Jean-Luc Deuffic‎ > ‎

Julian Notary



Jean-Luc Deuffic, "Un imprimeur et relieur breton à Londres : Julian Notary (ca 1455- après 1523)", extrait de PECIA 6, 2004, p. 139-156.

 

    L’histoire des origines de l’imprimerie nous a laissé les noms de quelques bretons partis exercer cet « art » loin de leur pays. Nous ne nous attarderons pas ici sur le plus célèbre d’entre eux, le prototypographe Johannes Brito, calligraphe à Tournai, puis installé à Bruges [1], qualifié bourgeois de cette ville le 22 mai 1455, et dont les premiers travaux peuvent dater de 1475. De même, nous ne citerons que pour mémoire les noms de « Yvonnet et Olivier Brettons, impresseurs » venus s’établir à Lyon vers 1494 [2]. A Paris, s’illustrent dans les premières années du XVIe s., Jean Kerbriant, Guillaume Anabat, Olivier Senant. En Bretagne, Jean Calvez, établi à Tréguier, imprime en 1499 le premier Catholicon trilingue, breton, français, latin. Une Coutume avait déjà vu le jour dans cette ville en 1485, imprimée par un certain « Ia. P. ». A Bréhant-Loudéac, Jean de Rohan (+ 1504), seigneur du Gué de l’Isle, favorise pour quelques mois, à partir de 1484, l’implantation d’une imprimerie dont la production, assurée par Jehan Cres et Robin Foucquet, offre une dizaine d’impressions soignées, d’un excellent papier et utilisant un caractère importé de Flandre. En 1488, Jean Cres s’installe à Lantenac. Les métropoles bretonnes, Rennes et Nantes, connaissent leurs premiers tirages respectivement en 1485 et 1493.

    Nous ignorons les circonstances particulières de l’arrivée de Julian Notary en Angleterre, peut-être suivit-il la « filière normande ». Dès 1496 il exerce à Londres, en association avec le parisien Jean Barbier et un stationnaire rouennais nommé Jean Huvin, à l’enseigne de Saint Thomas l’Apôtre. Deux ans plus tard ils s’installent dans Westminster, à King Street, où ils impriment un Missel à l’usage de Sarum. Vers la fin de l’année 1500, Julian Notary suit l’exemple de Wynkyn de Worde, et transfère son atelier à la limite de Temple Bar, sans doute à l’endroit où imprima le normand Richard Pynson. En 1510, il possède également une échoppe à St. Paul’s Churchyard sous le signe de Saint Marc ou des Trois Rois. La redécouverte [3], vers 1950, d’un document des archives diocésaines de Londres, dans le fonds de l’Officialité, relatif à Julian Notary, issu d’un registre de dépositions couvrant les années 1511 à 1513, nous livre de précieuses données biographiques : « Julianus Notary, impressor librorum et stacionarius, de parochia sancti clementis extra barras nevi templi london’, ubi moram fecit per xvjto annos et ante illud tempus in civitate Veneti in partibus ultramarinis, ubi fuit oriundus, xlta annorum. » D’autre part, les Subsidy Rolls de Londres, pour 1522-1523, enregistrent le nom de Julian Notary, dont les biens sont alors taxés à 36 livres 6 sols et 8 deniers, ce qui correspond à un niveau de vie très raisonnable. C’est au reste la dernière mention connue de Julian Notary dans les archives anglaises. Il est généralement admis qu’il arrêta d’exercer vers 1520. Toutefois quelques ouvrages imprimés après cette date portent ses initiales « I. N. ». Mais peut-être s’agit-il d’un autre imprimeur ayant utilisé son matériel [4].

.....

