War-dro ar Feiz - An Aviel

pajenn degemer/home/accueil

Petra nevez war dachenn ar yezh e-barzh hon ilizoù, dreist-holl pa vez añv eus Overennoù e Brezhoneg.

Overennoù e brezhoneg (nevez amzer 2007)

Un Overenn e gwenedeg (Ploeskob)

Eun Overenn e brezoneg (Trelevenez)

Sevenadur Breizh: un dae evit an Iliz (2003)

Minihi Levenez - kronikou sizuniek Job an Irien (2008)

An Aviel

An Douar zantel

Jezuz o fouetañ bro

Hon Tad

Ni Ho salud Mari

Ar Rozera - le Rosaire

Ar Werc'hez Vari (Tad Medar, 1937)

Fâtima !! (Tad Medar, 1944)

Kantig - Ar Baradoz (testenn 1934) 

Kammedoù - Footprints 

Emmanuel-1000questions.net (pajennadoù e brezhoneg)

 

 

 

Yann-Baol II, ar Pab nemetañ o vont e Breizh (Santez Anna Gwened 1997) hag o tistagañ e Brezhoneg ar c'homzoù bet lâret pell zo gant Santez Anna da Ivon Nikolazig, en e yezh dezhañ .

 

 

 

 

 

 Ur Vaouez o leñva (kalvar Plougonven), skeudenn en Testamant Nevez  (Minihi-Levenez embannadur).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lakaet e brezoneg gand Pierre Guichou diwar ar C'hresianeg.

embannet gant Minihi-Levenez e miz Mae 2002

ISBN 2-908230-15-1

 

 

 

 

 

Heñvel ouzh stad ar Brezhoneg er mediaoù (skinwell, skingomz, kazetennoù,...) eo hini ar Brezhoneg en Overenn. Kalz a dud zo, c'hoant braz gante ma vefe klevet ar yezh en ilizoù (pas dre gantikoù nemetken, met dre an destennoù lennet pe dre komzoù al liderezh ivez.  Siwazh, ral a-wac'h eo evit poent. Met tamm ha tamm, dre heul Yann-Baol II bet o weladenniñ Santez-Anna Gwened e 1997,  e yelo an traoù da cheñch. Krog a ra an Iliz oc'h ober e soñj ez eo ur ret komz d'an dud dre ho yezh. Ur yezh dispar, hag a teu deus donder an Istor, hag a vez selaouet  dre nerzh ar galon.  Ha ne oa ket hini Jezuz - an Arameeg - ur yezh rannvroel er maread degouezhadennoù Nazared? Setu danvez a-vremañ (e-galleg) war an dachenn-se:

     <<<<<<<<<<<<<< < > >>>>>>>>>>>>>

eskopti Sant Brieg ha Landreger: 

lec'hienn Eskopti Sant-Brieg ha Landreger (pajennadoù e brezhoneg)

 

Karta "Feiz ha Sevenadur Breizh"

Eskopti Sant Brieg ha Landreger
Deiziad : d'ar meurzh 18 a viz Ebrel 2006.

« Da reiñ buhez d’an iliz en Aodoù-an-Arvor en deus pourchaset hon eskopti ur framm nevez, evit ma c’hello iliz an eskopti, dre an holl barrezioù, ha bennozh da labour pep hini, dindan evezh izili ar C’huzulioù, teurel pled ouzh buhez an dud, ouzh pezh a c’houzañvont hag a garfent kaout »

« La Vie diocésaine » 6 a viz Here 1995

C’hoarvezout a ra e komzer brezhoneg dre ul lodenn vat eus an eskopti, yezh-vamm darn an hini eo.

Darn all , bet ouzh he dilezel en o yaouankiz, o deus bet c’hoant d’hec’h adkavout, ur wech deuet war an oad. Kalz reoù all a ra an dibab d’he deskiñ. Hiziv an deiz, e vez kelennet darn eus ar vugale e yezh o gourdadoù pe neuze e kemeront perzh e dalc’hioù-labour ha kampoù a bep seurt graet evit o stummañ.

Lidoù a vez aozet ingal ivez, adalek bremañ, e kornioù ’zo ha pouezus eo gwelout niver bras an dud a vez bodet neuze ; e sell da hadañ levenez ha lakaat an unvaniezh da ren.

Amañ, evel e lec’h all dre Europa ha dre ar bed, emañ an dud o klask o gwrizioù gwirion.

Evit respont da gefridi an iliz, ez eus bet lakaet war droad, er bloaz 1995, ur skipailh e vefe mat dimp bremañ resisaat ar pezh emañ o klask, ha reiñ dezhañ galloud gant ar bondeul-mañ.

Ar pezh emañ o klask.

