Jardin des Simples Bellegarde

Le Jardin des Simples ou Herbularius.

Een Franse tekst over kruiden op een Vlaamse website. Een simpele verklaring. Het is de brochure, die wij gebruiken om informatie te geven over onze kruidentuin in het Franse plaatsje Bellegarde-en-Diois. De planten die hier besproken worden groeien allemaal in deze 'Jardin de Simples' en worden ook gebruikt om preparaten te maken tijdens onze stages.


Le nom de simple vient des temps anciens où la phytothérapie était largement répandue. Les plantes utilisées pour les soins étaient très fréquentes et leur absorption se faisait généralement sous forme de tisanes, cataplasmes, inhalations ; c'était donc des remèdes simples.
L’avènement du jardin des simples a eu lieu au XVI et XVII siècles, quand les premiers herbiers sont réalisés et les plantes classées en fonction de leurs propriétés. Si le XX siècle a boudé les plantes en développant une pharmacopée fondée sur la recherche chimique, il y a de grandes chances pour que le XXI siècle soit celui des retrouvailles entre la science médicale et la botanique. En effet, beaucoup de principes actifs ont été redécouverts, et il semble que la flore tropicale recèle des potentiels exceptionnels qui pourraient aboutir à la guérison de certaines maladies encore non soignées aujourd’hui

Les simples dans le jardin de Bellegarde en Diois

Acanthus mollis – Acanthe molle - Acanthus  
Depuis l'Antiquité grecque, elle est omniprésence dans les éléments d'architecture depuis la "Corbeille de Callimaque" (Ve siècle avant J.-C.) figurant sur les chapiteaux corinthiens, créés par ce sculpteur athénien.
Selon Vitruve: il se serait inspiré d'une acanthe, qui aurait poussé en enveloppant une corbeille, déposée sur la tombe d'un enfant (sui selon la tradition devait l'accompagner jusqu'au royaume d'Hadès).
Depuis l'Antiquité, sa sève avait la réputation d'être tonique et stimulante, réservée aux guerriers qui rituellement en buvaient avant de partir au combat.
Pline et Dioscoride la prescrivaient pour soigner les plaies ( propriété émolliente), les dysenteries (contient des mucilages).
Elle est toujours prescrite en médecine traditionnelle, pour diverses inflammations. Autrefois utilisée pour obtenir une teinture jaune.
Acanthus mollis, een mooie plant | Huis en tuin: Tuin

Achillea millefolium – Millefeuille, Achillée - Duizendblad – Schafgarbe
La plante tire son nom d’une légende voulant que, vers 1200 avant notre ère, Achille, sur les conseils des Centaures, l'ait utilisée pour soigner les guerriers blessés. Jusqu'au XIXe siècle, les soldats l'ont employée pour arrêter le sang des blessures, prévenir l’infection des plaies et en accélérer la cicatrisation, d'où son nom d'« herbe militaire ».
L’achillée millefeuille a été employée en Asie, en Europe et en Amérique du Nord. À peu près toutes les traditions populaires ont fait état de ses propriétés cholérétiques, antiseptiques, décongestionnantes, antispasmodiques, astringentes, cicatrisantes et coagulantes. Dans l’est du Canada, les Micmacs, les Malécites, les Abénakis et les Algonquins l'utilisent encore pour soigner la fièvre et le rhume, entre autres maux.
Son amertume caractéristique en a fait un ingrédient de choix pour la composition d’un grand nombre de préparations toniques : vins et alcools aromatisés, tisanes, salades agrémentées des fleurs de la plante, et diverses autres préparations dont certaines subsistent encore en Europe.

Achillea ageratum / decolorans – Achillée musque - Muskaatduizendblad

Agastache citriodora ; Agastache foeniculum – Anise-hysope – Dropplant
Ses feuilles offrent des arômes anisés et mentholés, elle relève délicieusement les salades vertes et les crudités. En infusion, elle donne une boisson rafraîchissante et agréable. On cultive aussi Agastache rugosa , appelé aussi « menthe de Corée », au parfum de menthe et de réglisse, et Agastache mexicana, au parfum anisé et poivré.

Agrimonia eupatorium – Aigremoine - Agrimonie
Agrimonia viendrait du mot grec "argemonè" : tache du blanc l'oeil (allusion aux propriétés ophtalmologiques de la plante).Eupatoria, d'après le nom de Mithridate Eupator, roi du Pont (1er siècle après JC) qui aurait introduit la plante dans la pharmacopée.
Aigremoine croît en abondance dans îes chemins herbeux, à la lisière des bois, dans les haies ou les pelouses arides. Lorsque ses fruits sont mûrs, ils s'attachent aux vêtements, grâce à leurs nombreux petits crochets; c'est une plante de 40 a 60 centimètres.
médicinale : plante astringente, employée en gargarismes (20 grammes par litre d'eau

Agrostemma githago - Nielle des blés - Bolderik - Gewöhnliche Kornrade - Corn Cockle

Originaire de la Méditerranée orientale, elle s'est développée en Europe avec les céréales. Actuellement en forte régression (désherbants). S'élève jusqu'à 1000 m d'altitude.
Elle était autrefois utilisée dans le traitement des ulcères et contre les parasites intestinaux. Son emploi de nos jours est complètement abandonné car elle contient des saponines vénéneuses. Toxicité : Sa graine noire contient une substance toxique, qui, mélangée au blé, rend le pain dangereux pour la consommation.

Alchemilla vulgaris – Alchémille – Vrouwenmantel

Alchemilla alpina - Alchémille – Alpenvrouwenmantel
Cette plante tire son nom de l’usage qu’en faisant les alchemistes. Ils recueillaient la rosée qui s’amassait au centre des feuilles. Cette ‘eau céleste’ fait partie du matériel de recherche de la pierre philosophale.
L'alchemille est surtout astringente et antidiarrhéique. Elle est prescrite en cas d'affections des reins et de la vessie. Recommandée contre les pertes blanches, en cas de règles trop abondantes ou d'hémorragie utérine.
Egalement : Angine, trouble des règles, facilite l'accouchement, diabète, entérites, spasmes, météorisme, artérioclérose, rhumatismes, obésité, céphalées, congestion hépatique.
Emploie principale : Affections gynécologiques, astringent (diarrhées, peau)

Althaea officinalis – Guimauve - Echte heemst
Le nom latin ‘althaea’ vient du grec ‘althaïno’ guérir et marque la renommée millénaire de cette plante. Considerée omme la plus populaire des émollientes, elle était cultivée dès le haut Moyen Age dans les jardins monastiques.
Emploie : émollient, inflammations de la bouche et du pharynx, bêchique

Angelica archangelica – Aartsengelwortel – Angélique

Angelica species
L’angélique est essentiellement une plante de culture. On la rencontre cependant à l’état sauvage dans les massifs montagneux des Alpes et des Pyrénées. Elle possède une grosse racine renfermant une huile essentielle bénéfique sur tout le système digestif.
Douée d’excellentes propriétés antispas-modiques, elle agit sur les colites en calmant efficacement les spasmes intestinaux et les douleurs.
L’angélique est cholagogue c’est à dire qu’elle favorise l’écoulement de la bile et facilite ainsi la digestion. Elle évite la formation des gaz intestinaux et soigne l’aérophagie et les ballonnements.

