Accueil   -   Produits -   Prestations   -   Références   -   Conférences   -   Publications   -   Contact   -   A propos





La carte d'empathie nouvelle version

publié le 7 nov. 2017 à 11:19 par Jacques Rodet   [ mis à jour : 7 nov. 2017 à 11:20 ]

Vu ici


Digital Learning : les 10 grandes tendances pour la formation de demain selon Patrick Galiano

publié le 8 sept. 2017 à 13:31 par Jacques Rodet



Vu ici 

Dix grandes tendances pour la formation des années à venir

  1. Une expérience d’apprentissage intégrée : se mettre à la place de l’utilisateur, identifier les points de contact déterminants selon les apprenants permet de centrer la démarche sur l’utilisateur pour proposer les dispositifs adéquats, les bons outils et une expérience learning fluide, qui favorise l’engagement de l’apprenant à long terme.
  2. Un apprentissage individualisé et adaptatif : l’usage des données est un facteur clé pour renforcer la personnalisation. La formation s’adaptera en fonction, par exemple, des objectifs individuels de l’apprenant, du niveau initial/souhaité, du temps disponible, des modes et facilités d’apprentissages individuels, des formations déjà réalisées ou encore des recommandations de pairs.
  3. L’apprentissage par la vidéo : média prédominant sur internet, accessible depuis tout appareil, la vidéo offre un large éventail de ressorts pédagogiques, avec un triple enjeu : veiller à une production de qualité, insuffler le juste degré de pédagogie et veiller à ce que l’engagement soit suffisamment fort pour garantir le transfert des acquis.
  4. Des formats courts : découper les formations en plusieurs moments courts répond à la volonté de montée en compétences, lors d’un processus étalé dans le temps. Il s’agit de définir la bonne articulation du dispositif, car l’apprentissage en tant que tel nécessite toujours du temps nécessaire à l’assimilation des contenus, la mise en pratique et les feedbacks réguliers.
  5. Les classes virtuelles : la technologie permet aujourd’hui d’exploiter les ressorts de la formation en présentiel dans un environnement virtuel synchrone. Le challenge consiste à concevoir et animer des classes virtuelles pour effacer la barrière technologique.
  6. Une approche multi-device : l’accès à du contenu depuis tout appareil est devenu une attente incontournable. Avec l’évolution rapide des appareils et des navigateurs, les enjeux sont à la fois techniques et pédagogiques.
  7. Les réalités virtuelle et augmentée : en matière d’apprentissage, nous ne sommes qu’aux prémices de leurs applications, qui ouvrent la voie à des formats pédagogiques très immersifs, accélérateurs d’apprentissage.
  8. La gamification : utiliser les techniques du jeu en formation accroît l’émotion, le plaisir et ainsi l’apprentissage, à condition de trouver le juste équilibre entre méthodes de jeu et contenu des séquences pédagogiques.
  9. Le Social Learning : près des 3/4 des internautes dans le monde sont connectés sur les réseaux sociaux. Créer des communautés de pratiques ou d’intérêts est un moyen de démultiplier les interactions sociales et de travailler en collaboration sur des livrables. Cette approche ouvre la voie à un nouveau rôle pour le formateur qui peut organiser, agréger, animer ou commenter échanges et contenu pour ses stagiaires.
  10. Le format de renforcement : dans l’esprit du modèle 70-20-10, bénéficier d’outils ou formats digitaux pour faciliter le transfert des connaissances sur le lieu de travail apporte une réelle valeur ajoutée pour développer l’impact des formations.

La pyramide inversée de la communication

publié le 2 avr. 2017 à 10:02 par Jacques Rodet


5 catégories d'approche pédagogique

publié le 30 oct. 2016 à 13:54 par Jacques Rodet

Vu https://digital-learning-academy.com/pedagogie-interrogative-active-co-active-inversee-differences-blog-de-c-campusle-blog-de-c-campus/?utm_content=bufferac15b&utm_medium=social&utm_source=linkedin.com&utm_campaign=buffer


Gestion du changement

publié le 14 sept. 2015 à 00:17 par Jacques Rodet   [ mis à jour : 30 juil. 2016 à 07:08 ]


Principes d'une vidéo pédagogique efficace

publié le 9 sept. 2015 à 08:24 par Jacques Rodet   [ mis à jour : 9 sept. 2015 à 08:24 ]

Vu ici


1. Surprendre

En suscitant l’effet de surprise et en attisant la curiosité de l’apprenant via des titres et des scénarios accrocheurs.