Gant an doare-bevañ a zo bremañ hag ar pezh emañ an dud o c’hortoz, e tleomp neuze gwelout penaos ober evit lakaat an Aviel da vezañ anavezet hag evit ma c’hello ar Gristenion dougen testeni. War ar poent-mañ ne c’hellomp nemet adlavarout ar pezh a zo bet kinniget gant Eskibion Frañs en o « Lizher d’ar Gatoliged »p.14 : « Gant ar vuhez nevez evel m’emañ, e tleomp bezañ tud o kinnig ar feiz, ha ni perc’henn d’an hêrezh a zo deuet dimp. » Eno emañ ar C’hengor « Feiz ha Sevenadur Breizh » o kavout an daou dra, danvez e gefridi.

  • Bezañ feal d’ar feiz degouezhet dimp
  • Bezañ digor da zegemer kinnigoù all o tennañ d’ar feiz.

Evel kengor-eskopti, e tleo e venozioù hag e oberoù bezañ harpet war « ar mennadoù paskouriel » bet embannet d’ar 6 a-viz mae 2001, da geñver emvod bras ar Roudouroù e Gwengamp.

E sell da betra ?

Evit :

  • Tennañ evezh an dud, dre an tachadoù hag ar parrezioù, ouzh buhez ar sevenadur e Breizh.
  • Goulenn ma vo prederiet war strolladoù sevenadurel ar vro, da welout peseurt gwrizioù o deus, betek pelec’h e c’hallfent mont ha bezañ gouest da gas war-raok an avielerezh nevez.
  • Gwelout penaos e klot, gant mennadoù an Iliz, c’hoant an dud a vez feal da sevenadur Breizh pa glaskont, diwar e lusk, bevañ ha lidañ o feiz kristen.
  • Kinnig lidoù e brezhoneg ha skoazellañ ar skipailhoù, ma vint barrek d’ober lidoù dereat o klotañ gant ar reolennoù.
  • Kinnig mareoù-stummañ da renerion seurt skipailhoù, ma vint barrek d’ober lidoù dereat o klotañ gant ar reolennoù.
  • Degas pe sevel an dielloù ret (lennadennal, devedeg, bibl, dafar-katekiz) evit respont d’an ezhommoù o tennañ d’ar c’herrinoù pe evit dihuniñ ar feiz e diabarzh an tiegezhioù, hag evit ar c’hentelioù-katekiz.

Kaset e vo seurt kefridi da benn diwar emglev gant an dud a vo e karg eus pep tachad-parrezioù, gant ar bersoned hag gant ar skipailhoù paskouriel, dreist-holl e lodenn an eskopti ma vez komzet brezhoneg.

Emglev a vo skoulmet ivez gant kengorioù « Feiz ha Sevenadur Breizh » eskoptioù Gwened, Kemper ha Leon, hag ar re a zeufe da vezañ en eskoptioù all e Breizh.

Sant Brieg, d’an 31 a-viz Meurzh 2002
+ Ao. Lucien Fruchaud
Eskob Sant-Brieg ha Landreger

Titouroù : ilizkatolik@catholique-saint-brieuc...

 

                   <<<<<<<<<<<<<<<<<<< < > >>>>>>>>>>>>>>>>>>>

eskopti Kemper ha Leon: 

Sent ha santezed er Vro (brezhoneg lakaet e-kreiz an destenn galleg)

LA PLACE DE LA CULTURE ET DE LA LANGUE BRETONNES
DANS NOS RASSEMBLEMENTS DE PRIERES.

Au début de 2001, une commission "Langue et culture bretonnes" a été créée dans notre diocèse, en vue, notamment, de "promouvoir l'utilisation de la langue bretonne dans la vie de notre Eglise diocésaine là où c'est possible et souhaitable".

Cette commission vient de rédiger la note suivante, dont je suis heureux d'encourager la mise en application.

Clément Guillon - Evêque du diocèse de Quimper et Léon Pâques 2004

 

1. A l'occasion de la préparation de l'assemblée synodale, étalée sur deux ans, et suivie de l'assemblée elle-même, la question de la place de la culture et de la langue bretonnes dans nos rassemblements de prières a été abordée. Nous avons pu exprimer nos points de vue différents, les confronter, et, ainsi, faire apparaître les enjeux principaux.

2. Le souhait de célébrations incluant cette dimension bretonne est exprimé par de nombreux pratiquants réguliers ou occasionnels, bretonnants ou non, de tous âges. Ils y trouvent une façon différente, pour certains plus profonde et plus joyeuse, semble-t-il, d'exprimer leur foi et de prier. La commission qui y travaille souhaite que, dès cette année 2004, la culture et la langue bretonnes trouvent une place appropriée dans nos célébrations.

