ACCUEIL

 Dülmen Euskirchen
Nordhausen
Mantoue
Nevers
Harar
Iida
AllemagneAllemagneAllemagne
Italie
France
Ethiopie
Japon


La Ville de Charleville-Mézières a toujours consacré de l’importance au développement d’une politique d’ouverture et d’échanges avec d’autres villes présentant des similitudes culturelles, touristiques et historiques. A ce jour, des liens forts sont tissés avec sept villes du monde entier et le premier jumelage remonte à 1959.

Mantoue et Nevers, l'histoire comme dénominateur commun

Les villes de Charleville, Mantoue et Nevers sont marquées par une histoire commune. En effet, Charles de Gonzague, créateur de Charleville à l'aube du XVIIe siècle, est le fils de Louis de Gonzague, prince italien de Mantoue et d'Henriette de Clèves, comtesse de Nevers.

En 1959, le 23 juin, pour perpétuer cette union, Nevers, Mantoue, Charleville se jumellent à Mantoue.

 Euskirchen et Dülmen, les premiers pas vers l'Europe unie

La seconde Guerre Mondiale avait abattu les esprits. Construire la paix, fondée sur la compréhension et l’entraide, était nécessaire dans un monde appelé à s'ouvrir. De Gaulle et Adenauer posent les bases du rapprochement franco-allemand. Des communes suivent l’exemple et décident de se jumeler. Charleville s’engage la première en concluant, en 1961, un jumelage avec Euskirchen, ville de 25 000 habitants, située à 235 km de la cité des Gonzague. Puis Mézières conclut son union avec Dülmen, ville de 18 000 âmes, distante de 400 km.

 Nordhausen, au-delà du mur, un rapprochement se dessine

Dès 1966, se constitue l'association nationale France-RDA. En 1972, en Ardenne, se forme le Comité France-RDA, avec, en filigrane, l'éventualité d'un futur jumelage entre le chef-lieu ardennais et une ville d'Allemagne de l'Est. Celui-ci est concrétisé en 1978. Charleville-Mézières a désormais une sœur en Allemagne: il s'agit de Nordhausen, dans le district d'Erfurt.

 Iida. Marionnettes : l'amitié tient à un fil

A l'autre bout du monde, au Japon, l'art de la marionnette fait le renom de la ville d’Iida. Un art de la marionnette qui est aussi l’un des fleurons de Charleville-Mézières. Iida et Charleville-Mézières signent donc tout naturellement un contrat d'amitié en 1988 : le fil en est la marionnette.

Raymond STEVENIN

Ancien adjoint au Maire de

Charleville-Mézières,

Vice président du Comité de Jumelages

pour l’Allemagne.

********************


RAPPORT MORAL DE LA PRESIDENTE

 

  C’est avec fierté que j’ouvre ce site internet.

Les jumelages m’ont toujours tenu à cœur, je les ai toujours rencontrés dans mes différentes activités associatives.

J’ai toujours eu énormément de plaisir à participer aux nombreux échanges, qu’ils soient dans le cadre scolaire, musical, artistiques ou tout simplement dans un cadre convivial.

 Un petit rappel :

  Née au lendemain de la seconde guerre mondiale, l'idée du jumelage de communes a depuis largement fait son chemin. Aujourd'hui, sur le continent européen, près de 15000 collectivités locales sont impliquées dans le mouvement des jumelages. Notre pays compte environ 3800 communes jumelées réparties sur tout le territoire.

  "Un jumelage, c'est la rencontre de deux communes qui s'associent pour agir dans une perspective européenne, pour confronter leurs problèmes et surtout  pour développer entre elles des liens d'amitié de plus en plus étroits" (J. Bareth, fondateur du Conseil des Communes et Régions d'Europe).

  Il s'agit donc d'un contrat moral entre deux communautés qui n'a pas de limite dans le temps, qui entre dans un champ d'action pluridisciplinaire et qui est ouvert à toutes les catégories de populations et d'acteurs locaux.

 D’abord, le jumelage de villes fait appel à l’engagement spontané des citoyens, en collaboration avec leurs autorités et associations locales.

 Ensuite, le jumelage de villes encourage les échanges d’expériences sur toute une série de questions d’intérêt commun. Enfin, il offre des occasions uniques d’apprendre des choses sur la vie quotidienne des citoyens d’autres pays européens, de dialoguer avec ceux-ci et très souvent de nouer des liens d’amitié.

 Revenons à notre association. Je tiens à rappeler l’article 2 de nos statuts, qui décrit les objectifs de celle-ci :

 

« Le Comité a pour vocation de développer et d’élargir les contacts humains et d’accroître la compréhension entre les citoyens des villes jumelées ou partenaires dans tous les domaines de la vie sociale et amicale.