[1] Bruges était au Moyen Age un passage obligé des marchands bretons. Dès 1348 nous trouvons un bourgeois de cette ville nommé Gorge Breton : Paris AN J 620, n° 42. Les comptes généraux de l’état bourguignon font mention pour 1418-1419, d’un certain « Jehan Breton, bourgois dudit Bruges, [qui] souloit estre receveur ». Voir M. Mollat, Comptes généraux de l'État bourguignon entre 1416 et 1420. Recettes générales des comtés de Flandre et d’Artois, t. III/2, Paris, 1969, p. 427. Du reste, les maloins venaient se recueillir auprès des reliques de leur saint fondateur qui reposaient dans la cité flamande et dont le culte s’était naturellement répandu à partir de Montreuil. Il y aurait maintes choses à écrire sur les relations entre Bretagne et Flandre. Dans le domaine du livre manuscrit relevons cet exemple d’un Livre d’heures à l’usage de Dol composé à Bruges vers 1430-1450 pour un commanditaire breton. Les miniatures à pleine page portent la marque imprimée de l’artisan, pratique attestée pour certains membres de la Guilde de Saint-Luc à Bruges. Londres, Sotheby, 20 juin 1989, cat. p. 143, n° 67.

[2] Lyon Archives municipales CC4, CC108, 1494-1499. Henri Baudrier, Bibliographie lyonnaise. Recherches sur les imprimeurs, libraires, relieurs et fondeurs de lettres de Lyon au XVIe siècle, 12 vol., Lyon-Paris, 1895-1921; reprint Paris, de Nobele, 1964, I, 66.

[3] Welch, p. 278.

[4] Oldham, Shrewsbury, 1943, p. 101, note 1.

 

Reliures de Julian Notary à la British Library

London British Library c47e13 : Cicero 1509

London British Library c48g5 : Epîtres, Lyon 1520?

London British Library c46e25 : Beroaldus, Venise, 1508?. 

 

Impressions de Julian Notary

§ Glasgow University Library Sp Coll Hunterian Bh.1.1: Jacobus de Voragine, Legenda Aurea, [London:] Julyan Notary, 1503 [1504] : folio a2r

§ State Library of Victoria : Julian Notary. Horae ad Usum Sarum. Sticht Collection no. 35. Rare Books.
§ Kelvin Smith Library : Chronicles of England (1515) : 1 feuillet


Marques de Julian Notary

140 x 97 mm. McKerrow, Ronald B, n° 26.

Source: McKerrow, Ronald B., Printers' & Publishers' Devices in England & Scotland 1485-1640, London, 1913.

En ligne sur le site de la Royal Library de Copenhague : http://www2.kb.dk/elib/bhs/mckerrow//intro.htm

 

Julian Notary: bibliographie

A Short-Title Catalogue of books printed in England, Scotland, & Ireland, and of English books printed abroad 1475-1640.  First compiled by A.W. Pollard and G.R. Redgrave; second edition, revised & enlarged, by W.A. Jackson, F.S. Ferguson, K.A. Pantzer. London, The Bibliographical Society, 1976.

Ames Joseph, Typographical antiquities; or The history of printing in England, Scotland and Ireland: containing memoirs of our ancient printers, and a register of the books printed by them ... , London, 1810-1819 (Reprint, Georg Olm, 1969), Volume II, 1812, p. 575-603.

Avis F.C., English Printers' Marks of the Fifteenth Century. London, Glenview Press, 1964.

Catalogue of the Library of the Late E. G. Duff.  First Portion.  The Collection of Early Stamped Bindings.  16-19 March 1925.   London,  Sotheby & Co., 1925.

Christianson C. P., Paternoster Row and the Tudor book-trade community, dans The Library, 6th serie, 11, 1989, p. 352-356.

Davies Hugh William, Devices of the early printers, 1457-1560: their history and development, with a chapter on portrait figures of printers., Folkstone, Kent: Dawsons of Pall Mall, 1974.

De Hamel Christophe, A New Bohun, dans Edwards A. S. G., Gillespie V., & Hanna R. (eds), The English Medieval Book : Studies in Memory of Jeremy Griffiths, London, British Library, 2000, p. 19-25.

Deuffic Jean-Luc, Un imprimeur et relieur breton à Londres: Julian Notary (ca 1455-après 1523), dans Pecia, 6, 2004, p. 141-156.

Duff Edward Gordon, Early English Printing. A Series of Facsimiles of all the Types used in England during the XVth century, with some of those used in the Printing of English Books Abroad. London, Kegan Paul, Trench Truebner and Co., Ltd. 1896.