Arnica montana – Arnica – Valkruid
Arnica chamissonis – Arnica - Amerikaanse arnica, Valkruid
Son nom est d‘origine incertain, provenant soit de ‘ptarmica’ éternuer’, soit de ‘arnos’ agneau. Tabac des savoyards, quinquina des pauvres, l’arnica est réputé depuis le XII ième siècle pour disperser les épanchements de sang et soulager les traumatismes.
Usage externe : contusions, hématomes

Arctium lappa - Bardane – Kliswortel
Arctium lappa – Bardane japonais – Japanse klis
Appelée aussi ‘herbe aux teignes’, car la bardane soigne la teigne. Depuis le Moyen Age connu comme dépuratif spécifique pour le peau. Le roi Henri III l’utilisa pour guérir la rebelle vérole dont il souffrait.
Emploie : Dermites exsudatives (acné, impétigo…), diabète (hypoglycémiant)

Artemisia absinthium – Absinthe – Alsem
Artemisia cana – Indiaanse saliestruik – Indianischer salbeistrauch
Artemisia mutellina – Genèpi
Artemisia species – Chinees moxakruid - Moxakraut
L’absinthe est déja mentionnée dans le Papyrus Ebers. Les therapeutes anciennes l’avaient souvent considerée comme panacée. Les saveures fortes et amères étaient à la mode pendant l’Antiquité et les Grécs ajoutaient de l’absinthe aus boissons afin d’augmenter l’agressivité du breuvage. En 1607 un ouvrage ‘Trésor de la santé’ nous rapporte que l’absinthe ne convenait plus aux gouts des gens distingués.
En 1915, les autorités françaises découvrirent les ravages que l’alcool d’absinthe produisait dans la population et décidèrent d’interdire la production de cette drogue.
Emploie : Manque d’appétit, atonie digestive, parasitisme intestinal, insuffisance hépato-biliaire

Artemisia vulgaris – Armoise – Bijvoet
L'armoise est utilisée en Europe et en Asie depuis les temps les plus reculés. Son nom lui vient d'ailleurs de la déesse Artémis, déesse protectrice des vierges et des femmes malades.
L’huile essentielle contenue dans la feuille d’armoise a des propriétés régulatrices du cycle menstruel et des règles. La plante sera conseillée chez les femmes présentant un cycle irrégulier (l'armoise accélère l'apparition des règles) et également en cas de règles absentes ou peu abondantes. Prise régulièrement durant la deuxième moitié du cycle, l’armoise permet de supprimer ce que l’on appelle le syndrome prémenstruel, c'est à dire tout un ensemble de troubles dont souffrent les femmes durant les jours qui précèdent leurs règles (rétention d’eau, prise de poids, gonflement des seins, irritabilité...). Autre propriété intéressante, l’armoise est antispasmodique et calme efficacement les douleurs abdominales, ces douleurs très désagréables et invalidantes pour la vie quotidienne que connaissent de nombreuses femmes pendant leurs règles.

Astragalus membranaceus - Astragale
La Médecine traditionnelle chinoise (MTC) accorde à la racine d’astragale une place importante dans son arsenal thérapeutique. Elle est employée comme tonique ou pour traiter diverses maladies, ou encore pour prévenir l’affaiblissement du malade, tout en le protégeant contre les infections. La MTC attribue à l’astragale le pouvoir de « stabiliser l'extérieur », c'est-à-dire qu'elle contribuerait à créer une sorte de bouclier contre les infections. On recommande de la prendre surtout à titre préventif, notamment contre les infections respiratoires.
En Chine, on incorpore également la racine d’astragale à des soupes et à des bouillons à raison de 30 g de racines dans 3,5 litres d’eau ou de bouillon. On ajoute ensuite les légumes et les autres ingrédients, et on fait mijoter tout doucement.
Au XIXe siècle, l’école de médecine éclectique (États-Unis) a popularisé l’usage de la racine d’astragale pour stimuler le système immunitaire. De nombreux toniques à base d’astragale sont alors apparus sur le marché et connurent une certaine popularité en Amérique.
Vers la fin des années 1980, la Chine a connu une épidémie de myocardie. La maladie était attribuable au Coxsackie B, un virus qui s'attaque au muscle cardiaque. En 1987, des chercheurs chinois démontraient qu’une préparation contenant de l'astragale pouvait être utile pour combattre les effets néfastes de ce virus. Il s'agissait, à l'époque, du seul remède pouvant aider à enrayer l'épidémie.

Ballota nigra – Ballote - Stinkende ballote – Schwarznessel
La ballote est une plante herbacée vivace aux fleurs pourpres, d’odeur forte et très commune en France et en Europe. Son utilisation remonte à l’Antiquité et a suscité de nombreuses recherches et études cliniques tant son intérêt thérapeutique est grand.
La ballote possède des propriétés anxiolytiques et antidépressives mises à profit en cas de nervosité, d’anxiété, d’angoisse et de troubles nerveux notamment chez les femmes au moment de la ménopause. La ballote est aussi reconnue pour ses propriétés sédatives. On l'utilisera pour favoriser l’endormissement chez les anxieux. Dénuée de toxicité, on peut l’employer chez les enfants et comme alternative aux benzodiazépines. L’action de la ballote n’en reste pas là. Antispasmodique puissant, la ballote est traditionnellement utilisée pour calmer les quintes de toux mais aussi pour lutter contre les spasmes digestifs douloureux.

Bupleurum falcatum - Buplèvre en faux - Sikkelgoudscherm - Chai Hu
En médicine chinoise : dénoue l’Énergie du Foie, fait monter l’Énergie Yang

Calendula officinalis – Souci – Goudsbloem
Calendula arvensis
Son appellation est d’originaire du latin ‘solsequia’ celui qui suit le soleil. D’origine mystérieuse, il apparaît peu probable que les anciens l’aient connu. Hildegard est la première à le citer. Au XIIIieme siècle, Saint Albert le grand, le préconissaient contre les morsures et les piqûres d’insects. Il deviendra au XVIieme siècle un object de décoration. Après une courte absence des officines, il revient en force et reste toujours l’une des plantes les plus usitées.
Emploie : plaies de toute nature, dermatoses, acné, mais aussi dysmènorrhèes.

Centaurea cyanus – Bleuet – Korenbloem
C'est l'un des nombreux représentants du genre Centaurea, qui appartient lui-même à la vaste famille des Astéracées. Très souvent adventice des champs de blé, cette espèce fait partie des plantes messicoles qui deviennent de plus en plus rares.
C'est la fleur qui en France symbolise l'armistice du 11 novembre 1918. Tout comme le coquelicot au Royaume-Uni, elle est portée par les officiels lors des cérémonies officielles de commémoration.
Le bleuet est prescrit comme décongestionnant en cas de conjonctivite, orgelet ou soins de la peau.

Chenopodium – Chénopode – Melde
Chenopodium ambrosioides - Chénopode Fausse-Ambroisie, Thé-du-Mexique
Chenopodium bonus-henricus – Chénopode Bon-Henri, Epinard sauvage – Brave Hendrik
Le chénopode Bon-Henri tient son nom du roi Henri IV qui avait créé des jardins de plantes comestibles dans le but d’aider son peuple. Cette plante pousse souvent à proximité des villages et sur le bord des chemins, fréquent aux abords des ruines. Il est facile à reconnaître grâce à ses grandes feuilles triangulaires dont le dessous est couvert de minuscules billes blanches roulant sous les doigts.

Cnicus benedictus – Chardon bénit - Gezegende distel – Benediktendistel
Les usages médicinaux des principes amers du chardon bénit sont connus depuis des siècles tant en médecine ayurvédique (Inde) qu’en herboristerie européenne. On a, de tout temps, tiré de la plante des boissons ou des potions amères destinées à stimuler l’appétit. La célèbre liqueur Bénédictine renferme d’ailleurs, entre autres plantes, du chardon bénit.
On pense que la plante aurait été introduite en Europe dès le XVIe siècle. À l’époque, on la cultivait surtout dans les monastères. On disait alors qu’elle pouvait contribuer à combattre la peste. On s’en servait aussi, entre autres, comme diurétique, pour combattre la fièvre et la malaria ainsi qu’en application topique pour soigner les plaies infectées.
La Commission E allemande reconnaît l’usage de la plante pour traiter la dyspepsie et l’inappétence (perte de l’appétit).

