Accueil

Jules Marmier - Portrait

JULES MARMIER (1874-1975)

"[...] Jules Marmier aime les voix et sait écrire comme il faut pour les faire valoir. Ce qu'il écrit sonne bien et doit être agréable à chanter. L'auditeur, en tout cas, a l'impression d'une chose aisée, naturelle [...]"  (Aloys Fornerod, Tribune de Lausanne (1925), au sujet de Jésus et le Centenier)

Jules Marmier: compositeur et chef de chœur

Jules Marmier est né à Fribourg, le 15 mars 1874. Venu à Estavayer-le-lac dès 1877, il resta attaché à cette ville, dont il influença grandement la vie culturelle et musicale. Etudiant au collège Saint-Michel de Fribourg, il fut l'élève d'Edouard Vogt, l'éminent organiste de St-Nicolas de l'époque; il fréquenta ensuite le Conservatoire de Bâle, où il suivit les cours de son directeur, Selmar Bagge "piano et branches théoriques", d'Albert Glaus "orgue" et de Georges Kahnt "violoncelle".

Les maîtres bâlois de Jules Marmier auraient souhaité attacher leur élève à un grand orchestre professionnel. Mais, rappelé à Estavayer-le-Lac, le jeune musicien y développa son art, tout en jouant un rôle de précurseur dans le domaine instrumental et choral à Fribourg-Ville et dans le Canton. Il fut professeur de violoncelle au Conservatoire de Fribourg de 1902 à 1930; il fut instrumentiste et soliste des concerts de musique de chambre de Fribourg. Il fut l'auteur de partitions chorales réputées telles "Ahasvérus" (1911), "Le coup de Joran" (1923), "La Voie Lactée" (1924).

Organiste de la collégiale Saint-Laurent d'Estavayer-le-Lac de 1915 à 1938, Jules Marmier écrivit entre autres, sur le plan de la musique religieuse, une "Messe" (1929), une "Cantate" (1916) et de nombreux motets. Collaborateur du Docteur Thürler pour ses oeuvres théâtrales, il écrivit des partitions musicales pour "Le Vieux Stavayer" (1902), "Alcool et petite ville" (1904), "Les Transplantés" (1906), "Jésus et le Centenier" (1908), "La Krotzeranna" (1911).