Les relations féodo-vassaliques


Les relations féodo-vassaliques sont le propre de l’aristocratie. Ils se divisent en deux parties : Liens personnels et liens réels.


Les liens personnels : ils unissent un homme, le seigneur à un autre homme, le vassal au cours d’une cérémonie appelée l’Hommage. Lors de cette cérémonie d’hommage, le vassal jure foi et fidélité à son seigneur. Désormais, le vassal et le seigneur sont liés pour la vie par un engagement personnel : la vassalité. Celui qui rompt cet engagement est déclaré félon, c’est à dire traître.


Le vassal commence par s’agenouiller tête nu et sans armes devant son seigneur, ce qui est un signe de soumission.

Puis, il déclare sa volonté de devenir l’homme du seigneur « je le veux ». Cela signifie la liberté de son engagement.

La cérémonie se poursuit par des gestes d’échange : le vassal place ses mains jointes dans celles de son seigneur (don total de soi-même).

Puis, le seigneur relève le vassal et les deux hommes s’allient par un baiser sur la bouche. Ces liens charnels fixent l’égalité des partenaires mais rappelle aussi le baiser de paix qui a une valeur religieuse puisqu’il est le signe d’une amitié et de fidélités mutuelles.

Le vassal prête ensuite serment de fidélité à son seigneur. Il engage sa foi en jurant « Je promets en ma foi d’être fidèle ». Ce serment doit être prêté sur des livres saints ou sur des reliques.

La cérémonie fait donc du vassal un fidèle mais aussi un parent du seigneur. Ces nouveaux liens s’ajoutent à la parenté de sang.

 


http://pagesperso-orange.fr/chapellerablais/site%20archives/images_moyenage/hommage.jpg

Le seigneur et le vassal sont tenus l’un envers l’autre à certaines obligations. Le vassal lui doit aide et conseil : 


-Aide militaire à la guerre, dans les expéditions militaires, dans la garde du château : le service d’ost pour assurer la sécurité du territoire seigneurial, service de chevauchée désignant une opération de courte durée,service d’escorteservice de garde au château seigneurial.

-Aide matérielle pendant laquelle, en des circonstances exceptionnelles, le vassal met ses biens à la disposition du seigneur. On réglementait cependant l’aide dans son motif et son montant : Mariage de la fille du seigneur, adoubement du fils du seigneur, paiement de la rançon du seigneur, départ en croisade. 

-Il doit lui porter 
conseil. Par exemple, dans les grandes assemblées, tous les vassaux viennent entourer leur seigneur, ce qui rehausse son prestige. A d’autres moments, les fidèles fournissaient leur avis au seigneur dans un cour d’arbitrage ou au tribunal.

Fêtes, repas, cadeaux compensaient les frais engagés par le vassal.

 

Le seigneur quant à lui promet de : 

-Protéger son vassal en le protégeant contre ses ennemis  

-De lui venir en secours lorsqu’il est attaqué 

-De lui rendre bonne justice  

-Lui donner les moyens d’assurer les services qu’il lui demande et pour qu’il puisse entretenir ses subordonnés (en argent ou en nature) : pour cela la plupart du temps, le seigneur lui confie un bien que l’on appelle fief.

Le fief est un ensemble de terres et de droits que remet le seigneur à son vassal : C'est le lien réél. La remise du fief est l’objet d’une cérémonie rituelle : l’investiture du fief. Cette cérémonie fait suite à l’hommage. Le seigneur remet à son vassal un objet symbolique qui figure son don : motte de terre, fétu de paille, bâton… le fief constitue l’élément réel, palpable des relations féodo-vassaliques. Si le vassal devient félon, le seigneur a le droit de lui reprendre son fief : c’est la commise du fief.

  

Ce lien féodo-vassalique concerne l’ensemble de l’aristocratie du royaume de France. Un seigneur peut être vassal d’un seigneur plus puissant que lui. L’hommage rendu par un vassal à la base de la chaîne est donc valide jusqu’en haut de la pyramide. En effet, le seigneur en devenant vassal d’un autre seigneur n’engage pas seulement sa propre personne, mais l’ensemble de ses vassaux.

La pyramide vassalique qui tend à se constituer ayant pour sommet la personne du roi met du temps à concrétiser l’ambition du souverain : le contrôle et la soumission de tous les vassaux même les plus puissants.En effet, les seigneurs qui eux aussi dominent cette pyramide sont parfois plus puissants que le roi, peut être même plus riches…