Codonopsis pilosella – Tang-shen - Ginseng des pauvres, Campanule aux bonnets
En médicine chinois : Tonifie l’Énergie et la Rate
Dang Shen est une racine dont les effets sont voisins du fameux Ginseng (Ren Shen). C'est donc une plante tonique (en particulier du foyer médian et du Foyer Supérieur). Toutefois il est moins puissant mais aussi beaucoup moins cher. Ce qui est explique qu'il est fréquemment employé, avec un dosage plus élevé.
Parties utilisées : racines

Cucurbita pepo – Courge – Pompoen
La courge fût un des premiers légumes rapportés du Nouveau Monde et ses graines furent employées en médecine pour leurs propriétés vermifuges.
Depuis quelques années l’huile de pépin de courge est utilisée en Europe et notamment en Allemagne, dans le traitement de l’hypertrophie bénigne de la prostate.
L’activité de l’huile de pépin de courges est due aux stérols, qui inhibent la 5 - a - testostérone réductase, freinent ainsi la croissance du tissu prostatique et diminuent l'inflammation de la glande.

Cynara cardunculus – Cardon, Artichaut sauvage - Kardoen
Cynara scolymus – Artichaut – Artisjok
Il fut longtemps considèré comme un végetal créé au Xieme siècle, mais des recherches plus récentes ont mis à jour son antique origine : aux temps de Columelle puis de Paladius (I-ieme et Xieme siècle) l’atichaut est déjà cultivé. On pense que son utilisation s’est perdue en Europe en raisons des invasions des barbares. Ainsi, aux XVieme siècle, il réfit son apparition comme aliment de luxe.
Emploie (feuille) : grande rémède pour les insufficances hépato-biliaires, hypercholestèrolèmie, dermatoses, blocages digestifs.

Datura stramonium – Datura - Doornappel – Stechapfel
Plante magique mais véneneuse.
Le datura est une plante herbacée annuelle pouvant atteindre 1,5 mètre de haut.
Toutes les parties de la plante contiennent des alcaloïdes tropaniques et sont donc potentiellement dangereuses. La fleur et le fruit de la stramoine peuvent contenir plus de 0,6 % d'alcaloïdes, la plante entière en contient en moyenne de 0,2 à 0,5 %. Les alcaloïdes retrouvés majoritairement sont l'hyosciamine, ainsi que l'atropine, son isomère optique (2/3 des alcaloïdes totaux) et la scopolamine (1/3 des alcaloïdes totaux).

Echinacea purpurea – Echinacée - Rode zonnehoed
Echinacea angustifolia - Echinacée
Echinacea pallida
La Rudbeckia, endémique des Amériques, était une remède traditionel des amérindiens contre les fièvres et les morsures des serpents. Très vites, il attira l’attention des colons européens qui en firent un grand médicament.
Stimulant du Système immunitaire : la plante par excellence dans ce domaine ! Antiviral, Antibactérien, Anti-inflammatoire, Antifongique.
Emploie (plante entière, fleur, racine) : affections grippales, maladies virales (herpes), blessures infectées (anti-inflammatoir)

Eruca sativa – Rucola
Les Égyptiens, les Grecs et les Romains attribuaient à la roquette de nombreuses vertus médicinales, dont celle d'être aphrodisiaque. Dans l'Antiquité, elle était consacrée à Priape, dieu des jardins, de la fécondité et de la reproduction dont l'emblème était le phallus. On la plantait au pied de sa statue et on recommandait aux maris « paresseux » de consommer ses feuilles crues et ses graines. Cette réputation n'a pas échappé aux autorités religieuses qui, au Moyen Âge, interdisaient de la cultiver dans les jardins des monastères.
Maitenant usages culinaires: Le goût de la roquette est prononcé et la plupart des gens n’apprécient pas de la manger seule. En salade, on la combine avec d’autres ingrédients dont elle relève la saveur :
* diverses verdures (laitue, chicorée, mâche, jeunes épinards, etc.) et des tomates;
* des concombres, des tomates, du poivron rouge, des oignons verts;
* du fenouil et des morceaux d’orange;
* de petites pâtes genre fusilli, des tomates cerises, du parmesan, des pignons et des olives;
* de la truite fumée, des haricots rouges, des coeurs d’artichaut et de la laitue;
* la salade de pommes de terre.

Filipendula ulmaria - Reine des Prés - Moerasspiraea
Cette belle plante vivace, au port très élégant, abonde dans les prés, les haies et le long des cours d’eau. Son allure altière l’a fait appeler ”reine des prés”.
Les sommités fleuries renferment un ensemble de composants dont des flavonoïdes et autres hétérosides phénoliques. Ils confèrent à la reine des prés des propriétés anti-inflammatoires puissantes utilisées dans le traitement des rhumatismes articulaires chroniques et de l’arthrose qui ont été démontrées dans une étude menée contre placebo. La reine des prés renferme des dérivés salicylés qui ont la propriété d’abaisser la fièvre. Ils ont une action anti-inflammatoire et antalgique à la fois douce, progressive et parfaitement bien tolérée. La plante est aussi un bon diurétique utilisé dans les cures d’amincissement pour favoriser l’élimination rénale de l’eau et pour résorber les œdèmes douloureux.

Foeniculum vulgare – Fenouil – Venkel

Le fenouil ou aneth doux est une plante médicinale de la plus haute Antiquité. Son huile essentielle était alors utilisée contre les parasites du corps. Toute la plante possède une agréable odeur anisée.
C’est le fruit (ou semence) qui est utilisé pour ses propriétés sur l’appareil digestif et son action stimulante sur la digestion. Riche en huile essentielle (l'anéthol), il est antispasmodique et spasmolytique : il soigne les spasmes et les douleurs de l’estomac (gastrite) et du côlon (colite).
Le fenouil permet d’éviter les fermentations intestinales : il combat la formation des gaz intestinaux et est indiqué dans l’aérophagie.
Une étude clinique effectuée en 1990 (1) a montré la très bonne efficacité de l’association menthe-fenouil dans le traitement des troubles de la digestion : ballonnements, lourdeurs après le repas, aérophagie ou nausées.
Le fenouil favorise également la montée de lait chez les femmes qui allaitent.

Galega officinalis – Galéga - Galega

Gentiana lutea– Grande gentiane – Gele gentiaan
La legende raconte que la grande gentiane fut découverte par Gentius, roi de l’Illirie, au 11siecle avant notre ère. La réputation de cette belle herbe des hauts pâturages ne s’était pas estompée au cours de l’histoire.
Indications thérapeutiques: Manque d’appétit, fatigue, convalescence.

Ginkgo biloba – Ginkgo
Arbre sacré des temples de l’Asie, le ginkgo est un véritable ”fossile vivant”, resté identique depuis 250 millions d’années.
Sa feuille en forme d’éventail contient des flavonoïdes très actifs, en particulier des bisflavones et hétérosides de flavones et flavonols.
Ces deux derniers ont une activité antioxydante par capture des radicaux libres au niveau rétinien et cérébral. Ils ralentissent ainsi le vieillissement de la rétine et diminuent les troubles liés à la sénescence.
Le ginkgo régule la perméabilité capillaire, il est vasodilatateur et abaisse la viscosité sanguine.
Véritable traitement du vieillissement cérébral, il améliore la mémoire, la vigilance et l’humeur par stimulation de la synthèse de dopamine. Il traite les troubles de l’équilibre en agissant sur la neurotransmission sensorielle.
Il a un effet bénéfique dans les insuffisances artérielles périphériques, et son action veinotonique lui permet d’être conseillé pour lutter contre les troubles circulatoires.

