RECOMMENDED RECORDS

 

Eloge de la science et / ou leçon d’impouvoir (13)

 

Recommended Records va produire un certain nombre de groupes et de musiciens dont l’esthétisme côtoie l’environnement de Chris Cutler et ses partenaires, en vinyle puis en cd. C’est ainsi qu’apparaissent au catalogue Recommended des groupes comme Mnemonists / Biota, the Necks, ZGA, et des musiciens comme Lutz Glandien, Michael Vogt, Paolo Angeli ou Jon Rose, ou un ingénieur du son du nom de Bob Drake.

 


MNEMONISTS / BIOTA

Biota est un collectif américain de musique électronique expérimentale créé à la fin des années 1970. Biota est connu pour son approche compositionnelle très détaillée et souvent radicale, qui implique un vaste traitement électronique des sources sonores acoustiques traditionnelles, mélangeant et fusionnant souvent des idiomes folkloriques, de jazz, de chambre et de rock, entre autres formes de musique.

Fondé au Colorado, les premiers enregistrements de Biota ont été publiés sous le nom de Mnemonists. Produit et conçu par Mark Derbyshire et William (Bill) Sharp, Mnemonists a sorti cinq albums entre 1980 et 1984 sur son label Dys auto-produit. Horde (1981), album pionnier de la musique traitée électroniquement, a attiré l'attention critique pour son utilisation révolutionnaire de la manipulation sonore non conventionnelle et des techniques de la musique concrète. Peu de temps après la sortie de Gyromancy en 1984, le groupe s'est scindé en deux factions collaboratives : un collectif d'arts visuels, qui a conservé le nom de Mnemonists, et le groupe musical, Biota (source : Wikipedia).

Les Mnemonists construisent la musique et l’image dans des pièces qui apparaissent de prime abord comme conventionnelles, normales, puis ils les tordent et les décomposent jusqu’à les rendre méconnaissables pour produire une forme d’art complètement nouvelle et étrange. On ne peut ni décrire ni juger "Horde" en utilisant les termes habituels, c’est inutile. "Très culturel, mais à peine traditionnel… ou c’est une forme nouvelle de musique, ou ce n’est pas de la musique du tout" (R. Carlberg, Polyphony). « Horde" est à mon avis un disque essentiel, tout à fait unique. Un classique. (Chris Atton, Notes 22, juin 1986).

 


"Horde" sera édité en cd chez Recommended Records en 1998 (ReR MN1).

 

Le sujet de leur œuvre suivante "Biota" (1982) a été décrit par les membres eux-mêmes comme suit : "ce disque s’intéresse aux questions d’interaction entre les hommes et les animaux". Il a été produit par un "sub-groupe" de Mnemonists, qui s’intitule Biota, comme le titre. Il comprend l’usage fréquent de petits appareils à piles, mais aussi des instruments plus conventionnels. Les sons et les images présentes sur la pochette se rapportent à une vision microscopique du monde, aux microbes, aux insectes, aux animaux, à la terre. Le résultat est un collage très dense de sons, de fragments amplifiés et éclatés pour produire des organismes bizarres, "comme les pas d’une bête qui rampe dans un brouillard dense" (T. Holmes, Recordings »). "Les sons naturels n’existent pas, mais le groupe me fascine en projetant ses propres idées sur les animaux" (T. Faull, Outlet).

 

"C’est le groupe Mnemonists au complet qui enregistre le disque "Gyromancy" en 1984. Il utilise alors une gamme d’instruments acoustiques encore plus diverse que jusqu’alors, en ajoutant le clavecin, la cornemuse, le métronome et d’autres instruments du moyen-âge. C’est une pièce sans interruption, la plus prolongée de toutes leurs œuvres. La musique est généralement très éparse, voire muette. La gamme dynamique est très limitée, mais la gamme timbrale est énorme (15 instruments en divers petits groupes). On y trouve quelques sonorités déconcertantes. La pochette reflète la musique. "Gyromancy ne parle de rien en particulier, il ressemble en cela à "Horde". C’est une œuvre abstraite plus intéressée à la manipulation du son et des images qu’à aucun autre concept ou programme spécifique (Chris Atton, Notes 22, juin 1986).

 

Pierre Durr, dans Intra Musiques (n°10, 3ème trimestre 1984), écrira à propos de Gyromancy : "Imaginez un ensemble d’une dizaine de musiciens jouant du piano, du violoncelle, de la guitare, basse, harpe, cornemuse, clarinette, cor, cornet, trombone, voix, métronome, bodhran, etc., ces instruments n’étant considérés que comme source sonore. On mélange le tout et on obtient une musique étrange, une sorte de lave sonore très fluide qui s’écoule en vous, vous envoûte et vous dérange à la fois, vous plonge dans un monde bizarre, à la fois résurgence du paléolithique et annonciateur des temps futurs".

