La Roche Maurice

Quand on emprunte l'ancienne N12 de LANDIVISIAU à LANDERNEAU, qui longe l'Elorn au nord, ou la route de SIZUN à LANDERNEAU au sud , on ne peut manquer d'apercevoir le donjon de l'ancienne forteresse médiévale qui se dresse fièrement sur son piton rocheux au milieu du bourg de LA ROCHE MAURICE .

 

Située à la pointe de bretagne dans le département du Finistère , à 30 Km de BREST, et à 5 km de LANDERNEAU , dans un cadre de verdure, traversée par l 'Elorn et ses affluents, ainsi que par la voie de chemin de fer PARIS-BREST, la commune de LA ROCHE MAURICE, offre à ses 1900 habitants un cadre de vie tout à fait agréable et paisible .

 

 

 

La commune de LA ROCHE MAURICE fait partie de la communauté de communes de LANDERNEAU-DAOULAS , et de son bassin d'emploi , qui concerne de nombreux Rochois,

 

On peut venir à LA ROCHE :

Par la route : la voie express se trouve à 2 km avec une sortie indiquée pour LA ROCHE

Par le Ferry de ROSCOFF qui est à 50 km

Par le Train : la gare de LANDERNEAU est à 5 km

Par avion l'Aéroport de BREST est à 20 km

 

 

COMMERCES et ANIMATION

De nombreux commerces offent leurs services aux résidents comme aux visiteurs tels que : cafés ,bar tabac presse, restaurant,crêperie,boulangerie,électroménager,salons de coiffure.

Un marché hebdomadaire se tient tous les vendredis de 16 à 20 heures. Médecin, pharmacien, infirmiers, et kiné locaux, veillent aussi sur la santé des Rochois.

120 enfants sont scolarisés dans les 2 écoles publiques : maternelle et primaire. Une bibliothèque municipale assure de nombeuses permanences. De nombreuses associations participent à l'animation de la commune. Pour le sport , on trouve une grande salle polyvalente qui accueille les clubs de basket et de tennis , le foot dispose de 2 terrains et les pétanqueurs d'une halle et de plusieurs terrains de plein air.

Cité de pierre et d'eau, La ROCHE offre plusieurs sentiers de balades le long de ses cours d'eau ou dans ses sous-bois .


UNE HISTOIRE ET UN PATRIMOINE EXCEPTIONNEL

 

LE CHATEAU MEDIEVAL

LA ROCHE MAURICE tient probablement son nom de l'ancienne forteresse surnommée ROC'H MORVAN, édifiée dès le XI ème siècle, par MORVAN vicomte du FAOU, pour défendre son territoire.

 

 

Le nom de ROCH MORVAN est attesté dès 1263.

La forteresse tombe ensuite, aux mains des vicomtes de LEON dès le XII ème siècle ,qui en font une de leur principales demeures.

 Faute de descendants directs dans la lignée des LEON, elle passera ensuite dans la famille DE ROHAN.

Le château subira plusieurs assauts ,connaîtra des fortunes diverses au gré des alliances et mésalliances de ses possesseurs.

Il verra à plusieurs reprises des garnisons anglaises, mentionnées en 1167 et 1371, défiler entre ses murailles .

Fortement délabré, ce qui reste de l'édifice servira de prison en 1678, puis faute d'entretien, sera abandonné.

Au XIX ème siècle, il deviendra une carrière pour la construction des maisons du bourg.

Aujourd'hui propriété du département du FINISTERE, il fait l'objet de fouilles et d'un programme de remise en valeur.

 

 

 

 

L'ENCLOS PAROISSIAL

L'Eglise date du XVI ème siècle , elle a remplacé l'ancienne chapelle castrale dédiée depuis 1363 à Saint YVES.

Elle est remarquable par sa légèreté, la parfaite ciselure de son portail et l'élégance de son clocher. Sa construction dura près d'un demi siècle.

A l'intérieur on remarque de suite le JUBE, en chêne polychrome , qui se présente comme un pont reliant les 2 grosses piles qui délimitaient le choeur.

    
 

Puis apparaît reflétant la lumière extérieure le GRAND VITRAIL, exceptionnel par ses dimensions : 6m90 de haut et 3m50 de large, représentant 21 scènes de la passion du Christ.

 

 

A proximité de l'église, se tient l'OSSUAIRE, de style ''renaissance léonarde'', portant la date de1639, il est original par son architecture et ses inscriptions latines, illustrées par une danse macabre, représentant les diverses classes sociales du XVII ème, toutes tributaires de '' l'ANKOU'' brandissant un dard en proclamant ''je vous tue tous'' !


  

 

LE SITE DE PONT CHRIST

 

Ce site est aussi tout à fait remarquable et pittoresque.