Glycyrrhiza glabra – Réglisse - Zoethout – Sussholz
Depuis des temps immémoriaux, les humains utilisent la réglisse tant comme aliment que comme médicament. Ce sont les Grecs anciens qui l'avaient nommée Glycyrrhiza à partir des mots glukos, « sucre » et riza, « racine ». Jusqu'au XIIIe siècle, la réglisse provenait exclusivement de plantes poussant à l'état sauvage. C'est à cette époque qu'on a commencé à la cultiver en Europe méditerranéenne. Tant en Asie qu'en Europe, la réglisse fait partie d'une multitude de préparations médicinales traditionnelles. En Médecine traditionnelle chinoise, elle est utilisée pour « harmoniser » les différents ingrédients dans les formules médicinales et on dit qu'elle « tonifie » le Qi, soit l'« Énergie vitale » selon les médecins chinois. En Occident, la réglisse fait encore l'objet d'un important commerce puisqu'on s'en sert, notamment, pour aromatiser le tabac.
La Commission E reconnaît l’usage de la réglisse pour traiter les inflammations du système respiratoire. La tradition européenne d’herboristerie attribue à la réglisse une action adoucissante, c'est-à-dire qu’elle a pour effet de calmer l'irritation des inflammations, en particulier celles des muqueuses. Il semble qu’en plus de cette action anti-inflammatoire, la réglisse agisse sur les fonctions immunitaires et qu’elle pourrait ainsi contribuer à combattre les infections responsables des inflammations des voies respiratoires (rhume, bronchite, etc.).
Usage: Toux, Ulcères gastriques

Helenium hoopesii – Yerba del lopo – Faux arnica (remplace l’arnica?)

Helianthus ‚Hopi’ – Tournesol Hopi –Hopizonnebloem (plante tinctoriale)

Helychrisum italicum – Immortelle – Kerrieplant
Huile essentiele: Anti-hématome, anti-viral, on peut l’utiliser pour lutter contre l’acné, les rougeurs diffuses, les boutons de fièvre. Elle convient aussi dans le processus de cicatrisation.

Hypericum perforatum – Millepertuis – Sint-janskruid
Le millepertuis est une plante herbacée commune des bords des chemins, en Europe, en Amérique et en Afrique du Nord. On utilise les sommités fleuries, cueillies au moment de l’été, au moment de la Saint Jean (les anglais lui ont donné le nom de St. John’s Wort).
Sa réputation de plante bénéfique dans le traitement des troubles de l'humeur et des dépressions s'est développée dès le 19ème siècle.
De récentes études ont depuis confirmé cette efficacité et son action bénéfique sur l'évolution des dépressions légères et moyennes. Le millepertuis permet notamment de lutter contre les dépressions "réactionnelles" c'est à dire liées à une situation matérielle ou affective difficile. Le millepertuis grâce à ses composés actifs, l'hypéricine et les xanthones, se révèle aussi très efficace pour stimuler le système nerveux en cas de stress, d'anxiété et pour améliorer la qualité du sommeil et ceci sans effet secondaire (ni trouble, ni accoutumance).

Hyssopus officinalis – Hyssop – Yssop
L'hysope est originaire des régions autour de la Méditerranée. Elle servait à purifier les temples et aux bains des lépreux. Les moines bénédictins ont ammené l'hysope en Europe pour parfumer les liqueurs (la Bénédictine et la Chartreuse). Les fleurs sont ajoutées aux salades ou encore aux pots-pourris. Les feuilles ont un goût un peu amère avec un goût de sauge mêlé à celui de la menthe et peuvent être ajoutées aux légumes et aux plats de viande. Médicalement, l'hysope était utilisée de façon interne pour soulager les bronchites et les autres infections respiratoires. A l'externe on l'employait en cataplasme pour soigner les blessures et les «bleus». Il paraît que c'est très bon pour faire partir un «oeil au beurre noir».

Inula helenium – Aunée (racine)
Helenium est originaire de ‘helenion’, petite corbeille en allusion a la forme de ses capitulles. L’Aunée était consideréé comme un remède de grande valeur.
Emploie : Troubles respiratoire : bronchite, asthme (antispasmodique, expectorant)

Isatis tinctoria - Pastel – Wede (plante tinctoriale)
La teinture bleue est extraite des feuilles de la plante. Ces feuilles, allongées, se détachent facilement par simple torsion. On les met à sécher en évitant soigneusement qu'elles moisissent. Puis on les écrase en les mélangeant à de l'eau pour en exprimer une pulpe que l'on comprime sous forme de boulettes ou « cocagnes » de quelques centimètres. Ces boulettes fermentent en séchant pendant un à deux mois. Au bout de cette période, les cocagnes sont écrasées dans un moulin et la poudre est additionnée d'urine pour provoquer une oxydation : on obtient ainsi une pâte qui, séchée, donne la poudre colorante, contenant de l'indigotine. La culture du pastel en Europe a décliné avec l'arrivée de l'indigo au XVIIe siècle. Elle a disparu presque totalement à la fin du XIXe.

Lavandula angustifolia – Echte lavendel – Lavande fine, vrai
Lavandula intermedia ‘Grosso’ – Lavandin ‘Grosso’
Lavandula intermedia ‘Abrialis’
Lavandula latifolia – Lavande aspic – Spijklavendel
Lavande dite ”vraie”. C’est l’espèce dont le parfum est le plus fin et dont l’huile essentielle est la plus pure. Elle fleurit durant l’été et pare les coteaux ensoleillés de Provence d’une belle couleur bleue nuancée de violet.
Ses propriétés sont liées à la composition de l’huile essentielle, d’où l’importance de n’utiliser que de la lavande vraie. Elle a un effet sédatif sur le système nerveux qui permet de la conseiller dans les cas d’anxiété et de nervosité de l’adulte et de l’enfant. Hypnotique léger sans effet indésirable, elle soigne les troubles du sommeil.
L’huile essentielle est aussi antiseptique et anti-inflammatoire, active sur les infections et inflammations de l’appareil respiratoire.

Leonurus cardiaca – Agripaume - Hartgespan
Agripaume (Leonurus cardiaca). La Commission E a approuvé l'usage médical de l'agripaume (Leonorus cardiaca) comme adjuvant dans le traitement de l'hyperthyroïdie, à cause des vertus calmantes qu'on lui reconnaît sur le coeur.

Lepidium meyenii – Maca – Ginseng de Peru
Plante vivace maraîchère, apparentée au radis et au cresson de jardin (crucifères), qui ne croît que sur certains hauts plateaux des Andes (3 500 m à 4 500 m d'altitude) au Pérou, et, dans une moindre mesure, en Bolivie.
Le nom de Maca, selon Pulgar Vidal (1985), vient de deux phonèmes de la langue cihbcha: MA, avec une signification de l’origine d’altitude et CA, qui signifie Haut, excellence, bonne nourriture qui fortifie, donc “MACA”.
Proprietes : Favoriser la fertilité, traiter les dysfonctions sexuelles, stimuler le système immunitaire, tonifier l'organisme.

Leuzea carthamoides – Leuzea - Hirschwurzel
La Rhaponticum carthamoides, également connue sous les noms de leuzea ou de racine de maral, est une plante originaire de la région du lac Baïkal que l’on retrouve dans tout l’est de la Sibérie. Les Sibériens la consommaient traditionnellement sous forme de tisane mélangée à de la Rhodiola rosea comme stimulant et dans des cas de fatigue ou de faiblesse générale après une maladie ou encore comme remède fortifiant à la fin du long hiver sibérien.

Levisticum officinalis – Livèche – Lavas
Très appréciée au Moyen-âge, la livèche figure en bonne place dans les inventaires des jardins impériaux de Charlemagne. Les herboristes médiévaux en connaissaient la réputation, déjà mise en avant par le monde antique, via l'Asie Mineure. Après une période d'oubli, la livèche retrouve les faveurs de la gastronomie à travers le célèbre bouillon " Maggi " dont elle est un élément de base.
L'huile essentielle de livèche racines a une action bénéfique dans les cas d'intoxication alimentaire. C'est une huile détoxifiante qui stimule les hépatocytes et les canaux biliaires. Elle combat le psoriasis et n'est pas sans intérêt contre bactéries et parasites.