A cet effet, sans aucune distinction de convictions politiques, philosophiques ou religieuses, le Comité rassemble à la fois les acteurs, les volontaires, les bénévoles et les bienfaiteurs, de tous horizons qui souhaitent contribuer, participer ou concourir à la réalisation de ces objectifs. »

  L’association est donc ouverte à tous, sans distinction aucune, ni étiquette.

 Je souhaite juste que chaque personne y soit de bonne volonté, que tous y viennent pour agir dans le même sens, celui de l’association.

 Je souhaite également que la ville soit notre partenaire privilégiée, que nous soyons associés à tous ses projets, dans un souci d’harmonie, d’assistance  et de partage.

 Le plus grand des bonheurs  est pour moi de rencontrer nos amis de jumelages.

 Au cours de mes déplacements, j’ai trouvé de la curiosité, du respect, de l’attention… et surtout de  l’amitié. J’ai senti les mêmes désirs d’échange, de fraternité, l’envie de mieux se retrouver, d’en faire plus….

 Forte  de ces échanges fraternels, la motivation est grande d’en faire encore plus.

Pour toutes ces raisons exposées, je souhaite longue vie à notre association et j’insiste sur le fait que rien ne se fait sans la bonne volonté de chacun.

 

Je compte sur vous tous, venez nous rejoindre ! 

 

Marie Josèphe Favre d’Echallens,

Présidente du Comité de Jumelages et d’Amitié

de Charleville-Mézières


********************


Jumelages… au pluriel (l’UNION)

Publié le vendredi 13 mai 2011

 

De gauche à droite :

Marie-Josèphe Favre d'Echallens, présidente,
Evelyne Debaugnies, secrétaire, et
Michel Tonon, trésorier.

 

Le comité de jumelages et d'amitié de Charleville-Mézières vient de tenir sa première assemblée générale officielle.
Objectif : fédérer les initiatives.

EXIT le « comité d'amitié entre les villes jumelées de Charleville-Mézières et de Nordhausen » et bienvenue au « comité de jumelages et d'amitié de Charleville-Mézières ».
La différence est plus importante qu'il n'y paraît et se résume pour l'essentiel dans le « s » de jumelages.
Explications de Michel Tonon, le trésorier de ce nouveau comité : « Nous avons préféré faire une refonte complète des statuts de l'ancien comité et changer son nom, plutôt que de créer une nouvelle association. Par respect pour celles et ceux qui nous ont précédés ».
Ce qu'a confirmé la présidente Marie-Josèphe Favre d'Echallens, à l'occasion de la première assemblée générale du comité, qui vient de se tenir à la salle Dubois-Crancé.
« La création de notre comité est le résultat d'anciennes associations de jumelage, à l'époque où chaque ville jumelée avait son comité carolo ».
En clair, le comité de jumelages et d'amitié de Charleville-Mézières entend jouer aujourd'hui un rôle d'aiguillon auprès des diverses associations carolos afin de les aider dans leurs projets d'échanges avec les villes jumelées. Lesquelles, rappelons-le, sont au nombre de cinq : Nordhausen, Euskirchen et Dülmen (en Allemagne), Mantoue (en Italie) et Nevers (en France), auxquelles il faut ajouter les villes amies de Iida (Japon) et d'Harar (Éthiopie).

Depuis 50 ans

Pour mener au mieux ses missions, le comité s'est doté de deux vice-présidents, l'un pour l'Allemagne (Raymond Stévenin), l'autre pour Nevers et Mantoue (Francine Artusse).
« Notre premier travail va consister à recenser les associations carolos qui ont déjà des échanges avec les villes jumelles », explique la présidente. « Il faut savoir que les premiers échanges remontent à 50 ans ».
Marie-Josèphe Favre d'Echallens connaît bien son sujet puisque depuis des années, elle accompagne les délégations municipales qui se sont rendues dans les différentes villes jumelles.
« Toutes les associations qui souhaitent avoir un échange avec une ville jumelée peuvent faire appel au comité », souligne la présidente, tout en rappelant que ces rencontres réciproques peuvent avoir un caractère sportif, culturel mais aussi touristique.
Subventionné par la ville, le comité souhaite soutenir des projets concrets (y compris financièrement) afin de perpétuer ces échanges. Place à l'imagination des associations, donc. La balle est dans leur camp.
Bernard GIRAUD

Comité de jumelages et d'amitié de Charleville-Mézières.
Tél. 06.07.58.73.11.
E-mail : marie-jo.favre@wanadoo.fr
Site internet:" http//sites.google.com/site/jumelagescharleville".

http://jumarchives.canalblog.com/archives/2011/04/15/36352190.html