Duff Edward Gordon, A Century of the English Book Trade.  Short Notices of all Printers, Stationers, Bookbinders, and others connected with it from the Issue of the First Dated Book in 1457 to the Incorporation of the Company of Stationers in 1557. London, Bibliographical Society, 1905. Reprint 1948, Bibliographical Society, p. 112-114 [en ligne].

Duff E. Gordon, Fifteenth Century English Books, Oxford, 1917 (= Duff)

Hodnett E., English woodcuts, 1480-1535 with Additions & Corrections, Oxford University Press, 1973, in- 4°, xv + 483; xvii + 82 pages, p. 408-432, n 2077-2274, fig. 179, 180 et 181.

Hoskins Edgar, Horae Beatae Mariae Virginis or Sarum and York Primers and Primers of the Reformed Roman Use together with an introduction, London, 1901, Reprint 2003 (= Hoskins)

Marx C.W., Julian Notary, Wynkyn de Worde, and the earliest printed texts of the Middle English Gospel of Nicodemus. Language of Work, dans Bulletin of the Modern Language Society of Helsinki, 96/4, 1995, p.389-398.

McKerrow Ronald B., Printers' and publishers' devices in England and Scotland 1485-1640., London, Printed for the Bibliographical Society at the Chiswick Press, 1913.

Oldham James Basil, Shrewsbury School Library, dans Library Association Record, 2nd Series, 6, 1928, p. 91-9.

Oldham James Basil, Shrewsbury School Library Bindings.  Catalogue Raisonné by J. Basil Oldham.  Illustrated mainly from photographs by the late P. W. Pilcher, Oxford, For the Librarian of Shrewsbury School at the University Press, 1943. Cf. c. r. par William A. Jackson dans Papers of the Bibliographical Society of America, 37, 1943, p. 322-4.   

Oldham James Basil, Note on some new tools used by the 'Unicorn binder', dans The Library, 5th series, 2, 1947/8, p. 283-284.

Oldham James Basil, Note on the binding of Ushaw College XVIII c. 9b, dans Transactions of the Cambridge Bibliographical Society, 1, 1949/53, p. 46-47.

Oldham James Basil, An unrecorded Cambridge Panel, dans Transactions of the Cambridge Bibliographical Society, 1, 1949/53, p. 179-80.  

Oldham James Basil, Blind panels of English binders. London and Cambridge, Cambridge University Press, 1958.  Cf. c. r. par Howard M. Nixon dans le Times Litera-ry Supplement, 2 Jan 1959, « A brief fashion in binding »; puis dans The Library, 5th Series, XIV/3, September 1959.

Oldham James Basil, Shrewsbury School Library, The Library, 5th Series, 14, no. 2, June 1959, pp. 81-99.

Oldham James Basil, English Blind-Stamped Bindings. The Sanders Lectures, Cambridge University Press, 1952. Cf. c. r. de Howard M. Nixon dans The Book Collector, Autumn 1952, et par A. R. A. Hobson dans The Library, December 1952. 

Oldham James Basil, English Fifteenth-century binding[s], dans Festschrift Ernst Kyriss, Stuttgart, Max Hettler Verlag, 1961, p. 159-174.

Oldham James Basil, Non est mortale quod opto, dans The Book Collector, 10, n° 4, winter 1961, p. 446. Note 141 (Autumn 1960), il cite un autre exemple d’empreinte trouvé à la Shrewsbury School Library.

Oxford Dictionnary of National Biography (notice de H. R. Tedder)

Plomer Henry R., Wynkyn de Worde & His Contemporaries from the Death of Caxton to 1535. A Chapter in English Printing, London, Grafton & Co, 1925.

Sheppard L. A., Catalogue of the XVth century books in the Bodleian Library, 1954-1971.

Weale William Henry James, Bookbindings and Rubbings of Bindings in the National Art Library, South Kensington Museum, London, Printed for H. M. Stationery Office by Eyre and Spottiswoode, I, Introduction; II, Catalogue. Reprint 1962, Bookbindings and Rubbings of Bindings in the Victoria & Albert Museum by the Holland Press, London, en un volume.  Cf. c. r. de Howard M. Nixon dans The Book Collector, 12/1, Spring 1963.    

Welch C. E., Julian Notary and Andrew Rowe : two contemporary records, dans The Library, 5th series, 11, 1956, p. 277-278.