de rapprocher et de maintenir en contact, sans autre traitement. Il est difficile de faire croire aux paysans que la nature guérit les plaies.

o Cunier, oculiste belge très-distingué, assure, dit Dubois de Tournai, qu'il existe, à Assehe, près de Bruxelles, une vieille femme qui guérit
I ophthalmie des nouveaux-nés au moyen des instillations de suc de persil.
II ajoute qu'en 1832 plusieurs soldats belges affectés d'ophthalmie eurent recours à ce moyen, qui fit avorter un mal qui, chez leurs camarades, passait toujours à la purulence et nécessitait leur envoi à l'hôpital. »

Dans les hémorrhoïdes sèches (3), on se trouve très-bien d'un topique composé de feuilles de persil et de sureau, à demi cuit, en application im- médiate. — Le persil broyé dans le creux de la main avec un peu de sel et introduit en forme de petite boule dans l'oreille du côté malade, apaise les douleurs de dents, par un effet révulsif que j'ai eu souvent l'occasion d'observer chez les paysans. — Tissot dit que l'application du persil dissipe les piqûres des cousins et des abeilles. On a attribué aux semences de persil pilées et mêlées à l'axonge la propriété de détruire les poux de la tête. Cependant, c'est une opinion vulgairement et généralement répandue dans nos campagnes du Nord que le pou du pubis ou morpion se multiplie d une manière extraordinaire en moins de deux jours, par la seule friction laite avec les feuilles de persil. C'est un moyen que la perfidie conseille partois, et que l'ignorance accueille avec bonne foi. , ■„

Je ne terminerai pas cet article sans faire connaître un remède pop» que j'ai vu employer plusieurs fois avec le plus grand succès contre lag ' grène, les ulcères gangreneux et putrides. Le voici : prenez, suc de P\ ' 3 cuillerées à bouche, sel et poivre pulvérisé, de chaque! cuillerée a wm, vinaigre très-fort, 500 gr.; faites macérer pendant trois jours^p^V

. -(1) Tome LIX, p. 97. • , , „w«„rai« mp
, (2) Bulletin de thérapeutique, t. LXV, p. 84I. — Journal de médecine et de wi»«'J ' tiques, février 1864, p. 68. (3) Journal de médecine et de chirurgie pratiques, t. XVII, p. 169-

[819]
imbibe de ce mélange des plumasseaux et des compressés, qu'on applique sur la partie malade et qu'on renouvelle fréquemment.



Petroselinum crispum / P. sativum (Apium petroselinum)             
Mills and Bone refer to the seed P. crispum and refer to the herb A. petroselinum.
Common name:  Parsley
Parts Used:  Leaf, stem, seeds, root.  
Energetics: Bitter, pungent, neutral, dry

Constituents:  
Seeds: volatile oil 2%-7% (apiol, myristicin, terpenes), fixed oil (20%)
Whole plant: flavonoids (apiin, furanocoumarins), vitamins (vitamin C, vitamin K), minerals (calcium, magnesium, 
potassium, iron)

Pharmacology:
The mechanism of action of parsley seems to be mediated through an inhibition of the Na(+)-K(+) pump that would lead to a reduction in Na(+) and K(+) reabsorption leading thus to an osmotic water flow into the lumen, and diuresis.
The methanolic extract from the aerial parts of Petroselinum crispum showed potent estrogenic activity in estrogen-sensitive breast cancer cell line, which was equal to that of isoflavone glycosides from soybean. The estrogenic activities of these flavones are nearly equal to those of the isoflavones, daidzein (0.61 microM) and genistein (0.60 microM). The methanolic extract of parsley, apiin, and apigenin restored the uterus weight in ovariectomized mice when orally administered for consecutive 7 days. 

Medicinal actions:  Diuretic, Anti-inflammatory, Spasmolytic

Medicinal use:  

Genitourinary Condtions:  Parsley acts similarly to, but more strongly, than celery seed.  Like celery, parsley seed contains volatile oil.  It is also high in Fe and Vit. C. It is used for weak bladder with incontinence, and combines well with Equisteum spp. for this purpose.  Parsley is also anti-inflammatory, being especially indicated in cystitis secondary to allergies.  
Petroselinum is a strong renal stimulant and diuretic.  The volatile oils and flavonoids stimulate the renal parenchyma thus initiate diuresis.  It is indicated in nephritis, cystitis, urethritis.  

Gynecological Conditions:  The seeds are so highly concentrated in apiol they can be toxic.  Apiol exerts spasmolytic and oxytocic actions and parsley seeds can be used for dysmenorrhea and as an emmenagogue.  Parsley seed extracts can induce abortions and women using it in large quantities have been known to suffer long-lasting nerve damage and paralysis, although these cases of paralysis may actually be due to contamination with tricresyl phosphate. 