Linum usitatissimum – Lin, Graine de lin – Vlas, Lijnzaad
Chacun connaît le lin pour sa fibre textile. Mais on connaît beaucoup moins les remarquables vertus thérapeutiques et diététiques de sa graine riche à la fois en fibres et en huile polyinsaturée.
La graine de lin accélère le transit, lubrifie les selles et augmente leur volume. C’est un laxatif efficace, mais doux puisqu’il a la particularité de traiter aussi les douleurs abdominales et les colites.
Enfin, l’huile contenu dans les graines (46 %) est celle qui possède le plus fort taux d’acides gras essentiels ou AGE oméga 3, indispensables à notre vie. L’huile de lin participe à la nutrition du cerveau, fluidifie les membranes améliorant tous les échanges cellulaires et l’équilibre nerveux, diminue le taux de cholestérol. Grâce aussi à des AGE oméga 6, elle améliore la qualité de la peau.
Pour toutes ces raisons, la graine de lin est un excellent aliment diététique, à utiliser tous les jours, même chez les enfants.

Lithospermum officinale – Grémil, Herbe aux perles – Glad parelzaad
Lithospermum signifie « graine de pierre », par allusion aux petites graines - des nucules, plus exactement - très dures que la plante produit à l'aisselle des feuilles.
Le nom français est composé de deux éléments, un premier au sens plutôt obscur, probablement « grès » ou « grâ », qui serait la forme languedocienne du mot « grain » et le deuxième, « mil », de « millet ». On l'a aussi appelé « herbe aux perles » (toujours à cause de ses petites graines dures qui, dans le cas de quelques espèces, sont blanches), « herbe aux yeux » (en raison de l'un de ses usages médicinaux), « graines de lutin » (au Québec seulement, semble-t-il, à cause du pouvoir qu'on lui attribuait de dissoudre les calculs, encore que le lien m'échappe...) et « chérie »le pigment rouge vif que comprend la racine était traditionnellement utilisé par les jeunes filles des campagnes d'Europe comme fard à joues et rouge à lèvres.
La plante serait diurétique et dissoudrait les calculs biliaires et urinaires. Elle soignerait les rhumatismes et la goutte. On l'a également employée en usage externe pour éliminer les corps étrangers dans l'oeil.

Malva - Mauve – Groot kaasjeskruid
Malva mauritanica – Mauve de Mauritanie - Paars kaasjeskruid
Malva moschata – Muskuskaasjeskruid
La mauve pousse spontanément dans toute l’Europe et le nord de l’Asie. Ses belles fleurs, de couleur mauve, ont donné son nom à la plante.
La mauve renferme des mucilages aux propriétés antitussives et anti-inflammatoires. Elle fait partie des sept ”espèces pectorales” avec le bouillon blanc, la guimauve, le tussilage, le pied-de-chat, la violette et le coquelicot. Elle est adoucissante des voies respiratoires. Elle combat la toux et calme l’inflammation au cours des bronchites.
D'autre part, ses mucilages permettent d'atténuer l'inflammation du côlon (colite) et ont un effet laxatif léger intéressant en cas de constipation.

Mandragora – Mandragore – Alruin (racine véneneuse)

Marrubium vulgare – Marrube Blanc - Malrove
Le marrube blanc est une plante vivace à feuilles dentées et duveteuses et à petites fleurs blanches.
Ces petites fleurs blanches contiennent des lactones diterpéniques, dont la marrubiine, conférant au marrube d’intéressantes propriétés sur le système respiratoire. Il fluidifie les sécrétions bronchiques et facilite ainsi l’expectoration. Il est antitussif et soigne les toux rebelles. La présence de mucilages adoucissants et anti-inflammatoires le rend utile dans le traitement des inflammations de la gorge.
Dilatateur des bronches, il a une action bénéfique sur l’asthme. Le marrube est vraiment la plante du confort respiratoire.

Melissa officinalis – Mélisse - Citroenmelisse
Originaire d’Asie Mineure, la mélisse a été introduite en France au Moyen-Age. La mélisse pousse maintenant dans le monde entier. La mélisse est utilisée pour ses feuilles qui lorsqu’on les froisse, dégagent une odeur très douce due à l’huile essentielle.
La mélisse a une action sédative et bienfaisante sur la nervosité et l'anxiété. De plus, elle soigne les troubles qui ont une origine nerveuse : flatulences, spasmes intestinaux et digestifs, colites, crampes d’estomac, éructations. Une étude clinique menée en 1990 par des médecins a montré l’efficacité de l’association mélisse - passiflore dans le traitement de l’anxiété. La mélisse améliore également les états dépressifs.
Elle est aussi conseillée dans les vomissements dus à la grossesse et a une action bénéfique sur les bourdonnements d’oreille qui sont des sensations auditives désagréables.

Mentha haplocalyx – Chinese munt – Menthe de Chine
Mentha x Piperita – Menthe poivrée – Pepermunt
Cette espèce est l’une des plus célèbres parmi les plantes médicinales. En effet, elle occupe une place privilégiée dans la phytothérapie digestive grâce à l’huile essentielle que renferment ses feuilles et qui lui confère un très grand pouvoir calmant des spasmes intestinaux. Elle est active aussi sur les crampes digestives et les nausées.
L’action antiseptique de l’huile essentielle limite les fermentations intestinales et soigne les ballonnements.
Une étude clinique réalisée en 1990 a montré que la menthe, associée au fenouil, est particulièrement efficace pour soigner les troubles de la digestion tels que nausées, pesanteur après le repas, aérophagie, douleurs épigastriques.

Monarda didyma – Bergamot
Origine : Amérique du Nord, nord du Mexique.
Les tribus amérindiennes utilisaient la monarde sous forme de décoction contre les rhumes, les maux de gorge, la fièvre. les feuilles séchées et réhumidifiées en cataplasme contre les brulures, la tige et les feuilles en bains fortifiants.

Nepeta cataria - Cataire – Echt kattekruid

Nepeta citriodora
Nepeta mussinii - Cataire
Si son nom évoque le chat, c'est que la plante provoque chez plusieurs félins (y compris chez les grands fauves) une réaction remarquable qui se caractérise par un état euphorique accompagné d'une série de comportements spécifiques : séances frénétiques de reniflement, de lèchement et de secouement de tête; l'animal se roule par terre, se frotte partout et semble se trouver dans un état de grande excitation. On pense que cette réaction est provoquée par le népétalactone, une substance que renferme la plante et dont la structure chimique se rapproche de certains composés (valépotriates) présents dans la racine de valériane, une autre plante qui déclenche la même réaction chez les félins. Il semble que le mécanisme déclencheur passe par le système olfactif. Tous les chats ne sont pas sensibles à la cataire.
Chez les humains, la cataire a plutôt servi à calmer l'agitation et la douleur. On l'a largement employée dans ce but, notamment pour soulager les coliques des nourrissons, les douleurs causées par la percée des dents ainsi que pour calmer l'agitation chez les enfants. Traditionnellement, on en faisait un sirop, avec des baies et des fleurs de sureau, pour calmer la toux et soulager les symptômes du rhume et de la grippe.

Nicandra physaloïdes – Zegekruid

Nigella sativa – Wilde nigelle – Nigelle, Cumin noir

Nigella damascena – Nigelle - Juffertje in t groen
Le cumin noir ou Nigelle (Nigella sativa) est une plante très prisée pour ses graines à la saveur forte, piquante et poivrée. De cette épice est extraite une huile qui est très utilisée dans tout l’Orient, et ceci depuis fort longtemps.
L’huile de nigelle est connue la médecine Ayurvédique traditionnelle de l'Inde sous le nom d'huile de Kalinji. Elle était déjà un remède sous les Pharaons dans l’Egypte ancienne ; une fiole ayant été retrouvée dans le tombeau de Toutankhamon.
Elle est recommandée dans les pays musulmans en raison de ses excellentes propriétés pour la santé.

