Dr Philfr

Psychiatre 

Sexologue

Thérapeute de couple 


A l'attention du docteur B. Zévoux 

Cher confrère,

Vos récentes publications sur l'approche thérapeutique et le traitement psychiatrique des pathologies weboconjugales m'ont grandement impressioné.

C'est donc au spécialiste renommé que vous êtes que je m'adresse, afin de vous faire part d'un cas qui me préoccupe.

Mr Z. et Mme L. sont un couple en traitement dans mon cabinet depuis bientôt 3 ans.

Jusqu'il y a peu, ils étaient en simple observation régulière pour des déviations sexuelles et conjugales mineures:

- zoophilie légère mais schizophrénique de Mr Z., avec orientation préférentielle vers les lapins, mais aversion profonde et sadique envers les chats;
- comportement à tendance dominatrice de Mme L., essentiellement en public pour accentuer son côté dégradant, par  l'intermédiaire de la vitrine officielle de l'entreprise de Mr Z., fréquentée quotidiennement par tous ses clients (ladite "informaticien.be");
- phantasmes agoriques de Mr Z., par publication hebdomadaire de prétendues  préférences féminines qu'il appelle "babes" sur cette même vitrine.

Depuis quelques temps, leur état pathologique évolue rapidement et de façon inquiétante, nécessitant selon mon premier diagnostic une observation plus suivie.  En effet:

- j'ai pu observer la tendance du couple à préférer désormais partager tous ses moments d'intimité avec les visiteurs de l'entreprise, jusqu'à ne plus avoir de relations textuelles que dans ladite vitrine;

- les dialogues quotidiens élémentaires du type "qu'est-ce qu'on mange ce soir chérie ?" se traduisent chez Mr Z. par la création d'une entreprise d'échange de recettes de cuisine pour Mme L., autre ersatz de lieu de dialogue devenant rapidement public;

- Mme L. de son côté, simule parfaitement le plaisir de la gestion de cette nouvelle entreprise pour ne pas décevoir Mr Z., mais se réfugie de longues journées dans les bras d'une autre entreprise, dans laquelle son activité principale consiste à fréquenter des étrangers en situation illégale;

- Mr Z. somatise les imperfections de sa relation avec Mme L., en croyant dur comme fer qu'il est victime d'une allergie alimentaire (il faut dire que je lui ai chaudement recommandé un confrère allergologue...)

De plus, ce comportement  commence à présent à avoir des effets mesurables sur les clients des entreprises. J'ai en effet dans ma patientèle un couple jusqu'ici exemplaire (Mr D. et Mme T.), parents de deux enfants, qui commence à reproduire certains schémas comportementaux pathologiques des intéressés: pour unique exemple, je vous dirai que Mme T. réalise à présent l'équivalent des "babes" de Mr Z. (je vous recommande d'ailleurs la visite de cette rubrique appelée "gladiateurs": vous y trouverez certainement des choses à votre goût... nous nous comprenons n'est-ce pas ?)

Je fais donc appel à vous, d'une part pour m'aider à trouver une thérapie appropriée à cette pathologie multiple, d'autre part, et ce dans la mesure de vos disponibilités, pour reprendre leur dossier afin que celui-ci n'interfère plus avec celui de mes autres patients, pour les raisons déontologiques que vous comprendrez aisément.

En espérant vous lire très prochainement, je vous prie de croire, cher confrère, en mon plus profond respect.

Dr. Philfr