Musculoskeletal Conditions: Parsley is useful for edema associated with arthritis.

According to the Textbook of Natural Medicine: Parsely, as a food, can provide phytoestrogens to the diet.

According to Mills and Bone:
Genitourinary Condtions:   Parsely increases the excretion of urinary urates.
Gastrointestinal Conditions:  Parsley root is considered to have antispasmodic acitivity being
indicated in nervous dyspepsia, colic and flatulence, gastritis and irritable bowel disease.  These indications are more appropriate in hot and febrile conditions.  (Given that the seed contains the volatile oil with this property, it seems safe to extrapolate this use to the seed as well)
Nervous Conditions:  Given the antispasmodic property, Parsley can be utilized in general nervou, irritable and anxious conditions. 

According to Weiss:  
Genitourinary Condtions:   Parsley seed is an excellent diuretic being indicated in cases where a strong stinulaus is necessary to encourage micturation.  This effect is so strong that a case report discussed that anuria due to mercury poisoning was overcome with one cup of the infusion.  Parsely root has diuretic properties, although much less than the seed and may be used as a supportive herb, when a milder effect is desired.  (Parsley root may also improve the taste as it tends to be sweet.)

According to Ellingwood:
Genitourinary Condtions:   An infusion of parsley is indicated when the specific gravity of the urine is high and the urination painful and irritating to the mucous membranes.  It is useful in gonorrhea, stangury and great irritation with heat or a scalding sensation on urination.  It can be given during the inflammtory stage including cystitis and nephritis (contrary to other writers). it has also been given for edema with success.
Gynecological Conditions:  The volatile oils are beneficial for amenorrhea and dysmenorrhea.  
Inflammatory Conditions:  Petroselinum will control excessive night sweats following protracted malaria.  

The German Commission E approves the use of Parsley root and herb preparations for flushing out the urinary tract and for preventing and treating kidney gravel.

Pharmacy: For the antispasmodic effect on the GI system, Parsely (and other spasmodics for that matter) should be taken just prior to meals.
  • 1:5 tincture:  1-3 ml TID 
  • Eat 1/2 cup fresh parsley / day
  • 1 cup fresh juice drunk throughout the day
  • Infusion: 1-3 g / day  [1 tsp. = 1.5g]
  • Volatile oil:  for amenorrhea 5-6 minims in a capsule, 3-4 times daily for 6-8 days before the menstrual period.  
Contraindications:  Apium should not be used during inflammed conditions of the kidney as the volatile oil can be irritating to the renal epithelium.   Given its vitamin K content, consumption of large quantities may affect prothrombin blocking anticoagulants.

Toxicity:  The essential oil of A. petroselinum has been used as an abortifacient although Ellingwood states that it has no abortive influence.  The essential has been found to actually inhibit uterine contractions.  Thus, the abortifacient action has been ascribed to general poisoning or gastrointestinal irritation, which is an uncertain and dangerous application.  Consumption of the whole plant in sufficient quantities may have a photosensitizing effect due to the furanocoumarins, particularly when 8-methoxypsoralen is concurrently administered.  



J Tradit Chin Med. 2013 Dec;33(6):815-26. Parsley: a review of ethnopharmacology, phytochemistry and biological activities. Farzaei MH, Abbasabadi Z, Ardekani MR, Rahimi R, Farzaei F.

OBJECTIVE:
To summarize comprehensive information concerning ethnomedicinal uses, phytochemistry, and pharmacological activities of parsley.
METHODS:
Databases including PubMed, Scopus, Google Scholar, and Web of Science were searched for studies focusing on the ethnomedicinal use, phytochemical compounds and biological and pharmacological activities of parsley. Data were collected from 1966 to 2013. The search terms were: "Parsley" or "Petroselinum crispum" or "Petroselinum hortence".
RESULTS:
Parsley has been used as carminative, gastro tonic, diuretic, antiseptic of urinary tract, anti-urolithiasis, anti-dote and anti-inflammatory and for the treatment of amenorrhea, dysmenorrhea, gastrointestinal disorder, hypertension, cardiac disease, urinary disease, otitis, sniffle, diabetes and also various dermal disease in traditional and folklore medicines. Phenolic compounds and flavonoids particularly apigenin, apiin and 6"-Acetylapiin; essential oil mainly myristicin and apiol; and also coumarins are the active compounds identified in Petroselinum crispum. Wide range of pharmacological activity including antioxidant, hepatoprotective, brain protective, anti-diabetic, analgesic, spasmolytic, immunosuppressant, anti-platelet, gastroprotective, cytoprotective, laxative, estrogenic, diuretic, hypotensive, antibacterial and antifungal activities have been exhibited for this plant in modern medicine.
CONCLUSION:
It is expectant that this study resulted in improvement the tendencies toward Petroselinum crispum as a useful and important medicinal plant with wide range of proven medicinal activity.


Comments