2. Les mots et la structure
Utiliser des mots simples, des phrases claires et ne pas abuser du jargon qui est strictement destiné au initiés.
Il faut travailler la structure de la vidéo et la qualité de son explication en adaptant son discours à l’objectif pédagogique et au niveau des apprenants.

3. Amuser
La mémorisation passe la plupart du temps par l’usage de l’humour, mais attention, il ne faut pas non plus en abuser.
L’usage de l’humour permet de prendre plaisir à apprendre.

4. Humaniser le discours
L’humanisation du discours impactera la mémorisation en permettant à l'apprenant de s’identifier à des personnages par le storytelling ou en passant par la personnification des institutions (entreprises, banques …)

5. Rendre acteur
Opter pour des vidéos interactives dans lesquelles on intégrera des questions pour solliciter la réaction de l’apprenant.

6. Changer le rythme
Changer le rythme de la voix, sa tonalité et faire des pauses silence afin de tenir en éveil les apprenants et éviter la monotonie assommante.

7. Créer des liens
On apprend mieux lorsque nous créons des liens et faisons des associations.
L’objectif est d’associer l’idée antérieure à une idée nouvelle par des analogies.

8. Rester sobre
A force de vouloir trop bien faire, notre cerveau se noie dans les idées.
Il faut utiliser uniquement des dessins qui serviront l’objectif fixé de la vidéo pédagogique et qui faciliteront l’apprentissage.
Ceci est aussi valable pour l’explication qui doit rester synthétique et éviter les messages superflus.

9. Synchroniser
La synchronisation est le critère déterminant de la qualité d’une vidéo pédagogique.
Il est primordial de synchroniser ce qu’on lit avec ce qu’on voit et ce qu’on entend, en d’autres termes, ce que l’apprenant voit doit correspondre à ce qu’il entend.

10. Ancrer les visuels
Tâcher de garder les éléments phares et les liens du message dans le champ visuel de l’apprenant pour que l’information soit bien ancrée.

Le design thinking

publié le 9 sept. 2015 à 05:33 par Jacques Rodet   [ mis à jour : 9 sept. 2015 à 05:50 ]


  • Définir : Identifier le problème à régler, prioriser le projet et déterminer ce qui en assurera le succès
  • Rechercher : Revoir l’historique des problèmes rencontrés, collecter des exemples d’échecs, identifier les supporters, investisseurs et critiques du projet, parler au client final.
  • Ideater (néologisme) : Identifier les besoins et motivations des clients finaux, générer autant d’idées que possible pour répondre à ces besoins sans les juger, brainstormer.
  • Prototyper : Combiner, croiser et affiner les idées, créer des brouillons/maquettes/prototypes, recevoir un retour de clients potentiels ou non.
  • Sélectionner : Revoir les objectifs, faire perdre la propriété de l’idée sélectionnée à celui qui l’a eu, choisir l’idée la plus surprenante, nouvelle et économique…
  • Implémenter (mettre en place) : Rédiger le plan d’action et donner les responsabilités, déterminer les ressources nécessaires, délivrer au client.
  • Apprendre : Recevoir un feed-back du client final, déterminer si la solution validée répond à l’objectif de départ, identifier les sources d’amélioration.

Classification e-learning e2c

publié le 8 sept. 2015 à 13:19 par Jacques Rodet   [ mis à jour : 8 sept. 2015 à 13:19 ]

Cette classification, proposée par e-doceo, permet, selon 2 critères : la complexité de la scénarisation et le degré de médiatisation, de définir le niveau de réalisation du contenu e-learning.


10 caractéristiques d'une équipe performante par l'université Laval

publié le 24 mars 2015 à 03:46 par Jacques Rodet   [ mis à jour : 24 mars 2015 à 03:46 ]

Vu ici


Schémas des styles de management selon Richard D. Lewis

publié le 16 mars 2015 à 23:40 par Jacques Rodet   [ mis à jour : 16 mars 2015 à 23:40 ]

Dans son livre "When culture Collide", publié en 1996, le linguiste britannique Richard D. Lewis a classé les différences de culture du leadership selon les pays.

1-10 of 109