Ostéopathie


Nous pratiquons une médecine manuelle afin de rechercher et traiter les restrictions de mobilité qui peuvent vous occasionner des douleurs, des troubles ou des gênes.  

Toute perte de mobilité au niveau de vos articulations, ligaments, viscères, nerfs… peut provoquer un déséquilibre de votre état de santé et avoir des conséquences locales et à distance.

Pour que les fonctions du corps (comme la digestion, la respiration, la locomotion…) se déroulent au mieux, il est important de conserver une bonne mobilité de chaque structure corporelle.

Nous choisissons, après une étude minutieuse de votre corps et de votre terrain, les zones que nous devrons stimuler afin que votre corps retrouve par lui-même son sens de fonctionnement.

Notre but est double : curatif et préventif.

 

Nos techniques

Il existe de nombreuses techniques en ostéopathie que nous décidons d'utiliser en fonction du traitement choisi. Globalement nos techniques peuvent être réparties en trois catégories :

- les techniques à visée structurelle,

- les techniques à visée viscérale,

- les techniques à visée crânio-sacrée.

 

Lors de nos traitements ces différentes techniques sont combinées afin de répondre au mieux à la plainte du patient et restaurer une bonne mobilité des structures du corps.

Ne pratiquer qu'un seul type de techniques ne nous semble pas concevable : ces techniques forment un tout qui permet de traiter le corps dans son ensemble. En abandonnant une partie de ces techniques, on ampute l'ostéopathie donc son efficacité.
 

Les techniques à vis
ée structurelle 

Ces techniques s'adressent aux articulations. Les manipulations avec impulsions, "Thrust technics", sont les plus anciennes et les plus caractéristiques de l’ostéopathie.

Elles consistent à appliquer sur une articulation une force très brève, rapide et de faible amplitude (high velocity, low amplitude), ce qui génère le plus souvent un bruit accompagnant la restauration de mobilité de l'articulation.

Nous employons ces techniques uniquement lorsque nous savons qu'elles ne seront ni douloureuses ni dangereuses et avec l'accord du patient.




 

 

Les techniques à visée viscérale

En anatomie le terme viscère recouvre tous les organes situés à l'intérieur d'une cavité corporelle

- dans l'abdomen : estomac, foie, intestin, reins...

- dans le thorax : poumons, coeur...

- dans le petit bassin : utérus, vessie...

 

 

Les viscères sont maintenus en place dans le corps par différents types de ligaments.

 

Quels sont les modes d’action lorsque nous effectuons des techniques viscérales ?

Nous avons plusieurs façons pour travailler au niveau des viscères : 

- nous pouvons directement appliquer nos mains au niveau du ventre (ou du thorax, de la gorge, du bassin) pour redonner plus de mouvement à un organe. Ce dernier, par exemple peut avoir été fixé suite à une ancienne infection, ou une ancienne chirurgie.

- nous pouvons également donner de la mobilité à un organe par rapport à un autre organe si ces derniers sont « fixés l’un à l’autre ». De nombreux ligaments relient les organes entre eux et créent ainsi des liens pouvant engendrer des troubles. Par exemple l’estomac est aussi bien relié à l’œsophage, qu'à l’intestin grêle, à la rate, au foie, au colon ou au diaphragme.

 

 


L
es techniques à visée crânio-sacrée 

Le traitement crânio-sacré est une spécificité de l'ostéopathie. On parle alors d'ostéopathie crânienne. Nous l'utilisons pour les nourrissons dès la naissance mais il peut s'adresser à  des patients de tout âge.

Par notre action manuelle, nous sommes capables de sentir des mouvements spécifiques au niveau du crâne. Ces mouvements sont rythmiques et tout l'art de notre palpation sera de déterminer la qualité et l'amplitude de ce mouvement. 

La base du crâne et le sacrum (os du bassin) possèdent une relation dynamique importante à vérifier après les accidents de voiture par exemple.

 

 

 

Les autres techniques

Dans notre arsenal thérapeutique nous disposons de nombreuses autres techniques manuelles. Celles-ci ont pour but d’agir sur les divers mécanismes responsables des troubles affectant l'équilibre du corps. Nous devons également tenir compte dans notre traitement de votre âge, de votre état physique et psychique, de vos antécédents...

Parmi nos autres techniques on peut citer :

- Les techniques de mobilisation articulaire

- Les techniques myotensives

- Les techniques réflexes

- Les techniques de traction - …

 

Son histoire (source : site du ROF)

Considéré comme le père de l’Ostéopathie, Andrew Taylor Still (photo de gauche) fut l’un des premiers à comprendre les relations entre l’équilibre fonctionnel de l’ensemble des structures du corps et la notion de santé.

Médecin aux États Unis à la fin du siècle dernier, il rompit avec la médecine traditionnelle de son époque (1874). Il structura de manière cohérente ce que pressentaient les médecins de l’Antiquité égyptienne et grecque puis, plus près de nous, ceux de la Renaissance.
En 1874, il comprend que l’équilibre propre à la santé passe par l’équilibre de la charpente osseuse, responsable de l’harmonie des systèmes nerveux, musculaire et circulatoire, ce qui l’amène à formuler le postulat suivant :

"La structure gouverne la fonction"

En 1918, John Martin Littlejohn, ancien élève de A.T.Still crée la British School of Osteopathy à Londres (GB). L’ostéopathie s’implante en Europe.

En France, malgré les efforts des Docteurs Mouttin et Mann (1913) puis plus tard ceux du Docteur Lavezzari, l’ostéopathie reste très confidentielle.

Ce n’est qu’avec Paul Geny,fondateur de l’Ecole Française d’Ostéopathie(1950) qu’elle connaît sa première expansion. Suite à diverses pressions P.Geny est contraint de s’expatrier en Grande Bretagne. Il y crée avec J.Wernham (élève de Littlejohn) l’Ecole Européenne d’Ostéopathie.


Entre 1950 et 1960 différentes organisations se structurent. Elles font venir des professeurs du Royaume Uni et des Etats-Unis. L'enseignement de l'ostéopathie s’organise à nouveau en France pour ne plus s’interrompre.

L’action des ostéopathes ainsi formés sera progressivement reconnue, tant par les patients que par le monde médical.

Après plusieurs projets de loi qui n’aboutiront pas, la profession est légalement consacrée par la loi du 4 mars 2002 relative à l’amélioration du système de santé et aux droits des malades.

Les efforts d’Andrew Taylor Still ont été complétés par les travaux de William Garner Sutherland (photo de droite), ostéopathe dont le génie et l’opiniâtreté auront permis de décrire le merveilleux concept de mécanisme respiratoire primaire. Ces deux fondateurs ont vus plusieurs ostéopathes suivre leurs traces et développer sans relâche leur art et leur science pour donner à l’ostéopathie un souffle vivant qui n’a jamais ralenti.

 

Comments