Athènes au 5ème siècle avant J-C

L’histoire d’Athènes au 5ème siècle avant JC, c’est l’histoire de sa domination sur l’ensemble du monde grec grâce au contrôle, entre autre de la mer Egée.

http://www.locusdanielis.eu/Chouette.JPGLa chouette sur cette monnaie est le symbole d'Athènes,
placée sous la protection de la déésse Athéna.

I. Citoyens et non citoyens

Les 300 000 habitants d'Athènes se divisent en 2 catégories :
- les citoyens
- les non citoyens

ex_pop_athenes.gif

A. Les citoyens
Les citoyens sont au nombre de 40 000. pour être citoyen, il faut remplir certaines conditions :
- Etre un homme
- Avoir 20 ans
- Avoir fait son service militaire de 2 ans (l'éphébie)
- Avoir un père citoyen et une mère "fille de citoyen"
Selon Aristote "un citoyen se définit par la participation à l'exercice du pouvoir de juger et de diriger la cité". Ce statut de citoyen entraîne donc des droits et des devoirs politiques. (voir partie sur la démocratie)

B. Les non citoyens
Les non citoyens composent le reste de la population. On y trouve :
- Les femmes et les enfants (100 000)
Les grecs considèrent que le monde des femmes est celui de "l'intérieur", c'est à dire celui de la maison. Elles sont chargées de diriger les esclaves et de s'occuper de leur foyer. Elles sont mineures toute leur vie et restent sous le contrôle des hommes (de leur père, puis de leur mari).
- Les étrangers à la cité appelés "métèques".
Ils paient une taxe pour avoir le droit de résider dans la cité. Ils sont donc une source de revenu pour Athènes qui en compte 40 000.
- Les esclaves qui sont les plus nombreux : 120 000.
Ils sont considérés comme des "objets animés", des "instruments vivants". Les citoyens possèdent au minimum un esclave. Plus un maître a d'esclaves, plus ses esclaves sont spécialisés dans leur tâche. Ex : cuisine, culture de la terre, ménage, soin aux enfants...L'esclavage est héréditaire. Ainsi, un enfant d'esclave deviendra esclave.
On se procure des esclaves grâce aux guerres, à la piraterie ou au commerce.
ATTENTION ! Tous grecs peut être réduit en esclavage au cours de leur vie même s'ils sont citoyens ! En effet, des pirates essaiment la Mer Egée et vendent leurs prisonniers sur des marchés aux esclaves. Les lois des cités sont de racheter un concitoyen vendu comme esclave, puis de lui faire rembourser les dépenses une fois revenus dans la cité. Cette "aventure" est arrivée au célèbre philosophe Platon.
Un esclave peut être "affranchi", c'est à dire rendu à un statut d'Homme libre. Cependant, il doit racheter sa liberté, rester auprès de son maître. Même libre, il ne deviendra jamais citoyen.

http://www.greceantique.net/images-articles/esclave-agricole.jpg                                                                                           Esclaves agricoles.
II. Athènes, une démocratie
La citoyenneté implique plusieurs droits et devoirs :
- Défendre la cité
- Participer à la vie politique

A. Défendre la cité
L’hoplite est un citoyen soldat qui compose le noyau de l’armée athénienne. Les hoplites sont de petits propriétaires paysans assez riches pour pouvoir prendre à leur frais l’équipement d’hoplite (voir schéma). Cet équipement est assez cher, puisqu'il coûte le prix de 6 boeufs. Leur  statut de paysans attachés à leur terre en font une valeur sûre. Qui trahirait sa cité alors que sa terre est liée au destin de cette même cité ?
Ce sont des combattants à pieds,  considérés comme les plus courageux et qui sont les plus respectés.

http://a6.idata.over-blog.com/0/05/17/99/images-diverses/hoplite.jpg                                                           Il manque la lance sur cette statuette en bronze

Puisque les citoyens participent à la défense de la cité, ils ont donc le droit à la parole politique.

B. Participer à la vie politique
On peut dire qu'Athènes est une démocratie, c'est à dire que les citoyens ont le pouvoir politique  (Demos = peuple / Kratos = pouvoir). Ils peuvent voter et être élu. Pour permettre à tous les citoyens de participer à la vie politique, les citoyens reçoivent un salaire.
La citoyenneté donne aussi une protection judiciaire  : les citoyens ne peuvent pas être torturés
et un avantage économique : seuls les citoyens peuvent être propriétaires.

http://a33.idata.over-blog.com/546x335/3/21/30/46//image002-copie-1.jpg

Les institutions politiques sont les suivantes :
L'écclesia : C'est l'assemblée des citoyens qui se réunit sur la colline de la Pnyx. Tous les citoyens peuvent intervenir et proposer des lois. Cette assemblée vote les lois, décide aussi de la guerre et vote l'ostracisme. L'ostracisme est l'exclusion d'un citoyen athénien de la cité pour éviter la tyranie.
La boulé :
 son travail est  préparer les projets de loi pour pouvoir ensuite convoquer l'Ecclésia. Ils sont au nombre 500 bouleutes. Ils sont tirés au sort et non pas élus.
L'Héliée : C'est un triunal composé de 6 000 citoyens tirés au sort. Chaque citoyen peut être accusateur. L'accusateur et l'accusé ont le même temps de parole. Le code pénal n'existant pas, la décision ets difficle à prendre. De plus, on ne peut pas faire appel de la décision de ce tribunal. Il fallait donc être doué dans l'art de convaincre !