Ocimum basilicum – Basilique – Bazielkruid – Basilikum
C'est une plante qui peut paraître quelque peu mystérieuse car elle fut vénérée par les uns et méprisées par les autres. En référence à deux visions de la plante, et du point de vue étymologique; elle a un premier rapport évident avec la royauté, à ce qui est royal, basilique, etc. La seconde vient de la mythologie et se rapporte au Basilisk, le roi des serpents qui ne se déplaçait, selon Pline qu'avec le corps dressé. Cette légende peut expliquer les nombreuses références mentionnant chez certaines peuplades, les scorpions liés au basilic. Certains ouvrages vont plus loin dans les rapports entre l'homme et le basilic; pour ma part, je me contenterais des quelques exemples suivants:
En Iran et en Malaisie, le basilic est planté sur les tombes.
En Inde, les Indiens pensent qu'il est consacré à Lakshmi, épouse de Vishnu, le dieu de la Vie; " Ocimum sanctum Tulsi " signifie " incomparable " et ce basilic sacré possède effectivement d'importantes propriétés médicinales et il est considéré comme conférant protection à la maison.
En médecine chinoise, il est utilisé pour harmoniser la circulation du sang avant et après l'accouchement et au Mexique pour soulager les douleurs menstruelles ainsi que celles de l'accouchement.
Plus près de chez nous, chez les anciens Grecs, le basilic était symbole de haine et de malheur; en Crête, il symbolise l'amour lavé de pleurs; dans certaines région d'Italie, il est un gage d'amour et enfin une tradition Moldave existe encore selon laquelle tout jeune homme éprouvera de l'amour pour la jeune fille de qui il aura accepté un brin de basilic..

Oreganum vulgare – Origan - Wilde marjolein

Origanum compactum – Origan - Lage marjolein
Origanum heracleoticum – Origan de Greque - Griekse oregano
Le terme « marjolaine » est apparu dans la langue en 1398. Il dériverait de l’ancien nom latin de la plante, amaracum, lui-même emprunté au grec amarakos.
Le terme « origan » est apparu dans la langue au XIIIe siècle. Il dérive du latin origanum, qui l’a lui-même emprunté au grec origanon, qui signifie « aime la montagne », à cause de la prédilection de la plante pour les régions montagneuses de la Méditerranée.
On donne parfois le nom d’origan à des plantes complètement différentes, la Lippia, notamment, que les Mexicains emploient de la même manière en cuisine.
Plusieurs chercheurs ont démontré que l’origan possède une grande capacité antioxydante. Il en est de même pour la marjolaine qui, ajoutée à une salade, augmenterait de quatre fois la capacité antioxydante de ce plat.

Perilla frutescens – Perilla - Shiso, Beefsteak Plant
Originaire de l’Asie du Sud-Est (son usage le plus ancien est attesté en tant qu'huile comestible dans le Sud de la Chine et en Birmanie), le shiso est très envahissant et pousse à l’état spontané depuis l’Himalaya jusqu’à Myanmar.
Antiallergique connu de façon empirique en Asie (Japon, Chine, …) où on l'associait souvent à la consommation de crabes et de coquillages, qui sont des allergènes notoires. Depuis 1977, des études ont démontré qu'il induit une réduction de la production d'histamine et d'immunoglobuline E.
Puissant colorant alimentaire rouge framboise dû à un pigment anthocyanique, la périllanine chloride contenue dans les feuilles d'akajiso Au Japon elles sont surtout utilisées pour la fabrication d’umeboshi et divers légumes en saumure ou macérés dans le sel tsukemono.

Peucedanum osthrutium – Impératoire – Meesterwortel – Meisterwurz - Masterwort
L'Impératoire est une plante aromatique utilisée notamment pour parfumer certains fromages.
Elle servait autrefois à la fabrication d'une drogue que l'on nommait Orviétan et qui était composée de 54 plantes différentes et quelques autres éléments plutôt inattendus.
Dans l'Impératoire, on trouve de la résine, de l'huile essentielle, de la gomme. L'odeur est très forte et aromatique.
Elle pousse en Europe jusqu'à 2000 m d'altitude sur des terrains humides. Propriétes : aromatiques amères, stimulantes des fonctions digestives, carminatives (elle prévient la formation des gaz dans l'intestin), adoucissantes et expectorantes, excitantes et sudorifiques.
L’usage interne doit être fait avec modération. L'habitude de sucer un morceau de rhizome pour calmer le mal de dents peut provoquer des irritations d'estomac ainsi qu'une diffuse sensation d'ivresse.

Papaver rhoeas – Coquelicot - Klaproos

Originaire du Bassin Méditerranéen, le coquelicot égaie au mois de mai les champs grâce à ses fleurs aux pétales doux et fins, d’une belle couleur rouge. Cette coloration est due à la présence d’anthocyanosides.
Le pétale de coquelicot renferme des alcaloïdes qui ont une action remarquable sur les troubles du sommeil de l’adulte et de l’enfant. Ils ont un effet sédatif qui fait disparaître la nervosité excessive, l’anxiété et l’émotivité. Grâce à son action douce sans aucun risque d’accoutumance, le coquelicot est recommandé notamment pour les personnes âgées et les enfants.
Les alcaloïdes ont également des propriétés antitussives, augmentées par la présence de mucilages très adoucissants. Le coquelicot est ainsi un calmant efficace de la toux et des irritations de la gorge.

Phaseolus vulgaris – Cosse de haricot – Bonenpeulen

Le haricot, originaire du Mexique et d’Amérique centrale, fut rapporté en Europe par les conquérants espagnols et acclimaté au début du XVIème siècle.
Le fruit du haricot, appelé cosse ou gousse, est riche en fibres cellulosiques, pectines, tanins et flavonoïdes qui, dans l’intestin, ont la propriété de ralentir l’absorption des sucres en les emprisonnant entre les fibres et en agissant sur certaines enzymes digestives pour bloquer leur activité. Ce retard d’assimilation des glucides est utilisé avec succès dans les régimes amincissants puisqu’il permet de limiter l’apport calorique et d’éviter les pics sanguins qui obligent l’organisme à stocker les éléments nutritifs sous forme de réserve adipeuse. Après la phase d’amincissement, la cosse de haricot aide à stabiliser le nouveau poids et évite la reprise des kilos superflus. De plus, elle a une action diurétique favorisant l’élimination de l’eau en excès dans les tissus à l’origine des œdèmes. Chez les personnes souffrant d’un diabète léger, la cosse de haricot limite et régularise le passage des sucres dans le sang en freinant notamment le pic d’hyperglycémie après les repas.

Plantago species – Plantain - Weegbree
Partie utilisée : la feuille / L’anti-allergique des voies respiratoires
Le plantain est répandu dans toute la France, dans les champs et au bord des chemins. Ses feuilles, très tendres quand elles sont jeunes, forment de jolies rosettes à la surface du sol.
La feuille de plantain renferme dans sa composition des iridoïdes dont le principal est l’aucuboside. L’aucuboside a des propriétés antibactériennes et antitussives utilisées pour soigner les affections broncho-pulmonaires.
Les mucilages présents ajoutent une action adoucissante, émolliente et facilitent l’expectoration.
De plus, grâce à sa composition, le plantain est également anti-inflammatoire et anti-allergique. Il sera donc un précieux allié dans toutes les manifestations respiratoires allergiques et sur la composante inflammatoire des bronchites, pharyngites et laryngites.

