Librairie‎ > ‎

Renault 1898-1947: Travail à la chaîne



Renault 1898-1947
TRAVAIL À LA CHAÎNE

Auteur : Alain P.MICHEL

Prix : 45,00 € + Envoi : 8,00 €
Le travail à la chaîne est un dispositif de production qui consiste à poster, le long d'un convoyeur, des ouvriers et des ouvrières chargés d'une tâche "spécialisée". II est mis en place chez Renault dès 1917 pour répondre aux besoins massifs de la Grande Guerre. L'entreprise s'inspire du modèle américain, mais s'appuie surtout sur les expériences de rationalisation engagées depuis ses origines en 1898. Jusqu'au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, l'essentiel du travail n'est pas fait à la chaîne, mais le convoyeur suscite des réactions contrastées à l'image de l'ambiguïté du terme qui sert à le désigner. La chaîne est un emblème de modernité pour certains, un instrument de servitude pour d'autres. Les documents visuels - films, photographies, plans - et les archives internes de l'entreprise Renault - notes de service, rapports, etc. - présentés dans cet ouvrage permettent de constater le décalage entre l'histoire du mot et celle d'un dispositif multiforme. À la différence de son concurrent André Citroën, Louis Renault est d'abord discret à propos de cette façon relativement banale de décomposer et d'aligner le travail. La chaîne de Renault n'est explicitement présentée comme telle que dans un article de 1922. Dès lors, l'entreprise appelle "chaînes" des dispositifs variés, appliqués à des travaux différents (usinage, assemblage, finition). Ces chaînes évoluent, des dispositifs manuels des années 1920 jusqu'aux machines-transferts automatiques de la Libération. Pour que les différentes chaînes fonctionnent, il faut l'intervention d'une multitude de personnes, depuis les ingénieurs d'études jusqu'aux ouvriers et ouvrières spécialisés. Travailler à la chaîne, ce n'est pas seulement œuvrer en cadence sur un convoyeur, c'est aussi participer à la mise en place d'un système complexe de production. II a fallu du temps et de la peine pour que l'entreprise Renault y parvienne.
Auteur :

Alain P. MICHEL est maître de conférences en histoire contemporaine à l'université d'Evry-Val-d'Essonne (UEVE). Spécialiste de Renault, de l'histoire des techniques industrielles et des archives visuelles (cinéma, photographies, plans), il est chercheur au LEHST (laboratoire d'histoire économique, sociale et des techniques, UEVE) et membre associé du CAK-CHRST (Centre de recherche en histoire des sciences et des techniques, Cité des sciences et de l'industrie-CNRS). Il est co-auteur, chez E-T-A-I, du livre " Ile Seguin, des Renault et des Hommes " (2005).