Aikido

Derniers articles - mis en ligne le 13 avril 2015






AIKIDO,  art de combat, art de paix


>>>Photos du cours du 29 mai 2013

https://plus.google.com/u/2/photos/108460689964563270289/albums/5883636630490778273


https://plus.google.com/u/2/photos/108460689964563270289/albums/5686449025852934737


https://picasaweb.google.com/111690593282617682856/PhotosAikidoPierreSamedi25Juin2011



Les principaux vestiges et découvertes préhistoriques nous démontrent que, dès l'origine, l'homme a combattu ses semblables.  

Les formes du combat ont évolué.  Les moyens et les techniques se sont perfectionnés.  L'arsenal guerrier devient de plus en plus spécialisé, plus "raffiné", plus "gadgétisé", si l'on peut dire. 

Cette montée de la violence sans cesse amplifiée par les médias nous inonde à longueur de journée.  Les gens prennent peur, c'est normal.  Ils veulent se prémunir, c'est légitime.  Alors, ils cherchent des moyens.  Et là, très souvent, ils tombent dans une impasse. 

En effet, inconsciemment, ils veulent être les plus forts.  Ils n'ont de souci que d'acheter l'arme absolue qui, pensent-ils, les mettra à l'abri ou désirent apprendre les techniques de combat censées leur apporter l'invulnérabilité, la victoire à coup sûr. 

Ainsi, dans 99% des cas, leur démarche initiale vise à se protéger contre l'agressivité d'autrui en répondant par une autre forme d'agressivité.  C'est partir d'un faux pas. 

Car l'agressivité naît de la peur et la peur, chez l'homme, est enfouie profondément, enracinée, instinctive, irrationnelle. 

C'est l'incompréhension qui engendre la peur.  Notre incompréhension des autres et celle de nous-même. 


                                                   


Le fondateur de l'AIKIDO, Maître Morihei UESHIBA, après avoir pratiqué de nombreuses techniques de combat pendant plus de 40 ans de sa vie, a compris qu'apprendre les arts du combat pour gagner, pour être le plus fort, était vain et inutile car, un jour ou l'autre, nous serons amoindris par la maladie ou la vieillesse.  Gagner ou perdre contre quelqu'un n'a aucun sens. 

Notre salut réside non point dans la victoire contre un adversaire réel ou imaginaire mais dans la réalisation d'un équilibre en nous-même.  Cet équilibre ne pourra se réaliser qu'avec l'élimination progressive de cette peur fondamentale.  Sa réalisation sera le résultat d'une recherche constante, permanente, quotidienne, d'une ligne de conduite, d'une voie à suivre, d'une remise en question incessante : le DO.

Et pour trouver cette voie, ce Do, Morihei UESHIBA nous propose des moyens, des techniques qui, contrairement à ce que l'on pourrait croire, ne font nullement appel à la force musculaire pure et simple, à la brutalité, mais nécessitent la mise en oeuvre de l'énergie interne : le KI.

Au sein de l'Univers, l'homme est un microcosme vivant au rythme cosmique et recevant l'énergie cosmique.  Le KI de l'Univers se répand de la même façon chez tous les êtres humains et trouve son siège dans le bas-ventre (HARA). 

La grande difficulté est d'apprendre à sentir le KI couler à travers le corps.  Ce KI qu'il faut sentir n'est surtout pas la simple émanation de la pensée logique.  Il ne s'explique pas. Il se ressent.  Il se découvre par des exercices appropriés basés sur la respiration ventrale, exécutés seul ou avec le partenaire.  Il faut un certain temps (quelques années...) avant de le découvrir et de pouvoir librement le reproduire. 

La découverte du KI exige une grande concentration, une grande attention à notre point central et à notre respiration.  C'est pourquoi, au cours de la pratique, on évitera de parler (perte de souffle = perte d'énergie).

Le travail avec notre partenaire sera basé sur l'application de techniques de combat.  Mais...de quel combat s'agit-il ici? 

L'AIKIDO est issu de techniques ancestrales (sabre [KEN-JUTSU] -  JIU-JITSU, etc...).  Ces techniques médiévales étaient utilisées par le Samouraï pour se garder en vie sur le champ de bataille.  De l'application de la technique juste, au moment juste, dépendait la vie du guerrier.  

