Université de Genève

Université de Genève 2018-2019 : 


Automne


COURS 34G3323, CS 2h A Je 12-14, PHIL103: De la "Petite Russie" à l'Indépendance : l'Ukraine du XIX° s. à nos jours

    Durant ces deux derniers siècles, les territoires qui constituent l'Ukraine ont été disputés par les empires russe, austro-hongrois et ottoman, puis au XXe siècle, notamment par l'URSS, la Pologne et le IIIe Reich nazi. Ces luttes ont provoqué des millions de morts et l'Ukraine a toujours du mal à trouver sa place dans nos schémas. La contestation du «Maïdan» contre un pouvoir autoritaire et corrompu a abouti en quelques mois à une guerre civile entre les nouvelles autorités «pro-européennes» et l’est du pays, «pro-russe». Indépendante depuis 1991, l’Ukraine est aujourd’hui divisée comme jamais entre ces deux pôles. Devenue ainsi pour son malheur le pivot du continent européen, l’Ukraine est-elle une nation impossible ? 

    L'identité ukrainienne continue en effet de faire débat dans le pays lui même, ce qui reflète l'histoire d'un peuplement qui n'a jamais été homogène. Les populations définies comme "ukrainiennes" ont toujours cohabité avec des Russes, des Juifs, des Polonais, des Allemands… Les relations inter-ethniques qui se superposaient à des clivages économiques, sociaux et politiques ont fourni la matière de nombreux conflits, peut-être moins spontanés qu'instrumentalisés d'ailleurs. Mais il ne faut pas oublier que cette diversité humaine fut également à l'origine d'une grande richesse culturelle.

    En reprenant l'histoire depuis la fin du XVIIIe siècle, nous tenterons de retracer les étapes de la construction d'une nation en restant attentif à tout ce qui échappe aux discours identitaires, ceci afin de mieux dégager les questions qui restent vives aujourd'hui entre Russie et Europe médiane.


Ici, d'autres documents seront ajoutés au fur et à mesure.


* * *

Séminaire 34G3324, CS 2h A Je 14-16, PHIL103: L'Ukraine depuis 1991: une société au sortir du système soviétique

    Ce séminaire ne visera pas à deviner l’issue du « conflit gelé » en Ukraine. Les meilleurs spécialistes en sciences sociales n’ont pu prévoir ni les conséquences de la contestation du Maïdan, ni l’engrenage qui conduisit à l’annexion de la Crimée et au conflit armé dans le Donbass. Par contre, les sciences sociales doivent fournir des outils intellectuels pour sortir des grilles d’analyse simplistes (pro-européens contre pro-russes ; « néo-fascistes » contre « néo-soviétiques »...), à condition de prendre un minimum de recul chronologique et méthodologique.

Printemps


J4M263 CS 2h P Je 12-14, PHIL 104: L'onde de choc de la Révolution russe à l'Est de l'Europe (1917-1991) :
Le mouvement communiste dans une perspective transnationale
   Alors que le centenaire de la Révolution russe vient d’être marqué, il faut rappeler à quel point l’événement n’est pas réductible à une dimension nationale. En étudiant des trajectoires individuelles, des réseaux militants et des pratiques socio-politiques en Europe médiane et orientale, il s’agira d’envisager le mouvement communiste dans une perspective transnationale.

Programmes d'autres cours et séminaires plus anciens ci-dessous:

Ċ
AUNOBLE Éric,
29 sept. 2018 à 05:40
Comments