Les fleurs
 

La Famille Rostand raconté par Jean Toche

L'accent

L'Hôtel du Clair de Lune

Le Bonhomme aux oiseaux

Dernière chanson 

Hanneton vole 

Les fleurs 

Les châteaux 

Pour étonner les étoiles 

Les photographies 

Le paradis et l'enfer 

Demain 

Paris 

Bye Bye

Depuis mille ans 

Le porte bonheur 

Nature reste telle que tu es 

Contact

Le 15 mars 1900, avec Sarah Bernhardt, Edmond Rostand présente L'Aiglon, drame en 6 actes évoquant le triste destin du Duc de Reichstadt, fils de Napoléon :

"Ah ! Vouloir à l'histoire ajouter des chapitres
Et puis n'être qu'un front qui se colle à des vitres..."

C'est un grand bonheur pour les amateurs de théâtre et pour tous les spectateurs.
Cette double réussite auprès du public fut pour beaucoup dans l'élection du poète à l'Académie française en 1901.
Pendant une répétition de la pièce, il prend froid, les médecins lui conseillent d'aller se soigner dans les Pyrénées, et il part à Cambo, où il trace les plans d'un château et de son parc, et achète un terrain à Arnaga.
Il y fait construire ce bel édifice qui reviendra plus tard à la France et deviendra un musée.

Cette même année, toute la famille Rostand va vivre dans ce domaine en pleine nature loin de la grande capitale.

C'est là que Rosemonde compose ce poème à la gloire des fleurs :

"Les fleurs"

 
LES FLEURS

Les fleurs profondes et frivoles
Disent tout sans en avoir l’air,
Ce sont de petites paroles
Qui parlent dans tout l’univers.
Le lierre aux sentiments extrêmes
Dit : je m’attache oubien je meurs,
La marguerite dit : je t’aime,
On peut tout dire avec des fleurs.

Les myosotis bleus, tous ensemble
Disent : ne m’oubliez jamais,
La sensitive dit : je tremble,
Et le tremble dit : je tremblais,
Le lilas dit : je sais l’histoire
Du printemps qui trouble les coeurs,
Mais il ne faut pas trop me croire,
On peut tout dire avec des fleurs.

Dans le parfum qui les ennivre
Les fleurs parlent sans réfléchir.
La fleur qui meurt au fond d’un livre
Dit : je garde le souvenir.
La fleur vivante d’un corsage
Dit : j’attends sur le bord d’un coeur
Qu’un baiser brise mon feuillage,
On peut tout dire avec des fleurs.

Les petites fleurs buissonnières
Crient aux autos du grand chemin :
Assez de danger, de poussière,
Et de départ sans lendemain.
Et le laurier qui sut naguère
Que la victoire a trop de pleurs
Dit : moi, je ne veux plus de guerre,
On peut tout dire avec des fleurs.