Rôle du psychologue

Le contenu de cette page est issu de mes notes personnelles de cours en formation CAPA-SH.
 
SCHEMA SYSTEMIQUE DE L'APPRENTISSAGE :
 
L'apprentissage est une activité globale de l'individu dont les potentialités physiques, intellectuelles, sociales et affectives sont en interaction constante.
  • BIOLOGIQUE : Tout apprentissage met en activité les fonctions neurologiques globales du cerveau; unité physiologique en évolution, mais aussi rythme individuel; maturation psychomotrice et développement physique.  

  • COGNITIF : Activité cérébrale pour intégrer les connaissances. Stratégies mentales, les grandes élaborations, assimilation et accomodation des concepts...  

  • AFFECTIF : Produit de son histoire, développe l'inconscient de la personne. Attitudes émotionnelles, anxiété, inhibitions, réactions comportementales, équilibre affectif.  

  • SOCIAL : Interaction avec l'environnement socio-culturel, statut dans le groupe, image de soi...  

Le psychologue a une formation qui lui permet d'appréhender l'enfant sous l'angle des processus d'apprentissage en lien avec son développement.
 
LES MISSIONS DU PSYCHOLOGUE :
 
Circulaire du 10/04/1990 BO n° 16 du 19/04/1990
 
" Les actions du psychologue... tirent leur sens de cette mise en relation entre les processus psychologiques et les capacités d'apprentissage des élèves."
  • capacité = ce que l'on acquiert après apprentissage.. Rien ne dit que le support des capacités cognitives va se développer en même temps. L'écart peut se creuser avec l'âge. Si le QI est stable, avec une progression dans les apprentissages, le bilan marque une régression. La déficience est l'écart entre l'âge réel et l'âge mental. On peut résorber le handicap d'apprentissage sans résorber le handicap individuel.
"Par ses modes d'investigation, il participe à préciser les types de difficultés auxquelles renvoient les problèmes d'acquisition ou de comportements (remarquables) signalés ; ces éléments contribuent à l'élaboration du projet pédagogique..."
  • le psychologue peut donc parfois donner des pistes.
" Parmi les modes d'investigation, les tests permettent d'infirmer ou de confirmer les hypothèses de diagnostic. Différents types de tests sont utilisés :
  • Maturité physiologique (graphique, psycho-motrice...)
  • Maturité affective (projectifs, schéma corporel...)
  • Maturité cognitive (efficience intellectuelle, logico-mathématique...)
  • Maturité sociale (représentation de l'estime de soi, statut social...relationnel)
LES OUTILS DU PSYCHOLOGUE :
 
Principe des tests :
  • Echelle métrique (à valeur génétique)
  • Etalonnage (référence groupale)
Testis = témoin en latin.
Le test est un instrument de mesure qui va permettre de situer un enfant par rapport à ses pairs.
 
L'échelle métrique (La NEMI)
BINET 1920
Naissance de la psychologie. L'enfant avec un retard mental échappait totalement à la politique de l'époque. Se sont ouverts des établissements pour tous les enfants posant problème, sans distinction. C'est pourquoi on a demandé à BINET de mettre au point un outil pour que seuls les enfants ayant un retard d'au moins trois ans soient acceptés dans ces structures. C'était une évaluation de l'âge mental.
Principe de construction : Recenser un certain nombre d'items et dégager une moyenne d'âge global pour lequel cet item est acquis. Âge auquel l'enfant accède àla représentation mentale d'un concept. On prend le repère 80 % pour étalonner par base âge.
Il y a parfois décalage de maturité qui met l'enfant en situation d'échec alors qu'il n'y a pas de déficience. Si l'enfant a 50 % au repère de l'âge de base, pas d'orientation.
 
QD Quotient de Développement
STERN
AM âge mental / AR âge réel = QD
Situer un enfant dans son développement. Courbe de saturation.
 