3. L’assemblée synodale a insisté sur l'attention aux jeunes générations. Notre Église choisit d'évoluer en encourageant les nouvelles générations à prendre leur place dans sa vie courante. Bien des jeunes, y compris des non bretonnants, manifestent un vif intérêt à la langue et la culture bretonnes. La prise en compte par nous de cet intérêt lorsque nous annonçons l'Évangile les rendra mieux disposés à entendre cette annonce.

4. Il importe tout d'abord de respecter toute assemblée, en favorisant une expression (lectures, chants, musiques,...) qui corresponde à la culture des personnes présentes. Ces assemblées sont souvent diverses; il convient d'en tenir compte. Voici quelques indications pratiques qui nous aideront à fixer nos repères: elles correspondent à des degrés divers d'intégration de la langue bretonne dans la célébration. Il appartient aux équipes liturgiques, sous la responsabilité des équipes pastorales, de choisir, parmi ces indications, celle qui, pour une circonstance donnée, paraît la plus adaptée.

- 41- Introduire dans chaque assemblée, au minimum, une mélodie bretonne, accompagnée ou non d'un cantique breton.

- 42- Ajouter le Kyrie, le Sanctus, et un refrain de prière universelle en breton.

- 43- Prévoir que l'ensemble des chants seront en breton, accompagnés de leur traduction.

- 44- Prévoir une lecture en breton, avec son résumé en français; prévoir également des intentions de prière bilingues, ainsi que l'homélie.

- 45- Célébrer toute la messe en breton, avec toutefois suffisamment de français pour permettre à un non-bretonnant de participer.

5. La mise en œuvre de ces indications demande une concertation. Pour les messes en breton (cf. point 45 ci-dessus), il est possible de s'organiser entre ensembles paroissiaux voisins. Certains secteurs pastoraux ont engagé cette concertation: Saint-Pol, Quimperlé, Landivisiau, etc. Elle intéresse tous nos rassemblements de prières, qu'il s'agisse d'assemblées du dimanche, avec ou sans prêtre, de baptêmes, de mariages ou de funérailles... N'ayons pas peur d'expérimenter. Il est toujours possible d'évaluer au bout de 6 mois ou un an, pour trouver peu à peu la bonne formule.

 

NOUVEAU TESTAMENT.
UNE TRADUCTION EN BRETON.

Une traduction en breton du nouveau testament réalisé à partir du grec par un prêtre chargé pendant 16 ans de l'enseignement biblique au grand séminaire de Quimper vient d'être éditée. Un beau livre superbement illustré de reproductions en couleur du patrimoine religieux du Finistère.

« II est bon que les bretonnants puissent lire la vie et les paroles de Jésus dans une traduction aussi proche que possible du texte d'origine », se félicite Mgr Clément Guillon, évêque de Quimper et Léon. Lui même ne prêche pas en breton mais peut citer l'évangile en breton et ne doute pas que ce beau livre pourra servir, ici ou là, pour la liturgie.

Sept années de travail.

Des traductions des quatre évangiles puis du nouveau testament ont bien été publiées en 1982 et 1988 mais elles n'avaient pas d'unité et présentaient l'inconvénient de ne pas partir du texte grec original mais du latin.

Le prêtre Pierre Guichou, bretonnant de naissance [brezhoneg mod Sant Tegoneg, NDLA], spécialiste de la Bible et également bon connaisseur du grec et du latin bibliques, ainsi que de l'hébreu, était la personne indiquée pour mener à bien cette nouvelle traduction en breton. A la retraite depuis dix ans, il y a consacré sept années de travail épaulé dans la dernière ligne droite par le père Job an Irien, animateur de l'association Minihi-Levenez, centre spirituel bretonnant du diocèse de Quimper et Léon.

« II y a un tas d'éléments pleins de saveurs dans la langue grecque que les traductions en français ne font pas toujours ressortir », souligne le père Guichou, qui s'est attaché à les restranscrire en breton.

« La langue maternelle la langue du cœur ».

II avoue avoir appris ses premières prières en breton et considère comme « évident que ce que nous lisons ou entendons paraît plus parlant quand cela nous parvient dans notre langue maternelle, la langue du cœur ». « En plus, il a eu l'idée d'utiliser le présent et cela rend le texte beaucoup plus vivant », renchérit le Père Job An Irien.

Ce beau livre de 556 pages contient également une centaine de reproductions en couleur du patrimoine religieux du Finistère, un « trésor iconographique extraordinaire » qui méritait d'être montré et qui avait été superbement photographié par l'abbé Jean Feutren dans les années 70.

Note: L'ouvrage est distribué par les librairies La Procure à Brest et Quimper, à l'abbaye de Landévennec et par l'éditeur Minihi-Levenez (45 €).

Delphine Tanguy (Le Télégramme, 2003)