Projets éducatif et pédagogique

Notre établissement scolaire :
    * fait partie du réseau libre catholique
    * accueille tout enfant, au niveau primaire, disposant d’une attestation de type 1 ou 8 délivrée par un organisme agréé par la Communauté Française et dispense des cours à tout enfant hospitalisé (de niveaux maternel et primaire) aux cliniques universitaire de Mont-Godinne.
    * de petite taille, il permet un encadrement de caractère rural favorable à une insertion sociale adaptée.
 
Outre les missions de l’école définie par le décret :
    * promouvoir la confiance en soi et le développement de la personne de chaque élève ;
    * amener tout élève à s’approprier des savoirs et à acquérir des compétences qui le rend apte à apprendre toute sa vie et à prendre  une place active dans la vie économique, sociale et culturelle ;
    * préparer  chaque élève à être un citoyen responsable, capable de contribuer au développement d’une société démocratique solidaire, pluraliste et ouverte aux autres cultures ;
    * assurer à chaque élève des chances égales d’émancipation sociale,
notre école s’inscrit dans les missions de l’école chrétienne.
 
Elle a pour projet de :
1. Accueillir l’enfant,
en assurant à tous une égalité d’accès et en faisant confiance aux possibilités de chacun.  Nous considérons l’enfant comme une PERSONNE à part entière, avec son histoire, ses capacités, ses difficultés.  L’action éducative s’appuie sur les richesses et les ressources de chaque enfant, il est donc primordial de les trouver, de les mettre en valeur afin de lui faire prendre conscience de toutes ses possibilités.
Pour nous, l’accueil de l’enfant consiste à le considérer en tant que personne avec ses vécus affectifs, ses capacités intellectuelles, ses difficultés, ses échecs. … en tenant compte de son image et de la perception que les autres ont de lui.
En accueillant l’enfant, nous accueillons également ses parents ou leurs substituts et les impliquons dans la revalorisation de l’enfant.
Nous mettons l’accent sur l’importance considérer l’enfant en tant que personne : pour qu’il puisse :
    * se reconnaître
    * occuper une place dans les microsociétés que sont sa classe et son école
afin de se préparer
    * à évoluer au niveau secondaire
    * à occuper une place dans la société et y jouer un rôle.
2. Accompagner l’enfant
Pour que chacun ait les mêmes chances de réussite et devienne acteur dans la construction des savoirs et l’acquisition des socles de compétences tout en optimalisant chaque activité individuelle ou de groupe.
La réussite consiste à développer des compétences dans trois directions :
Les compétences scolaires :
    * « SAVOIRS » (connaissances) vocabulaire, techniques, …
    * « SAVOIRS FAIRE » (compétences) savoir lire, savoir calculer, …
Les compétences sociales :
    * « SAVOIRS ÊTRE » (attitudes) savoir écouter, savoir respecter, s’adapter, être avec les autres, …
Les compétences personnelles :
    * « SAVOIR DEVENIR » (dynamique personnelle) être en projet, intelligence du cœur (rechercher, participer, …)
Þ sans hiérarchie dans ces compétences pour que l’enfant soit apte à poursuivre le développement de ses compétences durant toute sa vie.
Réussir signifie une finalité ; nous essayerons que l’enfant devienne citoyen   c’est-à-dire qu’il trouve une place reconnue dans la société.
Þ en partant de lui :
de ce qu’il sait, de ses besoins, de ses intérêts, de ses limites.
Pour ce faire,
    * on établit le plan de développement individuel de chaque élève, document réajusté régulièrement et communiqué aux parents ;
    * on veille à rendre l’enfant acteur de son projet de développement individualisé, encadré par une équipe éducative qui le lui restitue et l’inscrit dans la projet d’école.
Ce plan établit des objectifs bien précis, selon une échelle de progression ; mais il part du projet de groupe : l’enfant alterne, en fonction de ses nécessités, travail individuel (remédiation, rééducation, … ) et travail collectif.
Ce plan, réactualisé régulièrement, est établi en fonction des potentialités de l’enfant et de son orientation scolaire future vers son intégration socio-économique.
 
3. Promouvoir sa confiance en lui
en s’appuyant sur des valeurs telles la solidarité responsable, l’intériorité, la créativité, le respect de l’autre, le sens du pardon, le don de soi.
L’école se veut respectueuse des droits de l’enfant et entend prendre en charge le développement de sa personne dans sa totalité.  Elle vise à son mieux être affectif, physique et intellectuel.
L’équipe éducative génère une qualité de vie qui privilégie l’épanouissement personnel, la confiance en soi, la socialisation, la solidarité, l’autonomie, le sens des responsabilités, la liberté, l’efficacité, la curiosité d’esprit, l’esprit critique, …
en aidant l’enfant à prendre conscience de sa personnalité, de sa vie intérieure, lui permettant de développer son dynamisme personnel et son engagement social.
L’enfant à droit à l’erreur :
L’erreur n’est pas assimilée à un échec mais au contraire, est source de défis, d’ajustements et de dépassement de soi.
 