Ainsi, l'esprit de l'AIKIDO veut que l'on maintienne constamment ce souci du geste juste au moment juste.  Peu importe la technique utilisée.  La technique seule n'a aucune espèce d'importance. 

En AIKIDO, les techniques sont pratiquement illimitées : travail à genoux, debout, attaques par devant, par derrière, à mains nues, avec arme, contre un ou plusieurs autres attaquants, en positif (omote), en négatif (ura), en entrant (irimi) ou en s'effaçant (tenkan), etc...

Donc, on ne vient pas à l'AIKIDO pour apprendre 300 ou 500 techniques.  On ne vient pas pour apprendre à mettre quelqu'un par terre.  Cela ne veut rien dire.

Même si l'on ne connaît que le premier mouvement, le premier principe (IKKYO) mais qu'on s'efforce de le faire le mieux possible en essayant de réaliser en nous-même l'union (AI) entre notre esprit et notre corps, c'est ça l'AIKIDO.  

Car c'est en nous-même que se trouve le véritable ennemi.  C'est nous-même que nous devons changer.  Notre véritable ennemi, c'est notre petit MOI limité que nous devons faire éclater : là réside le seul et véritable combat

Ainsi donc, la technique ne constitue qu'un MOYEN de nous atteindre nous-même et non pas un but en soi. 


                                                                *          *          *


Sans recherche constante (DO), il n'y a pas AIKIDO

Sans projection de l'énergie (KI), il n'y a pas AIKIDO non plus. 

Mais, la clé de voûte de cette recherche, le moyen de découvrir l'énergie, c'est l'UNION, le AI.  

AI signifie aussi HARMONIE.  Sans AI, il n'y a pas AIKIDO

L'harmonie, l'union doit se réaliser en nous, entre notre esprit et notre corps.  Elle sera source d'équilibre car elle reflétera notre confiance en nous-même et aux autres. 

Pour réaliser cette harmonie, nous allons nous efforcer d'être constamment attentifs à notre partenaire (on ne parle pas d'adversaire).  Au lieu de vouloir absolument le faire tomber, nous allons veiller à ne pas lui infliger de douleur inutile.  Nous allons le respecter physiquement. Nous allons travailler franchement avec lui sans résister inutilement, sans le bloquer, mais aussi sans lui faire de cadeau, sans chuter pour lui faire plaisir.  Tout en nous efforçant de maintenir constant notre équilibre, de continuer à projeter notre énergie, nous allons suivre son mouvement, essayer de percevoir son intention ou sa réaction et accepter son action. 

Seule, cette attitude d'échange mutuel nous permettra de réaliser l'Union, le AI, concept tout à fait différent de celui de résistance, d'opposition, de dualité. 

Ainsi, par l'union, peu à peu se développera notre équilibre total : physique, mental et moral.  

La recherche constante implique non seulement un entraînement hebdomadaire (au minimum - l'idéal étant un entraînement quotidien) des techniques mais une attention de chaque instant, une vigilance soutenue.  La pratique harmonieuse des techniques développera en nous la spontanéité, reflet de notre liberté totale, de notre tranquillité.

La peur disparue fera place à la compréhension intuitive des autres et de nous-même.  Notre attitude, désormais faite de calme, engendrera le calme. Le cercle de la violence sera brisé par la non-violence.  Point ne sera besoin de se battre.  Dès cet instant, déjà, nous avons gagné sans le vouloir.

Car nous aurons fait nôtre cette devise : AIKIDO, art de combat, oui, mais du combat contre nous-même, notre peur morbide, notre égoïsme instinctif.

AIKIDO, art de combat où, ensemble, on pose les jalons d'un monde de compréhension et de paix.


Pierre MANCHE

5e Dan Aïkikai
Professeur et co-fondateur du Cercle Shobukan (Dojo de Louvain-La-Neuve - Belgique)


Vidéos


Vidéo YouTube




Vidéo YouTube




Vidéo YouTube



Nostalgie - Le Cercle Shobukan en 1991