La mécanique classique est considérée — avec raison — comme inadéquate pour surmonter les problèmes actuels comme celui de l’explication du phénomène d’intrication. Et c’est notamment avec la mécanique quantique que l’on pense aujourd’hui résoudre ce problème. Mais, ce faisant, on « oublie » le premier de tous les problèmes, à savoir que la science actuelle tout entière — et donc notamment la mécanique quantique — transporte avec elle, dès ses prémisses et dans toutes ses équations, deux concepts parfaitement classiques : la position dans l’espace, notée r, et la position dans le temps, notée t. Certes, la relativité relie r et t. Mais la relativité ne touche en rien les reliés eux‑mêmes, r d’une part et t de l’autre, qui restent purement classiques : Newton les avait déjà. Or la découverte exposée ici montre comment tous les blocages de notre connaissance actuelle peuvent tenir de l’inadéquation de ces concepts r et t à la réalité physique. La découverte exposée ici explique notamment très simplement — mais aussi très paradoxalement — l’intrication. Elle explique le blocage depuis un siècle sur l’unification de la quantique et de la gravitation. Elle explique le blocage depuis quatre siècles sur le mouvement de Galilée. Elle montre comment tout le socle de notre interprétation actuelle de la nature peut être faussé comme l’était la mécanique classique aux 18ème et 19ème siècles. 

Je vous propose ici des découvertes scientifiques c'est-à-dire de nouvelles interprétations des données de l'expérience. Elles sont regroupées dans cinq articles. Elles touchent aux données et concepts suivants : constantes physiques, particules, référentiels galiléens, espace, temps, quantique, gravitation, intrication, électron, proton, neutron, constantes mathématiques, géométries non euclidiennes, symétrie.   

J'expose aussi ces découvertes dans des conférences "à la portée de tous". Les mathématiques nécessaire restent très compréhensibles. Même si vous avez de l’aversion pour les mathématiques, vous êtes parfaitement capable de comprendre les mathématiques que je vais ici vous expliquer.  

Je suis né en France en 1951. Pris de passion pour la mécanique à l’adolescence, j’ai commencé des études de physique. Mais, inapte aux examens et à la compétition, j’ai continué seul en autodidacte et me suis spécialisé dans une recherche conceptuelle que j’ai accomplie en marge de ma profession et de la « communauté scientifique ».

Scientifique mais non théoricien, je propose aujourd’hui aux théoriciens plusieurs nouveaux concepts et modèles explicatifs, interprétations de structures que j’ai découvertes chez les données expérimentales les plus fondamentales, les constantes physiques.

Ces découvertes résolvent conceptuellement le mouvement de Galilée, l’unification de la quantique et de la gravitation, l’intrication, l’ajustement des constantes. Elles ouvrent sur l’infime, moitié de l’univers où la nature garde encore tous ses secrets.

Pour vous, et pour un futur véritable, je vous invite à collaborer, de près ou de loin, à la réalisation de ce riche potentiel.