WISC
WESHLER
Le WISC (1939) arrive des USA en France en 1950.
Premier réétalonnage du WISC en 1985. On "mesure" de l'humain... Les populations évoluent, on mesure une efficience par rapport à un groupe. Le WISC relève de la standardisation par le groupe. Il est donc nécessaire d'être très prudent. Procédure de référence d'une population donnée.
Courbe de Gauss : Dans une population x, si on mesure, on obtient une courbe de Gauss.
C'est la base de calcul qui a primé pour le calcul du QI.
Note standard avec un écart-type de 15 (Choix de statisticien)
Norme : 100 - Population dite normale : de 85 à 115.
Derrière le même QI, on va trouver des profils très différents.
Evolution en fonction des stimulations. S'il n'y a pas de stimulation, le déficit augmente, il y a régression.
 
Distinction QI verbal et QI performance.
QI = (QIV + QIP) / 2
profil supérieur: QIV = 140 et QIP = 120
 
QIV
  • I informations
  • C compréhension verbale
  • A arithmétique
  • S similitude
  • V vocabulaire
QIP
  •  CI complément d'image (puzzle)
  • AI arrangement d'images (séquentielles)
  • Cu cubes
  • Co côtes (associations sigles/chiffres)
  • AO assemblage d'objets
SCATTER : Mode de calcul pour vérifier si on a un profil harmonieux ou dysharmonieux.
 
Autres outils :
 
Plan psychomoteur
  • BENDER : Il part du principe que l'enfant va savoir reproduire des formes géométriques de plus en plus complexes en fonction de son âge et de son développement. C'est une question de coordination main / mental.
  • EDL de BOURDIER : basé sur un panaché entre les épreuves de Bener et des batteries progressives en termes de similitudes.
  • Epreuves de latéralité : c'est fondamental.
Plan psycho-affectif
  • Projectifs (CAT - Rorschah - Patte noire)
  • Bonhomme de Goodenough
  • Dessin de la dame de Fay, de la famille, du village...
Plan cognitif :
  • NEMI
  • Longeot (pensée logico-mathématique)
Développement intellectuel global
  • WISC III -WIPPSI
  • Tests de pré-requis aux apprentissages fondamentaux (AMD, Inizan, concepts de base de Boehm)
Hétérochronie du développement :
Concept de ZAZZO. Il correspond aux batteries ci-dessus. Pour Zazzo, le concept de déficience est un concept de dysharmonie de développement. Développement dysharmonieux des fonctions. La coordination visuo-motrice semble complètement indépendante de la déficience.
 
Comment s'organise le repérage des enfants à Besoins Educatifs Particuliers ?
  • Enfant en difficulté d'apprentissage (Comportements remarquables - En classe)
  • Observation de l'Equipe Educative (Modalités diversifiées, suivant le contexte - Concertation)
  • Feuille de demande d'intervention (envoyée au Service de Psychologie)
  • Intervention du psychologue (Spécifique en fonction des diocèses, et rencontre de l'Equipe Educative)
  • Examen psychologique ou non
  • Synthèse
  • Diagnostic
  • Projet :
    • Projet pédagogique : Re-médiation, décloisonnement, prises en charge externes...
    • Aide spécialisée à dominante pédagogique (Maître E) ou ré-éducative (Maître G)
    • Enseignement spécialisé
Rôle et fonction du Psychologue en réunion de synthèse :
 
Avant la réunion :
  • Par des examens psychologiques, il aide les enseignants concernés à repérer les causes et comprendre les difficultés des enfants.
    • Préciser les types et causes des difficultés (causes exogènes et endogènes)
      • L'environnement socio-culturel (sollicitation)
      • Le vécu
      • Les processus de maturité (espace, temps)
      • Les processus intellectuels (mémoire)
      • La vision, l'audition
      • Le regard sur l'école
      •  ...
    • Certaines causes vont avoir des effets différents sur l'efficience intellectuelle de l'enfant.
  • Il rencontre la famille.
Pendant la synthèse :
  • Il suscite le questionnement sur le plan psychologique
  • fait le lien avec la synthèse précédente
  • prend en compte l'évolution de l'enfant dans sa globalité (plan physiologique, cognitif, affectif, social)
Après la réunion :
  • Si nécessaire, il contribue à la réorientation de l'élève ou à la modification de la prise en charge.