Le Bonhomme aux oiseaux
 

La Famille Rostand raconté par Jean Toche

L'accent

L'Hôtel du Clair de Lune

Le Bonhomme aux oiseaux

Dernière chanson 

Hanneton vole 

Les fleurs 

Les châteaux 

Pour étonner les étoiles 

Les photographies 

Le paradis et l'enfer 

Demain 

Paris 

Bye Bye

Depuis mille ans 

Le porte bonheur 

Nature reste telle que tu es 

Contact

Le 26 mai 1891 naît Maurice Rostand, leur premier fils.
Ils sont aux anges. Ce Maurice, dira-t-on plus tard, parlait en vers avant de savoir écrire.
Quand à Edmond, il écrit sans arrêt, brûle, déchire, réécrit, et Rosemonde, toujours fidèle, l'encourage. Elle est sûre de son talent et sait qu'un jour il va connaître le succès, elle l'adore, ils se promènent aux Tuileries, et elle écrit : "Le Bonhomme aux oiseaux"
 
LE BONHOMME AUX OISEAUX

Il y avait aux Tuileries,
parmi les verdures fleuries,
et le dessin léger des eaux,
un vieux bonhomme aux tempes blanches,
qui venait jeter sous les branches
du pain pour les petits oiseaux.
Chaque soir qui pouvait se faire,
il éparpillait sur la terre
des miettes de pain nouveau,
et quittant la branche qui tremble,
on voyait, sifflotant ensemble,
sortir tous les petits oiseaux.
Ils s’installaient bavards et drôles
sur son col et sur ses épaules,
ils l’entouraient de mille sauts,
ils escaladaient ses oreilles,
l’habillant, splendeur sans pareille,
d’un manteau de petits oiseaux.
Or, un soir qu’ils attendaient comme
d’habitude, le vieux bonhomme
ne vint pas à l’heure qu’il faut,
et quittant la branche qui tremble,
on vit autour des Tuileries
voler tous les petits oiseaux.
Près de la Seine ils le trouvèrent,
n’ayant pour lit qu’un banc de pierre,
il était mort sans dire un mot,
mais si froide depuis l’aurore,
sa pauvre main tenait encore
du pain pour les petits oiseaux.
Alors faisant en ribambelle
une civière avec leurs ailes,
ils l’emportèrent tout la haut
Qu’est-ce que c’est ? cria Saint-Pierre,
quelqu’un arrive de la terre
porté par des petits oiseaux…
Il n’a ni chapelet ni cierge.
Hors d’ici ! Mais la Sainte-Vierge
se penchant comme un bleu roseau
Que faisait-il pendant sa vie ?
Rien… il donnait aux Tuileries
du pain à des petits oiseaux.
Quoi cela ce n’est rien Saint-Pierre ?
Mais le pain, c’est une prière
qu’on dirait par petits morceaux.
Ouvrez lui la porte infinie
et qu’on ajoute aux litanies
un Saint pour les petits oiseaux.