4. Vivre en communauté à la lumière des Evangiles
Institution chrétienne, notre école entend :
    * permettre à l’élève, dans le cadre du cours de religion, de découvrir la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ ;
    * développer au sein de la communauté scolaire les valeurs des Béatitudes, et notamment la priorité aux plus fragiles de notre société ;
    * favoriser dans le respect de la liberté de chacun la rencontre avec la personne de Jésus-Christ, célébrée en son Eglise.
 
5. Construire une communauté scolaire ouverte sur l’extérieur
en associant au maximum les parents à la vie de l’école et en favorisant toute ouverture sur l’environnement de l’école et de l’enfant.
Développer la découverte et l’ouverture de notre école sur la société avec nos spécificités :
Accueillir le monde extérieur dans notre école en établissant, par exemple, un partenariat avec l’enseignement ordinaire dans différents projets.
Sortir de l’école pour aller à la rencontre des réalités du monde extérieur dans ses dimensions sociales, économiques et culturelles.
Les parents sont partenaires dans cette ouverture :
Il est nécessaire que les parents participent à la vie de l’école et qu’ils y découvrent et apprécient l’évolution de leur enfant.  Avec eux, il s’agit de développer un partenariat et des formes de stratégies, surtout dans les difficultés communes, pour que l’enfant puisse s’épanouir au maximum de ses potentialités.
 
6. Respecter les rythmes individuels par la différenciation des apprentissages tout en donnant du sens et en veillant à leur assurer une continuité
Ce qui nécessite :
    * des pédagogies performantes,
    * une pratique d’évaluation continue et pluridisciplinaire,
    * une prise en charge globale de l’enfant.
L’école tient compte des différences individuelles.
Les apprentissages, les rythmes et les stratégies doivent être différents, adaptés à chaque élève.
    * Le choix d’une pédagogie fonctionnelle qui replace tout apprentissage dans une situation qui lui donne du sens, qui part du vécu de l’enfant, qui construit les savoirs en coresponsabilité pour que ceux-ci soient transférables et source de réinvestissement.
    * Le choix d’une pédagogie participative qui fait que l’enfant se trouve en situation 
      de recherche, de découverte.  L’enfant est acteur, co-gestionnaire de ses apprentissages par son
      implication dans un projet de formation qui l’épanouit dans des interactions avec les autres et avec son
      environnement.
    * Le choix d’une pédagogie différenciée qui ouvre différentes portes d’accès à la matière, qui respecte les
      développements et les spécificités propres à chaque enfant, qui valorise et exploite positivement les
      différences et les richesses de chacun par l’usage de démarches diversifiées et de modalités didactiques
      différenciées.
s’imposent et trouvent toute leur importance.
Ces pédagogies doivent se compléter par une évaluation formative permanente qui devient indispensable.
Cette évaluation s’effectue :
    * au sein du groupe classe (dans le cadre de la pédagogie participative),
    * au sein du conseil de classe (avec les différents intervenants : enseignants, maîtres spéciaux,       
       paramédical, psychologique, parents ou substituts légaux).
 
7. Pratiquer un métier collectif et en partenariat
dans une dynamique de la réussite et dans le cadre du conseil de participation.
Au sein d’une équipe, chacun a une fonction :
Relevons les fonctions de directeur, titulaires, maîtres spéciaux, logopède, kinésithérapeute.
Au sein d’une équipe, chacun a ses spécificités et ses richesses :
Il s’agit de les exploiter sans tenir compte nécessairement de la fonction.
Pratiquer un métier collectif est indispensable à notre action éducative :
Toute la communauté éducative (parents, PMS, …) doit développer un but commun pour l’épanouissement harmonieux et global de l’élève.
Pour cette raison, l’équipe utilise les richesses de chacun de ses membres mais utilise également celles de ses partenaires que sont les parents, le centre PMS de guidance, les différentes institutions d’hébergement, le conseil de participation, les organes extérieurs ayant en charge certains élèves (centre de guidance, aide à l’enfance, …).
L’école n’est plus un ensemble rigide de classes :
L’école est un lieu de projet et de rencontres au sein d’une équipe : titulaires - maîtres spéciaux - paramédical - centre PMS …
Les élèves ont un maître pour une période déterminée mais des maîtres tout au long de leur scolarisation chez nous.
L’école développe des projets interclasses, confie des activités aux titulaires ayant une compétence plus talentueuse afin que les enfants bénéficient au maximum de cette compétence (poésie, musique, psychomotricité, …).
La classe n’est plus une juxtaposition d’individus :
Elle forme un ensemble dynamique, sans compétition, axé sur la collaboration.  L’école est assouplie parla présence d’ateliers (cuisine, activités manuelles, sorties, …) et alterne travail individuel et collectif en instaurant le tutorat des élèves.
Le conseil de classe :
Il établit le projet individuel de l’enfant, l’évalue régulièrement, l’adapte aux besoins nouveaux de l’enfant.
Il est ainsi l’organe qui garantit à chaque enfant le contrôle de la continuité de ses apprentissages, qui coordonne les diverses prises en charge (logopédie, psychomotricité, remédiations scolaires, …) qui garantit une prise en charge globale ainsi que l’évaluation continue de leur projet.