Publications‎ > ‎

Joseph Jacotot

 

"Joseph Jacotot: Le pédagogue paradoxal"

 

 
joseph jacotot pedagogue paradoxal raisky

Présentation

 

Le dijonnais Joseph Jacotot (1770-1840) est un héritier du Siècle des Lumières. Révolutionnaire dès ses 18 ans, il s’engage en 1792 dans les armées de la République. Il est alors élu capitaine et il part « défendre la patrie ».

 

Mais il est surtout un pédagogue au savoir encyclopédique : dès l’âge de 16 ans il enseigne le latin, le grec et l’hébreu. Il participe en 1794 à la fondation de l’Ecole Polytechnique. Revenu à Dijon il est nommé professeur d’université en droit et en mathématiques.

 

En 1815, pendant les « Cent jours » il est élu député. Mais la Restauration le contraint à s’exiler en Belgique où il va enseigner la littérature à l’université de Louvain.

C’est là qu’il va inventer son système d’Enseignement universel au service de l’Emancipation intellectuelle : la méthode pédagogique qui affirme que le maître doit être ignorant de ce qu’il enseigne, que toutes les intelligences sont égales, que « tout est dans tout » et que toutes les institutions éducatives sont inutiles, voire nocives !

 
 
 

Cet ouvrage retrace la vie et présente l’œuvre de ce pédagogue paradoxal. De nombreux extraits de ses livres permettent un accès direct à sa pensée.

 

Aujourd’hui, alors que l’éducation et la formation sont de plus en plus soumises à de simples règles comptables, la pensée de Joseph Jacotot nous invite à mettre en questions l’ensemble des pratiques et des institutions éducatives de nos sociétés dites développées et à nous intéresser à l’Emancipation intellectuelle.
 
 
 
 
L’auteur
claude raisky jacotot
 
Claude RAISKY professeur de philosophie puis chercheur en didactique. Auteur de plusieurs ouvrages pédagogiques, il dirige la revue « Travail et Apprentissages ».
 

 
 
 
 
 
 
 
Tarif : 19€ + 5€ de frais de port
 
 
 
 
 
 

"Le maître ignorant"
 

Ce livre de Jacques Rancière est une réflexion sur l’expérience menée par Joseph Jacotot au début du XIXe siècle.

 

Nommé professeur à l’université de Louvain, Jacotot, qui ne parle pas flamand, demande à ses étudiants flamingants et non francophones de rédiger un commentaire de Télémaque de Fénélon en français, avec pour seul appui une édition bilingue récemment publiée. Il est surpris par la qualité de ces commentaires, ce qui le conduit à remettre radicalement en cause  les catégories d’analyse communément admises et  les méthodes traditionnelles de l’enseignement.

 

Les élèves avaient appris sans maître explicateur, mais non pas pour autant sans maître. Ils ne savaient pas auparavant, et maintenant ils savaient. Donc Jacotot leur avait enseigné quelque chose. Pourtant il ne leur avait rien communiqué de sa science. Donc ce n’était pas la science du maître que l’élève apprenait. Il avait été maître par le commandement qui avait enfermé ses élèves dans le cercle d’où ils pouvaient seuls sortir, en retirant son intelligence du jeu pour laisser leur intelligence au prise avec celle du livre. Ainsi étaient dissociées les deux fonctions que relie la pratique du maître explicateur, celle du savant et celle du maître. Ainsi s’étaient également séparées, libérées l’une par rapport à l’autre, les deux facultés en jeu dans l’acte d’apprendre : l’intelligence et la volonté. Entre le maître et l’élève s’était établi un pur rapport de volonté à volonté : rapport de domination du maître qui avait eu pour conséquence un rapport entièrement libre de l’intelligence de l’élève à celle du livre – cette intelligence du livre qui était aussi la chose commune, le lien intellectuel égalitaire entre le maître et l’élève. Ce dispositif permettait de désintriquer les catégories mêlées de l’acte pédagogique et de définir exactement l’abrutissement explicateur. Il y a abrutissement là où une intelligence est subordonnée à une autre intelligence. L’homme – et l’enfant en particulier – peut avoir besoin d’un maître quand sa volonté n’est pas assez forte pour le mettre et le tenir sur la voie. Mais cette sujétion est purement de volonté à volonté. Elle devient abrutissante quand elle lie une intelligence à une autre intelligence. Dans l’acte d’enseigner et d’apprendre il y a deux volontés et deux intelligences. On appellera abrutissement leur coïncidence. Dans la situation expérimentale créée par Jacotot, l’élève était lié à une volonté, celle de Jacotot, et à une intelligence, celle du livre, entièrement distinctes. On appellera émancipation la différence maintenue des deux rapports, l’acte d’une intelligence qui n’obéit qu’à elle-même, lors même que la volonté obéit à une autre volonté.

 

Jacques Rancière, Le maître ignorant, Fayard, Paris,
1987, p. 25-26
 
 
 
"Figures du Maître ignorant: savoir & émancipation"
 
(dir.) M. Derycke, M. Peroni
 
 
 
Contemporain de Condorcet et autres concepteurs du projet de l’École de la République mis en oeuvre par J. Ferry, Joseph Jacotot fut le promoteur malheureux et bien vite oublié d’un tout autre projet, en posant l’axiome de l’« égalité des intelligences » et en indiquant dans la posture du « maître ignorant » la modalité de sa mise en oeuvre à même l’apprentissage. Il appartient à Jacques Rancière d’avoir, dans son ouvrage Le Maître ignorant, exhumé la proposition de Jacotot, de l’avoir réfléchie en tant qu’elle invite à une refonte de la conception de ce qu’est l’apprendre dans une perspective d’émancipation, et d’avoir pris, ce faisant, toute la mesure de sa teneur politique.

Dans le sillage de la relecture rancièrienne, nous voudrions documenter ici ce qui constitue pour nous la triple actualité de l’argument formulé par Jacotot : au regard d’un système éducatif maintenant placé sous le signe de l’« autonomie » de l’apprenant ; au regard d’une société désormais pédagogisée de part en part (que ce soit sous l’aspect de l’information qui l’innerve ou sous celui de la critique qui y prolifère) ; au regard enfin des développements ultérieurs de l’analyse de la politique opérée par J. Rancière. Documenter d’abord les modalités par lesquelles se manifeste, dans le monde social d’aujourd’hui, la figure aliénante du maître explicateur avec le savoir qui l’autorise. Mais documenter aussi les expériences, toujours situées, dans lesquelles se cherchent, s’éprouvent, s’expérimentent des modalités d’apprentissage émancipatoires…

 
 
(dir.) M. Derycke, M. Peroni. Figures du Maître ignorant : savoir & émancipation
Collection "Sociologie" - Matières à penser.Publications de l'Université de Saint-Etienne, 2010.
 
 

Plan et bon de commande de l'ouvrage