Dans les pays où ont été envoyés des travailleurs «engagés» indiens au XIXe siècle, sont apparus des genres musicaux originaux, destinés au divertissement. On leur a donné le nom de "chutney", « épicés ».

A partir de répertoires et de formes pratiqués en Uttar Pradesh et au Bihar, dans le nord-est de l’Inde actuelle, les émigrés issus de la population bhojpurie ont inventé, par fusion et appropriation d’éléments rencontrés dans leur pays d’installation, des musiques nouvelles qui ont été commercialisées et ont acquis une grande popularité : Trinidad et Tobago, le Guyana, le Suriname, l’Afrique du Sud et Maurice possèdent tous aujourd’hui leur propre chutney*.

Ces musiques, qui fournissent des exemples passionnants de mélange et de création, pour tout dire, de créolisation, forment la base du site d’archives sonores du CEIAS.

 
 

 
 
  L’Inde    L'île Maurice   Le Suriname et le Guyana   Trinidad et Tobago









Peinture sur la façade d'une maison en Inde (cliché de Claude Sauvageot) ;
 image extraite de la couverture du CD 3 titres Petard 2000 des frères Gowry ;
Chutney dancer Sandela performing in Rose Hall, Berbice (image original : http://www.gina.gov.gy/archive/daily/b080521.html) ;
Chanteuse chutney à Trinidad (image original : http://sec2-3a-cheryl-deborah-composers.blogspot.fr/)