Polygonum multiflorum – Foti - Ho Shou Wu
Un célèbre tonique chinois censé nettoyer le sang et stimuler l’énergie, ainsi que fortifier les cheveux et les dents.
Elle est utilisée comme tonifiant pour le foie et les reins et pour donner du tonus au sang. Ainsi on pouvait profiter de l’essence et renforcer le yin des reins et du foie. En outre, elle est utilisée contre le vertige, la vue floue, cheveux blancs précoces, dos et genoux faibles, membres douloureux, insomnie. De plus, elle a un effet désintoxiquant, est un lubrifiant pour les intestins, un stimulant des selles, surtout chez les anémiques.
L’effet le plus spectaculaire de He Shou Wu, est l’effet sur le métabolisme des graisses où il prévient l’accumulation de cholestérol dans le foie, maintient les graisses dans le flux du sang et, pour finir, stimule l’ingestion des graisses dans la paroi des vaisseaux sanguins réduisant ainsi l’artériosclérose. La lécithine n’est pas seulement bonne pour les cheveux, mais aussi pour le tissu nerveux, le cerveau et la moelle épinière. Elle constitue aussi un matériau pour les membranes des globules rouges et autres tissus cellulaires stimulant ainsi leur croissance et leur développement.

Polygonum tinctorium – Renouée des teinturiers – Verfduizendknoop
Polygonum odoratum – Coriandre Vietnamienne, Renouée odorante
Typique de la cuisine Vietnamienne cette plante est aussi courament utilisée en Malaisie ainsi qu'à Singapour. Son goût est proche de celui de la coriandre mais elle a en plus une saveur citronnée.
Les feuilles s'emploient fraîches et elles peuvent remplacer les feuilles de poivre d'eau qui est plus difficile à trouver.

Reseda lutea – Gaude – Wouw (plante tinctoriale)
La gaude contient un principe colorant qui est le lutéolol (ou lutéonine) isolé pour la première fois par le chimiste français Chevreul. Elle produit une teinte jaune très solide, considérée comme la meilleure des teintures jaunes. Toute la plante est utilisée à cet effet (tiges, feuilles notamment).
Cette plante porte aussi le nom d'herbe des juifs" car c'est l'une des plantes utilisée, du XIIIe au XVIIIe siècles, par les juifs du Comtat Venaissin (qui était alors un domaine pontifical) pour teindre en jaune les chapeaux qu'ils étaient tenus de porter comme signe distinctif.

Rhodiola rosea – Rhodiole – Rozenwortel

C'est en Sibérie et en Scandinavie que la rhodiole a gagné la réputation de plante médicinale. On lui attribuait le pouvoir d'accroître l'endurance physique, la longévité, la vigueur sexuelle, la mémoire et les facultés cognitives. Aujourd’hui encore, en Sibérie, on offre aux jeunes mariés un bouquet de racines de rhodiole afin qu’ils donnent naissance à des enfants sains. En Ukraine, la légende veut que le prince Danila Galitsky, qui vécut au XIIIe siècle et dont les exploits amoureux continuent d'embraser l'imagination populaire, devait sa puissance à la fameuse racine dorée. Les médecins de Mongolie la prescrivaient pour combattre la grippe, la tuberculose et le cancer. En Suède, on affirme que les Vikings lui devaient leur légendaire force physique et leur remarquable endurance. On raconte en outre que les empereurs chinois envoyaient en Sibérie des expéditions chargées de ramener la précieuse racine.

Rosmarinus officinalis – Rosmarin – Rozemarijn
Le romarin est un arbrisseau des régions méditerranéennes poussant sur sols calcaires, à l’état sauvage ou cultivé. Comme toutes les lamiacées, ses feuilles renferment une huile essentielle à laquelle il doit ses propriétés sur le système digestif.
Le romarin stimule le fonctionnement de la vésicule biliaire. Il est indiqué à ce titre dans l’insuffisance hépatique et en cas d’inflammation chronique de la vésicule.
Il agit sur les fermentations intestinales et sur les douleurs abdominales qu’elles entraînent, en calmant les spasmes d’origine digestive par son action spasmolytique sur les intestins et l’estomac.
Par son effet relaxant sur les muscles lisses du système respiratoire, il calme aussi la toux et contribue au confort de l’asthmatique. Il s’utilise pour soigner les bronchites grâce à son huile essentielle antiseptique.

Rubia tinctorum - Garance - Meekrap
Origine : Bassin méditerranéen oriental cultivée en France surtout dans le midi
Parties utilisées : Racine
Constituants : Hétéroside d'Hydroxyanthraquinone dont l'hydrolyse donne en particulier l'Alizarine (propriétés tinctoriales)
Propriétés : purgatif, cholérétique, diurétique (calculs rénales)

Salvia officinalis – Sauge – Echte salie - Salbei
Salvia lavandulifolia – Sauge – Spaanse salie - Spanische salbei
Salvia officinalis ‘Berggarten’
Salvia officinalis ‘Purpuracens’
Salvia sclarea – Sauge sclarée – Muskaatsalie, Scharlei
La sauge (du latin salvare : sauver) est considérée depuis l’Antiquité comme la panacée universelle et l’école de Salerne enseignait les nombreuses vertus de cette plante.
La feuille de sauge est riche en flavonoïdes et en huile essentielle qui lui donne son goût épicé et son odeur aromatique. C’est un cholérétique, c’est-à-dire qu’elle augmente la sécrétion de bile. Elle a également une action relaxante et antispasmodique sur les muscles de l’estomac et des intestins. L’huile essentielle est aussi antiseptique. Ces propriétés lui permettent d’être particulièrement utile pour soigner les troubles digestifs : digestion lente et difficile, ballonnements, fermentations intestinales, renvois d’air.
La présence de phytoestrogènes permet de conseiller la sauge chez les femmes présentant des règles irrégulières et douloureuses et pour diminuer les symptômes de la ménopause (bouffées de chaleur, sueurs excessives…).

Santolina chamaecyparissus – Santoline – Heiligenbloem - Zypressenkraut

Satureja montana – Sariette – Bergbonekruid
L'une des cinq herbes de Provence avec le thym, le romarin, la marjolaine et l'origan, la sarriette est une herbe condimentaire et médicinale dont on utilise principalement les feuilles mais aussi, parfois, les sommités fleuries. En provencal, on la nomme la pebre d'aï ou lou pebre d'ase, soit 'poivre d'âne' en référence à saveur aromatique et piquante, et au fait qu'on la trouve spontanément sur les côteaux calcaires du sud de la France. Son nom sccientifique satureia signifie 'qui appartient aux satyres' en réference à une réputation d'aphrodisiaque...

Silybum marianum – Chardon marie – Mariadistel
Le nom de chardon marie vient d’une légende du Moyen-Age. La Vierge Marie, voulant cacher son enfant Jésus aux soldats d’Hérode le Grand, le dissimula sous les larges feuilles d’un chardon. Dans sa hâte, quelques gouttes de lait tombèrent de son sein sur les feuilles de chardon, qui en ont gardé une trace héréditaire près de leurs nervures.
(silybine, silychristine, silydianine) bénéfiques pour le foie, réunies sous le nom générique de silymarine.
La silymarine est hépatoprotectrice : elle permet une guérison plus rapide des hépatites et des cirrhoses en favorisant la reconstruction du foie.
Elle favorise l’écoulement de la vésicule biliaire et, à ce titre, est active en cas d’insuffisance hépatique ou de calculs biliaires.
Le chardon marie est aussi hémostatique. Il est ainsi conseillé en cas de saignements de nez fréquents et de règles trop abondantes.

Smyrnium olusatrum – Maceron - Zwartmoeskervel
Le nom latin Smyrnium vient du grec Smyrna (smyrrhe) et le nom d'espèce " Olusatrum " signifie légume noir. C'est l'olusatum des domaines carolingiens. On en trouve quelquefois dans les ruines de vieux édifices moyennageux.
Les jeunes pousses peuvent se consommer crues en salade.
Les feuilles, au goût un peu plus relevé que le céleri, servent à aromatiser les soupes et les plats de viandes.
Les jeunes fruits et les boutons floraux, confits dans le vinaigre, peuvent servir à parfumer certains plats, potages et salades notamment. Les racines sont également comestibles.
C'est un légume assez répandu autrefois, mais qui a été oublié. Il a en fait été remplacé par le céleri.