La chapelle à demi ruinée, témoigne de l'existence de l'ancienne trève de la paroisse de PLOUDIRY, qui s'est développée le long d'une antique voie gauloise qui franchit l'Elorn par un pont gothique.

Construite en 1533 et dédiée à ND du BON SECOURS, elle brûla au XIX ème siècle dans des circonstances mystérieuses .

Chaque année au 15 Août est célébré le pardon dans les ruines de la chapelle.

  

 

 


LA ROCHE MAURICE vue par

les ECRIVAINS, les HISTORIENS, et les VOYAGEURS CELEBRES

 

Dès les années 1800, le chevalier de FREMENVILLE dans son ''guide du voyageur dans le département du Finistère'' fait découvrir le site de LA ROCHE sous l'angle de l'archéologie et de l'histoire:

''A une petite lieue N-E de Landerneau , un roc escarpé au pied duquel passe la grande route de Paris , sont les ruines romantiques du château de la Roche Maurice, (en breton Roc'h Morvan ), la plus ancienne forteresse qui existe dans le Finistère. Morvan , roi de Cornouailles, mort en 819 en fut le fondateur et lui a laissé son nom. Sa position inaccessible, sa grandeur, l'épaisseur de ses murailles l'élévation de ses tours , la rendirent une place importante .''

 

On doit aussi à G. TOSCER ,et MIORCEC DE KERDANET de nous avoir retranscrit les récits légendaires qui ont eu pour décor le château de ROCH MORVAN:

"Deux guerriers revenant d'un pélerinage en terre sainte: Neventer et Derrien passaient par le château de La Roche et s'empressent de secourir le seigneur Elorn qui s'était jeté du haut de son donjon dans la rivière plutôt que d'être, avec son fils, dévoré par le terrible dragon qui terrorisait le pays...Les deux guerriers Saint Derrien et saint Neventer consolèrent Elorn et combatirent le Dragon. Saint Derrien s'étant rendu maître de la bête, lui passa au cou son écharpe, qu'il tendit à l'enfant d'Elorn , le petit Riock ... le dragon fut ensuite conduit jusqu'à la mer, à Pontusval , où il se précipita''.

''Avant de parler de Murvan ou Morvan, qui a donné son nom au château je dois faire connaître le premier prince qui l'habita . Il s'appelait le roi Elhorn et vivait en 312 ... pour échapper au dragon, il se précipita des guérites de son château dans la rivière Dourdoun, qui baignait alors les murs de la place, et cette rivière perdant son nom ancien prit pour toujours celui d'Elhorn...''

 

C'est aussi Ardouin DUMAYET qui sémerveille devant le paysage dans son ''Voyage en France en 1910:

'' Le paysage est de grande allure ; à côté des ruines , le village occupe une pente , sa flèche ajourée semble jaillir . L'église dont le clocher est l'ornement, est elle même des plus remarquables, même à côté des plus remarquables, même à côté de tant de splendides édifices religieux du léon''

 

MAX RADIGUET vint aussi en voisin et consigna dans ses ''souvenirs et paysages ... à travers la Bretagne '' en 1865 son passage à La Roche Maurice:

''Comme dans toutes les campagnes bretonnes l'église de La Roche Maurice est bâtie au milieu du cimetière . Elle est demi-voilée , au couchant par les ifs qui puisent leur sève dans cette terre où sont couchés déjà bien des générations et qui étendent jusqu'à son toit leurs rameaux funèbres...

Son clocher de granit , l'un des plus élégants du Finistère est dentelé aux arêtes comme une scie; ses trois étages ont pour gouttières aux angles inférieurs des animaux bizarres, tarasques ou guivres...''

 

On ne saurait oublier cet autre auteur célèbre qu'est Gustave FLAUBERT, qui relate dans son ouvrage ''Par les champs et par les grèves'', son passage à La Roche:

''Jusqu'à La Roche Maurice, l'Elorn serpente à coté de la route qui contourne la base des collines rocheuses dont les mamelons inégaux s'avancent dans la vallée...

Le château de la Roche Maurice était un vrai château de burgave, un nid de vautour au sommet d'un mont. On y monte par une pente presque à pic, le long de laquelle, de place en place, des blogs de maçonnerie éboulés servent de marches. Tout en haut d'un pan de mur fait de quartiers plats posés l'un sur l'autre et où tiennent encore de larges arcs de fenêtres , on voit la campagne ; des bois, des champs, la rivière qui coule vers la mer., le ruban blanc de la route qui s'allonge , les montagnes dentelant leurs crêtes inégales , et la grande prairie qui les sépare en se répandant au milieu.

Un fragment d'escalier mène encore à la tour démantelée. Cà et là les pierres sortent d'entre les herbes et la roche se montre entre les pierres. Il semble, parfois qu'elle s'éboule, revêt des apparences naturelles et rentre dans la nature...''

 


 
Comments