Pierre Bourdieu

Pierre Bourdieu, sociologue français décédé en 2002, avait l'art et la manière de parler pour ne rien dire en utilisant une phraséologie confuse et pédantesque. Voici, en exclusivité, quelques citations de l'éminent Professeur du Collège de France.

Home

Le profil du gauchiste

Le lexique du gauchiste

Le mémorial du JAG

 

 

  • Les journalistes ont tendance à penser que le travail d'énonciation est un travail de dénonciation. 
  • Souvent ils manipulent d'autant mieux qu'ils sont eux-mêmes manipulés et inconscients de l'être.
  • La télévision cache tout en montrant, et en un sens, plus elle montre, plus elle cache. Plus elle dévoile, plus elle voile.
  • On peut paradoxalement cacher en montrant. Evidemment en montrant autre chose que ce qu'il faudrait montrer si on faisait ce qu'on est censé faire, c'est à dire informer. Mais on peut aussi cacher en montrant ce qu'il faut montrer, en le montrant de telle manière qu'on ne le montre pas.
  • Les quotidiens doivent parler de ce qui n'est pas quotidien: c'est un problème. Et ils doivent parler quotidiennement de l'extra-quotidien. C'est du boulot, le métier de journaliste n'est pas facile.
  • L'image peut faire voir et faire croire à ce qu'elle fait voir.
  • Petit à petit, la télévision, qui prétent être un instrument d'enregistrement, devient un instrument de création.
  • Bizarrement on se pose toujours la question: qui est le sujet d'un discours. Je suis en train de parler: qui parle? Est-ce que c'est moi? On n'est jamais sûr d'être le sujet de ce qu'on dit.
  • Personne ne lit autant les journaux que les journalistes.
  • La revue de presse, c'est un instrument professionnel, c'est à dire que pour savoir ce qu'on va dire, il faut savoir ce que les autres ont dit.
  • Je dis aux intellectuels pour les énerver: vous êtes comme des phonèmes, vous n'existez que par vos différences.
  • Comment sont informés les informateurs? En gros, les informateurs sont informés par d'autres informateurs.
  • L'évidence n'est jamais évidente.
  • A propos des fast thinkers, des penseurs accélérés qui pensent plus vite que leur ombre: pourquoi arrivent-ils à penser là où personne ne pense plus? Parce qu'ils pensent par idée reçue.
  • Flaubert, dictionnaire des idées reçues: çà veut dire des idées reçues par tout le monde, mais ça veut dire aussi des idées qui, quand vous les recevez, sont déjà reçues, donc le problème de la réception ne se pose pas.
  • Ce déploiement de la pensée pensante est intrinsèquement lié au temps.
  • Pour être capable de penser dans des conditions où on ne pense plus, en état d'asphyxie de penser, il faut être un penseur d'un type particulier.
  • Il y a une manière de dire merci qui consiste précisément à remercier.
  • Le présentateur se fait le porte-parole des imbéciles pour interrompre un discours intelligent.
  • Le perçu cache le non-perçu, et on ne voit pas, dans un perçu construit, les conditions sociales de construction.
  • La télévision, apparemment débridée, est en fait bridée.

    Inutile d'apporter des commentaires, les faits parlent d'eux-mêmes!