La cité était dirigée par 10 magistrats, nommés stratèges, élus pour un an. Ils sont aussi chargés de commander l'armée. Si l'on est un stratège victorieux, l'on a toutes les chances de se faire réélire. Périclès a été réélu 15 fois au poste de stratège.

La frise des panathénées
La frise des panathénées se situe sur le parthéhon, temple dédié à Athéna et situé sur l'acropole, colline sacrée.
Les panathénées sont des fêtes organisées tous les 4 ans en l'honneur d'Athèna. Ces fêtes donnent lieu à des jeux (sportifs). Le jour le plus important de ces fêtes est celui où a lieu la "procession du peplos", le jour de la date anniversaire d'Athéna. Le peplos est un vêtement tissé par les athénienne qui doit être remis à la déésse. La participation à cette procession est un grand honneur.
Sur la frise du parthénon, on trouve représentés 360 personnages dont 143 cavaliers er 220 animaux.
Comme dans toute fête, des sacrifices sont organisés.
 
Documents et exercices sur :
http://ww3.ac-poitiers.fr/hist_geo/ressources/panathe/index.htm
Cette frise se trouve sur le parthénon dont voici la reconstitution.

http://www.goddess-athena.org/Museum/Temples/Parthenon/Parthenon_NW_from_NW_rec.jpgVoici ce que la frise pouvait donner au temps où elle fut réalisée :

http://www.amb-grece.fr/images/frises3.jpgVoici le parthénon aujourd'hui :

http://www.greceantique.net/images-articles/parthenon2.jpg

III. L'origine de la domination d'Athènes sur le monde grec
A. Les guerres médiques

Il y a deux guerres médiques qui opposent les grecs aux perses; la première a lieu entre –491 et –490. Cette invasion terrifie l’ensemble du monde grec. En effet, des observateurs affirment que l’armée perse doit réunir au moins 1 000 000 d’hommes. Les grecs arrivent à repousser les perses.

Plusieurs batailles célèbres voient la victoire des grecs : en -490, la bataille de Marathon a lieu. Les perses débarquent dans la plaine de Marathon où ils sont repoussés par les citoyens soldats des cités : les hoplites. Cette bataille de Marathon prend une importance considérable dans l’esprit des athéniens : c’est l’unique combat qui s’est déroulé sur le sol athénien. Le prestige des combattants de Marathon a permis une idéalisation de la figure de l’hoplite, seuls combattants présents lors de cette bataille. Dans une pièce d’Euripide, « Héraclès », un archer et un hoplite dialoguent ensemble. L’hoplite vante la valeur de l’hoplite : « rester à son poste et à voir, sans baisser ni détourner le regard, accourir devant soi tout un champ de lances dressées, toujours fermes à son rang ». 

 La seconde guerre médique est plus longue car elle s’étend entre –481 et –479 . Deux batailles sont à retenir : En –480, la bataille maritime de Salamine voit la victoire des grecs. Puis, en –479, la bataille de Platée. La flotte perse est coulée à Salamine et leur armée battue à Platées, ce qui les force à abandonner.

Ces batailles légendaires dans la mémoire grecque élaborent la puissance athénienne sur le reste du monde grec. En effet, la cité d’Athènes développe l’idée d’une supériorité militaire athénienne. D’ailleurs, ils rappellent constamment aux autres grecs l’épisode de Marathon. Pour eux, les athéniens sont plus grecs que les grecs. Cette état d’esprit permet à Athènes de s’imposer auprès des autres cités et de les dominer au sein d’une ligue maritime : la ligue de Délos


B. La ligue de délos

La domination d'Athènes résulte d’une association volontaire. Cette association a pour but d’assurer la défense commune en en confiant la direction à la cité la plus puissante militairement. Après les guerres médiques, le but est de ne pas être surpris par de nouvelles attaques perses et donc de maintenir  une puissance militaire toujours prête à intervenir en mer Egée. Il faut tenir les îles pour empêcher tout débarquement.

 

Cette ligue dirigée par Athènes oblige les alliés à participer

- soit au niveau financier

- soit au niveau matériel

- soit au niveau humain : ils fournissent des bateaux, des hommes, des vivres…

Le trésor dit « des alliés », composés de la participation financière de chacun, est gardé dans l’île de Délos.

Mais Athènes abuse de son pouvoir à l'intérieur de la ligue de Délos :

- le trésor des alliés est rapatrié à Athènes sous la protection d’Athéna à qui les athéniens reversent 1/60èmedu montant total du trésor et ce chaque année. 

 

Conclusion :

Athènes, abusant de son pouvoir à l'intérieur de la ligue de Délos, mécontente ses alliés qui s'unissent à sa rivale : Sparte. S'en suit la guerre du péloponnèse qui voit la défaite d'Athènes. C'ets la fin de la ligue de Délos et la fin de la domination d'Athènes sur le monde grec.