LIVRE

Steve DALACHINSKY
where night and day become one
the French poems / a selection


éditions ‘Great Weather For Media’, New York 2018.
www.greatweatherformedia.com
 

 

Ce recueil est un concentré des poèmes écrits par Steve Dalachinsky lors de ses nombreux voyages en France entre 1983-2017.

Francophile, Steve est un New-yorkais avec une baguette sous le bras, et le plus New-yorkais des Parisiens.

Grand flâneur devant l’éternel, il a usé ses grolles dans les quatre coins de la capitale, ainsi que dans diverses régions de France, toujours armé de son carnet de notes. Les poèmes coulent de source, que ce soit dans un cimetière Parisien ou dans l'arrière-pays Aixois. Les mots de Steve se bousculent pour avoir leur place dans les diverses évocations de ses déambulations.

Comme les autres grands flâneurs, les photographes, Dalachinsky observe, flaire, ressent, attend, afin de capturer une image. Trouvant même un poème dans son Picon Bière, il est aussi inspiré par les voisins derrière leurs fenêtres, les pigeons, l'odeur de la pisse des chats, les sons des musiciens, toujours pour partager un sentiment, replonger dans un souvenir dans lequel chacun trouvera une correspondance pour changer de ligne de mire.

Sa femme Yuko est souvent présente dans ce livre, à côté de Steve, et avec eux on prend le train pour Giverny, pour ramasser une pierre et des pétales, qui vont aussitôt disparaitre comme les enfants dans une cour de récré quand sonne la fin de la pause, pour laisser place aux mots

Steve est un grincheux heureux, un râleur plein d'amour, un sensible qui heurte les sensibilités, surtout un passionné de musique. Ici il évoque tendrement mais avec rugosité Alex Von Schlippenbach jouant Monk à la Dynamo de Pantin. J’ai le souvenir de l’avoir vu dans la pénombre de ce concert en train de griffonner sur un de ces bouts de papier froissés dont ses poches sont pleines.

Car il fait ça sur le vif, Mr Dalachinsky, dans l'action, dans l'instant, et ce livre est une passionnante série d'instantanés de la France, loin de tout cliché, près de la place de Clichy, au cimetière de Montmartre, dans une salle de concert à Marseille... Il est là, toujours vaguement désabusé, éternellement fatigué, mais vif comme un rapace.

L'homme est un débrouillard, 'a hustler' en VO, toujours prêt à sortir de son sac plein de livres et de collages pour essayer de vous vendre quelque chose. Mais prenez le temps de regarder l’étalage, il y a des trésors chez ce marchand de tapis littéraire ; le présent livre en témoigne. Steve Dalachinsky est un poète, un vrai, et par ces temps de tweets et de Trumps il n'a jamais été aussi urgent de prendre le temps d'écouter les poètes, car, comme disait son ami Ted Joans, 'you have nothing to fear from the poet, but the truth' (vous n'avez rien à craindre du poète, sauf la vérité).

Voici encore quelques pages de vérité à méditer sans modération.

Gary MAY