Brève histoire des types AG et AG1, "le taxi de la Marne"

En 1905, Renault remporte avec le type AG un appel d'offres de la
Compagnie Française des Automobiles de Place pour des "fiacres automobiles". D'autres compagnies de taxis parisiennes et étrangères achèteront ce véhicule. Le type AG est à la base de la croissance rapide de Renault avant 1914. Il participera en septembre 1914 à l’opération «Taxis de la Marne» et reste connu comme tel. Il sera produit jusqu’en 1921.

Genèse
Le type AG est la réponse de Renault en 1905 à l'appel d’offres de la Compagnie Française des Automobiles de Place (future G7) pour une flotte de “fiacres automobiles” (plus tard  appelés «taxis») en vue de remplacer les 20 000 véhicules hippomobiles circulant à Paris. Maitres mots : «simplicité et robustesse».  A gauche, station de taxis à Paris en 1906


Principales caractéristiques
Type AG

Encombrement :  1,52 m X 3,57 m,  emplacement carrosserie 0,80 m X 2,45 m, empattement 2,62 m, voie 1,26 m, hauteur (carrossée) : 2,20m. Chassis ci-contre à gauche.
Carrosserie de genre coupé-landaulet (carrosserie de voiture à deux places qui se découvrait à l’arrière).
Moteur (ci-contre à droite) : bicylindre, 1060 cm3, puissance nominale 8 CV, essence
3 rapports de vitesse (la 3ème en prise directe !) + marche arrière
Poids du châssis sans carrosserie : 540 kg. Poids total : 1050 kg.
Vitesse maximale : 40 km/h
Type AG1
Plusieurs évolutions entre 1907 et 1912.
Légères variations des dimensions.
Le moteur passe à 1205 cm3, puis à 9CV, et la vitesse maximale à 45km/h.
Direction à gauche en 1912.
Principales innovations
- La roue de secours que l’on fixe, avec des papillons, parallèlement à la roue crevée,
- La facilité de conduite, avec les trois pédales et le changement de vitesse en ligne,
- Le taximètre, qui n’est pas nouveau, mais se sophistique. Il indique les tarifs et le nombre de pannes subies par le véhicule. Pour mémoire, le fait d’avoir un “taxa-mètre”, appellation d’origine qui évolua en “taxi”, était un progrès considérable par rapport aux nombreux coches ou fiacres, très souvent facturés à la tête du client,
- En 1912, le poste de conduite passe de droite à gauche, sa position d’origine étant justifiée par la nécessité pour le chauffeur de voir où il roulait par rapport au caniveau,
- Le brevet d’Invention déposé le 5 mai 1909, relatif à l’architecture de modèle AG : « une voiture automobile étudiée, dans l’ensemble de ses dispositions, de façon à permettre de démonter très facilement et très rapidement les principaux organes du châssis. »

Production
Au total, environ 11 700 modèles AG et dérivés (dont 2/3 de taxis) sont fabriqués de 1905 à 1921 (essentiellement jusque 1914).
Année 1905 1906 1907 1908 1909 1910 1911 1912 1913 1914
Production 60 360 750 1950 2600 2350 1350 850 750 600
Quelques dizaines de véhicules ont encore été produits entre 1915 et 1921.
Lieu de production
France : Billancourt
Pays de commercialisation
Ce  véhicule est commercialisé largement au-delà des frontières de la France.
Europe (hors France) : un total de 4100 exemplaires vendus notamment en Grande-Bretagne (2500) - à gauche Winston Churchill en 1911 se rendant à Buckingham en taxi Renault - mais aussi Allemagne, Espagne,  Russie -à droite, flotte de taxis russes-, Belgique, Italie, Suisse, Grèce, Pays-Bas
Amérique Nord (132)
Amérique Sud (345) dont Argentine (276)
Afrique : Égypte (17)

Dates Clés 
1905
: Renault remporte avec le type AG un appel d’offres de la Compagnie Française des Automobiles de Place (CFAP, future G7) pour des « fiacres automobiles ». Premières productions.
1907 : Évolution vers le type AG1 et un moteur plus puissant. Les taxis dépassent les 1 000 véhicules dans Paris.
1908 : le type AG représente 50% de la production de Renault.
1914 : une très grande partie des 10.000 taxis de Paris sont des Renault Type AG et AG1, répartis entre trois grandes compagnies (immatriculées G2, G3 et G7). En septembre, « Taxis de la Marne » (photo de droite)
1921 : Fin de production.

Bibliographie