 

En 1984 paraitra sur Recommended Records un 45 tours intitulé "Nailed / Tic", enregistré au cours des sessions de Gyromancy. Il comprend deux pièces brèves à la puissance étrange : la première est un duo de piano et de métronome, la deuxième un quintet de violoncelle, guitare électrique, sitar, cornemuse et métronome ; toutes les deux sont truffées de crissements et de grattements très résonnants (Chris Atton, Notes 22, juin 1986).

 

Pour Bellowing Room (Rec Records RERBCD2) Chris Atton écrit dans Notes 29 (janvier 1988) : "Titre magnifique (une chambre qui beugle). Une pochette pleine d’images étonnantes et déconcertantes qui semblent s’inquiéter de bâtiments et de chambres, et de leur rapport avec les gens. Le début du disque poursuit aussi ce thème : une batterie d’objets de ménage avec le traitement habituel de Biota – une scie, une porte qui grince et un fouet à œufs. Mais ces sons laissent rapidement la place à un passage rythmique, long et conventionnel. En effet, les rythmes de percussions parviennent à dominer le reste du disque. Ils agissent comme le fondement sur lequel on entasse la gamme habituelle des instruments et des objets (traités purement). Cependant, malgré ce motif d’unité, le disque manque de cohérence que par exemple, "Horde" (Mnemonists) ou le premier Biota possèdent. A cause de sa nature épisodique et de son usage explicite de figures harmoniques et rythmiques, ce morceau rappelle "Rackabones". Certes, il y a beaucoup d’idées – les combinaisons des instruments, des traitements et des mixages – mais Biota crée souvent un barrage, un chaos qui rappelle les extrémistes que sont Nurse With Wound ou Operating Theatre. Les musiciens de Biota sont plus adroits, car ils réduisent ces matériaux originaux en modifiant les instruments électroniquement et en recomposant la musique pour produire un milieu timbral et structurant autour duquel ils peuvent développer les morceaux. Les dynamiques et les timbres sont limités. A mon avis le plus intéressant et agréable se trouve à la fin de la seconde face, des passages inopinément fantasques : il est ironique de constater que ces dernières minutes de guitare d’accompagnement et d’accordéon sont en fait de l’improvisation pure et libre".

Pour "Object Holder" (1995, RēR), le groupe s'est enrichi de Chris Cutler, de la chanteuse Susanne Lewis (Hail), du regretté guitariste électrique Andy Kredt et de l'instrumentaliste Charles O'Meara (alias CW Vrtacek de Forever Einstein), qui plus tard a rejoint le groupe en tant que collaborateur à plein temps au piano. Comme pour les autres sorties de Biota, les illustrations visuelles qui accompagnaient "Object Holder" ont été fournies par Mnemonists (avec Larry Wilson, Ken DeVries, Tom Katsimpalis, Bill Ellsworth, Dana Sharp, Heidi Eversley, Dirk Vallons, Randy Yeates, Ann Stretton, EM Thomas, Stan Starbuck et al.). "Object Holder" est le premier album de Biota à inclure des paroles chantées, écrites par Katsimpalis et Cutler.


Pour "Invisible Map" (2001, RēR ), la programmation de Biota comprenait Genevieve Heistek ( Set Fire to FlamesHṚṢṬA) au chant et au violon. Dans son article sur "Invisible Map", François Couture de AllMusic.com écrit: "Avec sa large gamme couvrant de délicates chansons pop post-folk à des ambiances sonores ambiantes, Invisible Map est peut-être la version la plus aboutie et la plus accessible du collectif à ce jour. Le blues, le blues, le rock, la musique concrète, l'improvisation libre, etc. fusionnent pour être filtrés à travers les oreilles du rêveur - les voix de fond sont légèrement traitées, les instruments solistes sont entendus à distance, les pistes rythmiques sont délibérément désynchronisées. Les airs simples ne sont jamais vraiment mis au point, donnant à l'album entier une aura de mystère" (source Wikipédia).

Le groupe a refait surface en 2007 avec sa sortie suivante, "Half a True Day". Sur "Cape Flyaway" (2012), des ballades folkloriques traditionnelles, interprétées par Kristianne Gale, sont entrecoupées de compositions originales de Biota. "Funnel to a Thread" a suivi en 2014 (tous trois sortis sur RēR).



 

Discographie sur Recommended Records :

 

Mnemonists :

 

Nailed/Tic (7", 1984, Recommended Records)

Horde (CD 1998 ReRMN1)

 

Biota :

Bellowing Room (LP, 1987, Recommended Records)

Tinct (LP, 1988, Recommended Records)

Bellowing Room/Tinct (sur 1 CD, RERBCD2, 1990)

Tumble (RERBCD, 1989)

Almost Never (RERBCD3, 1992)

Object Holder (RERBCD4, 1995)

Invisible Map (RERBCD5, 2001)

Half a True Day (RERBCD6, 2007)

Cape Flyaway (RERBCD7, 2012)

Funnel to a Thread (RERBCD8, 2014)

 

Philippe RENAUD