Jean-Didier, Merja, Janne-Nicolas & Mari-Caroline

vous souhaitent la

bienvenue sur ces pages

 

 

Depuis 1982, notre vie s'est transformée en un grand voyage, interrompu d'étapes plus ou moins longues, dans des endroits parfois exotiques.

 



Dans les pages qui suivent, nous désirons, autant que faire se peut, vous faire partager ce que nous avons pu voir, ce que nous avons pu vivre durant de longues années à l'étranger. Nous y reprenons les revues que nous avons écrites à peu près chaque année, du moins celles que nous avons retrouvées. Pour les autres, nous avons fait un effort de mémoire, aidés quand même par les innombrables photos que nous avons  numérisées. 

 

Les diapositives ont, hélas, beaucoup souffert des nombreux déménagements et des conditions climatiques, de poussière et d'humidité les plus diverses et ne sont plus aussi lumineuses, propres et nettes qu'à l'origine et tous les défauts n'ont malheureusement pu être corrigés.

 

auf Deutsch

En 1981, je décide d'abandonner la carrière bancaire et Zürich et entre au Département fédéral des affaires étrangères, dans le service consulaire. Début 1982, après trois mois de formation théorique, je suis transféré, à l'instar de quelque 30 camarades, pour la première fois et pour 18 mois, en stage à l'étranger. Direction la Thaïlande, sa capitale Bangkok.

C'est ensuite le retour à Berne pour les "examens" de fin de stage et... pas de départ immédiat; je resterai 6 mois à la centrale en tant qu'assistant du responsable de la formation des candidats à la carrière consulaire.

En avril 1984, départ pour Prague, capitale de ce qui est alors encore la Tchécoslovaquie, encore sous le régime communiste, où je resterai un peu moins de deux ans et demi et où je trouverai (enfin) l'âme soeur, Merja, qui renoncera pour moi aux services économiques et commerciaux des Ambassades de Finlande. Nous nous marierons le plus romantiquement possible, à l'Hôtel de Ville de la Vieille ville de Prague.

En août 1986, nous devons partir à Oslo. Nous nous réjouissons tellement, nous idéalisons cette Norvège que nous ne connaissons pas ... et nous vivons une déception intense dès notre arrivée. Nous y retrouvons en fait ce régime communiste que nous venons de quitter. Dans ce pays, nous concevrons nos deux enfants; Janne-Nicolas verra le jour le 30 juin 1987 et notre deuxième enfant "sera en route" lorsque nous nous quitterons la Norvège.

En effet, en mai 1989, nous sommes transférés à Tunis. Comme nous ne connaissons pas encore les conditions effectives de ce pays, nous avons pris toutes les mesures pour que notre deuxième enfant puisse naître dans les meilleures conditions possibles, en Suisse. Les compagnies aériennes étant assez sévères sur ce point, Merja devra me quitter quelques semaines avant d'accoucher de Mari-Caroline, le 23 septembre 1989.

Fin 1991, avec peu de délai, nous apprenons notre toute prochaine affectation en Colombie. Santafé de Bogotá nous accueillera dès le mois de mars suivant. Durant un tout petit peu plus de deux ans nous aurons le privilège de vivre dans cette ville, dans ce pays où l'on devient vite paranoïaque, mais qui offre malgré tout une haute qualité de vie et que nous avons beaucoup aimé.

En août 1994, nous arrivons à Dakar, Sénégal. Nous passerons trois ans dans ce pays, à tenter de le sillonner dans tous les sens, à tenter de comprendre cette Afrique Noire et à tenter de comprendre la mentalité des habitants de cette région.

En septembre 1997, arrivée à Stockholm, sur demande de Jean-Didier, puisque c'est maintenant possible. Pas un poste de rêve (nous connaissons déjà la Norvège), mais cela permettra à Merja d'être plus près de sa famille et nous nous rendrons régulièrement en Finlande durant les près de quatre ans de notre affectation en Suède.

En mars 2001, Jean-Didier partira tout seul à Port-au-Prince. Haïti, la perle des Antilles, la Suisse des Caraïbes. Il reviendra en juin à Stockholm récupérer la famille, après la fin de l'année scolaire. Un poste très difficile mais attachant, où nous resterons un peu plus de deux ans.

Pour nous retrouver, dès août 2003, à Santiago du Chili. Oui, il y a plus loin, depuis la Suisse: l'Australie ou la Nouvelle-Zélande.Les enfants termineront leur scolarité secondaire au Chili.

Et, à fin 2007, nous retournerons en Afrique de l'Ouest. Abidjan, capitale de la Côte d'Ivoire, recevra Jean-Didier dès octobre, à nouveau seul puisque l'année scolaire chilienne termine en décembre.

Finalement, nous serons transférés à Taipei au milieu de 2010. Il faut qu'on s'habitue à l'absence des enfants, maintenant adultes et aux études en Suisse

Bien entendu, vous pouvez lire notre revue de l'année précédente sur la dernière page de ce site
.