La victoire au GP de France en 1979 était prévue !...




Tout le monde se souvient des débuts difficiles de Renault en F1 avec son moteur turbo. Depuis la première participation au Grand Prix de Grande Bretagne en juillet 1977, on avait pu mesuré le formidable potentiel du moteur turbo,
mais sa brutalité et ses délais de réponses en rendaient la conduite délicate, et surtout sa fiabilité n’était pas au rendez-vous, ce qui valut à la F1 de Renault le surnom de « yellow tea-pot », car elle finissait souvent prématurément les Grand-Prix dans un panache de vapeur d’eau …

Cependant en juin1979, G. Larousse qui participait au Comité de Direction de la Direction du Produit sous l’autorité de Christian Martin, fit une annonce très remarquée:

… avec l’arrivée de René Arnoux qui se prêtait de bonne grâce aux essais d’endurance, sans multiplier les arrêts pour perfectionner la voiture (ce que faisait beaucoup le perfectionniste Jean-Pierre Jabouille), et grâce également à l’annulation du Grand Prix de Suède, qui avait permis de faire de nombreux tests d’endurance, Gérard Larousse mit en garde Christian Martin:
« je dois vous prévenir que nous sommes maintenant capables de gagner un Grand Prix !… »

Autour de la table, je n’étais pas le seul à rester un peu sceptique vu les résultats cumulés depuis presque deux ans.


Nous fûmes donc un certain nombre à regarder le Grand Prix de France avec un peu plus d'espoir que d’habitude, mais non sans quelques craintes de revivre une fois de plus la fin abrégée de la prestation de nos voitures.




La joie de la victoire, magnifiée par les derniers tours d’anthologie de René Arnoux et Gilles Villeneuve n’en fut que plus grande

Un très grand souvenir !

Yves Dubreil