Solidago virgaurea – Verge d’or – Echte guldenroede
La verge d'or (Solidago virgaurea L.) ou solidage ou baguette d'Aaron ou encore herbe des juifs et une plante herbacée du genre des Solidages et de la famille des Asteracées. Il existe de nombreuses sous-espèces et variétés différentes. Cette plante pousse à profusion à la fin de l'été. Son nom viendrait de ses propriétés thérapeutiques, en effet solidor signifie consolider en latin.
Les fleurs sont utilisées en infusion comme diurétique, et utilisées contre les maladies des reins et de la vessie. Utile contre l'insuffisance hépatique et les affections rhumastismales et arthritiques. Elle est typique des drainages de l'organisme pour expulser les toxines lors de maladies de peau.

Symphytum officinale - Consoude – Smeerwortel
C'est une plante utile et utilisée depuis longtemps, à la fois pour la production agricole, pour ses vertus thérapeutiques et pour l'agrément des jardins.
La consoudre est émolliente, astringente et cicatrisante (usage externe)
Une propriété particulière -en aplication interieure et exterieure - de la consoude est qu'elle accelère la formation de nouvelles cellules où que celles-ci sont dommagées ,tout aussi bien dans la peau que dans des masses osseuses .Répétitivement des rechercheurs ont dû constater que des fractures se guerissaient beaucoup plus vite en apliquant la consoude .

Tagetes lucida – Yauthli - Estragon du Mexique - Dragonafrikaantjes
Le Yauhtli est une plante sacrée chez les Aztèques, le feuillage séché était broyé puis pulvérisé sur les morts afin de les purifier, mélangé à d'autres plantes il était aussi fumé.
La médecine aztèque la prescrivait pour diminuer la pression artérielle, les douleurs articulaires, les maux d'estomac, les coliques comme diurétique et abortif.
Dans les pays chauds, où l'estragon ne pousse pas, on utilise à sa place les jeunes pousses tendres.

Tanacetum parthenium – Grand camomille, Partenelle – Moederkruid
Tanacetum balsamita – Balsemwormkruid – Marienblatt, Kampferkraut
Largement répandue dans les Balkans, la partenelle, appelée également grande camomille, a été introduite Tagetes lucida – Dragonafrikaantjes – Yauthli
en Europe, d’abord en Grande-Bretagne, puis en France.
Les sommités fleuries de la partenelle contiennent du parthénolide, auquel la plante doit son activité antimigraineuse.
Le mécanisme de déclenchement de la migraine est à présent connu. A la suite d’un facteur favorisant (stress, émotion, aliment, cycle menstruel...), il y a libération dans l’organisme de sérotonine, qui induit une alternance de contractions et de dilatations des artères cérébrales à l’origine de la douleur. Le parthénolide, en bloquant la libération de sérotonine, prévient efficacement les crises migraineuses. Un traitement sur trois mois permet de diminuer et de soulager très nettement à la fois la fréquence et l’intensité des migraines.

Thymus vulgaris – Echte tijm – Thijm - Thymian

Thymus vulgaris ‘geraniol’ – Thijm de la Drôme
Le thym est un élément caractéristique de la flore méditerranéenne. Ses feuilles sont riches en huile essentielle dont les propriétés sont mises à profit en phytothérapie.
Le thym possède des vertus antiseptiques utilisées pour soigner les infections pulmonaires. Il est spasmolytique et calme les toux quinteuses de la coqueluche et de l’emphysème. Le thym agit sur la rhinorrhée en diminuant les sécrétions nasales.
Outre son activité pulmonaire, le thym se révèle aussi efficace pour soulager les problèmes intestinaux : ballonnements et aérophagie, en association avec le charbon végétal.
Son action antiseptique s’exerce également sur le système digestif et notamment en cas de diarrhée.
Le thym a des vertus stimulantes et antivirales et peut à ce titre être utilisé pour prévenir les récidives d’herpès ou de zona.

Valeriana officinalis – Valériane - Echte valeriaan
Valeriana ‘Phu’ – Valériane ‘Phu’
La racine de valériane (du latin valere : se bien porter) contient une huile essentielle et des valépotriates (dont le valtrate et l’isovaltrate) qui ont une action sédative appréciée et reconnue. On utilise avec succès la valériane dans les troubles du sommeil, l’anxiété et l’angoisse, sans qu’il y ait accoutumance ou somnolence durant la journée. Ajoutée au traitement classique, elle améliore la vie quotidienne des épileptiques, en contribuant à la prévention des crises (elle est anticonvulsivante).
Dans les cures de désintoxication tabagique, elle évite l’énervement et les angoisses dues au sevrage. Elle entre dans de nombreux programmes phytothérapiques pour arrêter de fumer.

Verbascum species – Bouillon blanc – Koningskaars
Le bouillon blanc est une grande plante duveteuse dont les fleurs jaunes ont une odeur douce rappelant le miel.
La présence de mucilages adoucissants et d’harpagosides anti-inflammatoires permet aux fleurs de bouillon blanc d’être utilisées avec succès dans les inflammations de la gorge et les trachéites. On retrouve aussi d’autres substances actives, dont l’aucuboside, qui sont antimicrobiennes et analgésiques et complètent l’action adoucissante des mucilages dans le traitement des bronchites aiguës et chroniques.
Le bouillon blanc fait partie des sept espèces pectorales utilisées dans le traitement des inflammations des voies respiratoires (les six autres étant le coquelicot, la mauve, la guimauve, la violette, le tussilage et le pied de chat).

Vitex agnus castus – Monnikenpeper – Agneau-Chasse / Gattilier / Poivre sauvage
Une légende qui remonte aux temps homériques fit de cet arbuste un des plus puissants anaphrodisiaques. Selon Dioscoride, le terme de castus serait du grec kastys signifiant chaste. On racontait à l’époque, par mauvais esprit, que les matrones athéniennes dormaient dans un lit en feuilles de gattilier.
Indications thérapeutiques: Hyperexcitabilité génitale, dysménorrhées, insomnie (regulateur vago-symphatique)
" On préparait avec les baies de Gattilier un sirop, une eau distillé, une essence de chasteté de Michaels, qu'on distribuait dans les couvents pour amortit, l'aiguillon de la chair " F.J. Cazin, médecin français du XIXe.

Withania somniferum – Ashwaganda – Ginseng Ajurvédique

Cette plante indienne utilisée depuis plus de 2000 ans en médecine ayurvédique. On l'appelle également le ginseng indien. Son nom signifie en sanskrit " qui a l'odeur du cheval " en référence non pas à son parfum, mais à son pouvoir de donner " la force d'un cheval "!
Elle possède également la réputation d'être aphrodisiaque et des recherches récentes lui attribuent des propriétés antimitotiques, c'est-à-dire anti-cancer, en empêchant la multiplication des cellules.
L'Ashwagandha possède des effets qui peuvent être à la fois toniques et sédatifs. Employé à forte doses, elle est hypnotique. Elle possède des effets antistress, ou adaptogène, par la présence des acétylstérylglucosides contenus dans sa racine.

Zanthoxylum simulans – Szechuanpeper – Poivre de Széchuan, poivre du Sichouan


Copyright: Maurice Godefridi
Le Village
F – 26470 Bellegarde-en-Diois
Email : vlaamseherboristen@gmail.com
Blog: Kruidwis 
Facebook maurice godefridi 
artikels over kruiden: www.herborist.infoteur.nl 

Il y a un réel plaisir à récolter, regarder sécher, préparer les herbes médicinales...
Et je me demande parfois si le seul fait de les savoir dans le tiroir de la tisannière n'est pas déjà thérapeuthique!

Met dank ook aan al de mensen van 'Prasada' en speciaal aan Michael voor het gebruik van de grond en de vriendelijke maar krachtdadige ondersteuning bij de aanleg en het onderhoud van de tuin. Voor meer informatie over het verblijf in Bellegarde: Hotel.Prasada@wanadoo.fr / info@hotel-prasada.com

Comments